Mardi 24 Avril 2018
(APA 15/02/18)
APA- Harare (Zimbabwe) – Le leader de l’opposition zimbabwéenne et chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Morgan Tsivangirai, est décédé à l’âge de 65 ans des suites d’un cancer du colon, un mal qui le rongeait depuis 2016, a annoncé l'un des vice-présidents du parti, Elias Mudzuri. "Comme vous le savez, le président de notre MDC (Mouvement pour un changement démocratique) Morgan Tsvangirai ne se portait pas bien depuis un certain temps. C'est avec tristesse que j'annonce que nous avons perdu notre icône et notre combattant pour la démocratie", a indiqué, mercredi, sur son compte Twitter, Elias Mudzuri. Le décès est survenu dans un hôpital de Johannesburg en Afrique du Sud où Tsivangirai se rendait souvent pour soigner...
(Xinhua 15/02/18)
Le principal leader de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, est décédé mercredi dans un hôpital sud-africain des suites d'une longue maladie. Un message publié par l'un de ses adjoints au sein du parti MDC-T, Elias Mudzuri, a confirmé son décès. En 2016, M. Tsvangirai avait annoncé qu'il souffrait d'un cancer du colon et qu'il était régulièrement hospitalisé depuis quelque temps. "J'ai le regret de vous informer que nous avons perdu notre icône et l'un des plus ardents défenseurs de la démocratie", a dit M. Mudzuri. Ancien syndicaliste, M. Tsvangirai était le chef de file de l'opposition zimbabwéenne depuis 2009. Après des élections controversées en 2008, il est devenu l'an suivant le Premier ministre d'un gouvernement inclusif dirigé par l'ancien président Robert...
(Agence Ecofin 15/02/18)
La nouvelle de son décès fait déjà le tour du monde. Morgan Richard Tsvangirai, l'opposant historique zimbabwéen, a finalement succombé à ce qui a été diagnostiqué comme étant le cancer du colon. Lundi 5 février 2018, son état de santé était jugé critique alors qu'il était de nouveau admis dans un hôpital sud-africain. Leader du parti Movement for Democratic Change (MDC), il a consacré une partie de sa vie à lutter contre l'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe. En 2008, il est sorti vainqueur du premier tour des élections présidentielles. S'en suivra alors une purge de la part des forces de sécurité fidèles à Mugabe, contre les membres de l'opposition et principalement de son parti. Tsvangirai va renoncer au second tour, et...
(APA 14/02/18)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a déclaré qu’il respecterait la volonté du peuple et démissionnerait s’il perdait les élections prévues au milieu de cette année, rapporte, mercredi, le quotidien local Herald. « En effet, si je perds, je démissionnerai avec grâce parce que le peuple aura parlé », a-t-il fait savoir en réponse à une question, lors d’un dialogue interactif engagé, lundi, avec des centaines de Zimbabwéens vivant au Botswana. Il a toutefois exprimé sa confiance en l’idée de remporter avec son parti la victoire contre une opposition décousue lors des élections générales...
(Le Monde 14/02/18)
Morgan Tsvangirai n’est pas mort. Il respire, souffre sans doute, mais il est en vie. Au Zimbabwe, où il est le principal opposant, les structures de santé sont saccagées par la gestion calamiteuse de la fin de l’ère Mugabe. Un malade qui en a les moyens part se faire soigner à l’étranger. Morgan Tsvangirai, 65 ans, a choisi l’unité de cancérologie d’un hôpital de Johannesburg, en Afrique du Sud. Il est sans doute dans la phase terminale d’un cancer du colon qu’il avait rendu public en 2016. Selon des sources, il lui est difficile de parler. Autour de lui s’agitent les prétendants à la direction du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), et tant pis si le chef n’est pas...
(Xinhua 14/02/18)
Environ 5,3 millions de Zimbabwéens se sont inscrits pour voter à l'occasion des prochaines élections prévues cette année, a déclaré mardi la Commission électorale zimbabwéenne. Ce chiffre publié par l'organisme électoral montre que 5 310 734 personnes se sont inscrites depuis le début de l'exercice en septembre dernier. Mais la Commission électorale a également précisé que ce chiffre reste toujours provisoire et doit encore être vérifié. Le Zimbabwe a démarré l'enregistrement biométrique des électeurs en septembre dans 63 districts du pays, suivi d'une opération éclaire d'inscription mobile en octobre, qui s'est achevée en décembre avant d'être prolongée jusqu'au 8 février. Alors que l'inscription mobile des électeurs est clôturée, les enregistrements se poursuivent dans 63 districts et s'achèveront quelques semaines avant...
(APA 14/02/18)
APA-Gaborone (Botswana) - Le Botswana et le Zimbabwe ont conclu un accord aux termes duquel Harare pourra transformer ses diamants au Botswana. L’accord a été conclu lors de la visite du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa ce mardi au Diamond Technology Center à Gaborone « Nous allons commencer à transformer nos diamants ici. Le Botswana dispose d’installations de tri de diamants de classe mondiale. Mon ministre des Mines va commencer à travailler la dessus pour que cela se fasse très bientôt », a déclaré Mnangagwa. Le dirigeant zimbabwéen, en visite d’Etat sur invitation de son homologue botswanais, le président Ian Khama, a également révélé être dans ce pays voisin pour renforcer la coopération économique entre Harare et Gaborone. C’est la première...
(Agence Ecofin 13/02/18)
La Grande Bretagne va accorder, à travers son Département du développement international, une subvention de 21,5 millions de livres sterling au Zimbabwe. Ceci, en vue de faire face aux effets de la sécheresse que connait le pays depuis quelques mois. Dans un communiqué, le Département britannique du développement international déclare que cette subvention servira à « renforcer la capacité des communautés rurales vulnérables à résister aux chocs et aux tensions, réduisant ainsi leur besoin d'aide humanitaire et améliorant leur bien-être ». A noter que la sécheresse provoquée par le phénomène El Niño a été particulièrement sévère en 2016 en Afrique australe, détruisant les récoltes et laissant près de quatre millions de Zimbabwéens dépendants de l’aide alimentaire. Pour Brian Bogart (photo),...
(AFP 12/02/18)
Le gouvernement zimbabwéen ne rendra pas aux fermiers blancs les terres qui leur ont été confisquées dans le cadre d'une réforme agraire controversée de l'ancien président Robert Mugabe, a prévenu samedi le nouveau chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa. "Il y a des journalistes qui écrivent que le nouveau régime veut que les fermes soient retournées aux Blancs, cela ne se produira pas", a déclaré M. Mnangagwa lors d'un discours dans la circonscription de Chirumhanzu-Zibagwe (centre), retransmis en direct à la télévision nationale. "La réforme agraire est irréversible", a assuré le nouveau président, reprenant les propos de son discours d'inauguration en novembre.
(Agence Ecofin 12/02/18)
Alors que le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa (photo), avait enchaîné les promesses et gestes positifs en faveur d’une remise en cause de la réforme agraire menée, depuis les années 2000, par son prédécesseur Robert Mugabe, il vient d’opérer un virage à 360°. S’exprimant à la télévision nationale, le samedi 10 février, il a annoncé que les fermes ne seront pas restituées à leurs ex-propriétaires blancs. « Il y a des journalistes qui écrivent que le nouveau régime veut que les fermes soient retournées aux Blancs, cela ne se produira pas. La réforme agraire est irréversible », a-t-il notamment déclaré, selon des propos rapportés par l’AFP. Et de rappeler que les priorités sont ailleurs. « Notre terre doit être productive. Nous...
(APA 12/02/18)
APA - Harare (Zimbabwe) - Plus de 5,3 millions de personnes, soit environ 74% du total des électeurs, se sont inscrites sur les listes électorales en vue des élections générales du Zimbabwe prévues en mi-2018, a annoncé, lundi, la Commission électorale du Zimbabwe (ZEC). "5.310.734 personnes s’étaient inscrites au terme de l’opération de toilettage du fichier biométrique des électeurs (BVR)" qui s’est déroulée du 10 janvier au 8 février à travers le pays, a notamment indiqué la ZEC, précisant que la population électorale est estimée à 7.224.129 personnes. L’opération de nettoyage a été rendue nécessaire par les défis rencontrés par certains électeurs potentiels lors de la campagne initiale d’inscription biométrique des votants (BVR) qui s’est déroulée de septembre à décembre...
(Xinhua 12/02/18)
Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a quitté lundi matin Harare pour Gaborone, au Botswana, pour effectuer sa première visite d'Etat depuis sa prise de fonction en novembre dernier à la suite de la démission de l'ancien président Robert Mugabe. L'agence de presse officielle zimbabwéenne New Ziana a rapporté lundi que M. Mnangagwa rejoindrait une dizaine de ministres qui étaient déjà au Botswana en prévision de discussions bilatérales entre les deux pays. Le président du Botswana, Seretse Khama Ian Khama, entretenait des relations glaciales avec M. Mugabe qui, selon lui, ne respectait pas la primauté du droit.
(Agence Ecofin 12/02/18)
Les principaux fabricants russes d’engrais Uralchem et Uralkali, envisagent d’accroître le volume de leurs ventes du côté du Zimbabwe et de la Zambie. L’annonce a été faite par Dmitri Mazepin, le milliardaire russe, propriétaire de Uralchem et actionnaire de Uralkali, en marge d’une rencontre avec les présidents Emmerson Mnangagwa et Edgar Lungu. Ce plan devrait se traduire par la mise en place d’hubs dans les deux pays, qui permettront un approvisionnement direct en engrais minéraux. Une stratégie qui pourrait permettre aux producteurs locaux de s’offrir la tonne d’engrais à un tarif compris entre 250-300$ contre 450-500 $, habituellement auprès des intermédiaires. Plus globalement, indique M. Mazepin, à court terme, les groupes pourraient faire passer leurs expéditions d’engrais vers la région,...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Véritable refuge pour les créateurs zimbabwéens et leurs œuvres, la Galerie nationale d’art de Bulawayo affiche un programme éclectique. À l’angle des rues Joshua-Nkomo et Leopold-Takawira de Bulawayo, le bâtiment colonial construit au début des années 1900 ne passe pas inaperçu avec ses fines colonnes de fer forgé, sa jolie devanture en bois et son double balcon surplombant un centre-ville paisible, quadrillé comme une métropole anglo-saxonne. Sur l’une des façades, les passants peuvent admirer les créations d’artistes locaux. Sur l’autre, les marches du perron peinturlurées du mot « bienvenue » en plusieurs langues locales mènent à l’entrée de ce lieu qui salue la culture sous toutes ses formes. Un lieu ouvert à tous Au rez-de-chaussée, la boutique de souvenirs, envahie...
(Agence Ecofin 10/02/18)
La société Siemon, spécialisée dans la conception et la fourniture de solutions et services de haute qualité et à haute performance pour les centres de données, envisage d’offrir ses prestations au Zimbabwe. Lors du Data Centre Africa Expo Conference, tenu du 7 au 9 février 2018 à Victoria Falls, son directeur technique, Dinesh OP, l’a affirmé. Il a indiqué qu’il place « de grands espoirs dans cet événement pour développer nos activités au Zimbabwe ». «Nous avons des entreprises clientes qui utilisent notre marque parce qu'elles connaissent notre qualité, mais nous cherchons toujours à renforcer la communauté locale. C'est la première fois que nous visitons le Zimbabwe et peut-être que je serai de retour dans six mois pour visiter Harare...
(AFP 09/02/18)
La direction du principal parti d'opposition du Zimbabwe, privé de son président historique Morgan Tsvangirai gravement malade, s'est déchirée publiquement vendredi sur les réseaux sociaux, à quelques mois des élections générales. Le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) avait révélé il y a deux ans qu'il souffrait d'un cancer du côlon pour lequel il continue à effectuer de nombreux séjours médicaux dans des hôpitaux sud-africains. Mercredi, l'un des trois vice-présidents du MDC, Nelson Chamisa, a été nommé président par intérim dans un communiqué diffusé par le porte-parole de M. Tsvangirai, Luke Tamborinyoka. Dans un tweet, M. Chamisa a expliqué vendredi qu'il agissait désormais "en tant que président en exercice" du parti.
(La Tribune 09/02/18)
Le gouvernement Mnangagwa est actuellement en négociation avec Afreximbank pour décrocher une ligne de garantie de 1,5 milliard de dollars. Cet instrument devrait servir d’incitatif et d’assurance aux investisseurs étrangers pour qu’ils optent pour le Zimbabwe. Cette négociation s’inscrit dans l’ouverture économique menée par le nouvel homme fort de Harare. Le Zimbabwe et Afreximbank sont en négociation autour d'une ligne de garantie de 1,5 milliard de dollars qui sera destinée à assurer la protection des fonds des investisseurs étrangers. Des pourparlers qui ont été annoncés par la Banque centrale Zimbabwéenne.
(APA 09/02/18)
APA - Harare (Zimbabwe) - Les exportations du Zimbabwe ont crû de 36% pour atteindre 3,8 milliards de dollars américains en 2017, grâce à l’impact des mesures prises en 2016 par la Reserve Bank of Zimbabwe (RBZ) pour encourager les exportations. Le gouverneur de la RBZ , John Mangudya, a indiqué mercredi dans sa déclaration de Politique monétaire 2018 que les exportations étaient passées de 2,8 milliards de dollars en 2016 à 3,8 milliards de dollars l’an dernier, grâce à des facilités d’incitation à l’exportation évaluées à 500 millions de dollars par la Banque centrale. "Depuis sa création en 2016, le programme d’incitation à l’exportation a renforcé la compétitivité des exportations zimbabwéennes et contribué de manière significative...
(Agence Ecofin 09/02/18)
Selon le ministre zimbabwéen des mines, Winston Chitando (photo), le secteur minier du pays a un énorme potentiel pour stimuler l’économie dans le futur, notamment avec le lithium, l’or et les diamants. S’exprimant en marge de l’African Mining Indaba, une conférence qui se tient actuellement au Cap (Afrique du Sud), il a indiqué qu’il existe de nombreuses possibilités d’investissement dans l’exploration, l’exploitation minière et la commercialisation. «Le pays abrite certains des plus importants gisements de lithium au monde.», a-t-il indiqué citant comme exemples de projets en cours, Bikita Minerals dans la province de Masvingo et le projet Arcadia à Goromonzi. Le Zimbabwe tente de reconstruire son économie. Elle s’est en effet, écroulée sous le régime Mugabe qui a fait fuir...
(La Tribune 09/02/18)
En Afrique du Sud, le conglomérat diamantaire De Beers a récemment décroché une dizaine de licences d’exploration minière. Au-delà, le numéro 1 mondial du diamant envisage son retour au Zimbabwe et en RDC. Détails. De Beers pourrait bientôt réinvestir au Zimbabwe et en RDC, a laissé entendre Phillip Barton, directeur général de l'unité sud-africaine du groupe diamantaire, en marge du plus grand rendez-vous annuel du secteur minier en Afrique, Mining Indaba, qui se tient à Cape Town du 5 au 8 février. «Je suis excité par ce que je vois au Zimbabwe. Si nous obtenons des licences, nous aurions un autre regard», a-t-il confié dans une déclaration rapportée par Bloomberg. Propriétaire de la mine de Venetia, située à 20 km...

Pages