| Africatime
Lundi 16 Janvier 2017
(AFP 07/01/17)
Les autorités zimbabwéennes, confrontées à une grave crise économique, ont interdit la vente de nourriture à la sauvette à Harare à cause d'une multiplication des cas de fièvre typhoïde qui a fait au moins 12 morts sur un an, selon des sources officielles. "Au cours de l'année passée, on a enregistré 2.352 cas suspects de typhoïde au niveau national, et on ne peut pas dire à l'heure actuelle que la situation soit sous contrôle", a déclaré vendredi à l'AFP Portia Managazira, directrice du service du contrôle des maladies au ministère de la Santé. Sur ces 2.352 cas, "85 ont été confirmés et il y a eu un total de 12 morts", essentiellement dans la capitale...
(AFP 07/01/17)
a deuxième ville du Zimbabwe appelle ses habitants à procéder à la crémation des enfants âgés de dix ans et moins, afin de lutter contre le manque d'espace dans les cimetières, a indiqué vendredi le maire de Bulawayo (sud). "On manque de place", a déclaré à l'AFP Martin Moyo, maire de cette ville de quelque 650.000 habitants. "On a abordé le sujet en conseil municipal et on a convenu, dans le cas où un enfant âgé de 10 ans ou moins meurt, de persuader la famille d'envisager la crémation", a-t-il ajouté. "Nous avons cependant décidé que la crémation ne serait pas obligatoire", a-t-il précisé. "Nous procéderons aussi à la crémation des corps qui n'ont pas été réclamés", a-t-il encore dit...
(Xinhua 06/01/17)
HARARE, (Xinhua) -- Le Zimbabwe a exporté 35 éléphants d'Afrique vers la Chine, ont annoncé jeudi les autorités de Zimparks (Zimbabwe Parks and Wildlife Management Authority). La porte-parole de Zimparks, Caroline Washaya-Moyo, a déclaré que les animaux sont partis du Parc national de Hwange, dans le nord-ouest du Zimbabwe, le 23 décembre 2016, suite à une évaluation effectuée par les autorités de Zimparks et une organisation de défense des animaux pour voir si les destinations finales en Asie étaient appropriées pour les éléphants.
(France 24 05/01/17)
Au Zimbabwe, les coupures d’eau se suivent et empirent avec la crise économique. Sans eau courante à domicile, les Zimbabwéens sont contraints d’aller au puits le plus proche pour remplir leurs réserves. Mais cela a un coût, environ un euro pour 20 litres, et ce "business de l’eau" en arrange certains, alors qu’il a des conséquences en termes de santé publique. Dans ce pays d’Afrique australe, un des plus pauvres du monde, les périodes de sécheresse sont fréquentes et le...
(BBC 05/01/17)
Les autorités zimbabwéennes ont annoncé l'interdiction de vente de la nourriture au bord de la route dans la capitale Harare en raison d'une épidémie de fièvre typhoïde. Le ministre de la Santé, David Parirenyatwa, affirme que deux personnes, dont une fillette de 13 ans, sont mortes de la maladie le mois dernier. Il a ajouté que des centaines d'autres ont contracté la maladie. Les vendeurs ambulants de nourriture ont critiqué la décision, disant que c'était leur seule source de revenu...
(AFP 02/01/17)
Depuis quelques semaines, elle se vend en seau au coin des rues, aussi précieuse qu'une liasse de dollars américains. Dans Bulawayo écrasée par la sécheresse, l'eau potable est une denrée rare, qui fait l'objet d'un commerce sans scrupule. Officiellement au chômage comme la quasi-totalité des Zimbabwéens, Bernard Phiri s'est improvisé "vendeur d'eau" dans les rues de la deuxième ville du pays pour arrondir ses fins de mois. Sans le moindre état d'âme. "Je n'ai pas de voiture mais je loue...
(AFP 13/12/16)
La chasse est à l'origine de la plupart des décès de lions dans la région du Zimbabwe où le célèbre lion Cecil avait été tué l'an dernier par un chasseur américain, a indiqué lundi un chercheur de l'université britannique d'Oxford. Selon une de ses études parue dans le Journal of Applied Ecology, 88% des lions mâles et 67% des femelles retrouvés morts entre 1999 et 2012 dans le parc national de Hwange (ouest du Zimbabwe) ont été victimes des activités humaines. Ces activités incluent la chasse, la pose de pièges ou les représailles exercées par les éleveurs contre les félins qui s'en prennent à leurs troupeaux.
(AfricaNews 13/12/16)
15 cas d’abus sexuels sont enregistrés dans chaque quartier du Zimbabwe alors que la plupart des cas sont des enfants ayant besoin de soins de santé. Ces statistiques ont été révélées par le ministre adjoint de la Santé du pays, Aldrin Musiiwa, lundi à Harare lors du lancement des stratégies de lutte contre la violence sexuelle. « Il y a 63 quartiers, ce qui signifie que 945 nouveaux cas sont traités chaque mois, cela n’inclut pas les cinq hôpitaux provinciaux,...
(AFP 30/11/16)
La police a réprimé mercredi à Harare, à coups de gaz lacrymogène et de canons à eau, une manifestation de l'opposition contre la mise en circulation de "billets d'obligation", une nouvelle monnaie destinée à pallier la pénurie de liquidités, a constaté un journaliste de l'AFP. Une centaine de partisans du principal parti d'opposition du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et du groupe Tajamuka de la société civile chantaient des slogans anti-gouvernementaux quand la police est intervenue.
(Direct Info 12/11/16)
La haute cour de justice du Zimbabwe a abandonné les poursuites contre Theo Bronkhorst, l’organisateur de la chasse qui avait conduit à la mort du lion Cecil en juillet 2015, tué par un riche dentiste américain. Theo Bronkhorst, guide et chasseur professionnel, était poursuivi pour ne pas avoir «empêché une chasse illégale». Mais le tribunal a estimé que les charges retenues contre lui «ne constituaient pas un crime», rapporte The Independent. Le braconnage de l’emblématique lion Cecil restera donc impuni...
(AFP 11/11/16)
La justice zimbabwéenne a abandonné les charges contre le chasseur professionnel, Theo Bronkhorst, qui avait organisé le safari fatal au célèbre lion Cecil en juillet 2015, a indiqué son avocate vendredi. "Le tribunal a annoncé que les charges ne tenaient pas et qu'elles devaient donc être abandonnées", a dit à l'AFP Perpetua Dube. "Le juge a estimé que les charges, telles qu'elles avaient été présentées, ne constituaient pas un crime", a-t-elle poursuivi. "C'est un grand soulagement pour M. Bronkhorst". Cette décision met fin aux poursuites et contredit un précédent jugement qui demandait la tenue d'un procès. M. Bronkhorst, 53 ans, était poursuivi pour n'avoir "pas empêché une chasse illégale".
(AFP 10/11/16)
Longtemps, Sekai Filomena Makonese a espéré un miracle venu du ciel pour sauver ses récoltes. En vain. Alors, faute de pluie, elle a reporté ses derniers espoirs sur la science et un nouveau maïs hybride capable de résister à la sécheresse qui frappe son pays. Comme ses voisins d'Afrique australe, le Zimbabwe cuit littéralement depuis deux ans sous un implacable soleil. L'eau manque, les récoltes s'assèchent, le bétail meurt. Cette année, la situation est encore pire, aggravée par l'anomalie climatique...
(Le Point 09/11/16)
Au Zimbabwe, près de Kariba, deux personnes ont été attaquées par un crocodile du Nil alors qu'elles se baignaient dans une piscine. Plus de peur que de mal ! Alors qu'ils se baignaient dans la piscine d'un hôtel, près du lac de Kariba, un homme et une femme ont eu la mauvaise surprise de se retrouver dans le même bassin... qu'un crocodile ! Le bain nocturne aurait pu tourner au drame. Sur ces images filmées par une caméra de surveillance,...
(20minutes 31/10/16)
POLEMIQUE L'ancien gardien s'explique sur la vidéo diffusée il y a quelques jours... Pascal Olmeta se défend. Depuis mercredi et la diffusion d’une vidéo le montrant en train d’abattre un éléphant lors d’une partie de chasse au Zimbabwe en 2011, l’ancien gardien de but de l’OM est l’objet de nombreuses critiques de la part des défenseurs des droits des animaux - mais pas que. Ce vendredi, il a écrit un communiqué, relayé par le site du journal Ouest-France, pour remettre...
(Agence Ecofin 28/10/16)
Au Zimbabwe, le ministre de l’Enseignement supérieur, Jonathan Moyo (photo), a déposé une plainte contre le groupe de presse Zimpapers. Le plaignant soutient avoir été diffamé par deux journaux édités par l’entreprise publique, à savoir le «Sunday Mail » et le « Sunday News ». Jonathan Moyo explique qu’il a été faussement accusé dans un scandale de vol de 2 voitures. Le ministre estime qu’il a été traité de voleur car les deux journaux ont écrit que les véhicules volés...
(Amnesty International 11/10/16)
En réaction à la décision rendue mardi 4 octobre par la Haute Cour du Zimbabwe qui confirme l'interdiction de manifester imposée par la police pour une durée de 30 jours dans la capitale Harare, Muleya Mwananyanda, directrice adjointe du programme Afrique australe d'Amnesty International, a déclaré : « La décision doit être annulée et l'interdiction levée, car c'est une atteinte au droit fondamental à la liberté de réunion. La police ne doit pas recevoir carte blanche pour imposer une interdiction...
(Reuters 06/10/16)
Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), près de la moitié de la population du Zimbabwe sera affectée par l’insécurité alimentaire dans les zones rurales pendant la période de pic de la faim l’année prochaine, rendant les personnes touchées par le VIH / SIDA particulièrement vulnérables. La sécheresse exacerbée par le phénomène climatique El Niño a rendu les personnes vivant avec le VIH / SIDA au Zimbabwe particulièrement vulnérables. De nombreux patients refusent de prendre un traitement anti-rétroviral l’estomac vide. D’autres...
(RFI 06/10/16)
Un milliard de dollars: c'est ce que coûte chaque année la corruption au Zimbabwe. Transparency International a publié mercredi 5 octobre un rapport sur la question. De l'extorsion d'argent par les policiers à l'évasion fiscale, en passant par les dessous de table dans les administrations, le Zimbabwe a «institutionnalisé la corruption» d'après l'ONG. Mais ce qui coûte le plus cher au pays, c'est l'évasion fiscale des entreprises explique à RFI Mary Jane Ncube, directrice de Transparency International au Zimbabwe. On...
(Autre média 05/10/16)
Âgé de 92 ans, l’inamovible président zimbabwéen est un catholique fervent. Le pasteur zimbabwéen Patrick Mugadza a annoncé, mardi 4 octobre, qu’il allait demander au pape François d’excommunier l’inamovible président zimbabwéen, Robert Mugabe, âgé de 92 ans. « Nous allons informer le chef de l’Église catholique des violations de liberté et des droits de l’homme de Mugabe contre des citoyens sans défense et demander son excommunication », a-t-il déclaré dans une interview à NewZimbabwe.com, après une manifestation contre les violences...
(Sudan News Agency 23/09/16)
Des centaines de chefs de famille zimbabwéens quittent le pays pour aller chercher du travail dans les pays voisins. Chassés par la grave sécheresse causée par le phénomène El Niño qui a durement frappé le Zimbabwe, ces hommes abandonnent derrière eux femmes et enfants souvent à la charge des grands-parents, “Notre fils est parti au Botswana l’année dernière et il ne nous a jamais rien envoyé. Sa femme a fui au bout d’un certain temps parce qu’il n’y avait pas...

Pages