| Africatime
Jeudi 23 Février 2017
(Jeune Afrique 23/02/17)
Robert Mugabe, qui fêtait hier ses 93 ans, continue d’affronter les tensions au sein de sa formation politique, la Zanu PF. Si la guerre de succession n’est pas nouvelle, l’âge avancé du Président est un facteur de plus en plus présent dans les esprits. Ce mercredi 22 février, dans les rues de Bulawayo, la deuxième ville du pays, les gros titres affichent leur interrogation quant à la possible succession de Robert Mugabe. De nombreux journaux évoquent notamment les dernières louanges du Président à son épouse, âgée de cinquante et un ans. Une entreprise de glorification qui a de quoi surprendre au vu des termes employés par le Chef de l’État. Dans un entretien accordé à...
(Jeune Afrique 22/02/17)
Le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, fêtait le 21 février ses 93 ans. Un âge canonique qui ne cesse d'alerter, année après année, tant il semble s'accrocher au pouvoir. Mais est-il pour autant une exception en Afrique ? Réponse en deux infographies. Le cas de Robert Mugabe n’est pas banal. À 93 ans tout juste, le président zimbabwéen a déjà passé plus de 29 ans au pouvoir, sans se lasser. Sa femme, Grace, a même confié à ses partisans, sur le demi-ton de la plaisanterie, que, même si son mari venait à mourir, il pourrait encore remporter la prochaine élection présidentielle ! On frise la caricature, un peu comme quand le même Robert Mugabe célèbre ses anniversaires dans des...
(Courrier International 22/02/17)
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, tient à être félicité. Au pouvoir depuis 1980, celui qui fête ce 21 février son 93e anniversaire est le plus vieux chef d’État en exercice. “Malgré les signes évidents que Mugabe était incapable de trouver des solutions à la crise économique et politique du Zimbabwe, les institutions en difficultés ont mené d’onéreuses campagnes de publicité dans tous les journaux, médias privés, télévision d’État et radio pour lui lécher les bottes”, critique The Zimbabwean. Un...
(Le Monde 22/02/17)
Le président du Zimbabwe a fêté mardi ses 93 ans. Malgré sa santé déclinante et la crise économique qui sévit dans son pays, Robert Mugabe entend briguer un nouveau mandat en 2018. Robert Mugabe a célébré, mardi 21 février, ses 93 ans et ce n’est pas son statut de plus vieux président en exercice de la planète qui le fera renoncer. Malgré le poids de plus en plus évident de l’âge et une fatigue qu’il ne peut plus dissimuler, le...
(AfricaNews 22/02/17)
Le président Robert Mugabe a fêté mardi ses 93 ans alors que son état de santé déclinant et sa capacité à gouverner ne cessent d’alimenter les rumeurs dans le pays. Le vieux dirigeant a répété sa ferme intention de continuer à régner sans partage sur le pays, une volonté qui ne fait pas l’unanimité dans les rues d’Harare. “Il n’est pas apte à gouverner ce pays, donc nous ne pouvons pas dire que le président Mugabe est celui qui dirige...
(AFP 21/02/17)
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, plus vieux dirigeant en exercice dans le monde, célèbre mardi ses 93 ans avec la ferme intention de continuer à régner sans partage sur le pays malgré des signes extérieurs de vieillesse de plus en plus évidents. Comme c'est le cas depuis des années, le doyen Mugabe doit souffler sa presque centaine de bougies lors d'une cérémonie limité à ses ministres et plus proches collaborateurs. Ses concitoyens ont quand même été invités à lui...
(Le Monde 21/02/17)
Au pouvoir depuis 1980, le « vieux crocodile », qui fête ses 93 ans, n’escompte pas céder les rênes du pays, même si, en coulisse, la guerre de succession a déjà commencé. Aller à Canossa. Voilà bien une attitude qu’en trente-six années passées à la tête du Zimbabwe (ex-Rhodésie du Sud), Robert Mugabe, qui fête ce mardi son 93e anniversaire, n’a jamais adoptée. Pour lui, pas question de s’humilier face à un quelconque adversaire. Dans un entretien à la radio...
(RFI 21/02/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe fête ses 93 ans ce mardi 21 février. Une fête officielle est prévue samedi dans le sud du pays. Le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète est au pouvoir depuis 36 ans et a déjà indiqué qu'il serait candidat au scrutin présidentiel l'année prochaine. Lors d'une interview au média d'Etat le week-end dernier, il a une nouvelle fois écarté l'idée d'un départ à la retraite. A la veille de ses 93 ans,...
(BBC 21/02/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe est en phase avec le président américain Donald Trump concernant sa politique nationaliste "l'Amérique aux Américains". "Quand il s'agit de Donald Trump et de ses idées nationalistes "l'Amérique aux américains", je suis d'accord ", a indiqué le président zimbabwéen au Herald Newspaper dans une interview à l'occasion de son 93ème anniversaire. Mugabe Selon lui, il faut donner une chance à Donald Trump. "Il faut donner du temps à Donald Trump. Il peut même revoir les...
(AFP 20/02/17)
Le très controversé président du Zimbabwe Robert Mugabe a une nouvelle fois écarté dimanche, à quelques jours de ses 93 ans, l'idée d'un départ à la retraite en arguant qu'il ne disposait pour l'heure d'aucun successeur "acceptable". "Seul mon parti peut me demander de me retirer, lors d'un congrès ou lors d'un comité central. Dans ce cas-là, je partirai", a déclaré M. Mugabe dans un entretien à la radio publique qui doit être diffusé à l'occasion de son anniversaire mardi...
(BBC 20/02/17)
Dans un entretien à la radio publique qui doit être diffusé mardi à l'occasion de son anniversaire, Robert Mugabe affirme que seul son parti pouvait lui demander de se retirer. A l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe avait été Premier ministre pendant sept ans. Depuis 1987, il dirige le pays. Son parti, la Zanu PF l'a désigné pour briguer un nouveau mandat lors du scrutin présidentiel de 2018. En 2011, WikiLeaks avait révélé que Robert Mugabe souffrait du cancer...
(AFP 17/02/17)
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, en est convaincue: son époux Robert Mugabe, qui doit fêter la semaine prochaine ses 93 printemps, serait réélu à la tête du pays même s'il décédait avant les élections prévues en 2018. "Un jour, quand Dieu décidera que Mugabe doit mourir, nous présenterons son cadavre comme candidat sur les bulletins de vote", a lancé vendredi Mme Mugabe devant des supporters du parti au pouvoir à Buhera (est). "Vous verrez les gens voter pour le cadavre de Mugabe ! Je suis sérieuse ! Juste pour montrer à quel point ils aiment leur président", a-t-elle assuré.
(AFP 17/02/17)
Le pasteur Evan Mawarire, une des figures de la contestation contre le gouvernement au Zimbabwe, a annoncé vendredi qu'il envisageait de se présenter aux élections générales de 2018 face au président Robert Mugabe. "Si le besoin se fait sentir ou s'il s'avère nécessaire pour moi de participer aux élections, je veux vraiment me rendre disponible pour cela", a lancé le pasteur Mawarire aux journalistes à la sortie du tribunal d'Harare où il était entendu par la justice.
(RFI 17/02/17)
Au Zimbabwe, le procès de Evan Mawarire a été reporté au mois prochain. Le célèbre pasteur comparaissait ce vendredi matin devant la justice. Il est l'un des chefs de file de la contestation contre le régime du président Robert Mugabe. C'est notamment lui qui a lancé sur les réseaux sociaux, la campagne baptisée This Flag (ce drapeau). Il y a un an, le pasteur Mawarire, frustré par la situation dans son pays, se filme. Le drapeau zimbabwéen autour des épaules,...
(Le Monde 13/02/17)
Selon un chercheur chinois rencontré par notre chroniqueur, Pékin devrait prendre davantage conscience des risques politiques lorsqu’elle investit en Afrique. C’est le dernier grand chantier en date remporté par la Chine en Afrique : la construction du nouveau Parlement à Harare. Des travaux à 100 millions de dollars payés à 90 % par Pékin. Ce projet fait partie des douze « méga-contrats » décrochés récemment par la Chine au Zimbabwe et le signe que, malgré les risques politiques, Pékin mise...
(Leral 10/02/17)
C’est certainement le sujet qui échauffe les esprits au Zimbabwe en ce moment. Alors que le pays traverse une crise économique, financière et monétaire sans précédent, le parti au pouvoir tient à célébrer les 93 ans de son leader qui n’est autre que le président Robert Mugabe. La facture pourrait s’élever jusqu’à 2,5 millions de dollars. C'est un anniversaire pour le moins pompeux que semble préparer l'Union nationale africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), parti au pouvoir, en l'honneur de son leader, le président Robert Mugabe. Le 21 février prochain, le premier citoyen du Zimbabwe soufflera en effet sur sa 93e bougie...
(Africa Top Success 10/02/17)
Le 21 février prochain, le président Zimbabwéen, Robert Mugabé soufflera sa 93e bougie. Si la célébration de cet anniversaire est une priorité pour les membres du parti du président Mugabe, ce n’est pas le cas pour la plus part des Zimbabwéens. Les partisans de l’Union nationale africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), comptent commémorer cet anniversaire en grandes pompes. Pour ce faire, ils ont prévu près de 2,5 millions de dollars soit plus de 1,5 milliard de Fcfa, pour cette célébration. Aussi,...
(AFP 08/02/17)
Le tribunal d'Harare a ordonné mercredi la libération sous caution du pasteur Evan Mawarire, accusé notamment de tentative de sabotage du gouvernement zimbabwéen et arrêté début février après un exil de six mois à l'étranger. "J'ordonne que le requérant soit libéré contre une caution de 300 dollars", a déclaré le juge Clement Phiri demandant que M. Mawarire rende son passeport et se présente deux fois par semaine à la police. Au cours de l'audience, le procureur Edmore Nyazamba a dépeint le pasteur comme un "terroriste...
(AfricaNews 08/02/17)
Le ton monte entre le gouvernement du Zimbabwe et Harry Thomas, l’ambassadeur des États-Unis dans le pays. George Sharamba, porte-parole du président Robert Mugabe a déclaré au journal gouvernemental Herald que le diplomate est “la rélique d’une époque terrible” et qu’il “devait s’accrocher (vivre) sur un bananier”. Harare reproche à l’ambassadeur américain sa réaction sur l’arrestation du pasteur Mawarire, membre influent de l’opposition au Zimbabwe accusé d’incitation à la violence et Patrick Philip Mugadza, un autre pasteur qui a prédit la mort du président Mugabe le 17 octobre 2017.
(Autre média 07/02/17)
Robert Mugabe doit se taire. Il ne peut donner de leçons quant aux valeurs de l’Union africaine, lui qui foule au pied toutes les valeurs de démocratie et de liberté. C’est la réponse cinglante d’un parti de l’opposition zimbabwéen à la sortie du dictateur de Harare à son retour d’Addis-Abeba. «Mugabe est le dernier à être qualifié pour donner des leçons de valeurs à l’Union africaine. Valeurs que lui-même jette aux orties chez lui». C’est ainsi que Tandai Biti, leader...

Pages