Lundi 23 Octobre 2017
(AFP 06/10/17)
La guerre pour la succession du président Robert Mugabe a repris de plus belle au Zimbabwe avec une passe d'armes au sommet entre le vice-président Emmerson Mnangagwa et la Première dame Grace Mugabe autour d'une mystérieuse rumeur d'empoisonnement. Depuis des mois déjà, le choc de leurs ambitions nourrit de vives tensions au sommet du régime. Et la décision du chef de l'Etat de briguer un nouveau mandat à l'élection présidentielle de l'an prochain, malgré ses 93 printemps et une fâcheuse tendance à s'endormir en public, n'y a rien changé. Depuis son accession à la vice-présidence en 2014, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, ex-patron des redoutés services secrets du pays, fait figure de dauphin naturel de Robert Mugabe. Mais un obstacle de...
(Jeune Afrique 06/10/17)
Lorsqu’un journaliste zimbabwéen évoque le don, par la première dame, de sous-vêtements d’occasion, Grace Mugabe se froisse comme un vêtement usagé. Entre lingerie et singerie, tempête dans une balle de fripes… Comme le scandait le slogan publicitaire d’une enseigne parisienne, « il se passe toujours quelque chose » au Zimbabwe. Et l’actualité du pays de Robert Mugabe est de plus en plus alimentée par son épouse Grace. En début de semaine, Kenneth Nyangani, rédacteur au quotidien Newsday, est placé en garde-à-vue puis inculpé, 18 heures plus tard, pour « diffamation criminelle » ; ce qui ...
(AFP 04/10/17)
Une rare controverse politique a éclaté mercredi sur la place publique au Zimbabwe, l'un des deux vice-présidents accusant l'autre de discréditer le chef de l'Etat Robert Mugabe, 93 ans, candidat à un nouveau mandat lors des élections générales de 2018. Cette altercation intervient sur fond de tensions croissantes au sein du parti au pouvoir, la Zanu-PF, autour de la succession de M. Mugabe, qui dirige d'une main de fer le pays depuis son indépendance en 1980. Le vice-président Emmerson Mnangagwa - cité, avec l'épouse du chef de l'Etat Grace Mugabe, comme l'un des possibles successeurs - a récemment affirmé avoir été empoisonné. Mercredi, son homologue Phelekezela Mphoko l'a publiquement accusé de mentir. Dans un communiqué, il a déclaré que le...
(Xinhua 04/10/17)
La commission électorale du Zimbabwe a reçu les 2.600 kits d'enregistrement biométrique des électeurs (Biometric voter registration, BVR) restants du groupe Laxton, ouvrant la voie au lancement d'une campagne éclaire pour inscrire les électeurs au niveau national avant les élections présidentielles prévues l'année prochaine. La Commission électorale du Zimbabwe (ZEC) a reçu 400 kits BVR de la compagnie chinoise en août, que la Commission a utilisés pour lancer l'enregistrement des électeurs par district le 14 septembre. Au total, la ZEC a reçu 3.000 kits BVR du Groupe Laxton. "Je peux confirmer que les kits sont dans le pays maintenant et qu'ils sont actuellement testés par nos techniciens et experts techniques", a déclaré la porte-parole de la ZEC, Rita Makarau, cité...
(APA 04/10/17)
APA-Harare (Zimbabwe) - Le gouvernement zimbabwéen a décidé de lever l’importation des œufs fécondés et d’appliquer une exonération fiscale jusqu'en janvier 2018. Cette mesure s’inscrit dans le cadre d'une stratégie mise en place par le gouvernement visant à relancer le secteur avicole décimé par une flambée du virus de la grippe aviaire au début de cette année, indique le quotidien "Gazette" dans sa parution de ce mardi. En réaction à la dernière flambée de grippe aviaire, les autorités zimbabwéennes avaient décidé d'interdire l'importation des œufs fécondés pour une période de six mois à la date du 1ier août 2017.
(APA 04/10/17)
APA - Harare (Zimbabwe) - Le Zimbabwe et l’Afrique du Sud ont convenu de créer un comité pour s’occuper de la mise en place d’un poste frontalier à guichet unique au point d’entrée principal entre les deux voisins Dans un communiqué commun publié à la fin de la 2ème session de la Commission mixte (BNC) tenue mardi à Pretoria, en Afrique du Sud, le président Robert Mugabe et son homologue sud-africain Jacob Zuma ont insisté sur la nécessité d’établir un poste frontalier à guichet unique (OSBP) à Beitbridge. "Ils se sont félicités de la création d’un Comité technique conjoint dont le mandat consiste notamment à élaborer le cadre juridique nécessaire au projet", a déclaré le communiqué. Les deux chefs d’Etat...
(AFP 03/10/17)
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, qui était soigné depuis la mi-septembre en Afrique du Sud, est hors de danger et sorti de l'hôpital, a indiqué son porte-parole mardi. "Il a quitté l'hôpital lundi dernier. Il va bien. Il est hors de danger", a déclaré à l'AFP Luke Tamborinyoka. "Il sera bientôt de retour chez lui", a ajouté le porte-parole, refusant de préciser quand l'ancien Premier ministre rentrerait au Zimbabwe. Morgan Tsvangirai, 65 ans, avait été transporté d'urgence en Afrique du Sud mi-septembre, mais son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), avait tenté de rassurer en affirmant qu'il s'agissait d'un contrôle de routine.
(AFP 03/10/17)
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a rencontré son homologue sud-africain Jacob Zuma mardi, à l'occasion de sa première visite en Afrique du Sud depuis que son épouse a obtenu l'immunité diplomatique de Pretoria pour une agression présumée. Robert Mugabe, 93 ans, n'était pas accompagné de son épouse Grace quand il a rencontré le président Zuma à Pretoria, sept semaines après l'incident impliquant la Première dame du Zimbabwe. Grace Mugabe, 52 ans, est accusée par une mannequin, Gabriella Engels, de l'avoir frappée avec un câble électrique le 13 août dans un hôtel chic de Johannesburg, où séjournaient ses deux fils. Mardi, Robert Mugabe a souligné les relations étroites entre les deux pays voisins, sans mentionner toutefois l'affaire. "Si on avait eu...
(AFP 03/10/17)
La police zimbabwéenne a arrêté un journaliste qui avait écrit dans un article que la Première dame du pays, Grace Mugabe, avait donné des habits d'occasion, dont des sous-vêtements, à des sympathisants du pouvoir, a rapporté mardi une ONG. Kenneth Nyangani, journaliste du quotidien privé NewsDay, est en garde à vue depuis lundi soir à Mutare (est), selon l'Association des avocats des droits de l'Homme du Zimbabwe (ZLHR). Il est susceptible d'être poursuivi pour "diffamation", a ajouté la ZLHR dans un communiqué. Selon le journal NewsDay paru lundi, un député du parti au pouvoir, la Zanu-PF, a distribué pendant le week-end à des sympathisants des habits donnés par Grace Mugabe. "J'ai rencontré la Première dame et elle m'a donné ces...
(AFP 29/09/17)
La police zimbabwéenne a tiré des gaz lacrymogènes vendredi à Harare pour disperser un rassemblement contre la détérioration de la situation économique, notamment le retour des hausses de prix, selon des témoins interrogés par l'AFP. Les manifestants avaient répondu à l'appel du groupe Tajamuka (Nous sommes agités), à la pointe de la contestation contre le régime du président Robert Mugabe au pouvoir depuis 1980. Plusieurs commerces du centre-ville ont baissé leurs rideaux alors que des dizaines de policiers anti-émeute patrouillaient les rues avec des canons à eau, a constaté un journaliste de l'AFP. "Nous manifestons contre la dégradation de l'économie et la crise fiscale dans le pays", a expliqué le porte-parole de Tajamuka, Promise Mkwananzi, joint par l'AFP au téléphone...
(AFP 29/09/17)
Le pasteur et opposant zimbabwéen, Evan Mawarire, a annoncé vendredi avoir été acquitté pour incitation à l'émeute, mais il reste toujours accusé de tentative de renversement du gouvernement de Robert Mugabe. Evan Mawarire s'était adressé en juin à Harare à des étudiants qui manifestaient contre l'augmentation des frais universitaires, ce qui lui avait valu d'être poursuivi pour incitation à l'émeute. "Je suis ravi d'annoncer (...) que le tribunal nous a acquittés" dans cette affaire, a déclaré...
(Xinhua 29/09/17)
HARARE, (Xinhua) -- Alors que les médias sociaux ont démontré leur efficacité comme moyen de communication, le gouvernement zimbabwéen est préoccupé par les abus que pourraient en faire certains usagers dans le but de provoquer des troubles politiques ou de soutenir l'opposition à l'approche des élections de 2018. La vague récente d'achats en panique de denrées essentielles qui a frappé les magasins, vidant littéralement des rayons de certaines boutiques et provoquant une envolée des prix de certains produits, a été attribuée à des fausses annonces sur les médias sociaux, et le ministre des Finances et du Développement économique, Patrick Chinamasa, a mis en garde que le gouvernement...
(Xinhua 29/09/17)
HARARE, (Xinhua) -- Des organisations non gouvernementales au Zimbabwe ont exprimé leur préoccupation mercredi sur la pénurie de médicaments antirétroviraux (ARV) dans la lutte contre le sida dans le pays. La pénurie met en péril la santé et le bien-être de plus d'un million de personnes vivant avec le VIH au Zimbabwe, selon les ONG. Les organisations ont affirmé qu'au cours des deux derniers mois, des milliers de personnes vivant avec le VIH ont été confrontées à une pénurie de médicaments antirétrovirale de seconde ligne, Abacavir. Le Zimbabwe est confronté à une pénurie de devise étrangère qui a paralysé l'importation d'éléments essentiels tels que les médicaments, les matières premières industrielles, l'électricité et le carburant. "Nous sommes également préoccupés par le...
(AFP 27/09/17)
Un tribunal zimbabwéen a ordonné mardi la libération pour vice de procédure de l'opposant Evan Mawarire détenu pour avoir en ligne une vidéo soulignant les problèmes économiques du pays. Un juge d'Harare a décidé que le pasteur Mawarire devait être relâché sur le champ après que l'accusation eut mis du temps à le présenter devant un tribunal. Le juge Elisha Singano, qui a estimé que le ministère public "avait violé le délai obligatoire de 48 heures pour présenter une personne accusée" devant un tribunal, a ordonné qu'Ewan Mawarire soit relâché. Le pasteur âgé de 40 ans avait été...
(La Croix 27/09/17)
Evan Mawarire, l’un des leaders de la contestation anti-Mugabe, a été à nouveau arrêté dimanche 24 septembre. Fondateur du mouvement « #ThisFlag » (#CeDrapeau), ce pasteur évangélique est l’instigateur depuis 2016 de plusieurs manifestations pour dénoncer la corruption, les violations des droits humains et le déclin de l’économie du Zimbabwe. Au Zimbabwe, diffuser une vidéo sur les réseaux sociaux montrant de longues files d’attente devant des stations-service, peut provoquer une arrestation par la police. C’est en tout cas ce qui est arrivé dimanche 24 septembre au pasteur Evan Mawarire, 39 ans, qui a été arrêté alors qu’il était en train de célébrer le culte à Harare, la capitale du pays. Selo, son avocat, Harrison Nkomo, il avait diffusé la veille...
(Autre média 27/09/17)
Les délégués du Zimbabwe et de la Namibie ont appelé le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à œuvrer à l'application des résolutions et décisions onusiennes, insistant sur l'autodétermination du peuple sahraoui et la protection de ses richesses. Le délégué du Zimbabwe au Conseil des droits de l'homme a appelé à "contribuer sérieusement à la décolonisation" en Afrique, réitérant "l'entière disponibilité de son pays à trouver une solution à la question du Sahara Occidental, conformément aux résolutions onusiennes, appelant à l'autodétermination du peuple sahraoui, en vue de faire le point sur la situation des droits de l'homme dans la région, en application du rapport du haut-commissaire des droits de l'homme pour le mois de juin dernier". La déléguée namibienne...
(Agence Ecofin 26/09/17)
Au Zimbabwe, le gouverneur de la Reserve Bank of Zimbabwe rassure que la Zesa, la compagnie électrique nationale, paiera un montant substantiel pour réduire sa dette envers l’Afrique du Sud. Cela fait en effet la troisième fois en trois mois, que l’Eskom, le fournisseur d'électricité sud-africain, écrit pour avertir de la suspension de l’envoi des 300 MW qu’il fournit au Zimbabwe. Un accord trouvé par les deux pays après le premier avertissement, stipule que la Zesa devra payer au moins 10 millions $ par mois, mais cette dernière a déjà violé les termes de l’entente. Au cours du mois écoulé, l’éminence de la rupture de fourniture a d’ailleurs amené la Banque centrale à débourser 8 millions $ afin d’alléger la...
(La Tribune 25/09/17)
L’Afreximbank vient d'accorder une ligne de crédit de 600 millions de dollars au Zimbabwe. Une véritable bouée de sauvetage pour ce pays genoux par l’ampleur la crise de liquidité qui le traverse. Cette annonce vient en effet moins d’une semaine après qu’Harare se soit déclaré dans l’incapacité de régler ses dettes auprès de la Banque mondiale et de la BAD. Le Zimbabwe vient de décrocher une ligne de crédit de 600 millions de dollars, suite à un mémorandum d'entente signé avec l'Afreximbank.
(Agence Ecofin 25/09/17)
Le Zimbabwe vient d’obtenir l’accès à une ligne de crédit de 600 millions de dollars de la Banque africaine d'exportation et d'importation (Afreximbank). Ce nouveau concours financier de l’institution panafricaine devrait permettre à l’ancien grenier de l’Afrique de mieux couvrir ses importations (nourriture, carburants, médicaments...), affectées par une pénurie de devises. Le débloquement de cette enveloppe devrait venir principalement en appui aux produits d’exportations notamment l’or, le diamant et d’autres minerais, alors que la fin de l’écoulement du tabac, qui traditionnellement s’accompagne d’une baisse drastique des réserves de change, s’annonce. Si Hararé a à cœur la diversification du secteur agricole, il s'efforce à fournir des intrants aux agriculteurs pour permettre à ces derniers de se tourner vers d’autres cultures, comme...
(Agence Ecofin 22/09/17)
Un consortium de sept entreprises sud-coréennes désire investir dans le secteur énergétique zimbabwéen. « Le financement du projet sera arrangé par la Hanwha Investment and Securities (HISC). Le coût total du projet reste à être établi, mais il devrait s’élever à environ 300 millions $ pour la première phase au cours de laquelle 220 MW de capacité seront mis en place.», a affirmé Partson Mbiriri, secrétaire au ministère zimbabwéen de l’énergie. Le consortium a entamé une visite sur le terrain afin d’explorer la possibilité d’implanter des centrales solaires de taille moyenne et un certain nombre de sous-stations. Les localités de Marondera, Mutorashanga, Tokwe, Haven et Chertsey sont parmi celles présélectionnées pour accueillir ces centrales. Les entreprises membres de ce groupement...

Pages