Mardi 23 Mai 2017
(France 24 24/02/17)
 
00:00
Le président du Zimbabwe a fêté mardi ses 93 ans. Malgré sa santé déclinante et la crise économique qui sévit dans son pays, Robert Mugabe entend briguer un nouveau mandat en 2018. Robert Mugabe a célébré, mardi 21 février, ses 93 ans et ce n’est pas son statut de plus vieux président en exercice de la planète qui le fera renoncer. Malgré le poids de plus en plus évident de l’âge et une fatigue qu’il ne peut plus dissimuler, le chef d’Etat zimbabwéen s’est dit déterminé à conserver les rênes du pays lors d’un entretien de près d’une heure donné durant le week-end à la radiotélévision d’Etat. « La majorité des gens pensent qu’il n’y a personne pour me remplacer...
(Jeune Afrique 23/02/17)
Robert Mugabe, qui fêtait hier ses 93 ans, continue d’affronter les tensions au sein de sa formation politique, la Zanu PF. Si la guerre de succession n’est pas nouvelle, l’âge avancé du Président est un facteur de plus en plus présent dans les esprits. Ce mercredi 22 février, dans les rues de Bulawayo, la deuxième ville du pays, les gros titres affichent leur interrogation quant à la possible succession de Robert Mugabe. De nombreux journaux évoquent notamment les dernières louanges du Président à son épouse, âgée de cinquante et un ans. Une entreprise de glorification qui a de quoi surprendre au vu des termes employés par le Chef de l’État. Dans un entretien accordé à la télévision nationale à l’occasion...
(Agence Ecofin 23/02/17)
Au Zimbabwe, le groupe de presse public Zimpapers est en procès avec le ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr Jonathan Moyo (photo). En octobre 2016, ce dernier avait saisi la justice d’une plainte pour diffamation. Le ministre demande une compensation de 9 millions $ pour avoir été dénigré dans une série d’articles publiés par des journaux édités par le groupe Zimpapers. L’entreprise de presse explique qu’il n’a jamais été question de diffamer quiconque dans le traitement des sujets liés au ministre. Pourtant, le Pr Jonathan Moyo estime qu’il a été traité de voleur dans un scandale de vol de voitures car, les journaux du groupe Zimpapers ont écrit que les véhicules volés lui étaient destinés. Des accusations «malveillantes, scandaleuses, injustes...
(Jeune Afrique 22/02/17)
Le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, fêtait le 21 février ses 93 ans. Un âge canonique qui ne cesse d'alerter, année après année, tant il semble s'accrocher au pouvoir. Mais est-il pour autant une exception en Afrique ? Réponse en deux infographies. Le cas de Robert Mugabe n’est pas banal. À 93 ans tout juste, le président zimbabwéen a déjà passé plus de 29 ans au pouvoir, sans se lasser. Sa femme, Grace, a même confié à ses partisans, sur le demi-ton de la plaisanterie, que, même si son mari venait à mourir, il pourrait encore remporter la prochaine élection présidentielle ! On frise la caricature, un peu comme quand le même Robert Mugabe célèbre ses anniversaires dans des...
(Courrier International 22/02/17)
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, tient à être félicité. Au pouvoir depuis 1980, celui qui fête ce 21 février son 93e anniversaire est le plus vieux chef d’État en exercice. “Malgré les signes évidents que Mugabe était incapable de trouver des solutions à la crise économique et politique du Zimbabwe, les institutions en difficultés ont mené d’onéreuses campagnes de publicité dans tous les journaux, médias privés, télévision d’État et radio pour lui lécher les bottes”, critique The Zimbabwean. Un grand nombre de compagnies privées proches du parti au pouvoir se sont également empressées de souhaiter un joyeux anniversaire à Mugabe.” La célébration publique de son anniversaire, de coutume depuis la fin des années 1980, est particulièrement critiquée dans un...
(Le Monde 22/02/17)
Le président du Zimbabwe a fêté mardi ses 93 ans. Malgré sa santé déclinante et la crise économique qui sévit dans son pays, Robert Mugabe entend briguer un nouveau mandat en 2018. Robert Mugabe a célébré, mardi 21 février, ses 93 ans et ce n’est pas son statut de plus vieux président en exercice de la planète qui le fera renoncer. Malgré le poids de plus en plus évident de l’âge et une fatigue qu’il ne peut plus dissimuler, le chef d’Etat zimbabwéen s’est dit déterminé à conserver les rênes du pays lors d’un entretien de près d’une heure donné durant le week-end à la radiotélévision d’Etat. « La majorité des gens pensent qu’il n’y a personne pour me remplacer...
(BBC 22/02/17)
Les médecins demandent aussi une garantie d'emploi pour les jeunes du corps médical après leurs études. Le président de l'Association des médecins hospitaliers (HDA) a déclaré à l'Agence France Presse qu'il n'y avait pratiquement pas de médecins dans la plupart des hôpitaux. Des centaines de malades encombraient samedi les salles d'attente, les couloirs et les parkings du grand hôpital public de la capitale, Harare. Les médecins estiment que le gouvernement ne s'est pas beaucoup investi pour répondre à leurs revendications. Le Zimbabwe est un pays économiquement exsangue.
(AfricaNews 22/02/17)
Le président Robert Mugabe a fêté mardi ses 93 ans alors que son état de santé déclinant et sa capacité à gouverner ne cessent d’alimenter les rumeurs dans le pays. Le vieux dirigeant a répété sa ferme intention de continuer à régner sans partage sur le pays, une volonté qui ne fait pas l’unanimité dans les rues d’Harare. “Il n’est pas apte à gouverner ce pays, donc nous ne pouvons pas dire que le président Mugabe est celui qui dirige ce pays, ce n’est plus celui qui dirige ce pays,” affirme une habitante de la capitale zimbabwéenne qui a préféré garder l’anonymat. “Mugabe a été au pouvoir au cours des dernières années, mais il n’a rien livré à ses citoyens,...
(Le Monde 22/02/17)
En raison de son économie déliquescente, le pays est contraint de se tourner vers l’Ouest et le FMI. Son avenir dépend du départ du président Mugabe qui, à 93 ans, s’accroche au pouvoir, et de la transition politique. Le Zimbabwe fait face à une situation économique grave en raison de la chute des cours de l’or et du platine, ainsi que du ralentissement chinois et du dollar fort, souligne le New Zimbabwe. Mais les racines de la crise sont plus profondes. Le secteur agricole, qui fut un temps l’épine dorsale de l’économie, connaît des heures difficiles après les réformes agraires menées par le président Robert Mugabe. Le pays a aussi connu une forte désindustrialisation provoquée par des erreurs de politique...
(AFP 21/02/17)
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, plus vieux dirigeant en exercice dans le monde, célèbre mardi ses 93 ans avec la ferme intention de continuer à régner sans partage sur le pays malgré des signes extérieurs de vieillesse de plus en plus évidents. Comme c'est le cas depuis des années, le doyen Mugabe doit souffler sa presque centaine de bougies lors d'une cérémonie limité à ses ministres et plus proches collaborateurs. Ses concitoyens ont quand même été invités à lui faire parvenir leurs voeux via les réseaux sociaux des médias d'Etat. Cette sauterie très privée ne constitue toutefois qu'un hors-d'oeuvre au clou des réjouissances, un grand banquet offert samedi à des milliers de partisans dans le parc national de Matopos,...
(Le Monde 21/02/17)
Au pouvoir depuis 1980, le « vieux crocodile », qui fête ses 93 ans, n’escompte pas céder les rênes du pays, même si, en coulisse, la guerre de succession a déjà commencé. Aller à Canossa. Voilà bien une attitude qu’en trente-six années passées à la tête du Zimbabwe (ex-Rhodésie du Sud), Robert Mugabe, qui fête ce mardi son 93e anniversaire, n’a jamais adoptée. Pour lui, pas question de s’humilier face à un quelconque adversaire. Dans un entretien à la radio publique, l’inoxydable nonagénaire – et plus vieux chef d’Etat en exercice de la planète – a ainsi écarté une nouvelle fois la perspective de céder les rênes du pouvoir. « Seul mon parti peut me demander de me retirer lors...
(RFI 21/02/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe fête ses 93 ans ce mardi 21 février. Une fête officielle est prévue samedi dans le sud du pays. Le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète est au pouvoir depuis 36 ans et a déjà indiqué qu'il serait candidat au scrutin présidentiel l'année prochaine. Lors d'une interview au média d'Etat le week-end dernier, il a une nouvelle fois écarté l'idée d'un départ à la retraite. A la veille de ses 93 ans, Robert Mugabe n'envisage pas de quitter le pouvoir. Lors d'une interview le week-end dernier, il a précisé que seul son parti, la Zanu-Pf, peut lui demander de quitter son poste, mais que tous souhaitent qu'il se représente. Le chef de...
(BBC 21/02/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe est en phase avec le président américain Donald Trump concernant sa politique nationaliste "l'Amérique aux Américains". "Quand il s'agit de Donald Trump et de ses idées nationalistes "l'Amérique aux américains", je suis d'accord ", a indiqué le président zimbabwéen au Herald Newspaper dans une interview à l'occasion de son 93ème anniversaire. Mugabe Selon lui, il faut donner une chance à Donald Trump. "Il faut donner du temps à Donald Trump. Il peut même revoir les sanctions contre le Zimbabwe », a-t-il déclaré. Après la victoire de Donald Trump, M. Mugabe avait déclaré qu'il était surpris mais qu'il ne voulait pas qu'Hillary Clinton gagne.
(Agence Ecofin 21/02/17)
Au Zimbabwe, le gouvernement a approuvé le plan proposé par l’IDBZ (Infrastructure Development Bank of Zimbabwe) et qui vise à mobiliser 100 millions $ sur le marché local des capitaux, pour le développement et le financement de la construction de logements dans le pays, apprend-on de sources officielles. La mobilisation de cette ressource ne se déroulera pas en une seule fois et devrait s'étaler sur cinq ans. Le ministère en charge des affaires foncières s'est déjà mis en action, pour accorder au projet assez d'espace pour accueillir l'équivalent de 1,2 million de logements. Le but de l’opération, selon les responsables zimbabwéens, est d'apporter une réponse à l'important gap que connaît l'accès au logement dans leur pays. Même si le Zimbabwe...
(AFP 20/02/17)
Le très controversé président du Zimbabwe Robert Mugabe a une nouvelle fois écarté dimanche, à quelques jours de ses 93 ans, l'idée d'un départ à la retraite en arguant qu'il ne disposait pour l'heure d'aucun successeur "acceptable". "Seul mon parti peut me demander de me retirer, lors d'un congrès ou lors d'un comité central. Dans ce cas-là, je partirai", a déclaré M. Mugabe dans un entretien à la radio publique qui doit être diffusé à l'occasion de son anniversaire mardi. "Mais qu'est ce que j'entends ? Exactement le contraire. Ils veulent que je me représente", a-t-il ajouté, cité dimanche par le quotidien d'Etat Sunday Mail. M. Mugabe dirige d'une main de fer le Zimbabwe depuis qu'il obtenu son indépendance de...
(BBC 20/02/17)
Dans un entretien à la radio publique qui doit être diffusé mardi à l'occasion de son anniversaire, Robert Mugabe affirme que seul son parti pouvait lui demander de se retirer. A l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe avait été Premier ministre pendant sept ans. Depuis 1987, il dirige le pays. Son parti, la Zanu PF l'a désigné pour briguer un nouveau mandat lors du scrutin présidentiel de 2018. En 2011, WikiLeaks avait révélé que Robert Mugabe souffrait du cancer de la prostate. Le Zimbabwe traverse une profonde crise économique qui suscite la grogne de la population.
(Financial Afrik 18/02/17)
L’association des meuniers du Zimbabwe réclame une taxe de 40% sur le maïs importé. Cette décision est impulsée par la forte concurrence sur le marché zimbabwéen par les producteurs sud-africain du produit génétiquement modifié. « Les importations nuisent aux tentatives du Zimbabwe d’améliorer la sécurité alimentaire en stimulant la production locale », a déclaré le président de l’association, Tafadzwa Musarara. «Les meuniers sud-africains ont littéralement versé des farines de maïs OGM bon marché dans notre économie et il est temps que le Zimbabwe réaligne son économie en localisant la production de ses aliments de base» a-t-il poursuivi. Cette demande laisse perplexes les expert qui voient déjà l’affaire devenir politique. « Les décisions ne sont pas prises sur la base des...
(Agence Ecofin 18/02/17)
(Agence Ecofin) - Il ne faudrait pas passer de l’optimisme qui prévalait quant à la croissance de l’Afrique à un trop grand pessimisme. C’est l’essentiel du message que la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde a tenu à passer depuis Bangui en République Centrafricaine où elle était récemment en visite. La dirigeante qui s’exprimait devant des étudiants a déclaré que, bien que le continent ait connu sa croissance la plus faible en deux décennies l’an dernier, et devrait la voir atteindre seulement 2,9% cette année, il fallait garder un regard lucide sur les perspectives du continent. «Nous devons nous méfier de passer du grand optimisme des dernières années quant aux perspectives de l’Afrique subsaharienne, à un pessimisme...
(AFP 17/02/17)
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, en est convaincue: son époux Robert Mugabe, qui doit fêter la semaine prochaine ses 93 printemps, serait réélu à la tête du pays même s'il décédait avant les élections prévues en 2018. "Un jour, quand Dieu décidera que Mugabe doit mourir, nous présenterons son cadavre comme candidat sur les bulletins de vote", a lancé vendredi Mme Mugabe devant des supporters du parti au pouvoir à Buhera (est). "Vous verrez les gens voter pour le cadavre de Mugabe ! Je suis sérieuse ! Juste pour montrer à quel point ils aiment leur président", a-t-elle assuré.
(AFP 17/02/17)
Le pasteur Evan Mawarire, une des figures de la contestation contre le gouvernement au Zimbabwe, a annoncé vendredi qu'il envisageait de se présenter aux élections générales de 2018 face au président Robert Mugabe. "Si le besoin se fait sentir ou s'il s'avère nécessaire pour moi de participer aux élections, je veux vraiment me rendre disponible pour cela", a lancé le pasteur Mawarire aux journalistes à la sortie du tribunal d'Harare où il était entendu par la justice.

Pages