Mardi 24 Avril 2018
(Xinhua 10/01/18)
Le parti d'opposition zimbabwéen "Mouvement pour le changement démocratique-Tsvangirai" (MDC-T) a annoncé mardi que son président, Morgan Tsvangirai, ne quitterait pas la direction du parti. Dans son message de Nouvel An, M. Tsvangirai avait laissé entendre qu'il envisageait de passer le relais aux jeunes générations. "Contrairement aux récentes informations dans les médias, le président Tsvangirai ne va pas se retirer de la direction du parti. La réalité, c'est que le président Tsvangirai reste le leader du MDC et qu'il est le candidat du MDC pour les élections présidentielles de 2018", a déclaré le porte-parole du parti, Obert Gutu, dans un communiqué Selon M. Gutu, M. Tsvangirai continue à se rétablir en se reposant chez lui, et doit se rendre en...
(La Tribune 10/01/18)
Le fleuve Zambèze devrait bientôt abriter une nouvelle centrale hydroélectrique. Située en amont des chutes Victoria, le début du chantier de la centrale de Batoka Gorge qui nécessitera un budget de 3 milliards de dollars devrait démarrer après la publication de l’étude d’impact environnementale et sociale dans les 6 mois à venir. Cette future installation devrait enrichir la production électrique de la Zambie et du Zimbabwe d’un minimum de 2.400 MW. L'autorité du fleuve Zambèze (ZRA), qui s'étend sur 2.750 km vient de franchir le premier pas dans la mise en œuvre de la centrale hydroélectrique de Batoka Gorge qui sera située près des chutes Victoria, plus importantes cataractes au monde. La ZRA a ainsi confié la préparation de l'étude...
(Xinhua 10/01/18)
Le corps électoral du Zimbabwe a revu à la baisse le nombre d'électeurs qu'il compte enregistrer pour les élections prévues cette année, de 7 millions initialement à 5,5 millions maintenant. Le président de la Commission électorale zimbabwéenne (ZEC), Emmanuel Magade, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse que l'objectif initial de 7 millions était "excessivement ambitieux". "Nous étions excessivement et extraordinairement ambitieux. Le Zimbabwe compte 15 millions d'habitants dont 50% à 55% ont moins de 18 ans et sont donc inéligibles. Nous comptons également un nombre important de Zimbabwéens de la diaspora", a expliqué M. Magade. Il a souligné que le corps électoral sera extrêmement ravi s'il arrive à enregistrer plus de 5 millions d'électeurs, 4,9 millions ayant déjà...
(Agence Ecofin 10/01/18)
L’opérateur de téléphonie mobile NetOne, filiale du groupe télécoms public TelOne, a dévoilé la signature, le 31 décembre 2017, d’un accord de financement d’une valeur de 71 millions de dollars US avec Huawei Technologies International. L’argent servira à la réalisation de la troisième phase du programme d’expansion et à la modernisation du réseau de l’opérateur télécoms. Cette nouvelle phase accordera une plus grande attention aux zones rurales, afin d’apporter à un plus grand nombre de personnes des services de téléphonie mobile, notamment les services voix, la connectivité Internet et les produits de données, les services financiers. Les 71 millions de dollars US qu’investira NetOne, constituent une partie de l’enveloppe globale de 485 millions de dollars attribuée au programme d’extension et...
(RFI 09/01/18)
Au Zimbabwe, le nom de Grace Mugabe figure sur la liste des diplômés de 2014 de l'université. L'ex-Première dame a obtenu cette année-là un doctorat de philosophie. Ce fut alors la source d’une controverse et ce n’est pas fini puisque désormais, les autorités anticorruption du pays ont, elles aussi, des doutes. Son doctorat de philosophie avait été remis en grande pompe à Grace Mugabe par le département de sociologie de l'Université du Zimbabwe. A l’époque, son époux, le président déchu Robert Mugabe, occupait ...
(AFP 08/01/18)
Le principal chef de l'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a suggéré lundi qu'il pourrait passer la main à la tête de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), au profit de la "nouvelle génération". "Je vois venir le moment où nous, l'ancienne génération, allons lâcher les rênes pour permettre à la jeune génération de reprendre la lourde tâche engagée il y a tant d'années, avec notre bénédiction et notre soutien", a-t-il dit dans un communiqué. Agé de 65 ans, Norman Tsvangirai a annoncé il y a deux ans qu'il souffrait d'un cancer du côlon pour lequel il effectue de nombreux séjours médicaux en Afrique du Sud voisine.
(AFP 08/01/18)
es autorités anticorruption du Zimbabwe ont annoncé lundi avoir ouvert une enquête sur les conditions dans lesquelles l'ancienne première dame du pays, Grace Mugabe, a obtenu un diplôme universitaire très controversé. "Nous confirmons l'information selon laquelle une enquête a été lancée", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la Commission anticorruption, Phyllis Chikundura. En 2014, l'université du Zimbabwe (UZ), dont l'ancien président Robert Mugabe était le président de droit, a accordé à son épouse Grace un doctorat de philosophie.
(AFP 08/01/18)
Deux anciens ministres zimbabwéens de l'ex-président Robert Mugabe ont été arrêtés pour corruption et abus de pouvoir, avant d'être libérés sous caution samedi. L'ancien ministre des Affaires étrangères Walter Mzembi et l'ancien ministre de l'Energie Samuel Undenge ont comparu samedi devant un tribunal d'Harare. Ils avaient été interpellés la veille par la Commission anti-corruption du Zimbabwe (ZACC), selon le journal d'Etat The Herald. Le tribunal a ordonné samedi leur libération en échange d'une caution de 400 dollars pour M. Mzembi et de 300 dollars pour M. Undenge. Dans le cadre de leur libération conditionnelle, les deux hommes doivent se rendre au commissariat de police une fois par semaine et confier leur passeport aux autorités. Depuis la démission du président Mugabe...
(Jeune Afrique 08/01/18)
C’est l’une des leçons méconnues de l’année expirée et un avertissement sans frais (pour l’instant) aux chefs d’État du continent qui pensent que la « Chinese connection » équivaut à une assurance tous risques face aux pressions occidentales. L’histoire retiendra que, le 15 novembre 2017, a eu lieu à Harare le premier coup d’État africain réalisé avec l’approbation, voire les encouragements, de la Chine. Et que ce brusque changement à la tête du Zimbabwe s’est fait au détriment du président qui lui était sans doute le plus proche. En décembre 2015, autant dire avant-hier, à l’issue d’une visite de cinq jours du président Xi Jinping au cours de laquelle ce dernier avait promis d’investir 4 milliards de dollars dans le...
(La Tribune 06/01/18)
Pas de cohabitation entre le pouvoir d’Emmerson Mnangagwa, à la tête de la Zanu-PF et l’opposition représentée par Morgan Tsvangirai du MDC-T. Après la formation d’un gouvernement 100% Lacoste, le tombeur de Robert Mugabe a confirmé qu’il ne formerait pas de gouvernement de coalition. Le nouveau maître d’Harare est parti pour régner sur le Zimbabwe alors qu’il devra mettre en jeu son fauteuil dans un an. Mais le calcul politique est loin d’être banal. Une visite de « courtoisie » pour fixer définitivement l'opinion publique sur la question que tout le monde se pose dans les rues d'Harare. L'opposition zimbabwéenne va-t-elle faire partie d'un gouvernement de coalition ? La porte du gouvernement fermée à l'oppostion Non, répond Emmerson Mnangagwa, le...
(AFP 05/01/18)
Le nouveau président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a rendu vendredi une visite de courtoisie remarquée au chef de l'opposition Morgan Tsvangirai, adversaire historique de l'ancien maître du pays récemment forcé à démissionner Robert Mugabe. Accompagné de son vice-président, l'ex-chef d'état-major des armées Constantino Chiwenga, M. Mnangagwa s'est entretenu avec M. Tsvangirai, atteint d'un cancer du côlon, à son domicile d'Harare. "Il va bien. Il récupère très bien", a commenté le chef de l'Etat devant la presse à l'issue de sa visite, "il doit retourner très bientôt en Afrique du Sud pour de nouveaux examens médicaux".
(AFP 05/01/18)
Un touriste zimbabwéen de 90 ans a été tué et une autre grièvement blessée par un crocodile qui a attaqué leur bateau pneumatique dans le sud du Zimbabwe, a-t-on appris vendredi auprès d'un porte-parole des parcs nationaux du pays. "John Bowman et Rosemary Mitchell ont été attaqué près du barrage infesté de crocodiles de Mpomopa, dans le parc national de Matopos", a confirmé à l'AFP Tinashe Farawo, de l'Autorité de gestion des parcs et de la faune (PWMA). "Ils faisaient partie d'un groupe qui pique-niquait au moment de l'incident. Il est regrettable qu'ils aient utilisé des bateaux pneumatiques, qui ne sont pas autorisés", a-t-il précisé. L'an dernier, un touriste sud-africain, Scott van Zyl, 44 ans, avait également été tué par...
(AFP 04/01/18)
La justice zimbabwéenne a annulé jeudi les poursuites contre une journaliste américaine accusée d'avoir insulté l'ancien président Robert Mugabe sur Twitter. La jeune femme, qui travaille pour la chaîne de télévision privée zimbabwéenne Magamba TV, était accusée, selon le procureur, d'avoir posté un message sur Twitter où elle affirmait : "Nous sommes dirigés par un homme égoïste et malade". Le tweet était accompagné d'une illustration représentant Robert Mugabe, 93 ans, sous perfusion. "Nous sommes satisfaits que le tribunal ait honoré sa promesse" et renoncé aux poursuites, a déclaré jeudi à la presse Obey Shava, l'avocat de la journaliste Martha O'Donovan. "Il n'y avait pas de raison" de l'interpeller, a-t-il ajouté. La journaliste avait été arrêtée début novembre à son domicile...
(La Tribune 04/01/18)
Le nouveau régime au Zimbabwe vient d’annoncer l’ouverture de capital de huit entreprises publiques, notamment la compagnie aérienne et l’opérateur de fourniture d'électricité dans le pays. L’objectif pour l’administration Mnangagwa est de résorber le déficit budgétaire qui a dépassé un milliard de dollars en 2017. Le président Emmerson Mnangagwa en poste depuis deux mois semble pressé de tenir ses promesses d'alléger les dépenses budgétaires et de revitaliser l'économie qui s'est effondrée au début des années 2000. Preuve en est l'appel d'offres concernant l'ouverture du capital de huit entreprises publiques déficitaires, notamment les compagnies aérienne et d'électricité. Résorber le déficit Cette décision viserait à combler le déficit budgétaire croissant, selon le ministère des Finances. Le déficit budgétaire du Zimbabwe a atteint...
(APA 02/01/18)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa s’est engagé à créer les conditions propices à la construction d’un Zimbabwe pacifique et prospère en 2018. Dans son discours de présentation des vœux du nouvel an prononcé dimanche soir, M. Mnangagwa a promis de faire en sorte que les élections prévues pour cette année soient ‘’crédibles, régulières et transparentes’’. « Le gouvernement continuera de travailler sans relâche pour créer un environnement politique et socio-économique pacifique et stable qui nous permettra d’être une nation prospère et réaliser notre plein potentiel », a déclaré le successeur de Robert Mugabe.
(Jeune Afrique 02/01/18)
En mars 2017, le magazine américain Fortune a classé Strive Masiyiwa, 56 ans, à la 33e position de son palmarès des cinquante plus grands leaders rassemblant des personnalités du monde des arts, de la politique et des affaires. Il pourrait sous peu investir au Tchad et au Rwanda. Réputé homme le plus riche du Zimbabwe (plus de 600 millions de dollars en 2016 selon Forbes), le fondateur du groupe Econet, Strive Masiyiwa, établi en Afrique du Sud et présent dans 17 pays, doit sa première reconnaissance internationale à la bataille constitutionnelle qu’il a menée dans son pays pour briser le monopole de l’État dans les télécommunications. Cet épisode est considéré par beaucoup comme une étape décisive dans l’ouverture de ce...
(AFP 29/12/17)
Le président déchu du Zimbabwe Robert Mugabe va bénéficier d'un logement, d'une flotte de voitures et de voyages en avion privé, conformément à un nouveau plan de retraite financé par le gouvernement et destiné aux anciens dirigeants, a révélé jeudi la presse officielle. M. Mugabe disposera également d'une équipe d'au moins vingt salariés, dont six gardes du corps, tous rémunérés sur les deniers publics, selon le journal The Herald. L'ex-président Robert Mugabe, âgé de 93 ans et qui a démissionné le mois dernier sous la pression populaire et à la suite d'un coup de force militaire, sera donc le premier bénéficiaire de ces généreuses mesures annoncées mercredi par le nouveau président Emmerson Mnangagwa.
(APA 29/12/17)
APA-Harare (Zimbabwe) - Les nouveaux vice-présidents du Zimbabwe, Constantino Chiwenga et Kembo Mohadi, ont prêté serment jeudi lors d’une brève cérémonie tenue à la State House de Harare. Chiwenga, un chef de l’armée à la retraite qui a mené un coup d’état contre l’ancien président Robert Mugabe en novembre, et Mohadi, un politicien chevronné du sud-ouest du Zimbabwe, ont prêté serment devant le juge Luke Malaba lors de la cérémonie en présence du président Emmerson Mnangagwa. Les deux responsables ont été aussi nommés samedi à des postes similaires au sein du parti ZANU-PF au pouvoir. Chiwenga a pris sa retraite de l’armée le mois en cours, tansdis que jusqu’à cette dernière nomination, Mohadi était ministre zimbabwéen de la défense et...
(RFI 29/12/17)
Plus d'un mois après le départ de l'ex-président Robert Mugabe au Zimbabwe, le nouveau chef de l'Etat, Emmerson Mnangagwa, a nommé ses deux vice-présidents. Jeudi 28 décembre, l’ex-chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga, et l’ancien ministre de la Sécurité intérieure, Kembo Mohadi, ont tous deux prêté serment. Leur nomination était attendue puisque la semaine dernière, ils avaient déjà été nommés vice-présidents du parti au pouvoir, la Zanu-PF. En tout cas, l’arrivée du général Chiwenga au gouvernement confirme la mainmise de l'armée sur le pouvoir. Le général Constantino Chiwenga a été chef de l’armée pendant près de quinze ans. Ami d’Emmerson Mnangagwa, c’est lui qui a fait intervenir l’armée le mois dernier et qui a provoqué le départ de l’ex-président...
(AFP 28/12/17)
L'ancien chef de l'armée qui a dirigé le coup de force ayant mis fin en novembre à 37 ans de règne du président Robert Mugabe a officiellement accédé jeudi à l'une des deux vice-présidences du Zimbabwe. Le général à la retraite Constantino Chiwenga, 61 ans, a prêté serment lors d'une cérémonie à la présidence à Harare, jurant d'"observer, faire respecter et défendre la Constitution", a constaté un journaliste de l'AFP. "Je remplirai mes devoirs avec toute mon énergie et dans toute la mesure de mes compétences et aptitudes", a ajouté l'ancien militaire vêtu d'un costume noir. M. Chiwenga a démissionné de l'armée la semaine dernière, un peu plus d'un mois après que les militaires eurent temporairement pris le contrôle du...

Pages