| Africatime
Jeudi 30 Mars 2017
(RFI 17/02/17)
Au Zimbabwe, le procès de Evan Mawarire a été reporté au mois prochain. Le célèbre pasteur comparaissait ce vendredi matin devant la justice. Il est l'un des chefs de file de la contestation contre le régime du président Robert Mugabe. C'est notamment lui qui a lancé sur les réseaux sociaux, la campagne baptisée This Flag (ce drapeau). Il y a un an, le pasteur Mawarire, frustré par la situation dans son pays, se filme. Le drapeau zimbabwéen autour des épaules, il dénonce tour à tour la corruption du régime et les conditions de vie difficiles de la population. La vidéo est postée sur internet et va rapidement devenir virale. Celui qui jusque-là était inconnu du grand public devient le fer-de-lance...
(AFP 14/02/17)
L'invasion d'une chenille légionnaire vorace venue d'Amérique fait l'objet d'une réunion d'urgence sous l'égide de l'ONU mardi à Harare, afin de discuter de mesures contre cette larve qui a endommagé les cultures céréalières de plusieurs pays africains et fait craindre des pénuries alimentaires. Des experts représentant 13 pays seront réunis pendant trois jours dans la capitale zimbabwéenne, sous l'égide de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La "chenille légionnaire d'automne", originaire des Amériques et récemment introduite en Afrique, a déjà fait des ravages dans les champs de céréales en Zambie, au Zimbabwe, en Afrique du Sud et au Ghana. Le Malawi, le Mozambique et la Namibie seraient également affectés. Selon des experts, c'est la première fois que...
(Agence Ecofin 14/02/17)
Razel-Bec, un groupe français spécialisé dans les prestations de service de construction et de travaux publics est l'adjudicataire d'un contrat de 294 millions $. Le français réalisera des travaux de maintenance sur le barrage de Kariba, un ouvrage vieux de 66 ans, et qui menace de rompre, mettant en péril la vie de 3,5 millions de personnes entre le Zimbabwe et la Zambie. C'est un contrat de plus pour le groupe français, dont l'essentiel des activités à l'international, se déroulent en Afrique. De la Côte d'Ivoire jusqu'au Mozambique, Razel-Bec, depuis 2016, a travaillé sur près de 17 projets dans différents domaines. On l'a ainsi retrouvé dans des travaux allant de la réhabilitation des pistes d'aéroport à Douala, au terrassement des...
(AFP 14/02/17)
Elle se répand à une vitesse foudroyante et fait des ravages dans les champs: la chenille légionnaire d'automne, débarquée d'Amérique, ravage les cultures céréalières du sud de l'Afrique et constitue une menace pour la sécurité alimentaire. Le fléau semble toutefois gérable, à ce stade, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), mais il est pris suffisamment au sérieux pour faire l'objet, avec d'autres ravages, d'une conférence dans la capitale zimbabwéenne Harare, à partir de mardi. Selon la filière du maïs en France, ce nuisible ne semble pas menacer l'Europe pour l'instant, mais certains experts craignent qu'il ne finisse par toucher l'Europe et l'Asie. D'où vient cette chenille ? La chenille légionnaire d'automne, ou Spodoptera frugiperda, provient des...
(Agence Ecofin 14/02/17)
(Agence Ecofin) - La Zimbabwe Energy Regulatory Authority a interdit la fabrication, l’importation et la distribution des ampoules non économiques afin de garantir l’utilisation efficiente de l’énergie dans le pays. La décision prendra effet, à partir du 28 avril 2017, et toute personne qui y contreviendra s’expose à des peines d’emprisonnement pouvant s’étendre à 6 mois. «L’importation, la fabrication et la distribution des produits suivants sont interdites : les lampes incandescentes, à l’exception des produits spéciaux utilisés dans le domaine médical, les lampes fluorescentes halogènes T10 et T20 ainsi que les lampes ballast magnétiques et fluorescentes T5 et T8. », a indiqué la ZERA dans un communiqué. Tous les produits d’éclairage devront, en outre, détenir un label qui indiquera leurs...
(Le Monde 13/02/17)
Selon un chercheur chinois rencontré par notre chroniqueur, Pékin devrait prendre davantage conscience des risques politiques lorsqu’elle investit en Afrique. C’est le dernier grand chantier en date remporté par la Chine en Afrique : la construction du nouveau Parlement à Harare. Des travaux à 100 millions de dollars payés à 90 % par Pékin. Ce projet fait partie des douze « méga-contrats » décrochés récemment par la Chine au Zimbabwe et le signe que, malgré les risques politiques, Pékin mise toujours sur le régime Mugabe. C’est la question que se pose Wang Xinsong, professeur à la Beijing Normal University. Ce jeune chercheur s’inquiète de voir le tour que prennent les investissements chinois à l’étranger. Il s’apprête donc à lancer une...
(Agence Ecofin 13/02/17)
(Agence Ecofin) - Supa Mandiwanzira, le ministre des TIC, des services postaux et du courrier, a révélé le 6 février dernier que le gouvernement zimbabwéen va déployer plus de 600 tours télécoms à travers le pays. L’objectif est d’améliorer l’accès des populations aux télécoms. Supa Mandiwanzira s’exprimait face au comité parlementaire en charge des télécommunications. Les travaux d’installation des équipements télécoms à travers le pays, plus particulièrement dans les zones rurales, seront réalisés par l’Autorité nationale des postes et télécommunications (Potraz). Ils représenteront la base du partage d’infrastructures entre les opérateurs télécoms. En effet, en plus du partage de leurs infrastructures télécoms respectives pour permettre à toutes les populations résidant dans les zones déjà couvertes par le réseau d’accéder à...
(AfricaNews 11/02/17)
Il est nécessaire d’accélérer la production de soja au Togo, la demande ayant atteint 312 millions de tonnes en 2016 contre 17 millions de tonnes. Des méthodes scientifiques sont maintenant considérées pour aider à stimuler la croissance afin de répondre à la demande croissante. Zimbabwe: nouvelle taxe alimentaire Le Zimbabwe était connu pour être le grenier de l’Afrique, mais importe maintenant la plupart de ses produits alimentaires. Récemment, le gouvernement a mis en place une taxe sur la valeur ajoutée de 15 pour cent sur les aliments de base, qui est entrée en vigueur mercredi. Est-ce un mouvement pour stimuler les produits locaux dans une économie qui lutte contre les pénuries de trésorerie? La réponse avec Micheal Oduor et Serge...
(Leral 10/02/17)
C’est certainement le sujet qui échauffe les esprits au Zimbabwe en ce moment. Alors que le pays traverse une crise économique, financière et monétaire sans précédent, le parti au pouvoir tient à célébrer les 93 ans de son leader qui n’est autre que le président Robert Mugabe. La facture pourrait s’élever jusqu’à 2,5 millions de dollars. C'est un anniversaire pour le moins pompeux que semble préparer l'Union nationale africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), parti au pouvoir, en l'honneur de son leader, le président Robert Mugabe. Le 21 février prochain, le premier citoyen du Zimbabwe soufflera en effet sur sa 93e bougie...
(Africa Top Success 10/02/17)
Le 21 février prochain, le président Zimbabwéen, Robert Mugabé soufflera sa 93e bougie. Si la célébration de cet anniversaire est une priorité pour les membres du parti du président Mugabe, ce n’est pas le cas pour la plus part des Zimbabwéens. Les partisans de l’Union nationale africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), comptent commémorer cet anniversaire en grandes pompes. Pour ce faire, ils ont prévu près de 2,5 millions de dollars soit plus de 1,5 milliard de Fcfa, pour cette célébration. Aussi, une centaine de vaches seraient mobilisées pour l’événement. Pour un pays dont plus de 70 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté, Une telle somme est perçue par les observateurs comme du une gabegie financière. Selon...
(Agence Ecofin 09/02/17)
La Zimbabwe Energy Supply Authority (Zesa) mobilise actuellement des fonds afin de réduire sa dette envers l’Eskom, le fournisseur sud-africain d’électricité. « La Zesa cherche actuellement les moyens de mobiliser ces fonds. Le financement servira à payer une partie des sommes dues à l’Eskom. Mais le problème à ce niveau est que la Zesa n’a pas obtenu une allocation de devise étrangère suffisante auprès de la banque centrale », rapporte le Herald. La compagnie jouit d’une garantie gouvernementale couvrant jusqu’à 500 millions de rands (environ 37 millions $) et lui permettant de post-payer son énergie.
(AFP 08/02/17)
Le tribunal d'Harare a ordonné mercredi la libération sous caution du pasteur Evan Mawarire, accusé notamment de tentative de sabotage du gouvernement zimbabwéen et arrêté début février après un exil de six mois à l'étranger. "J'ordonne que le requérant soit libéré contre une caution de 300 dollars", a déclaré le juge Clement Phiri demandant que M. Mawarire rende son passeport et se présente deux fois par semaine à la police. Au cours de l'audience, le procureur Edmore Nyazamba a dépeint le pasteur comme un "terroriste...
(AfricaNews 08/02/17)
Le ton monte entre le gouvernement du Zimbabwe et Harry Thomas, l’ambassadeur des États-Unis dans le pays. George Sharamba, porte-parole du président Robert Mugabe a déclaré au journal gouvernemental Herald que le diplomate est “la rélique d’une époque terrible” et qu’il “devait s’accrocher (vivre) sur un bananier”. Harare reproche à l’ambassadeur américain sa réaction sur l’arrestation du pasteur Mawarire, membre influent de l’opposition au Zimbabwe accusé d’incitation à la violence et Patrick Philip Mugadza, un autre pasteur qui a prédit la mort du président Mugabe le 17 octobre 2017.
(Autre média 07/02/17)
Robert Mugabe doit se taire. Il ne peut donner de leçons quant aux valeurs de l’Union africaine, lui qui foule au pied toutes les valeurs de démocratie et de liberté. C’est la réponse cinglante d’un parti de l’opposition zimbabwéen à la sortie du dictateur de Harare à son retour d’Addis-Abeba. «Mugabe est le dernier à être qualifié pour donner des leçons de valeurs à l’Union africaine. Valeurs que lui-même jette aux orties chez lui». C’est ainsi que Tandai Biti, leader du Parti démocratique du peuple (opposition), a qualifié la sortie de Robert Mugabe à son retour d’Addis-Abeba en commentant le retour du Maroc au sein de l’Union africaine. «Le vieux pilote doit savoir que la démocratie est aussi un principe...
(La Tribune 07/02/17)
En difficulté financière ces dernières années, le Zimbabwe a décidé de presser encore plus sa population pour tenir. Alors que les populations du pays éprouvent déjà d’énormes difficultés pour faire face à la crise financière qui dure, le gouvernement de Robert Mugabe vient d’instaurer le prélèvement d’une TVA de 15% sur les denrées alimentaires de base. La mesure annoncée mercredi concerne la viande, les céréales, le riz et les pommes de terre, la margarine et le poisson, notamment. A tous points de vue, c'est l'une des mesures les plus impopulaires prises ces dernières années par l'administration Mugabe au Zimbabwe. La décision de prélever 15% de TVA sur les produits alimentaires de première nécessité n'est pas bien accueillie par les zimbabwéens...
(Agence Ecofin 07/02/17)
Alban Chirumo, le directeur général du Zimbabwe Stock Exchange, le marché financier zimbabwéen, a été placé en congé technique. Il doit répondre aux investigations en cours, sur la réalisation par Econet Wireless d'une augmentation de capital de 130 millions $, au mépris d'une recommandation du régulateur des marchés financiers. L'opérateur de télécommunication a demandé à ses actionnaires de verser leurs souscriptions à l'augmentation de capital en devises et dans un compte offshore. Une manière de faire qui n'a pas obtenu l'assentiment de la commission de surveillance des marchés au Zimbabwe, qui a rappelé que le pays faisait face à un manque de devises. Aussi l'opération a été perçue comme défavorable aux petits investisseurs, qui ne disposent pas de liquidités en...
(RFI 04/02/17)
Au Zimbabwe, le pasteur Evan Mawarire, un des leaders de la contestation contre le président Robert Mugabe, a été officiellement inculpé. Il comparaissait vendredi 3 février devant un tribunal d'Harare. Mawarire a été arrêté mercredi soir à l'aéroport alors qu'il revenait des Etats-Unis où il a passé 6 mois. A l'époque Mawarire avait dit avoir fui le pays craignant pour sa vie. A peine arrivé dans le pays et Mawarire est déjà inculpé. Il est accusé de « tentative de subversion d'un gouvernement constitutionnellement élu ». Et « d'incitation à la violence ». Il lui est reproché d'avoir appelé et organisé des manifestations contre le régime.
(Agence Ecofin 04/02/17)
(Agence Ecofin) - Le Zimbabwe prévoit de doubler en 2017 sa production de ferrochrome à 300 000 tonnes. C’est ce qu’a déclaré le ministre des mines jeudi, expliquant que plusieurs concessions de chrome ont été accordées à de petites compagnies minières dans le cadre des efforts visant à accroître la production. « Nous projetons 300 000 t de ferrochrome pour 2017 en raison des mesures que nous avons prises en allouant les concessions de chrome », a déclaré Walter Chidhakwa. Le ministre a également annoncé que les exportations de chrome brut devraient, cette année, passer de 285 000 tonnes à 550 000 tonnes. Le gouvernement zimbabwéen a entamé une procédure visant à retirer aux grandes compagnies minières une partie de...
(AFP 03/02/17)
Le pasteur zimbabwéen Evan Mawarire, un des chefs de file de la contestation contre le régime du président Robert Mugabe, a été déféré vendredi devant un tribunal d'Harare, deux jours après son arrestation à son retour au pays. M. Mawarire est formellement accusé d'incitation à la violence et de tentative de sabotage du gouvernement. Un juge doit décider d'ici à la fin de la journée de son maintien en détention ou de sa remise en liberté. "Il a demandé aux Zimbabwéens de ne pas aller travailler et de se révolter contre le gouvernement. Il y a eu de violentes manifestations dans le pays et de nombreuses propriétés ont été endommagées", a requis le procureur Edmore Nyazamba. "L'ensemble de ces accusations...
(Agence Ecofin 03/02/17)
(Agence Ecofin) - Le gouvernement zimbabwéen a instauré hier le prélèvement d’une TVA de 15 % sur les denrées alimentaires de base. La taxe affecte entre autres la viande, les céréales, le riz et les pommes de terre, la margarine et le poisson. L'annonce de la TVA a été critiquée comme « suicidaire » par le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), qui a estimé que cela conduira inéluctablement à une forte augmentation des prix des denrées alimentaires et une perte de pouvoir d’achat. « Ceci est dirigé contre le peuple et rendra la vie difficile aux pauvres », a déclaré le porte-parole du parti, Obert Gutu (photo). Cette décision intervient alors que le Zimbabwe est confronté à un chômage...

Pages