Mercredi 23 Août 2017
(Agence Ecofin 28/06/17)
Le taux d’achèvement des travaux d’extension de la capacité de la centrale hydroélectrique de Kariba, située entre le Zimbabwe et la Zambie, est de 86%. C’est ce qu’a confié au The Herald, Wu Yifeng, le représentant au Zimbabwe de la compagnie Sinohydro en charge de la conduite des travaux. La première unité de production d’une capacité de 150 MW fournira de l’électricité dès décembre 2017 et la seconde d’une capacité égale, entrera en service en mars prochain, marquant ainsi la fin des travaux. Leur coût, a précisé M. Yifeng, s’élève à 355 millions $. La centrale a actuellement une capacité installée de 750 MW. L’achèvement des travaux d’expansion permettra au gouvernement zimbabwéen, qui importe actuellement 350 MW de ses voisins,...
(RFI 27/06/17)
Au Zimbabwe, un des leaders de la contestation anti-Mugabe a passé la nuit en prison. Le pasteur Evan Mawarire a été interpellé lundi 26 juin pour avoir publiquement soutenu des étudiants en grève. Mawarire s’est fait connaitre l’année dernière, quand il a lancé le mouvement This Flag, «Ce Drapeau» en français, sur les réseaux sociaux. Une campagne de protestation contre le gouvernement. Selon l’avocat d’Evan Mawarire, celui se trouvait toujours ce mardi matin au poste de police d’Avondale, un quartier nord d’Harare où il a passé la nuit.
(BBC 27/06/17)
Ce pasteur est l'un des leaders de la contestation anti-Mugabe. Il a été inculpé ''d'incivilité dans l'espace public'' pour avoir soutenu des étudiants en grève. La police l'a interpellé lundi. Le pasteur Evan Mawarire avait déjà été arrêté en février dernier à son arrivée à l'aéroport de Harare alors qu'il rentrait de plus de six mois d'exil. Il avait été libéré une semaine plus tard contre le versement d'une caution et avait l'obligation de se présenter deux fois par semaine à la police. Il a soutenu publiquement des étudiants en médecine qui manifestaient lundi sur le campus de l'université de Harare contre le doublement de leurs frais de scolarité. Selon le président de l'association nationale des étudiants, la manifestation était...
(Agence Ecofin 27/06/17)
Le gouvernement zimbabwéen et la société Sakunda Holdings ont signé un accord de 478 millions $ avec les groupes bancaires CBZ bank, Barclays et Ecobank afin de financer les activités agricoles de la saison chaude et humide 2017/2018, rapporte Reuters. La production de maïs et du soja est principalement ciblée. Dans ce cadre, l’exécutif devrait entamer entre juillet et septembre, la distribution de semences, d’engrais et de produits chimiques aux agriculteurs en prélude à la période des semis débutant en novembre. Cette initiative vient confirmer l’engagement des autorités zimbabwéennes en faveur de l’amélioration de la sécurité alimentaire du pays. Ambitionnée depuis le début des années 2000, cette sécurité alimentaire devrait se matérialiser en 2016/2017 puisque le pays espère produire 2,1...
(APA 27/06/17)
Le Zimbabwe, victorieux en déplacement du Sénégal (28-16) et l’Ouganda, auteur d’un prometteur match au Kenya (33-33), ont bien débuté la Rugby Africa Gold Cup, lors de la 1ère journée du tournoi disputée samedi. Le tournoi regroupe les six meilleures équipes nationales de rugby du continent (excepté l’Afrique du Sud) : Namibie, Kenya, Ouganda, Sénégal, Zimbabwe et Tunisie. Elles s'affrontent entre elles en 5 matches, en matches aller simple, du 24 juin au 5 août. Le vainqueur sera champion d’Afrique et les 5 premières équipes auront ainsi la possibilité de disputer en 2018 la phase qualificative à la Coupe du monde de 2019 Voici les résultats de la 1ère journée : A Nairobi : Kenya - Ouganda 33-33 A Dakar...
(Le Monde 24/06/17)
Déboutée, elle a souhaité rentrer dans son pays d’origine, qui lui en a refusé le droit. Depuis 2002, Paradzai Nkomo survit sans possibilité de travailler et sans domicile fixe. La description de sa situation que Paradzai Nkomo – un pseudonyme que nous utilisons pour éviter de compliquer sa demande d’asile en cours de traitement – a envoyée par courriel est concise et choquante. Elle est zimbabwéenne et vit au Royaume-Uni depuis quinze ans. La demande d’asile qu’elle avait déposée en arrivant ayant été rejetée, elle a demandé à être renvoyée dans son pays mais a essuyé un nouveau refus, si bien qu’elle se retrouve...
(AFP 23/06/17)
Le vice-président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a assuré vendredi que la présidentielle et les élections législatives seraient libres et équitables, alors que l'opposition s'inquiète d'une ingérence du pouvoir dans le processus électoral. "Nous croyons que nous aurons une élection libre et équitable en 2018", a-t-il dit en marge d'une conférence, affirmant que le prochain scrutin se passerait comme le dernier, c'est-à-dire "sans aucune violence." M. Mnangagwa a en effet affirmé aux journalistes que la dernière élection organisée en 2013 n'avait été ponctuée d'aucun "incident violent". Le parti de Robert Mugabe...
(APA 23/06/17)
Des milliers d'animaux d'un parc du Zimbabwe ont commencé cette semaine un voyage vers le Mozambique pour repeupler une réserve décimée par la guerre civile, au cours du plus grand transfert d'animaux sauvages jamais vu en Afrique. 50 éléphants, 100 girafes, 200 zèbres et 200 buffles font partie des milliers d'animaux transférés entre le Zimbabwe et son voisin de l'est, le Mozambique, a annoncé jeudi à l'AFP l'Autorité de gestion des parcs et de la vie sauvage du Zimbabwe(PWMA). Ils traverseront 600 km en camion, sur les routes poussiéreuses qui séparent la réserve naturelle de Savé - situé au sud-est du Zimbabwe - de son voisin le Mozambique, afin de reconstituer la faune de ce pays, décimée par une sanglante...
(Agence Ecofin 23/06/17)
Au Zimbabwe, la récolte exceptionnelle de maïs attendue portera la croissance économique à 2,7 % cette année, contre seulement 0,7% en 2016, rapporte Reuters qui cite des prévisions de la Banque mondiale. Le volume de la céréale devrait atteindre 2,1 millions de tonnes, marquant ainsi un retour à l’autosuffisance pour le pays après le grave épisode de sécheresse enregistré deux ans plus tôt. Si cette embellie est de nature à renforcer la contribution du secteur agricole au Produit intérieur brut (PIB), pour autant, tout n’est pas rose pour l’économie zimbabwéenne. Comme le rappelle l’institution financière, la dette totale du pays devrait continuer de croître, soulevant ainsi la nécessité pour le gouvernement de réduire son déficit budgétaire. Par ailleurs, le taux...
(Agence Ecofin 23/06/17)
Au Zimbabwe, la State Procurement Board a donné son aval à la CBZ Bank pour émettre des obligations afin de lever 200 millions $ pour le financement de deux centrales énergétiques d’une capacité combinée de 130 MW. Les infrastructures concernées par cette levée de fonds sont la centrale solaire de Gwanda, et la centrale hydroélectrique de Gairezi. L’Exécutif pense, en effet, que le financement interne d’une partie de ces projets accélérera leur mise en œuvre. A propos de la centrale solaire de Gwanda particulièrement, le ministre des finances et du développement économique, Patrick Chinamasa a écrit à la Zimbabwe Power Company, pour spécifier que la majorité des travaux d’ingénierie civile serait réalisée par des entreprises locales. « Je viens alors...
(AFP 21/06/17)
Le Zimbabwe en proie à une grave crise économique et l'ONU ont demandé mercredi 10,9 millions de dollars d'aide internationale pour gérer les milliers de réfugiés sur son sol, ayant notamment fui des violences au Mozambique voisin. "Le gouvernement et les associations humanitaires doivent (...) lutter pour sauver des vies avec des budgets limités. Nous demandons 10,9 millions de dollars d'aide", a déclaré Robert Tibagwa le représentant du haut-commissaire aux réfugiés dans le pays, lors d'une conférence de presse à Harare...
(Agence Ecofin 17/06/17)
Sinohydro, la compagnie chinoise qui a obtenu le contrat d’extension de 600 MW de la capacité de la centrale électrique de Hwange au Zimbabwe, détiendra 36% de l’infrastructure pendant au moins 6 ans. Le reste des participations de l’infrastructure sera détenu par la Hwange Electrical Supply Company, une entité ad hoc mise en place par le gouvernement. Selon les autorités, cette répartition fait partie des conditions du contrat de fourniture d’équipement qui avait été préalablement établi avec l’entreprise afin de s’assurer du bon fonctionnement de la centrale sur au moins 6 ans. Avec cette disposition, le gouvernement espère éviter de se retrouver dans la même situation que le Botswana.
(Le Point 16/06/17)
Entre dollar américain et rand sud-africain, le pays du président Mugabe vit une sévère pénurie d'espèces et ne sait plus à quelle monnaie se vouer. Dirigé d'une main de fer par Robert Mugabe depuis 1980, le Zimbabwe est plongé dans une grave crise économique. Le gouvernement de Harare a adopté le dollar américain et le rand sud-africain en 2009, après une hausse des prix vertigineuse qui a atteint jusqu'à 500 % et fait perdre toute sa valeur au dollar zimbabwéen. En conséquence, certaines voix au Zimbabwe se sont élevées pour demander l'adoption du rand, la devise sud-africaine, comme monnaie de transaction pour contrer le manque d'argent, faisant valoir que cela simplifierait les choses, puisque l'Afrique du Sud est le plus...
(Agence Ecofin 15/06/17)
L’exécutif zimbabwéen prévoit de mobiliser 50 millions $ par le biais de l’émission d’une obligation d’une durée de 3 ans afin de financer la réalisation d’infrastructures d’irrigation, indique Reuters qui mentionne des documents officiels. Cette mesure fait partie intégrante de la stratégie globale du gouvernement visant à améliorer durablement la sécurité alimentaire du pays mise à mal par la sécheresse ayant sévi de 2015 à 2016. Cet épisode climatique, dont le pays n’avait pas connu d’équivalent depuis plus de 24 ans, a réduit la production céréalière et plongé 3 millions de personnes dans une situation d’insécurité alimentaire, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
(Le Point 15/06/17)
En pénurie d'espèces, le pays est divisé entre ceux qui veulent renforcer l'usage du rand comme monnaie principale et ceux qui veulent en limiter l'usage. Dirigé d'une main de fer par Robert Mugabe depuis 1980, le Zimbabwe est plongé dans une grave crise économique. Le gouvernement de Harare a adopté le dollar américain et le rand sud-africain en 2009, après une hausse des prix vertigineuse qui a atteint jusqu'à 500 % et fait perdre toute sa valeur au dollar zimbabwéen. En conséquence, certaines voix au Zimbabwe se sont élevées pour demander l'adoption du rand, la devise sud-africaine, comme monnaie de transaction pour contrer le manque d'argent, faisant valoir que cela simplifierait les choses, car l'Afrique du Sud est le plus...
(Agence Ecofin 14/06/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a exprimé ses réserves face à la volonté du gouvernement zimbabwéen d’émettre 600 millions $ de bons du Trésor afin d’apurer les dettes de la Zesa, la compagnie énergétique nationale. Selon l’institution, il faudrait plutôt améliorer les opérations et la gestion de la société afin d’empêcher un nouvel empilement des dettes. « Les arriérés de paiements des entreprises publiques compliquent les efforts d’amélioration de la gouvernance et de la discipline financière. La nécessité, pour le gouvernement, de refinancer ses entreprises ou d’apurer leurs dettes, devient particulièrement problématique avec un déficit fiscal significatif et une dette intérieure en hausse.»...
(AFP 13/06/17)
Les autorités du Zimbabwe ont décidé de suspendre leurs importations de maïs? assurant avoir réussi cette année, malgré la sécheresse persistante et après plusieurs saisons difficiles, à en produire suffisamment pour nourrir toute la population. "Le gouvernement a arrêté d'émettre des permis d'importer des céréales il y a quatre mois et les importations de maïs ont été suspendues à nos frontières", a affirmé le vice-ministre de l'Agriculture Davis Marapira dans un entretien accordé mardi au quotidien d'Etat The Herald. Selon le journal, les céréaliers du pays devraient produire 2 millions de tonnes de maïs cette année, de quoi subvenir aux besoins de ses 16 millions d'habitants. The Herald ajoute que le gouvernement est parvenu à mettre de côté 200 millions...
(Agence Ecofin 13/06/17)
La Zimbabwe Power Company (ZPC) qui procède actuellement à la rénovation de la centrale thermique de Hwange, a déclaré que l’infrastructure avait besoin de 82 millions $ par an pour sa maintenance. « La centrale de Hwange est composée de 6 générateurs qui doivent chacun faire l’objet d'une maintenance tous les 5 ans, afin de maintenir son niveau d’efficacité. Cela veut dire que nous devons assurer cette maintenance à raison d’une unité de production par an, ce qui revient très cher.», a affirmé la ZPC dans un communiqué. Construite en 1973, la plus grande centrale du pays a une capacité de 920 MW, mais ne produit qu’environ 500 MW à cause des problèmes techniques et de sa vétusté. La ZPC...
(Xinhua 13/06/17)
Le gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe, John Mangudya, a déclaré lundi que l'adoption du rand sud-africain comme principale devise de transaction n'aiderait pas à résoudre les difficultés économiques actuelles du pays. Ces difficultés économiques ne pourront être réglées uniquement avec une solution monétaire, car elles nécessitent une approche holistique pour résoudre les problèmes structurels de l'économie, a-t-il dit. Le Zimbabwe a adopté en 2009 le recours à des devises multiples après que sa devise nationale a perdu toute valeur suite à une décennie d'hyperinflation. Le rand sud-africain est l'une des neuf devises constituant ce panier de devises multiples.
(Agence Ecofin 13/06/17)
Au Zimbabwe, l’exécutif a interdit les importations de maïs afin de protéger les producteurs locaux dans la perspective d’une importante récolte, cette année. C’est ce qu’a indiqué, à Reuters, Davis Mharapira, ministre adjoint de l’Agriculture. En effet, le pays espère faire rentrer, cette année, 2,1 millions de tonnes de maïs, soit le quadruple du volume de l’année dernière (511 000 tonnes) affecté par la sécheresse liée à El Niño, l’un des pires épisodes météorologiques enregistrés par le pays depuis 1992/1993. Cette récolte record devrait permettre au pays qui ne consomme que 1,8 million de tonnes de la céréale de renouer avec l’autosuffisance cette année, une première depuis la réforme agraire menée au début de l’année 2000 par le gouvernement zimbabwéen...

Pages