Lundi 23 Octobre 2017
(AFP 23/10/17)
Le patron de l'Organisation mondiale de la santé a annoncé avoir annulé dimanche la nomination du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS, tentant de mettre fin à la polémique. "Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à la nomination de son excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS (...) en Afrique. En conséquence, j'ai décidé d'annuler cette nomination", a écrit dans un communiqué le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères. Le choix du président Mugabe annoncé cette semaine par le directeur général de l'OMS avait provoqué une levée de boucliers...
(Le Point 23/10/17)
Devant le tollé provoqué par sa décision concernant le président zimbabwéen, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, est revenu sur sa décision. «  Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à la nomination de Son Excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS [...] en Afrique. En conséquence, j'ai décidé d'annuler cette nomination.  » C'est par ces mots que le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères, a, dans un communiqué, annoncé sa décision d'annuler ce dimanche la nomination du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS. Éteindre une polémique qui prenait de l'ampleur Il faut dire que la...
(APA 23/10/17)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annulé dimanche la nomination du président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS pour les maladies non transmissibles. La désignation vendredi du dirigeant zimbabwéen pour contribuer dans la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT) lors d’une conférence abritée par l’Uruguay avait suscité beaucoup critiques notamment des pays occidentaux en raison du ‘’piètre’’ palmarès de Muagbe en matière de droits humains. « Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à ma nomination de Monsieur Robert Mugabe en qualité d'Ambassadeur de bonne volonté de l'OMS...
(AFP 21/10/17)
L'opposition zimbabwéenne et des associations des droits de l'homme ont critiqué vendredi la nomination du président Robert Mugabe comme "ambassadeur de bonne volonté" de l'ONU pour les maladies non transmissibles, malgré la grave crise sanitaire que traverse son pays. Le directeur-général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus (Ethiopie), a demandé le 18 octobre à Mugabe, 93 ans, d'aider l'agence de l'ONU dans sa lutte en Afrique contre les maladies non transmissibles, notamment les attaques cardiaques et l'asthme. Pourtant, le système de santé au Zimbabwe, comme beaucoup d'autres services publics, s'est effondré sous le régime autoritaire et répressif...
(Jeune Afrique 20/10/17)
L’épouse du président zimbabwéen a lancé des poursuites contre un homme d'affaires libanais qui ne lui a pas remis une bague en diamants qu'elle avait commandée. Nouvel épisode dans le feuilleton de la médiatisation incessante de Grace Mugabe... Alors que la Sierra Leone essaie de faire oublier l’expression « diamants du sang » en programmant la vente d’un « diamant de la paix », le 4 décembre à New York, la première dame du Zimbabwe en est restée au «...
(AFP 18/10/17)
Grace Mugabe, l'épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe, a lancé des poursuites contre un homme d'affaires libanais qui ne lui a pas remis une bague en diamants de 1,35 million de dollars qu'elle avait commandée pour son anniversaire de mariage, a rapporté mercredi la presse locale. "La Première Dame Grace Mugabe réclame à l'homme d'affaires en fuite Jamal Joseph Ahmed 1,23 million de dollars pour une vente d'une bague en diamant qui s'est mal passée l'an dernier", affirme le quotidien...
(APA 18/10/17)
APA - Harare (Zimbabwe) - La ZANU-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe se prépare à tenir un congrès extraordinaire à Harare en décembre, une rencontre qui pourrait ouvrir la voie à l’accession de la Première Dame, Grace Mugabe à la vice-présidence du pays, selon des observateurs politiques. L’ensemble des dix structures provinciales de la ZANU-PF ont endossé durant le week-end, la décision de convoquer un congrès spécial destiné à ‘’mettre fin au problème de la succession". Ce congrès spécial...
(AFP 11/10/17)
Un responsable syndical zimbabwéen a été arrêté pour avoir comparé à "un mort vivant" le président Robert Mugabe, 93 ans, qui règne d'une main de fer sur le pays depuis trente-sept ans, ont rapporté mercredi les avocats du militant. A la tête d'une association professionnelle de vendeurs, Sten Zvorwadza a été arrêté mardi et inculpé d'insulte au chef de l'Etat, a indiqué dans un communiqué l'ONG Avocats du Zimbabwe pour les droits de l'homme (ZLHR) qui a pris sa défense...
(AFP 10/10/17)
Le vice-président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, l'un des successeurs potentiels de Robert Mugabe, a accueilli mardi avec placidité son éviction du gouvernement, estimant que le remaniement relevait du seul "plaisir" du chef de l'Etat. "Il relève du plaisir du président d'introduire du sang neuf dans le gouvernement", a déclaré M. Mnangagwa en marge de la prestation de serment des nouveaux membres du cabinet. "Comme il (M. Mugabe) l'a dit lui-même, il nous a observés, il a évalué nos performances et jugé que, dans certains secteurs, ces performances n'étaient pas à la hauteur de ses attentes. En conséquence, il a remanié".
(AFP 10/10/17)
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe a privé lundi l'un de ses successeurs potentiels, Emmerson Mnangagwa, de son poste au gouvernement, au moment où la lutte pour remplacer le chef de l'Etat s'intensifie. Le vice-président Mnangagwa, qui était ministre de la Justice, a été remplacé au gouvernement par un loyaliste du parti Zanu-PF, Happyson Bonyongwe. Mais M. Mnangagwa demeure l'un des deux adjoints du président Mugabe comme vice-président. Parallèlement, le ministre des Finances Patrick Chinamasa, qui était chargé de relancer une économie vacillante, a été remplacé par le ministre de l'Intérieur Ignatius Chombo.
(Xinhua 10/10/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a apporté lundi des changements à son gouvernement, démettant son adjoint Emmerson Mnangagwa du ministère de la Justice, et réaffectant le ministre des Finances Patrick Chinamasa au nouveau ministère de la Cybersécurité, de la Détection des menaces et des mesures d'atténuation. M. Mnangagwa était vice-président du parti au pouvoir ZANU-PF et du Zimbabwe, ainsi que ministre de la Justice, considéré comme un homme fort au sein du parti au pouvoir. L'ancien ministre des Affaires intérieures, Ignatius Chombo, prend le portefeuille des Finances alors que le chef de l'Organisation centrale de renseignement...
(RFI 09/10/17)
Au Zimbabwe, Robert Mugabe a annoncé samedi soir qu’un remaniement ministériel allait avoir lieu cette semaine, à partir de lundi. Le président va remodeler son équipe gouvernementale à moins d’un an de l’élection présidentielle et alors qu’une guerre de faction a lieu au sein de la Zanu PF. Elle oppose sa femme Grace et son vice-président Emmerson Mnangagwa. Robert Mugabe n’a toujours pas déclaré qui il aimerait voir lui succéder à la tête du pays. « Certains vont tomber »...
(AFP 06/10/17)
La guerre pour la succession du président Robert Mugabe a repris de plus belle au Zimbabwe avec une passe d'armes au sommet entre le vice-président Emmerson Mnangagwa et la Première dame Grace Mugabe autour d'une mystérieuse rumeur d'empoisonnement. Depuis des mois déjà, le choc de leurs ambitions nourrit de vives tensions au sommet du régime. Et la décision du chef de l'Etat de briguer un nouveau mandat à l'élection présidentielle de l'an prochain, malgré ses 93 printemps et une fâcheuse...
(AFP 04/10/17)
Une rare controverse politique a éclaté mercredi sur la place publique au Zimbabwe, l'un des deux vice-présidents accusant l'autre de discréditer le chef de l'Etat Robert Mugabe, 93 ans, candidat à un nouveau mandat lors des élections générales de 2018. Cette altercation intervient sur fond de tensions croissantes au sein du parti au pouvoir, la Zanu-PF, autour de la succession de M. Mugabe, qui dirige d'une main de fer le pays depuis son indépendance en 1980. Le vice-président Emmerson Mnangagwa...
(Xinhua 04/10/17)
La commission électorale du Zimbabwe a reçu les 2.600 kits d'enregistrement biométrique des électeurs (Biometric voter registration, BVR) restants du groupe Laxton, ouvrant la voie au lancement d'une campagne éclaire pour inscrire les électeurs au niveau national avant les élections présidentielles prévues l'année prochaine. La Commission électorale du Zimbabwe (ZEC) a reçu 400 kits BVR de la compagnie chinoise en août, que la Commission a utilisés pour lancer l'enregistrement des électeurs par district le 14 septembre. Au total, la ZEC...
(APA 04/10/17)
APA - Harare (Zimbabwe) - Le Zimbabwe et l’Afrique du Sud ont convenu de créer un comité pour s’occuper de la mise en place d’un poste frontalier à guichet unique au point d’entrée principal entre les deux voisins Dans un communiqué commun publié à la fin de la 2ème session de la Commission mixte (BNC) tenue mardi à Pretoria, en Afrique du Sud, le président Robert Mugabe et son homologue sud-africain Jacob Zuma ont insisté sur la nécessité d’établir un...
(AFP 03/10/17)
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, qui était soigné depuis la mi-septembre en Afrique du Sud, est hors de danger et sorti de l'hôpital, a indiqué son porte-parole mardi. "Il a quitté l'hôpital lundi dernier. Il va bien. Il est hors de danger", a déclaré à l'AFP Luke Tamborinyoka. "Il sera bientôt de retour chez lui", a ajouté le porte-parole, refusant de préciser quand l'ancien Premier ministre rentrerait au Zimbabwe. Morgan Tsvangirai, 65 ans, avait été transporté d'urgence en Afrique du Sud mi-septembre, mais son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), avait tenté de rassurer en affirmant qu'il s'agissait d'un contrôle de routine.
(AFP 03/10/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a rencontré son homologue sud-africain Jacob Zuma mardi, à l'occasion de sa première visite en Afrique du Sud depuis que son épouse a obtenu l'immunité diplomatique de Pretoria pour une agression présumée. Robert Mugabe, 93 ans, n'était pas accompagné de son épouse Grace quand il a rencontré le président Zuma à Pretoria, sept semaines après l'incident impliquant la Première dame du Zimbabwe. Grace Mugabe, 52 ans, est accusée par une mannequin, Gabriella Engels, de l'avoir...
(AFP 03/10/17)
La police zimbabwéenne a arrêté un journaliste qui avait écrit dans un article que la Première dame du pays, Grace Mugabe, avait donné des habits d'occasion, dont des sous-vêtements, à des sympathisants du pouvoir, a rapporté mardi une ONG. Kenneth Nyangani, journaliste du quotidien privé NewsDay, est en garde à vue depuis lundi soir à Mutare (est), selon l'Association des avocats des droits de l'Homme du Zimbabwe (ZLHR). Il est susceptible d'être poursuivi pour "diffamation", a ajouté la ZLHR dans...
(AFP 29/09/17)
La police zimbabwéenne a tiré des gaz lacrymogènes vendredi à Harare pour disperser un rassemblement contre la détérioration de la situation économique, notamment le retour des hausses de prix, selon des témoins interrogés par l'AFP. Les manifestants avaient répondu à l'appel du groupe Tajamuka (Nous sommes agités), à la pointe de la contestation contre le régime du président Robert Mugabe au pouvoir depuis 1980. Plusieurs commerces du centre-ville ont baissé leurs rideaux alors que des dizaines de policiers anti-émeute patrouillaient...

Pages