Lundi 11 Décembre 2017
(Xinhua 28/11/17)
Le nouveau président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a dissout lundi le cabinet et déclaré qu'il était en train de composer une nouvelle équipe de ministres. Dans un communiqué, le secrétaire en chef de la présidence et du gouvernement, Misheck Sibanda, a déclaré que le président Mnangagwa avait nommé Patrick Chinamasa au poste de ministre des Finances désigné, et Simbarashe Mumbengegwi au poste de ministre des Affaires étrangères désigné, pour permettre aux ministères essentiels du gouvernement d'assurer leurs services de manière ininterrompue jusqu'à l'annonce du nouveau gouvernement. Ces deux ministres occupaient auparavant les mêmes portefeuilles avant le remaniement du cabinet en octobre par Robert Mugabe, qui les avait affectés à d'autres ministères. M. Sibanda a annoncé que M. Mnangagwa rencontrerait tous les...
(Jeune Afrique 28/11/17)
« Kutanga Kwaro » (« Sa façon de diriger »), une chanson de Jah Prayzah, est devenue la bande son de la transition zimbabwéenne. Ses paroles, pourtant écrites il y a plusieurs semaines, sont prophétiques, selon les supporteurs du nouveau président, Emmerson Mnangagwa. Les paroles, sur mesures, semblent avoir été écrites pour chanter les louanges d’Emmerson Mnangagwa, le nouveau président du Zimbabwe. Il y est question d’un soldat, un héros, qui revient chez lui pour « changer les règles ». « Il est ici, le héros / Sa façon de diriger / Là où les tambours résonnent / Satisfait même les orphelins » clame Kutanga Kwaro (« Sa façon de diriger », en chishona, la langue la plus répandue au...
(Agence Ecofin 28/11/17)
Au Zimbabwe, le Bitcoin continue son envol, atteignant un nouveau record de 17 875 $ sur la bourse locale, lundi, reflétant le dilemme dans lequel se trouve le pays. La montée sans précédent des cours de la crypto-monnaie au Zimbabwe ces deux dernières semaines, traduit parfaitement le casse-tête des investisseurs et des ménages pris dans l’étau des banques strangulées par la pénurie de dollars américains, monnaie qui a toujours cours dans le pays. Les investisseurs zimbabwéens sont à la recherche d’un matelas de sécurité. La monnaie virtuelle, quoique décriée et mise au pilori par les hautes sphères du pouvoir financier, et traitée de volatile et hautement spéculative, semble offrir une protection rare aux Zimbabwéens pour qui les plaies laissées par...
(Le Monde 28/11/17)
Le nouvel outil de dépistage oral permet d’obtenir un résultat en vingt minutes et évite la stigmatisation des personnes qui devaient jusque-là se rendre dans une clinique. « Ce dont nous parlons ici reste entre nous, c’est confidentiel. » La scène se passe à Goromonzi, dans l’est du Zimbabwe. Penchée en avant, une tablette électronique à la main, Audrey Kanyemba montre une vidéo à un couple du village. Shane et Itai Ncube écoutent attentivement les explications sur l’utilisation d’un test de dépistage du sida à faire soi-même. Ce jour de ­novembre, Audrey, une volontaire de 28 ans, est venue leur offrir deux de ces « autotests », dans le cadre d’une campagne de distribution organisée dans leur ­village pour la...
(AFP 27/11/17)
L'ex-ministre des Finances du Zimbabwe et l'ex-chef de la Ligue des jeunes du parti au pouvoir, deux proches de l'ex-première dame, Grace Mugabe, arrêtés lors du coup de force de l'armée qui a causé la chute de son mari, ont été maintenus en détention lundi. L'ancien ministre Ignatius Chombo est poursuivi pour des faits de corruption, d'abus de pouvoir et de fraude remontant à 2004-2009. "Le tribunal a estimé qu'il y avait des raisons irréfutables de lui refuser sa mise en liberté provisoire. Les risques qu'il s'échappe sont réels", a estimé la juge Elisha Singani. "Il y aurait un tollé" s'il était libéré, a-t-elle ajouté dans un tribunal de Harare placé sous très haute surveillance. A la barre ce week-end,...
(AFP 27/11/17)
Le 21 février, jour anniversaire de l'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, a été officiellement décrété jour férié dans ce pays d'Afrique australe, une décision très symbolique prise quelques jours seulement après la prestation de serment du nouveau chef de l'Etat, a rapporté lundi la presse d'Etat. "Il a été décidé que chaque 21 février serait jour férié et appelé journée de la jeunesse Robert Gabriel Mugabe", selon le quotidien The Herald citant le journal officiel. Sous la pression de l'armée, qui a pris le contrôle du pays dans la nuit du 14 au 15 novembre, Robert Mugabe, 93 ans, a été contraint de renoncer au pouvoir qu'il détenait d'une main de fer depuis trente-sept ans. Il a été remplacé vendredi par...
(AFP 27/11/17)
La justice zimbabwéenne a validé le coup de force de l'armée qui a abouti à la démission du président Robert Mugabe, une décision qui sème déjà le doute sur la "nouvelle démocratie" promise par son successeur, Emmerson Mnangagwa. Dans un jugement rendu public samedi par les médias d'Etat, un tribunal d'Harare a estimé "constitutionnelle" l'intervention des militaires destinée, selon lui, "à empêcher les proches de l'ancien président Robert Mugabe d'usurper le pouvoir". Sans les nommer, ce jugement fait référence à l'ex-première dame du pays, Grace Mugabe, et à son entourage, à l'origine de la crise qui a provoqué la chute de son époux. Les militaires avaient pris le contrôle du pays dans la nuit du 14 au 15 novembre pour...
(AFP 27/11/17)
La Chine a salué lundi l'investiture du nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, et a démenti toute implication dans son ascension à la tête de ce pays africain face à l'ex-homme fort Robert Mugabe. Le chef des armées du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, était en visite à Pékin peu avant la crise politique qui a sécoué Harare courant novembre: une présence qui a soulevé des interrogations quant au rôle joué par la Chine dans la transition politique zimbabwéenne. La venue de M. Chiwenga faisait partie des "interactions normales" entre les deux pays, a indiqué lundi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Elle était prévue longtemps à l'avance et était approuvée par l'ex-président Mugabe", a-t-il martelé lors d'un...
(AFP 27/11/17)
"Mugabe est parti (...) mais on ne rentrera pas demain". Sur le trottoir d'un quartier populaire de Johannesburg, Ashely Shanx célèbre la chute du président Robert Mugabe avec quelques amis zimbabwéens. Satisfaits, soulagés même, mais prudents. A 31 ans, ce peintre en bâtiment a émigré en Afrique du Sud pour trouver du travail il y a deux ans. La chute au Zimbabwe voisin du plus vieux dirigeant en exercice de la planète le réjouit, mais pas au point de boucler immédiatement ses valises pour rentrer au pays. "On attend l'arrivée des investisseurs et un réveil économique", dit-il, "alors, dans trois, quatre ou cinq ans peut-être...". "Pour pouvoir retrouver du travail, nous avons besoin que le nouveau président réforme le pays",...
(AFP 27/11/17)
L'ex-président du Zimbabwe Robert Mugabe se porte bien et se réjouit, à 93 ans, de pouvoir profiter de sa retraite politique forcée, a affirmé dimanche son neveu quelques jours après la chute du plus vieux dirigeant en exercice de la planète. "Il va bien. Je suis allé le voir, il est assez jovial", a déclaré à l'AFP Leo Mugabe, fils de Sabina, soeur défunte de M. Mugabe. "En réalité, il se réjouit de sa nouvelle vie, de pouvoir s'occuper d'agriculture et de pouvoir rester dans sa maison à la campagne. Il a bien pris les choses", a-t-il poursuivi. Au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe a démissionné mardi après un coup de force de l'armée provoqué par...
(AFP 27/11/17)
Les forces de sécurité zimbabwéennes ont annoncé lundi un "retour à la normale" dans le pays après l'intervention militaire mi-novembre qui a provoqué la démission du président Robert Mugabe et son remplacement par l'ancien vice-président. "Nous, les forces de défense du Zimbabwe et des services de sécurité au Zimbabwe, souhaitons informer la nation que c'est le retour à la normale dans notre pays à la suite de la prestation de serment historique du président de la République du Zimbabwe, le camarade Emmerson Dambudzo Mnangagwa" vendredi, a déclaré la porte-parole de la police, Charity Charamba. Le chef de l'Etat a "donné une nouvelle direction" au pays, a-t-elle ajouté à Harare lors d'une conférence de presse conjointe avec l'armée. "Vous verrez bientôt...
(AFP 27/11/17)
Le numéro deux de l'Eglise anglicane a remis en place dimanche son col romain pour la première fois depuis qu'il l'avait symboliquement découpé dix ans plus tôt en signe de protestation contre le régime du président zimbabwéen déchu Robert Mugabe. En décembre 2007, l'archevêque de York, John Sentamu, avait découpé dans un geste solennel, en direct lors d'une émission télévisée de la BBC, son col romain et promis qu'il ne le porterait plus tant que M. Mugabe serait au pouvoir. Celui-ci ayant démissionné mardi, il a remis en place un nouveau col romain sorti de la poche intérieure de sa veste, lors de la même émission télévisée, après que le présentateur lui eut remis une enveloppe contenant les morceaux de...
(RFI 27/11/17)
Au Zimbabwe, l'ex-président Robert Mugabe partirait à la retraite avec un « package » de près de 10 millions d'euros. C'est ce que révèle la presse zimbabwéenne, ce dimanche 26 novembre, citant des hauts responsables de la Zanu-PF, le parti au pouvoir. Sous la pression de la rue et des militaires, l'ex-homme fort du Zimbabwe a accepté quitter le pouvoir cette semaine après 37 ans de règne. Selon un haut responsable de la Zanu-PF, 5 millions de dollars vont être versés immédiatement à l'ex-président Robert Mugabe, en plus d’un salaire de 150 000 dollars, chaque année, jusqu'à sa mort. Après son décès, Grace, sa femme, touchera la moitié de ce salaire pour le reste de sa vie. En plus de...
(RFI 27/11/17)
Au Zimbabwe, l'ex-ministre des Finances sous Robert Mugabe comparaissait samedi 25 novembre devant la justice. Il a été inculpé pour corruption, fraude et détournement de bien. Lors de son audience, il a relaté comment il avait été enlevé par des militaires, bâillonné, maltraité pendant près d'une semaine. Le témoignage de son arrestation -dans les heures qui ont suivi le coup de force de l'armée - suscite des inquiétudes. Le nouvel homme fort du pays, Emmerson Mnangagwa, a été le bras droit de Robert Mugabe pendant près de 40 ans et s'est signalé comme le fidèle exécuteur des basses besognes de l'ex-chef de l’Etat. Violences électorales en 2008, disparition d'opposants, invasion des fermes début 2000, Mnangagwa aura été présent au gouvernement...
(AFP 25/11/17)
Ils ont longtemps effectué les basses besognes du président Robert Mugabe. Après des décennies de loyauté absolue, les anciens combattants de la guerre d'indépendance du Zimbabwe ont lâché leur héros et largement contribué à sa chute. Le régime de Robert Mugabe, qui a démissionné mardi après un règne de trente-sept ans, reposait sur trois piliers: le parti présidentiel de la Zanu-PF, l'armée et les anciens combattants, qui l'ont longtemps vénéré comme un demi-dieu. Pendant la guerre dite de "libération" de 1972 à 1979, Robert Mugabe a joué un rôle clé en dirigeant le mouvement depuis le Mozambique voisin. Mais depuis plus d'un an, le vent a clairement tourné et ses anciens compagnons de guérilla ont commencé à le lâcher. En...
(Agence Ecofin 25/11/17)
La Zimbabwe Electricity Transmission and Distribution Company (ZETDC) a rempli la majorité des conditions d’obtention d’un financement de 150 millions $ pour la construction d’une ligne électrique de 400 kV. Les fonds nécessaires pour construire l’infrastructure, qui reliera les régions de Mutare et de Triangle, seront obtenus auprès de la China CAMC Engineering Company. « Les négociations progressent bien, et nous sommes déjà parvenus à un accord sur la plupart des points.», a affirmé Fullard Gwasira, le porte-parole de la ZETDC. Une fois achevée, la ligne de transmission permettra le renforcement du réseau électrique national ainsi qu’une meilleure intégration régionale de ce dernier. « Ce projet permettra également le raccordement au réseau électrique des régions traversées par la ligne.», a...
(AFP 24/11/17)
Le nouveau président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a définitivement tourné la page vendredi des trente-sept ans du règne autoritaire de Robert Mugabe sur le pays en prêtant serment devant des dizaines de milliers de partisans pleins d'espoir. "Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que président de la République du Zimbabwe je serai loyal à la République du Zimbabwe et obéirai, soutiendrai et défendrai la Constitution et les lois du Zimbabwe," a-t-il prêté serment dans un stade plein à craquer de la banlieue de Harare.
(APA 24/11/17)
APA-Harare (Zimbabwe) – Emmerson Mnangagwa a prêté serment, devenant ainsi le nouveau président du Zimbabwe, au cours d’une cérémonie organisée vendredi au stade national de Harare pris d’assaut par des milliers de personnes. Mnangagwa devient ainsi le troisième président du Zimbabwe, depuis l’indépendance du pays survenu en 1980. Le nouveau président remplace Robert Mugabe qui a démissionné mardi après un règne de 37 ans. Mugabe avait lui-même remplacé au pouvoir Canaan Banana qui avait dirigé le Zimbabwe de 1980 à 1987, avec Mugabe comme Premier ministre. Ont assisté à la cérémonie d’investiture plusieurs personnalités dont Constantino Chiwenga, commandant des Forces de défense du Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, leader du Mouvement pour le changement démocratique, Ian Khama, président du Botswana et Joice...
(AFP 24/11/17)
Cris de joie, concerts de klaxons, portraits piétinés, la chute de Robert Mugabe a été acclamée dans tout le Zimbabwe. Vraiment tout ? Non. A une heure de route d'Harare, le village qui a vu l'ex-président naître et se marier a du mal à cacher sa peine. "Quand j'ai appris la nouvelle" de son départ et "vu que les choses ne se présentaient pas bien, je me suis dis +bon, tout a une fin, il faut maintenant qu'il se repose+", confie, fataliste, un des amis d'enfance du chef de l'Etat déchu, Johannes Chikanya. "Si j'avais été à sa place, j'aurais démissionné pendant que la population m'aimait encore", poursuit ce cousin très éloigné, "maintenant, ça crée des problèmes". Johannes Chikanya est...
(AFP 24/11/17)
Le futur président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a promis à son prédécesseur Robert Mugabe, qui a démissionné mardi après trente-sept ans au pouvoir, et à sa famille une "sécurité totale", a rapporté vendredi le quotidien d'Etat The Herald. M. Mnangagwa "s'est entretenu hier (jeudi) avec le président sortant, le camarade Robert Mugabe, et lui a assuré que lui et sa famille bénéficieraient des conditions de sécurité et de bien-être maximales", a indiqué le journal. The Herald n'a pas donné plus de précision sur l'avenir de celui qui était, jusqu'à mardi, le plus vieux dirigeant en exercice de la planète. M. Mugabe, 93 ans, a été poussé vers la sortie par un coup de force de l'armée, qui a pris le...

Pages