Mardi 24 Avril 2018
(AFP 21/02/18)
Le chef de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, rival historique de l'ancien président Robert Mugabe, a été enterré mardi dans son village de Buhera, dans l'est du Zimbabwe, en présence de milliers de ses partisans, de diplomates et de responsables politiques. "Il s'agit d'un rassemblement historique. Nous célébrons un héros. Il était un homme tolérant", a déclaré Nelson Chamisa, président en exercice du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de Morgan Tsvangirai. Le chef de l'opposition est décédé la semaine dernière d'un cancer du côlon à l'âge de 65 ans, laissant un parti orphelin en proie à de profondes divisions en vue de sa succession. Preuve de ces dissensions, Thokozani Khupe...
(AFP 21/02/18)
Les Zimbabwéens ont marqué mercredi le 94e anniversaire de l'ancien président Robert Mugabe en observant un jour férié, mais sans les gâteaux extravagants et discours flagorneurs typiques des 37 ans de son régime autoritaire. Lorsqu'il était encore au pouvoir, Robert Mugabe avait l'habitude de prononcer, devant des milliers de personnes, un long discours souvent décousu, vêtu d'un costume taillé dans un tissu à son effigie. Un imposant gâteau, que plusieurs personnes devaient porter sur la table du banquet, était généralement le clou du spectacle, alors que le pays était plongé dans une profonde crise économique. Mais cette année, changement d'ambiance. Robert Mugabe souffle ses 94 bougies dans l'intimité, quelques mois après sa démission forcée en novembre à la suite d'un...
(Le Monde 21/02/18)
Rien de mieux qu’un enterrement pour régler des comptes entre proches. Alors qu’on porte en terre zimbabwéenne, chez lui, le cercueil blanc de Morgan Tsvangirai, l’opposant qui n’a jamais plié devant Robert Mugabe, mais a fini par être terrassé par le cancer, le 14 février, à Johannesburg, sa famille biologique et sa famille politique se déchiquettent de bon cœur. On savait la tension vive entre les trois vice-présidents du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le parti fondé par Morgan Tsvangirai en 1999 et qui a, pendant presque deux décennies, résisté à toutes les violences infligées par le régime de Robert Mugabe. Mais tout a éclaté comme un orage trop longtemps contenu, en ce jour solennel. Orgies de violence Morgan...
(Agence Ecofin 21/02/18)
Le gouvernement zimbabwéen va émettre des obligations de la diaspora sur le marché financier, afin de relancer les investissements dans les secteurs de l’or et du tabac. C’est ce qu’indique un communiqué de la Banque centrale du pays, relayé par Bloomberg. Si les autorités n’ont pas précisé les détails de cette opération, elles ont néanmoins indiqué que cette nouvelle stratégie vise à augmenter les rentrées de devises dans le pays. Aussi, dans le cadre de la politique de relance de l’économie et d’attraction des investissements, l’Etat a décidé de la suppression de certaines formalités concernant notamment les entreprises dont les exportations dépassent les 2 000 $ de marchandises. Cette nouvelle batterie de mesures représente la première du genre, prise par...
(Xinhua 21/02/18)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA) Moussa Faki Mahamat a achevé mardi une visite de trois jours au Zimbabwe en annonçant que l'UA offrirait un soutien technique au Zimbabwe pour l'aider à organiser ses élections en milieu d'année. "L'UA se tient prête à soutenir le Zimbabwe dans son processus électoral. Une équipe de l'UA se rendra au Zimbabwe pour travailler avec l'organisation responsable des élections", a déclaré M. Mahamat lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères Sibusiso Moyo. L'UA mobilisera ses partenaires pour offrir un soutien financier et technique à ces élections qui interviennent après une transition pacifique du pouvoir en novembre dernier, a-t-il dit. L'ex-président Robert Mugabe a démissionné en...
(RFI 21/02/18)
Quelque 224 millions de personnes ont été sous-alimentées en Afrique en 2016, quatre millions de plus qu'en 2015. L'insécurité alimentaire s'est aggravée, c'est le constat de la conférence régionale de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, organisée à Khartoum jusqu'à la fin de la semaine. Les conflits et les aléas climatiques sont en cause, mais également l'absence d'un soutien public suffisant aux agriculteurs africains, estime la Fondation Farm. Près d'une personne sur quatre est sous-alimentée en Afrique en 2016, la détérioration de la situation préoccupe la FAO réunie pour sa conférence régionale à Khartoum. Les guerres et le passage d'El Niño ont certes eu un impact négatif sur les productions et les circuits agricoles dans certains...
(RFI 20/02/18)
Au Zimbabwe, plusieurs milliers de personnes ont rendu hommage ce 19 février à Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition, qui devrait être inhumé ce 20 février. L’ironie n'a échappé à personne. A Harare, la foule s’est réunie sur la place de la Liberté, qui porte désormais le nom de son éternel rival, l'ancien président Robert Mugabe. Une cérémonie commémorative a eu lieu ce 19 février à Harare. La capitale du Zimbabwe disait adieu à Morgan Tsvangirai. Mais ce rassemblement, malgré l’émotion et le recueillement, était aussi éminemment politique.
(Agence Ecofin 20/02/18)
Le Zimbabwe et le Botswana sont sur le point de signer un accord pour le traitement et la valorisation des diamants du premier par la Diamond Trading Company (DTC), une coentreprise du second avec le groupe De Beers. Selon The Herald, les négociations ont commencé depuis plusieurs mois et ont beaucoup évolué lors de la visite d’Etat du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa à son homologue botswanais Ian Khama, la semaine dernière. L’accord qui sera bientôt signé, verra apprend-on, le Zimbabwe expédier ses diamants au Botswana pour traitement, nettoyage et polissage avant que les gemmes ne soient placées sur le marché. Il est prévu que l’expertise et l’expérience de DTC Botswana...
(AFP 19/02/18)
Plusieurs milliers de partisans de l'opposition zimbabwéenne et des responsables politiques régionaux ont rendu hommage lundi à Harare à leur "héros" Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition, décédé la semaine dernière des suites d'un cancer. "Repose en paix président", pouvait-on lire sur un portrait de Morgan Tsvangirai brandi par l'un de ses partisans, au passage du corbillard. A l'intérieur, reposait le cercueil blanc du chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC). La dépouille a été transportée lundi du quartier général du MDC jusqu'à - ironie de l'histoire - la place Robert Mugabe, du nom de l'ancien président zimbabwéen et rival historique de Morgan Tsvangirai. La foule était vêtue de rouge...
(RFI 19/02/18)
Au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai sera enterré le 20 février dans sa ville natale de Buhera. L'ancienne figure historique de l'opposition est décédée le 14 février à Johannesburg, en Afrique du Sud, des suites d'un cancer du côlon. Alors que ses funérailles n'ont pas encore eu lieu, sa famille et son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), se déchire déjà pour sa succession. Moins de 24 heures après la mort de l'opposant zimbabwéen Morgan Tsvangirai, un des trois vice-présidents de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) ...
(RFI 19/02/18)
Au Zimbabwe, trois mois après la chute de Robert Mugabe, sa femme, Grace Mugabe, reste dans le viseur du nouveau gouvernement. L’ex-première dame aurait bénéficié d’un faux doctorat par l’université d’Harare, en 2014. Le vice-chancelier de l’université, soupçonné de lui avoir attribué, a été arrêté par les autorités anti-corruption du pays. Accordée en 2014, la thèse qu’est supposée avoir écrite Grace Mugabe n’a été publiée, officiellement, que le mois dernier. Une thèse de sociologie sur les institutions pour enfants au Zimbabwe grâce à laquelle Grace Mugabe a reçu son doctorat. C’est une façon de gagner en légitimité pour prendre la succession de son mari, alors encore président à l’époque. Le problème c’est qu’elle ne s’était inscrite que peu de temps...
(AFP 17/02/18)
Les autorités anticorruption du Zimbabwe ont annoncé vendredi l'arrestation du vice-chancelier de l'université du Zimbabwe soupçonné d'avoir attribué un faux doctorat à l'ancienne Première dame Grace Mugabe. Levi Nyagura "a été arrêté. Nous ne pouvons pas avoir de personnes qui attribuent des faux diplômes", a déclaré à l'AFP un responsable de la commission anticorruption. Il sera inculpé pour abus de pouvoir. En 2014, l'université du Zimbabwe (UZ) avait accordé un doctorat de sociologie à Grace Mugabe, qui avait reçu son diplôme des mains de son mari, chancelier de droit de l'université.
(AFP 16/02/18)
La mort mercredi du chef du principal parti de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a ravivé la guerre de succession qui déchire son Mouvement pour un changement démocratique (MDC), à la veille des élections générales. Il y a plusieurs mois déjà, sa maladie - un cancer du côlon - avait lancé les hostilités entre les trois vice-présidents d'un parti dont l'histoire a souvent été le théâtre de violentes luttes internes. Ces rivalités ont ouvert un boulevard au nouveau président du pays Emmerson Mnangagwa et à son parti, la Zanu-PF, pour les élections générales prévues d'ici juillet. Cacique de l'ancien régime, M. Mnangagwa, surnommé le "Crocodile", a pris la tête du Zimbabwe après la démission...
(APA 16/02/18)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le président Emmerson Mnangagwa a qualifié jeudi l’ancien chef de l’opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai comme un « défenseur des élections crédibles » et a promis que les élections législatives de cette année seraient « libres et équitables en son honneur ». Tsvangirai a succombé à un cancer mercredi dans un hôpital sud-africain. Dans un message de condoléances, M. Mnangagwa a déclaré que M. Tsvangirai laissera le souvenir d’un homme reconnu pour son désir de voir « des élections libres, justes, crédibles et non violentes comme un moyen de renforcer...
(Xinhua 16/02/18)
Jeudi, le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a fait savoir qu'il inviterait bientôt les leaders des partis politiques de l'opposition à une réunion de consultation avant les élections présidentielle et générale qui se dérouleront en juin prochain. Présentant ses condoléances à la famille du chef de file de l'opposition, Morgan Tsvangirai, décédé mercredi en Afrique du Sud, M. Mnangagwa a déclaré que la nation devrait organiser des élections libres, justes et crédibles en hommage à M. Tsvangirai et à la démocratie. "Pour parvenir à un consensus politique dans le pays avant les élections harmonisées, j'inviterai bientôt les leaders de tous les partis politiques pour une réunion consultative d'une journée.
(APA 16/02/18)
APA-Le Cap (Afrique du Sud) - Le nouveau président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a rendu hommage à Morgan Tsvangirai décédé mercredi d’un cancer du colon, soulignant que le défunt chef de l’opposition zimbabwéenne a joué un ‘’rôle déterminant’’ dans la conduite de la politique dans son pays. « Nous nous souviendrons de lui pour son rôle déterminant dans la politique zimbabwéenne et son leadership, qui l’a vu servir en tant que Premier ministre du Zimbabwe de 2009 à 2013 dans le gouvernement d’unité nationale », a dit Ramaphosa dans un message de condoléances révélé vendredi par le ministère sud-africain de la Coopération et des Relations internationales. Selon le département ministériel, c’est « Au nom du gouvernement et du peuple d’Afrique du...
(AFP 15/02/18)
Le Zimbabwe était en deuil jeudi au lendemain de la mort du chef historique de l'opposition Morgan Tsvangirai, qui a combattu sans répit, malgré les pressions et les violences, le régime de l'ex-président Robert Mugabe pendant des décennies. L'ensemble de la classe politique a salué sa mémoire, à commencer par le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé il y a trois mois à Robert Mugabe. Le chef de l'Etat a rendu hommage à celui "qui a toujours insisté pour des élections libres, justes, crédibles et non violentes". "On se souviendra de sa capacité à tendre la main, en dépit des divergences politiques, pour former un gouvernement d'union nationale après les élections de 2008 qui avaient divisé" le pays. Morgan Tsvangirai...
(AFP 15/02/18)
Le chef du principal parti d'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, adversaire historique du régime de l'ex-président Robert Mugabe, est décédé mercredi des suites d'un cancer, laissant derrière lui un parti déchiré à quelques mois de l'élection présidentielle. "Comme vous le savez, le président de notre MDC (Mouvement pour un changement démocratique) Morgan Tsvangirai ne se portait pas bien depuis un certain temps. C'est avec tristesse que j'annonce que nous avons perdu notre icône et notre combattant pour la démocratie", a déclaré l'un des vice-présidents du parti, Elias Mudzuri. "Nos pensées et prières vont à sa famille, au parti et à la nation", a-t-il ajouté sur son compte Twitter. Morgan Tsvangirai est décédé à l'âge de 65 ans dans un hôpital...
(AFP 15/02/18)
Son combat lui a valu des procès, des séjours en prison et un passage à tabac en règle. Pendant quinze ans, Morgan Tsvangirai, décédé mercredi à l'âge de 65 ans, a incarné l'opposition au régime de fer de l'ex-président du Zimbabwe Robert Mugabe. Premier ministre de "cohabitation" de 2009 à 2013, le chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) a brigué à trois reprises la présidence. A chaque fois il a échoué, victime des fraudes ou des violences imputées au camp de son rival. Nullement découragé, il voulait tenter sa chance une dernière fois cette année contre Emmerson Mnangagwa, qui a succédé à Robert Mugabe après sa démission en novembre. Il a été emporté par la maladie avant cette...
(RFI 15/02/18)
Le leader historique souffrait depuis deux ans d'un cancer du colon, il s'est éteint ce mercredi 14 février soir dans un hôpital de Johannesburg. Son décès a été annoncé sur Twitter par le vice-président de son parti, le MDC. Pendant plus de quinze ans, Morgan Tsvangirai a symbolisé la lutte contre Robert Mugabe. L'opposant n'aura survécu que trois mois après la démission du père fondateur du Zimbabwe. Son combat a d'abord été syndical. Fils de maçon, Morgan Tsvangirai s'était tenu à l'écart de la lutte armée. Mais après l'indépendance, il a gravi tous les échelons syndicaux. Devenu secrétaire général du congrès des syndicalistes zimbabwéens en 1988, il fait son premier séjour en prison l'année suivante. A l'époque, il est accusé...

Pages