Dimanche 22 Avril 2018
(Agence Ecofin 19/03/18)
Le Zimbabwe a modifié sa loi «controversée» d’indigénisation et d’émancipation économique, qui stipulait que les compagnies nationales devaient détenir une participation majoritaire dans les projets, apprend-on d’un communiqué du gouvernement. Les nouveaux amendements ont changé la définition même du zimbabwéen, qui n’est plus un «Zimbabwéen indigène», mais tout «citoyen du Zimbabwe». Toute personne est désormais libre d’investir, de constituer, d’exploiter et d’acquérir la propriété ou le contrôle de toute entreprise dans le pays. Les seules exceptions sont les entreprises des secteurs du diamant et du platine où il n’est autorisé qu’une participation étrangère de 41%, ainsi que 12 autres secteurs de l’économie où les étrangers ne sont pas autorisés à opérer sans une autorisation spéciale préalable. «Des secteurs tels que...
(Le Point 17/03/18)
« Je dis que c'était un coup d'État, (même si) certains ont refusé de l'appeler un coup d'État », a déclaré d'une voix fatiguée Robert Mugabe, 94 ans, dans ce tout premier entretien télévisé diffusé par la chaîne publique sud-africaine SABC. Jeudi, l'ex-président du Zimbabwe – assis derrière un bureau sous son portrait et celui de son épouse – a donc mis fin au silence qu'il respectait depuis sa démission, le 21 novembre. Sous la pression de l'armée et de son parti le Zanu-PF, le chef d'État, à la tête du pays depuis 37 ans, avait dû quitter son fauteuil présidentiel. Un moment qu'il a d'ailleurs qualifié de « honte à effacer ». « C'était vraiment un renversement par l'armée...
(Agence Ecofin 17/03/18)
Great Dyke Investments (GDI), une coentreprise entre le russe Afromet et la société zimbabwéenne Pen East, a déclaré jeudi, vouloir investir environ 400 millions $ pour développer le projet de métaux du groupe du platine (PGM) de Darwendale, au Zimbabwe. Le projet devrait lui permettre de produire annuellement jusqu’à 855 000 onces (27 t) de PGM et d’or, une fois en phase d’exploitation. «Selon nos estimations, l'investissement dans la première phase de construction du projet est de 400 millions de dollars.», a déclaré Hepsina Rukato, président du Conseil d’administration de GDI. Il a indiqué que l’entreprise allait bientôt choisir un contractant EPC/EPCM pour tous les travaux liés à la construction de la mine et de la fonderie. Le gisement, qui...
(AFP 16/03/18)
Le nouveau président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a sèchement renvoyé vendredi dans les cordes son prédécesseur Robert Mugabe, qui avait déploré la veille avoir été contraint de lui céder la place en novembre à la suite d'un "coup d'Etat". "La nation a tourné la page" Mugabe, a déclaré M. Mnangagwa dans un bref communiqué. Très discret depuis sa chute, M. Mugabe est sorti jeudi soir du silence. Devant plusieurs télévisions étrangères, il a affirmé avoir été victime d'un putsch militaire et regretté que son successeur ait "trahi toute la nation". "Je dis que c'était un coup d'Etat, (même si) certains ont refusé de l'appeler un coup d'Etat", a déclaré d'une voix fatiguée M. Mugabe, 94 ans. "Nous devons effacer cette...
(AFP 16/03/18)
L'ex-président du Zimbabwe Robert Mugabe a mis fin jeudi au silence qu'il respectait depuis sa démission en novembre sous la pression de l'armée et de son parti, déplorant avoir été la victime d'un "coup d'Etat" qu'il a qualifié de "honte à effacer". "Je dis que c'était un coup d'Etat, (même si) certains ont refusé de l'appeler un coup d'Etat", a déclaré d'une voix fatiguée M. Mugabe, 94 ans, dans ce tout premier entretien télévisé diffusé par la chaîne publique sud-africaine SABC. Après trente-sept ans d'un pouvoir sans partage à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe a été contraint de démissionner le 21 novembre dernier, lâché par l'armée, son parti au pouvoir, la Zanu-PF, et la rue. Il a été remplacé...
(AFP 16/03/18)
Le Zimbabwe a "tourné la page" du règne de l'ex-président Robert Mugabe, a déclaré vendredi l'actuel chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa en réponse à son prédécesseur qui avait dénoncé la veille un "coup d'Etat" qui l'avait contraint à démissionner. "La nation a tourné la page. Nous devons continuer à nous concentrer sur la préparation d'élections libres, honnêtes et crédibles en 2018", a déclaré M. Mnangagwa dans un communiqué. M. Mugabe est sorti jeudi soir du silence dans un entretien télévisé pour déplorer avoir été la victime d'un "coup d'Etat" l'an dernier et regretté que son successeur ait "trahi toute la nation". Après trente-sept ans d'un pouvoir sans partage à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe, qui a fêté le mois...
(Agence Ecofin 16/03/18)
Au Zimbabwe, la tension est palpable entre l'actuel et l'ancien président. Pour la première fois depuis son départ, Robert Mugabe est sorti de son silence lors d’une déclaration faite à la chaîne nationale sud-africaine, SABC. Et comme d'habitude, il n'a pas sa langue dans sa poche. « C’était un coup d’Etat même si certains refusent de l’appeler ainsi ». C’est ce qu’a déclaré jeudi soir Robert Mugabe lors d’une interview diffusée par la chaîne publique sud-africaine, SABC. Il a déploré avoir été la victime d’un coup qu’il a qualifié de «honte à effacer». « C’était réellement un renversement par l’armée. Il n’y a eu aucun mouvement visible jusqu’à ce que l’opération soit autorisée par l’armée », a-t-il insisté. Affirmant néanmoins...
(Jeune Afrique 16/03/18)
L'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, très discret depuis son départ forcé fin novembre, a déclenché un vent de panique au sein de son parti en posant le 7 mars dernier aux côtés de l'ancien général Ambrose Mutinhiri. Tenté par un retour en politique ? Éjecté de son trône il y a à peine quatre mois, l’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe était censé faire profil bas, nanti qu’il était d’une très généreuse retraite. Mais voilà qu’une photographie a déclenché un vent de panique au sein de son ancien parti, la Zanu-PF. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/542593/politique/loeil-de-glez-la-resurrecti...
(Agence Ecofin 16/03/18)
La firme zimbabwéenne ProDairy, qui est spécialisée dans la transformation du lait, a investi 1,6 million $ dans un projet visant à développer des pâturages spécialisés pour nourrir et entretenir des vaches et ainsi accroître sa production de lait. « L'alimentation des animaux coûte cher, en raison de la forte demande en céréales. Ainsi, dans le cadre de ce projet, nous travaillerons à faire en sorte que les génisses mangent plus d'herbe pour réduire le coût des aliments », a déclaré Calum Philip le directeur général de ProDairy. Dans le cadre de ce projet, ProDairy s’est associée à la firme de capital-investissement Sub-Sahara Capital qui est basée à New-York, et cible des marchés africains. Ensemble, ils lanceront une nouvelle division...
(AFP 14/03/18)
Les services d'urgence des principaux hôpitaux publics du Zimbabwe ont refusé mercredi d'accueillir la plupart des patients à cause d'une grève des médecins du pays qui exigent une amélioration de leurs conditions de travail. Le mouvement a débuté il y a deux semaines par un arrêt de travail des jeunes diplômés pour obtenir de meilleurs salaires et déplorer les pénuries de médicaments dans leurs établissements. "Nous ne reprendrons le travail que lorsque tous les problèmes que nous avons soulevés seront réglés", a proclamé l'Association des médecins des hôpitaux du Zimbabwe (ZHDA). "Nous observons avec inquiétude la fermeture de presque tous les hôpitaux centraux...
(Agence Ecofin 13/03/18)
Le marché zimbabwéen de la télévision payante s’annonce plus concurrentiel que jamais. Azam TV, un nouvel opérateur de télévision payante, est sur le point de s’installer au Zimbabwe. Le nouveau fournisseur de bouquets de télévision attend la fin du processus d’acquisition de licence pour démarrer ses activités. Détenu par le millionnaire tanzanien Said Salim Bakhresa, Azam TV existe depuis 2013 et est disponible au Kenya, au Malawi, en Tanzanie, au Burundi et en Ouganda. Le catalogue de l’opérateur est assez varié et propose plus de 100 chaînes. Selon les premières informations, le bouquet le moins cher, sera accessible pour 5 $, tandis que le plus cher coûtera 15 $ et proposera plus de 100 chaînes, apparemment. Les prochains mois nous...
(Xinhua 12/03/18)
La première équipe d'observateurs électoraux étrangers est arrivée dimanche au Zimbabwe pour une mission d'évaluation d'une semaine, en prévision des élections qui doivent se dérouler entre juillet et août. Le secrétaire des Affaires étrangères et du Commerce international, Joey Bimha, a déclaré au Sunday Mail que cette équipe, envoyée par la Communauté de développement d'Afrique australe (CDAA), rencontrerait des responsables zimbabwéens, ainsi que des représentants de la Commission électorale du Zimbabwe, de divers partis politiques et de la société civile. Le président Emmerson Mnangagwa n'a pas encore annoncé de date pour les élections, mais la loi stipule que celles-ci doivent se tenir entre le 21 juillet et le 21 août. M. Bimha a déclaré que la CDAA et l'Union africaine...
(AFP 12/03/18)
Des percussions ou des claviers en libre service, et la légende zimbabwéenne de l'afro-jazz Oliver "Tuku" Mtukudzi prêt à gratter les cordes de sa guitare pour accompagner ses élèves: près d'Harare, Tuku a créé une école de musique hors du commun. Ici, pas de cours ni de professeur à proprement parler, pas de frais de scolarité non plus. "Ce n'est pas un conservatoire", assure-t-il à l'AFP entre deux répétitions dans le centre qu'il a baptisé "Pakare Paye", du nom d'un de ses plus grands tubes. "Dans une école, on vous dit +vous ne savez pas, nous vous apprendrons+. Ici on dit +tu connais ça, viens donc nous l'enseigner+. Ici, on ne parle pas de formation, on parle de talent", explique...
(La Tribune 10/03/18)
Après l’opération séduction en direction des occidentaux, Emmerson Mnangagwa semble prêt à renforcer ses liens militaires et économiques avec la Russie. En témoigne la visite en cours de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe au Zimbabwe ou encore la tendance qu’à le Kremlin à réchauffer et dépoussiérer les vielles alliances soviétiques. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov est actuellement en visite officielle au Zimbabwe. L'occasion pour assurer au président Emmerson Mnangagwa de la poursuite de la coopération militaire avec le Zimbabwe et a évoqué les opportunités d'investissement dans le secteur du diamant. Coopération militaire Cette visite a également été l'occasion pour les deux pays d'annoncer la signature d'un accord portant sur la création d'une zone économique spéciale...
(RFI 10/03/18)
Parallèlement à la visite de Rex Tillerson en Afrique, le chef de la diplomatie russe est également sur le continent. Sergueï Lavrov y a entamé une tournée en début de semaine, avec cinq pays africains au programme, l’Angola, la Namibie, le Mozambique, le Zimbabwe et l’Ethiopie. Le ministre des Affaires étrangères russe est arrivé à Addis Abeba vendredi 9 mars au soir, quelques heures avant que son homologue américain n’en parte. Rex Tillerson et Sergueï Lavrov étaient tous deux sur le continent africain en ce début mars, mais il n’y a pas eu de rencontre, bien au contraire, comme l’explique Pierre Yves Vircoulon, chercheur à l’Ifri. « Leurs calendriers de voyage s’évitent soigneusement. Le seul pays qu’ils visitent tous les...
(AFP 09/03/18)
Des diplomates occidentaux basés à Harare ont demandé vendredi au nouveau gouvernement zimbabwéen de "faire la lumière" sur l'enlèvement, il y a trois ans jour pour jour, d'un militant des droits de l'Homme et figure de l'opposition à l'ex-président Robert Mugabe. Itai Dzamara, ancien journaliste devenu chef d'un groupe d'opposants à Robert Mugabe, a été kidnappé le 9 mars 2015 alors qu'il sortait d'un salon de coiffure à Harare. Il n'a pas été revu depuis. Dans un communiqué vendredi, l'Union européenne et des diplomates américains ont appelé "la nouvelle administration" du Zimbabwe "à s'assurer que les violations...
(AFP 09/03/18)
L'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, très discret depuis sa démission forcée en novembre, vient de déclencher un vent de "panique" dans le parti qu'il a dirigé pendant des décennies, en posant aux côtés d'un ancien général, candidat d'opposition à la présidentielle de 2018. Sur la photo, l'ancien homme fort du Zimbabwe, costume de couleur et cravate, se tient debout auprès de l'officier à la retraite Ambrose Mutinhiri, en chemise noire et tout sourire. Ce dernier dirige la nouvelle formation politique du Front national patriotique (NFP), créé discrètement dans la foulée de la chute de Robert Mugabe le 21 novembre.
(RFI 09/03/18)
Les relations entre le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa et son prédécesseur Robert Mugabe se détériorent. Mercredi 7 mars, le chef de l’Etat s’est dit fortement contrarié par le soutien présumé de l’ex-président Mugabe à une nouvelle formation politique. Le NPF, le Front patriotique national, a été lancé la semaine précédente par des proches de l’ex-première dame Grace Mugabe. Des proches qui ne reconnaissent pas la légitimité du gouvernement d’Emmerson Mnangagwa. Au Zimbabwe, une photo de Robert Mugabe posant avec le chef d'une nouvelle formation, un ex-militaire à la retraite, le général Ambrose Mutinhiri, fait polémique. Notamment parce que Mutinhiri a déjà annoncé qu’il allait contester la légitimité du gouvernement d’Emmerson Mnangagwa auprès de la Cour constitutionnelle. La photo a largement...
(Agence Ecofin 09/03/18)
Le gouvernement zimbabwéen allouera 70 millions $ au petits producteurs de tabac durant la saison 2017/2018 qui s’ouvrira le 21 mars prochain, rapporte le quotidien The Herald. Cette enveloppe sera déboursée par le biais de la Facilité financière pour le tabac de la Banque de réserve du Zimbabwe (BRZ) et sera administrée par la Banque agricole du Zimbabwe et le Conseil de l’industrie et de commercialisation du tabac (TIMB). Elle devrait permettre aux exploitants de recevoir des intrants agricoles (semences, engrais et produits chimiques) ainsi que du charbon pour le séchage du tabac et des équipements pour l’emballage. Toujours dans le cadre de la préparation de la prochaine campagne, les producteurs seront autorisés à retirer quotidiennement 300 $ de leur...
(AFP 08/03/18)
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a insisté jeudi sur l'intérêt de Moscou pour l'industrie diamantifère et du platine au Zimbabwe, au cours d'un entretien à Harare avec le nouveau président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa. M. Lavrov, qui effectue actuellement une tournée en Afrique, est le premier responsable russe de haut rang à se rendre au Zimbabwe depuis la démission forcée en novembre du président Robert Mugabe, au pouvoir pendant trente-sept ans. "Nous avons discuté des tâches qui nous incombent pour développer les relations commerciales et économiques entre nos pays", a déclaré M. Lavrov à la presse à l'issue d'un entretien de moins d'une heure avec le président Mnangagwa dans son bureau à Harare. "Nous avons insisté sur l'application...

Pages