Mercredi 23 Août 2017
(Xinhua 26/04/17)
HARARE -- Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a défendu le nouveau programme d'enseignement présenté par le gouvernement au début de cette année, affirmant qu'il était destiné à développer pleinement le potentiel des étudiants et à les préparer pour le monde de travail. S'exprimant lors d'une fête des jeunes à l'occasion de la fête de l'indépendance, M. Mugabe a affirmé à plus de 4.000 élèves venus des 10 provinces du pays que le nouveau programme était "axé sur la formation et les compétences", a rapporté l'agence de presse officielle New Ziana. "Notre objectif est de veiller à ce que le programme d'enseignement mis à jour soutienne et facilite l'orientation de l'école vers le monde du travail", a expliqué M. Mugabe. Lazarus...
(APA 26/04/17)
L’ouverture solennelle de l’édition 2017 du Salon international du commerce du Zimbabwe (ZITF) sera effectuée vendredi à Bulawayo par le président namibien Hage Geingob , attendu demain à Hararé. Le chef de l’Etat namibien sera à la tête d’une importante délégation comprenant plusieurs ministres venus prendre part à la plus grande exposition commerciale du Zimbabwe, qui existe depuis 58 ans et dont le coup d’envoi a été donné mardi à Bulawayo, la deuxième ville du pays. Un certain nombre d’entreprises namibiennes figurent parmi les grandes entreprises étrangères participant à l’exposition annuelle qui se déroulera jusqu’au 29 avril. L’événement de cette année se déroule sous le thème “Exploitation des liens pour le développement industriel”. Avant de procéder à l’ouverture officielle de...
(Xinhua 25/04/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé le Zimbabwe à adopter un ensemble de mesures politiques complet pour se sortir des difficultés économiques graves qu'il connaît, comprenant une pénurie sévère de billets de banque. L'institution de Bretton Woods a déclaré dimanche que le Zimbabwe ne résoudrait pas ses difficultés économiques avec une solution purement monétaire, mais qu'elle avait besoin d'un ensemble de réformes holistique pour répondre aux difficultés budgétaires. Le directeur du département africain du FMI, Abede Aemro Selassie, a déclaré aux journalistes à Washington que les bons du Trésor seuls ne pouvaient suffire à résoudre les difficultés économiques...
(Agence Ecofin 25/04/17)
La Zimbabwe Energy Supply Authority (Zesa) envisage de contracter un prêt de 40 millions $ auprès de ses clients producteurs de ferrochrome afin de régler ses problèmes de liquidités. Une source anonyme a révélé à The Herald que la société avait proposé de contracter le prêt en retour d’une promesse de fourniture ininterrompue de l’électricité sauf cas de force majeure. Les producteurs de ferrochrome ont de leur côté proposé que le prêt constitue un prépaiement de leur future consommation, et soit ainsi amorti avec la fourniture de l’énergie. « La Zesa a besoin de l’argent sous forme de prêt avec un taux d’intérêt, mais les producteurs de...
(Xinhua 25/04/17)
Des représentants des gouvernements zimbabwéens et namibiens tiennent une réunion de trois jours à Harare pour explorer des moyens pour approfondir la coopération bilatérale entre les deux pays. Les responsables se réunissent sous l'égide de la 8e session de la Commission permanente commune de coopération (JPCC) du 24 au 26 avril, avant la visite de trois jours du président namibien Hage Geingob au Zimbabwe ce mercredi. M. Geingob devrait ouvrir vendredi la vitrine commerciale annuelle du Zimbabwe en 2017, le salon international du Zimbabwe à Bulawayo. Au cours de sa visite au Zimbabwe, M. Geingob devra visiter le projet d'extension du réseau électrique de Kariba Sud, qui ajoutera 300 mégawatts d'électricité supplémentaires au réseau national. L'entreprise chinoise Sinohydro dirige le...
(AFP 22/04/17)
C'était une condition nécessaire, mais pas suffisante, d'un éventuel succès. Au Zimbabwe, les principales figures de l'opposition ont fait alliance cette semaine dans l'espoir de mettre un terme au règne du maître absolu du pays, Robert Mugabe, aux élections de l'an prochain. Mercredi, le chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) Morgan Tsvangirai a dévoilé la signature d'un pacte avec l'ex-vice-présidente Joice Mujuru, jadis proche du chef de l'Etat mais récemment répudiée. Le lendemain, il a officiellement tiré un trait sur la brouille qui l'opposait depuis 2005 à son vieil allié Welshman Ncube. "Le Zimbabwe et l'intérêt de tout son peuple sont plus importants que n'importe lequel d'entre nous"...
(AFP 20/04/17)
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai et l'ex-vice-présidente du pays Joice Mujuru ont annoncé mercredi la formation d'une alliance contre le président Robert Mugabe à l'occasion des élections générales prévues l'an prochain. "Ce n'est que le début de la construction d'une large alliance afin d'affronter la ZANU-PF (le parti au pouvoir) d'ici les élections en 2018", a annoncé Morgan Tsvangirai lors d'une conférence de presse, après la signature de l'accord. "C'est notre lutte collective et j'appelle le peuple du Zimbabwe à nous rejoindre (...) pour reprendre notre pays, notre liberté et notre dignité", a-t-il poursuivi. Le chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) a assuré que d'autres accords...
(BBC 20/04/17)
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai et l'ex-vice-présidente du pays Joyce Mujuru ont annoncé jeudi leur alliance pour faire face au président Robert Mugabe lors des élections générales de 2018. Aucun détail n'a été divulgué sur l'accord électoral par les deux figures de l'opposition. Mais après la signature de cet accord, Morgan Tsvangirai a déclaré que ce n'est que le début de la construction d'une large alliance pour affronter la ZANU-PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe.
(Le Monde 20/04/17)
Trente-sept ans après l’indépendance, le pays d’Afrique australe est en piètre état sur le plan économique. Mais son président, Robert Mugabe, fait la sourde oreille et s’accroche au pouvoir. C’est un anniversaire au goût suave pour certains, amer pour d’autres. Mardi, le Zimbabwe (ex-Rhodésie du Sud) a célébré le trente-septième anniversaire de son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. Un motif de réjouissance pour le régime de Robert Mugabe, mais pas pour ses détracteurs, outrés par la situation tragique du pays d’Afrique australe. De fait, avant même le début des festivités, dans le stade national d’Harare, la capitale, les principaux dirigeants de l’opposition avaient expliqué qu’ils bouderaient...
(Autre média 20/04/17)
Le gouvernement zimbabwéen autorise désormais les parents démunis à inscrire leurs enfants à l’école en échange de leur bétail Le gouvernement zimbabwéen a trouvé un moyen original et peut-être très efficace pour permettre à de nombreux enfants issus de familles pauvres d’être scolarisés. Désormais, pour inscrire son enfant dans une école zimbabwéenne, plus besoin d’avoir de l’argent. Les parents démunis peuvent simplement offrir du bétail, tel que la chèvre ou effectuer des travaux civiques pour l’établissement, suffisant pour que l’inscription soit comptabilisée. L’annonce de cette information a été faite par Lazarus Dokora, ministre zimbabwéen de l’Education primaire et Sylvia Utete Masango, secrétaire-permanente du ministre lors d’une émission à la radio Sunday News, une radio contrôlée par l’Etat du Zimbabwe. Lors...
(BBC 19/04/17)
Le Zimbabwe a accédé à l'indépendance en 1980, mais Robert Mugabe voue toujours aux gémonies l'ancienne puissance coloniale, la Grande-Bretagne A l'occasion de la célébration de la fête nationale du Zimbabwe, le président Robert Mugabe a appelé la population à défendre l'indépendance du pays. "Alors que nous célébrons notre indépendance durement acquise, je vous exhorte à rester vigilant, en se rappelant que l'ennemi est toujours prêt à se lancer sur des signes de laxisme ou de faiblesse de notre part", a déclaré le président Mugabe. Lors d'un rassemblement pour marquer le trente-septième anniversaire de l'indépendance du pays, Robert Mugabe a déclaré que les Zimbabwéens étaient maintenant...
(AfricaNews 19/04/17)
Il est possible que le châtiment corporel sur les enfants connaisse une fin au Zimbabwe. Les juges de la Haute Cour du pays ont statué que l’usage de châtiments corporels à l‘école comme à la maison est illégal. Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, la décision fait suite à une plainte déposée par un parent contre un enseignant qui a frappé son enfant. La décision devra être confirmée par la Cour constitutionnelle avant sa mise en vigueur. Le Zimbabwe est le troisième pays au monde à avoir interdit le châtiment corporel des enfants.
(Autres 19/04/17)
Une nouvelle génération de femmes-entrepreneurs africaines a fait son apparition sur tout le continent. Au Zimbabwe, un projet de l’OIT améliore les conditions de vie des femmes et de leur famille dans les régions rurales en encourageant l’esprit d’entreprise. L’avenir semble en effet radieux pour Mary Tarudana, originaire du district de Nyanga, dans la province orientale du Manicaland. Celle que l’on regardait autrefois avec pitié est devenue une cheffe d’entreprise à succès qui fait l’admiration de tous. Elle a acheté un petit cheptel et a maintenant les moyens de payer les frais de scolarité de ses enfants sans emprunter, et l’électricité a été installée à son domicile. Mary Tarudana est l’une des bénéficiaires du Programme commun des Nations Unies pour...
(Financial Afrik 14/04/17)
C’est en vertu d’une nouvelle loi présentée au parlement hier, que les banques commerciales zimbabwéennes seront obligées d’accepter le bétail comme garantie aux prêts en espèce. Le projet de loi a été introduit à la chambre par Patrick Chinamasa, ministre des Finances et du Développement économique. « En tant que ministre chargé des institutions financières, je pense qu’il faut un changement d’attitude de nos banques pour réfléchir à nos réalités économiques. Les banques sont bloquées dans les anciennes façons de faire qui ne répondent plus aux besoins de notre économie hautement informelle » a déclaré Chinamasa. Harare à travers cette initiative entend promouvoir les intérêts de la sécurité des biens meubles. Le projet prévoit que les véhicules, les téléviseurs, les...
(Jeune Afrique 14/04/17)
Confrontées à la crise économique, les banques du Zimbabwe vont peut-être se voir obligées d'accepter les chèvres, les vaches et les moutons comme garantie en l'échange de l'octroi d'un prêt. C'est en tout cas toute la teneur d'une loi qui doit être examinée cette semaine au Parlement. Proposée par l’Union africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), le parti du président Robert Mugabe, une loi doit être débattue cette semaine au Parlement zimbabwéen pour rendre les « biens mobiles » éligibles comme caution lors d’un prêt à la banque. Devant les députés, le ministre des Finances, Patrick Chinamasa, a déclaré que ces biens « devraient inclure des catégories de toutes sortes telles que les machines, les moteurs de voiture et le bétail »,...
(Agence Ecofin 13/04/17)
Au Zimbabwe, les banques commerciales pourraient bientôt être contraintes d’accepter le bétail en garantie à des financements accordés au secteur informel. C’est en tout cas l’initiative portée par le projet de loi soumis au parlement par le ministre des Finances, de l’Economie et du Développement, Patrick Chinamasa. Selon le texte, la Banque centrale du pays devra créer et gérer un registre des garanties dans lequel les petites entreprises et les individus pourront enregistrer leurs biens meubles comme garanties pour des financements. Outre le bétail, véhicules, télévisions, réfrigérateurs et autres ordinateurs pourront également servir de garanties après évaluation et être enregistrés dans le fichier de la Banque centrale. «En tant que ministre en charge des institutions financières, j’estime qu’il faut que...
(AFP 11/04/17)
Le courant équatorial cyclique du Pacifique El Nino est lié à un important changement de la répartition des cas de choléra en Afrique, une observation qui pourrait aider à une meilleure préparation et à une réduction du nombre de malades et de la mortalité. Durant les années où ce courant chaud est actif, l'Afrique de l'Est recense environ 50.000 cas de plus annuellement tandis que le sud du continent en dénombre 30.000 de moins par rapport aux années où El Nino est absent, ont déterminé des chercheurs dont l'étude était publiée lundi dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS). Ceux-ci se sont appuyés sur plus de 17.000 observations annuelles de flambées de choléra sur l'ensemble du continent...
(APA 07/04/17)
Le nouveau juge en chef du Zimbabwe, Luke Malaba, a prêté serment jeudi à la State House de Harare au cours d’une cérémonie présidée par le président Robert Mugabe, a constaté APA. Malaba devient ainsi le premier juge en chef à être assermenté en vertu de la nouvelle constitution zimbabwéenne qui stipule que le meilleur juge du pays devrait être sélectionné suivant des entretiens publics et nommé par le président. Il s’est démarqué lors des entretiens publics menés à Harare en décembre 2016 par la Commission de la magistrature, devançant la présidente de la Commission électorale du Zimbabwe, Rita Makarau et le juge de la Cour suprême, Paddington Garwe. Malaba est intérimaire à ce poste depuis le début du mois...
(Jeune Afrique 05/04/17)
Les Zimbabwéens scrutent les signes de santé du président Robert Mugabe, âgé de 93 ans, mais aussi les étranges cadeaux que celui-ci reçoit de son entourage. Alors que Robert Mugabe a célébré son 93e anniversaire, il ne lui suffit pas d’être le plus vieux chef d’État au monde. Il entend bien être candidat à la prochaine élection présidentielle zimbabwéenne et diriger le pays le plus longtemps possible. Bien sûr, il semble qu’il n’ait pas besoin d’être vivant pour cela : il y a quelques semaines, la Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, exprimait la conviction que son époux serait réélu à la tête du pays, même s’il décédait avant les élections prévues… Tout de même, et pour éviter que des...
(Agence Ecofin 05/04/17)
La Zambie et le Zimbabwe ont décidé de céder aux investisseurs privés, 440 millions $ de parts du barrage hydroélectrique de Batoka. Cette cession d’actifs entre dans le cadre de la mobilisation des 4 milliards $ nécessaires à la construction de l’infrastructure. C’est ce que révèle, selon Chronicle, un document publié par Ernst &Young Advisory Services qui conseille les deux pays sur le projet. D’une capacité de 2 400 MW, l’infrastructure sera composée de deux centrales électriques distinctes contrôlées chacune par l’un des pays, et dont le coût de mise en place s’élève à 732 millions $ par centrale. Le barrage proprement dit aura un coût de construction estimé à 2,14 milliards $. Ces fonds seront mobilisés en grande partie...

Pages