Mardi 23 Janvier 2018
(AFP 19/01/18)
e président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a assuré vouloir la présence d'observateurs étrangers lors des élections présidentielle et législatives qui doivent se tenir dans son pays cette année, pour rompre avec les pratiques de son prédécesseur Robert Mugabe. "Nous voulons des élections crédibles", a-t-il déclaré au Financial Times dans une interview publiée vendredi. "J'aimerais que les Nations Unies viennent, l'Union Européenne devrait venir", a-t-il ajouté. "Si le Commonwealth demandait à venir, je serais disposé à étudier leur requête", a-t-il ajouté. En visite au Mozambique jeudi dans le cadre d'une tournée régionale, Emmerson Mnangagwa avait annoncé que des élections seraient organisée...
(AFP 19/01/18)
Roy Bennett, figure de l'opposition zimbabwéenne, est mort avec quatre autres personnes lors du crash d'un hélicoptère dans une région reculée du Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis, ont annoncé jeudi les autorités locales. L'aéronef s'est écrasé vers 18H00 locales mercredi (00H00 GMT jeudi) dans une région montagneuse d'où un survivant a appelé le numéro d'urgence 911 pour signaler l'accident, a précisé la police du Nouveau-Mexique. La carcasse encore en flammes a été retrouvée près d'un ranch à quelque 16 kilomètres à l'est de la ville de Raton. Sur place, les policiers ont estimé que l'identification était "difficile" en raison de la calcination de l'hélicoptère, selon le communiqué de la police.
(RFI 19/01/18)
Les élections législatives et présidentielles au Zimbabwe – les premières sans l’ex-président Robert Mugabe – se tiendront dans quatre à cinq mois, a annoncé le nouveau président Emmerson Mnangagwa, sans donner de date précise. Le chef de l’Etat a promis qu’elles seraient libres et transparentes alors que, jusqu’à présent, les différents scrutins ont été entachés de violences et de fraude. « Nous veillerons à ce que le Zimbabwe organise des élections libres, crédibles, et justes », a promis le président...
(APA 19/01/18)
APA-Harare (Zimbabwe) - Les élections générales attendues au Zimbabwe devraient avoir lieu au cours des cinq prochains mois, a déclaré le président Emmerson Mnangagwa. Cité par le journal officiel Herald de ce jeudi, M. Mnangagwa a déclaré que les Zimbabwéens devraient se préparer à des « élections libres, crédibles, équitables et incontestables » qui se tiendront en juin de cette année. « Le Zimbabwe organisera des élections dans quatre à cinq mois et nous devons prêcher la paix, parce que...
(Xinhua 19/01/18)
Le Zimbabwe enverra bientôt des délégations dans les pays occidentaux en réponse aux efforts pour rouvrir le dialogue initié par différentes puissances européennes, a annoncé le président Mnangagwa. S'adressant aux Zimbabwéens vivant au Mozambique, à l'occasion d'une visite de courtoisie auprès de son homologue mozambicain Filipe Nyusi mercredi, M. Mnangagwa a indiqué que les pays occidentaux montraient un intérêt renouvelé pour le Zimbabwe, comme en témoigne le nombre croissant de diplomates déployés à Harare pour rouvrir le dialogue, a rapporté...
(AFP 18/01/18)
Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a annoncé que les élections présidentielle et législatives se tiendraient dans "quatre à cinq mois", a rapporté jeudi le journal d'Etat The Herald. "Le Zimbabwe va aux élections dans quatre à cinq mois et nous devons prêcher la paix, la paix, la paix, parce que nous savons que c'est bon pour nous et nous n'avons aucun doute que nous aurons des élections pacifiques", a déclaré Emmerson Mnangagwa lors d'une visite mercredi au Mozambique dans le cadre d'une tournée régionale. "Nous veillerons à ce que le Zimbabwe organise des élections libres, crédibles, justes et indiscutables afin que le Zimbabwe puisse être considéré...
(La Tribune 18/01/18)
Le nouveau maître d’Harare veut aller vite. Dans une déclaration relayée par la presse proche du pouvoir, le président zimbabwéen fixe un délai de « quatre à cinq mois » pour l’organisation des élections générales. Très attendu, le scrutin devrait permettre de tourner la page Mugabe et légitimer définitivement Emmerson Mnangagwa. Les Zimbabwéens sont à nouveau appelés aux urnes entre avril et mai pour des élections municipales, législatives et surtout présidentielle. Le scénario se précise d'une organisation des élections générales...
(APA 17/01/18)
APA-Maputo (Mozambique) - Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, est attendu ce mercredi dans la capitale mozambicaine pour une visite de travail d’une journée, dans le cadre d’une tournée régionale des pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Mnangagwa est en tournée dans les pays de la SADC pour remercier les leaders régionaux pour leur implication aux récents développements politiques au Zimbabwe, et les assurer des liens de coopération. « La visite du président Ememrson Mnangagwa...
(AFP 15/01/18)
Les militaires zimbabwéens ont fait pression sur l'ex-président Robert Mugabe pour qu'il se retire en lui indiquant qu'il risquait d'être "lynché", comme l'ancien dirigeant libyen Muammar Kadhafi, s'il s'y refusait, a raconté un de ses proches. Au pouvoir depuis 1980, M. Mugabe, 93 ans, a quitté le pouvoir en novembre dernier après un coup de force de l'armée et d'importantes manifestations de rue. "Les généraux nous ont envoyé un message assez effrayant en nous disant +allez voir le président et...
(RFI 15/01/18)
Le président Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa est en tournée régionale. Au pouvoir depuis tout juste deux mois, le chef de l’Etat doit se rendre cette semaine en Namibie, puis en Zambie. La semaine dernière il était en Angola, ou il a rencontré son homologue Joao Lourenco, nouvellement élu. Des visites où il est question de diplomatie mais également d'économie. Afrique du Sud, Angola, Namibie, Zambie, Mnangagwa effectue une tournée de charme dans la région. Deux mois à peine après être arrivé...
(Jeune Afrique 13/01/18)
Considérer que le temps est divisible en tranches identiques appelées années, relève de sa conception discrète (c'est à dire non continue). 2018 est donc la nouvelle tranche qui, non seulement évince 2017, mais aussi la pousse à élire domicile dans nos souvenirs et nos archives calendaires. Cependant, autant une année chasse l’autre, autant certains évènements font le pont d’une année à l’autre et deviennent structurants. Aussi, en guise d’une bonne année panafricaine, revenons-nous analytiquement sur le débat sur le FCFA,...
(APA 12/01/18)
APA-Windhoek (Namibie) - Le nouveau président zimbabwéen, Emerson Mnangagwa, devrait effectuer une visite officielle d’un jour en Namibie le 15 janvier, au cours de laquelle il aura des entretiens bilatéraux avec le président Hage Geingob, a annoncé jeudi la présidence. Selon l’attaché de presse de la présidence, Albertus Aochamub, le dirigeant zimbabwéen devrait profiter de l’occasion pour se présenter officiellement à son homologue. C’est l’une des premières visites de travail du Président Mnangagwa depuis son investiture en novembre 2017. «...
(Jeune Afrique 12/01/18)
L'année 2018 sera à quitte ou double pour l'avenir ou le devenir de certaines démocraties africaines. L'attention va se concentrer sur le Zimbabwe, pays en pleine refonte. Mais le Cameroun de Paul Biya, le Mali d'IBK ont aussi rendez-vous dans les urnes. Enfin le feuilleton des élections congolaises devrait connaitre son lot de rebondissements. Détails en infographie. Qui aurait cru que les Zimbabwéens choisiraient en 2018 le successeur de Robert Mugabe ? Sous la contrainte, « Bob », 93 ans dont...
(AFP 11/01/18)
Un ancien ministre de l'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe a jugé "illégal" le nouveau régime en place à Harare, dans un entretien diffusé jeudi par la BBC. Le nouveau chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa et son vice-président Constantino Chiwenga "savent très bien qu'ils sont arrivés au pouvoir grâce aux balles, pas grâce aux urnes", a déclaré Jonathan Moyo, ancien ministre de l'Education supérieure et fidèle allié de M. Mugabe. Après trente-sept ans au pouvoir, le président Mugabe a remis sa démission...
(Agence Ecofin 11/01/18)
Le nouveau gouvernement du Zimbabwe mis en place par le Président Emmerson Mnangagwa (photo), qui a succédé à Robert Mugabe il y a environ deux mois, compte céder les participations étatiques détenues dans 24 des 92 entreprises parapubliques existantes dans le pays. L’objectif poursuivi par le gouvernement zimbabwéen est de compenser le déficit budgétaire du pays qui a atteint 1,82 milliard $, soit 11,2% du PIB en 2017, contre un objectif initial de 400 millions $. Tandis que la croissance...
(AFP 10/01/18)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le principal parti d’opposition du Zimbabwe, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a réaffirmé que Morgan Tsvangirai était son candidat à la présidentielle prévue pour la fin de l’année, rejetant ainsi les rumeurs qui écartaient l’ancien Premier ministre de la course à la magistrature suprême. Le porte-parole du MDC, Obert Gutu, a déclaré dans un communiqué qu’une réunion de la direction nationale des élections et de l’organisation du parti avait approuvé Tsvangirai comme candidat à la présidentielle pour les élections générales prévues pour cette année. « Contrairement aux récents articles de presse qui suggéraient que le président Tsvangirai quitterait bientôt la direction du parti...
(RFI 10/01/18)
Lors de ses vœux lundi le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MCD), principal parti d’opposition, a suggéré qu'il pourrait quitter la présidence du mouvement. Et ce alors que le pays se prépare à de nouvelles élections dans quelques mois. Les premières sans l’ex-président Robert Mugabe. C’est la première fois que Morgan Tsvangirai laisse entendre qu’il pourrait se retirer. Dans un communiqué rendu public lundi, il dit : « je vois venir le moment où nous, l’ancienne génération, allons lâcher les rênes pour permettre à la jeune génération de reprendre la lourde tâche engagée il y a tant d’années. »
(Xinhua 10/01/18)
Le parti d'opposition zimbabwéen "Mouvement pour le changement démocratique-Tsvangirai" (MDC-T) a annoncé mardi que son président, Morgan Tsvangirai, ne quitterait pas la direction du parti. Dans son message de Nouvel An, M. Tsvangirai avait laissé entendre qu'il envisageait de passer le relais aux jeunes générations. "Contrairement aux récentes informations dans les médias, le président Tsvangirai ne va pas se retirer de la direction du parti. La réalité, c'est que le président Tsvangirai reste le leader du MDC et qu'il est...
(Xinhua 10/01/18)
Le corps électoral du Zimbabwe a revu à la baisse le nombre d'électeurs qu'il compte enregistrer pour les élections prévues cette année, de 7 millions initialement à 5,5 millions maintenant. Le président de la Commission électorale zimbabwéenne (ZEC), Emmanuel Magade, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse que l'objectif initial de 7 millions était "excessivement ambitieux". "Nous étions excessivement et extraordinairement ambitieux. Le Zimbabwe compte 15 millions d'habitants dont 50% à 55% ont moins de 18 ans et sont...
(RFI 09/01/18)
Au Zimbabwe, le nom de Grace Mugabe figure sur la liste des diplômés de 2014 de l'université. L'ex-Première dame a obtenu cette année-là un doctorat de philosophie. Ce fut alors la source d’une controverse et ce n’est pas fini puisque désormais, les autorités anticorruption du pays ont, elles aussi, des doutes. Son doctorat de philosophie avait été remis en grande pompe à Grace Mugabe par le département de sociologie de l'Université du Zimbabwe. A l’époque, son époux, le président déchu Robert Mugabe, occupait ...

Pages