| Africatime
Jeudi 30 Mars 2017
(Agence Afrique 09/12/16)
L’opposition zimbabwéenne est restée sur sa soif, mardi, après le discours annuel à la nation du président Robert Mugabe qui n’a pas abordé les questions d’actualité qui secouent le pays, comme le soulèvement de la population qui demande sa démission ou encore l’introduction controversée d’une nouvelle monnaie dans le pays. Devant le Parlement, le chef de l’Etat a plutôt salué le courage de ses compatriotes face à la grave crise que traverse le pays depuis le début des années 2000. Il a ainsi loué «le peuple zimbabwéen qui a enduré toutes sortes d’épreuves économiques» depuis que la réforme agraire a été lancé, et l’a exhorté «à chérir la paix et la tranquillité» que beaucoup envient, selon lui, au Mozambique. Mugabe,...
(APA 09/12/16)
Le comité éthique de la fédération internationale de football (FIFA) vient de radier à vie , pour des faits de corruption, Banna Tchanile, ex-sélectionneur du Togo et Jonathan Musavengana, ancien responsable à la Fédération zimbabwéenne, a appris APA, jeudi auprès de l’instance mondiale du football Banna Tchanile est reconnu coupable de corruption par rapport aux matches de football internationaux joués en Afrique du Sud en 2010. « M. Banna Tchanile est par les présentes interdit à vie de prendre part à des activités liées au football au niveau national et international (administratif, Sport ou autre) à compter de la notification de la présente décision », lit-on dans la décision de la FIFA. Le texte précise que Banna Tchanile prend à...
(APS 09/12/16)
Dakar –Abdoul Aziz Tall, ministre en charge du Plan Sénégal émergent (PSE), a été reçu en audience, mercredi, par Robert Mugabé, président du Zimbabwe, "dans le cadre de la promotion de la candidature du Pr Abdoulaye Bathily au poste de président de la Commission de l’Union africaine", a appris l’APS. M. Tall a remis au président zimbabwéen "une lettre personnelle" du chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, selon le ministère des Affaires étrangères. "Au cours de cette rencontre, l’excellence des relations d’amitié et de fraternité qui lient les deux pays a été, une nouvelle fois, magnifiée", assure la même source. Dans le cadre de la promotion de la candidature du Pr Abdoulaye Bathily toujours, le ministre de la Formation Professionnelle,...
(Autre média 09/12/16)
L’Institut Amadeus a remis le «Grand Prix MEDays 2016» à Laurent Lamothe, ancien Premier ministre de Haïti et à travers lui tout le peuple haïtien qui a fait face, avec courage, à un des plus meurtriers séismes, survenu en janvier 2010, sans oublier l’épidémie du choléra ainsi que l’ouragan Martthew qui a frappé l’île la même année. L’autre prix, «Champion of the South» a été remis à Monica Musonda, CEO de l’entreprise zimbabwéenne Javafoods, qui a révolutionné les habitudes alimentaires du pays, en offrant des produits nutritifs à prix abordables et issus exclusivement de la production locale. Monica Musonda a démontré qu’il est possible, grâce à l’innovation, de bâtir une entreprise à la fois prospère économiquement bénéfique sur le plan...
(AFP 06/12/16)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a loué mardi le courage de ses compatriotes qui "endurent des épreuves économiques" depuis des années, dans une rare référence à la grave crise que traverse le pays depuis le début des années 2000. Lors de son discours annuel à la nation devant le Parlement, M. Mugabe a "salué" le peuple zimbabwéen qui "a enduré toutes sortes d'épreuves économiques depuis que nous avons lancé la réforme agraire". Au début des années 2000, le chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1980, a lancé une réforme agraire pour redistribuer les terres de milliers de fermiers blancs...
(Agence Ecofin 06/12/16)
Plus de 2.000 avocats ont manifesté mardi à Tunis contre les nouvelles dispositions fiscales qui leur ont été imposées dans le projet de budget 2017, actuellement examiné par le Parlement, ont constaté des journalistes de l'AFP. "Avec notre âme, avec notre sang nous défendrons le métier d'avocat", ont crié les manifestants en robe noire devant le siège du gouvernement à la Kasbah, dans le centre de Tunis, après une marche silencieuse de quelques centaines de mètres. "Les avocats sont en colère!", "Nous n'allons pas financer votre corruption", pouvait-on lire...
(Agence Ecofin 03/12/16)
Le Zimbabwe, déjà premier importateur du maïs mexicain, devrait signer, la semaine prochaine, un accord avec le gouvernement mexicain pour importer 100 000 tonnes de maïs. Cet accord a été négocié entre l’Association des producteurs de céréales du Zimbabwe (GMAZ) et le ministère mexicain du commerce pour l’Europe et l’Afrique. Le volume de maïs qui sera importé, est prévu pour ravitailler les réserves céréalières du pays et lui permettre de répondre à la demande locale, jusqu’au mois d’août 2017. Pour rappel, cette importation de maïs du Mexique est la dernière en date après celle de 250 000 tonnes, annoncée en juin dernier par le gouvernement zimbabwéen. Autrefois autosuffisant en maïs, le Zimbabwe doit faire face à une sécheresse importante qui...
(Agence Ecofin 02/12/16)
Zimplats a reçu les approbations de son conseil d’administration et de sa société mère, Impala Platinum, pour développer sa mine de platine Mupani, au Zimbabwe. La société a déclaré que le développement de la principale infrastructure d’accès souterrain prendrait environs 37 mois, et les premières équipes minières se déploieront sur le site dès début 2021. Elle a indiqué que le projet atteindra sa capacité nominale en 2025 et aura une durée de vie d’environ 34 ans. La mine Mupani est un nouveau complexe souterrain d’une capacité de production annuelle de 2,2 millions de tonnes. Le projet, dont le coût est estimé à 264 millions $, augmentera la réserve minérale de Zimplats de 3 millions d’onces, la faisant passer à 9...
(Agence Ecofin 02/12/16)
La société Blue Marble Microinsurance poursuit l'exécution de son déploiement pilote au Zimbabwe. Elle y offre actuellement des services de micro-assurance, taillés à la mesure des petits agriculteurs. Le principe est d'analyser le niveau de risque en fonction des espaces et des prévisions météorologique, et de permettre aux petits producteurs de maïs de se protéger des aléas climatiques. En l'absence de mécanismes de protection efficace contre ces risques, plusieurs de ces agriculteurs ont perdu leurs sources de revenus et tous leurs investissements, suite à la saison sèche qui a durement frappé le sud de l'Afrique en 2015. « En travaillant ainsi ensemble, nous allons apporter une assurance aux exclus du Zimbabwe, et redonner à ce pays son statut grenier de...
(RFI 01/12/16)
Lundi, la banque centrale du Zimbabwe a émis l'équivalent de 10 millions de dollars en coupures et pièces de 2 et 5 dollars, censés valoir leur équivalent en dollar américain. Dans les rues de Hararé, les billets et les pièces en question circulaient sous le regard des policiers déployés ça et là pour l'occasion. La population semble l'accueillir avec réserve. « Personnellement, je ne pense pas que cela va marcher, ni que cela va durer », raconte John, un chauffeur de taxi à Harare, la capitale. « Les gens ne croient pas que cela vaut les dollars. Mais bon, ils les utilisent car ils n'ont pas le choix.
(AFP 30/11/16)
La police a réprimé mercredi à Harare, à coups de gaz lacrymogène et de canons à eau, une manifestation de l'opposition contre la mise en circulation de "billets d'obligation", une nouvelle monnaie destinée à pallier la pénurie de liquidités, a constaté un journaliste de l'AFP. Une centaine de partisans du principal parti d'opposition du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et du groupe Tajamuka de la société civile chantaient des slogans anti-gouvernementaux quand la police est intervenue.
(AFP 30/11/16)
Adrian Nyakusvipa, chauffeur de taxi à Harare, tablait sur plus de clients avec l'introduction cette semaine d'une nouvelle monnaie au Zimbabwe, plongé dans une crise économique sans fin. Mais il a vite déchanté. Un scepticisme partagé par nombre de ses compatriotes. "Je suis garé depuis ce matin sans avoir pris un seul client", se plaint Adrian Nyakusvipa. "C'est l'heure du déjeuner, c'est censé être le moment le plus chargé de la journée. Et j'attends toujours dans ma voiture", se lamente-t-il.
(Le Monde 30/11/16)
Le Zimbabwe a lancé sa propre monnaie. Mais le souvenir de l’hyperinflation récente est encore vivace. La nouvelle unité monétaire pourra-t-elle survivre ? Le Zimbabwe a lancé sa propre monnaie pour la première fois depuis que le dollar du pays a été abandonné, il y a sept ans, en raison de l’inflation rampante. Le « billet d’obligation » (ou bond note), selon la dénomination officielle, qui vaut 1 dollar américain – la devise principale du pays depuis 2009 – suscite la crainte d’un retour au maudit dollar local, note BBC News. La quantité de « billets d’obligation » sera limitée pour éviter d’inonder le marché, selon les autorités zimbabwéennes. Initialement, le montant de la nouvelle monnaie mise en circulation est...
(Euronews 29/11/16)
Les premiers “billets d’obligation” indexés sur le dollar ont fait leur apparition. A cause de l’hyperinflation, le gouvernement a adopté le dollar américain et le rand sud-africain en 2009, mais est aujourd’hui à court de la monnaie américaine. L’annonce a provoqué une ruée vers les distributeurs pour en retirer des dollars. “Cette monnaie devrait être acceptée par tout le monde parce qu’elle est émise par le gouvernement. Quiconque la refuse est clairement opposé au gouvernement et devra être dénoncé à la police”, estime un habitant d’Harare. “Nous n’avons pas besoin des ‘billets d’obligation’, c’est du vol au grand jour des Zimbabwéens. Il arrivera à ces ‘billets d’obligation’ ce qui arrivé au dollar zimbabwéen. Ils ont déjà volé la vraie monnaie”,...
(Jeune Afrique 29/11/16)
Lieu emblématique d’une parole libérée où musique et politique avaient pignon sur rue, le Book Café de Harare a dû fermer ses portes. Sans domicile fixe, il continue d’organiser des concerts itinérants. Harare, capitale du Zimbabwe. Ce vendredi soir, en plein centre-ville, l’agitation gagne le dernier étage de l’hôtel New Ambassador. En prévision d’une pluie qui sera de fait abondante, une gigantesque tente blanche a été installée pour protéger la terrasse, transformée pour l’occasion en véritable salle de concert. Tout est presque prêt pour accueillir les centaines de personnes venues se divertir au son d’une musique live. Le programme de la soirée annonce un groupe de ­reggae, une chanteuse folk zimbabwéenne blanche installée en Afrique du Sud et un jeune...
(AFP 28/11/16)
Le Zimbabwe a lancé lundi sa nouvelle monnaie pour tenter de pallier au manque criant de liquidités qui asphyxie son économie, malgré les vives réticences d'une population encore traumatisée par l'hyperinflation des années 2000. Indexés sur le dollar américain, les premiers "billets d'obligation", selon leur dénomination officielle, d'un montant de 2 et 5 dollars sont apparus dans les rues de la capitale Harare. "Nous avons commencé à recevoir nos premiers paiements en billets d'obligation à un taux de parité avec...
(RFI 28/11/16)
A partir de lundi 28 novembre, la banque centrale du Zimbabwe lance une nouvelle monnaie appelée « billets d'obligation ». Indexée sur le dollar américain, cette nouvelle monnaie a pour but de remédier à la pénurie de dollars, devise en cours dans le pays depuis 2009. L'équivalent de 10 millions de dollars est mis en circulation sous forme de coupons de 2 dollars et 2 millions de plus en coupons de 1 dollar. D'ici la fin de l'année, 75 millions de dollars seront émis par la banque centrale du Zimbabwe. Ces coupons qui jouent le rôle de billets de banque doivent mettre un terme à la pénurie de dollars américains.
(Jeune Afrique 28/11/16)
Sept ans après l'abandon de sa monnaie nationale qui détenait le taux d'inflation le plus élevé du monde, la Banque centrale du Zimbabwe met en circulation ce lundi des « billets d’obligation » indexés sur le dollar. Ils sont censés pallier la pénurie de devises étrangères et relancer la consommation. Les « billets d’obligation » annoncés par la Banque centrale zimbabwéenne sont en circulation depuis lundi 28 novembre. Dans un communiqué, l’institution financière indique que l’émission initiale porte sur 10 millions de dollars en coupures de 2 dollars, malgré les vives réticences d’une population encore traumatisée par l’hyperinflation du début des années 2000. Des coupures de 5 dollars doivent suivre. En mai dernier, des coupures de 2, 5, 10 et...
(Agence Ecofin 26/11/16)
Josh Chifamba, le directeur exécutif de la Zimbabwe Electricity Supply Authority (Zesa) a annoncé que les pertes de sa structure devraient doubler, en 2016, par rapport au niveau enregistré en 2015, passant ainsi de 112 millions $ à 224 millions $. Ce résultat est principalement dû à l’augmentation du volume d’électricité importée, ainsi qu’à la cession de l’électricité à un tarif inférieur à son prix de rachat auprès des producteurs. En effet, au cours de cette année, la Zesa a importé pour 160 millions $ d’électricité contre 28 millions $ d’importation au cours de l’année 2015. Cette situation est due à la faible pluviométrie enregistrée dans la région et qui a empêché le fonctionnement optimal des barrages électriques dont dépend...
(Agence Ecofin 26/11/16)
Le gouvernement zimbabwéen va-t-il abandonner la taxe de 15% sur les exportations de platine, proposée en 2013 pour «encourager les mineurs à une transformation locale», et dont la mise en place a été reportée en 2017 ? Réagissant à la future annonce de la décision de l’Etat, attendue en décembre prochain, la Chambre des mines du pays a déclaré, qu’à défaut d’un abandon, elle s’attend au moins à un nouveau report parce que les compagnies minières «ont fait assez de progrès dans la construction de fonderies locales». Le DG de la Chambre des mines, Isaac Kwesu, a déclaré que la mine Unki, propriété d’Anglo American Platinum (Amplats) et la mine Mimosa, gérée conjointement par Impala Platinum et Aquarius, ont présenté...

Pages