| Africatime
Samedi 28 Mai 2016
(Agence Afrique 28/05/16)
Le président Zimbabwe, Robert Mugabe, a gracié 2000 détenus pour pallier à la question de la surpopulation dans la quarantaine de prisons que compte le pays, d’après les informations publiées par la presse locale ce jeudi 26 mai. La grâce présidentielle a touché tous les détenus de moins de 18 ans et toutes les femmes (à l’exception de deux prisonnières condamnées à la perpétuité), ainsi que les prisonniers en phase terminale et ceux condamnés à moins de trois ans de prison et qui ont purgé au moins un quart de leur peine. Une responsable des services correctionnels zimbabwéens, Priscilla Mthembo, a expliqué que «cette amnistie présidentielle va permettre de décongestionner nos prisons...
(BBC 27/05/16)
La mesure concerne les délinquants mineurs et toutes les femmes. Seules deux femmes qui purgent une peine à perpétuité n’ont pas été libérées. Par contre, l’amnistie ne s'applique pas aux prisonniers condamnés pour meurtre, trahison, viol ou encore vol à main armée. Les autorités espèrent que la décision permettra de décongestionner des prisons surpeuplées et d’améliorer les conditions de vie des détenus. Les détenus et les responsables de prison se sont déjà plaints pas le passé du manque de nourriture et de moyens en général. Le Zimbabwe, dirigé par Robert Mugabe depuis plus de trente ans, compte une population carcérale d’environ 20 000 personnes.
(AFP 26/05/16)
Le Zimbabwe a accordé l’amnistie à 2.000 détenus en raison de la surpopulation dans les prisons du pays, a rapporté jeudi la presse d'Etat. Tous les détenus de moins de 18 ans et toutes les femmes, à l'exception de deux prisonnières condamnées à la perpétuité, ont été libérés, selon le journal The Herald. "Les prisonniers ne devraient pas considérer cette amnistie comme allant de soi. Vous êtes libérés et devez respecter les lois de ce pays", a déclaré une responsable des services correctionnels zimbabwéens, Priscilla Mthembo, citée par le journal.
(AFP 25/05/16)
Plusieurs milliers de sympathisants du président zimbabwéen Robert Mugabe ont défilé mercredi dans les rues de Harare pour témoigner leur soutien à leur dirigeant, un mois après une manifestation contre le régime, a constaté un journaliste de l'AFP. Les manifestants, dont beaucoup transportés dans la capitale par bus, trains et camions, portaient des tee-shirts à l'effigie du président, âgé de 92 ans, et scandaient des slogans favorables au plus vieux chef de l'Etat en exercice au monde. "Le camarade Mugabe n'est pas malade, les gens mentent", ont notamment chanté les jeunes manifestants. "En avant avec le président Mugabe"...
(BBC 25/05/16)
Une marche de soutien au président zimbabwéen Robert Mugabe a été organisée mercredi dans les rues de la capitale, Harare, un mois après une manifestation contre le régime. Environ 50 000 sympathisants défilent, portant des tee-shirts à l’effigie du président, pour "témoigner de leur loyauté vis-à-vis de Mugabe", selon un agriculteur de 28 ans, lors de la Journée mondiale de l’Afrique. La plupart d’entre eux ont été transportés à Harare par bus, trains et camions depuis plusieurs endroits du pays. "En avant avec le président Mugabe", "le camarade Mugabe n'est pas malade, les gens mentent", font partie des phrases scandées par les jeunes manifestants, en attendant le chef de l'Etat venu leur adresser...
(Reuters 25/05/16)
Les effets du phénomène El Nino ont provoqué une sècheresse qui a plongé 4 millions de personnes dans le besoin d’une aide alimentaire au Zimbabwé. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a ainsi placé un système de surveillance satellitaire pour collecter des données afin d’aider le pays à mieux gérer les mauvaises récoltes et la famine dans l’avenir. “Sentinel 2 est un nouveau modèle de satellite qui fournit des données d’observation en haute résolution et à haute fréquence. Il nous permet...
(Agence Ecofin 24/05/16)
Au Zimbabwe, la Zesa, l’entreprise publique en charge de la distribution de l’électricité, s’appuiera sur de nouvelles technologies pour lutter contre le vandalisme des installations électriques. Pour commencer, elle a annoncé qu’elle utilisera pour ses transformateurs une huile spécifiquement conçue pour eux. « Nous étudions de nouvelles technologies qui donneront de nouvelles propriétés aux huiles utilisées. Ces dernières ne pourront alors plus être utilisées à d’autres fins», a affirmé la compagnie dans un communiqué. La Zesa envisage également de remplacer les câbles en cuivre contenus dans ses appareils.
(Agence Ecofin 23/05/16)
Le secteur du platine zimbabwéen a besoin de 2,8 milliards $ en nouveaux investissements pour doubler sa production, à plus de 900 000 oz, dans la prochaine décennie. C’est ce qu’a déclaré l’Association des producteurs de platine du pays, à la réunion annuelle de la Chambre des mines à Victoria Falls. «Avec de vastes réserves de platine, la production de platine des producteurs actuels a le potentiel d’augmenter d'environ 13 t (458 562 oz) à 20 t (705 479 oz),...
(Agence Ecofin 20/05/16)
Le gouvernement zimbabwéen va déroger aux lois d’indigénisation en s’associant à parts égales à un partenaire étranger en vue de sauver la compagnie aérienne nationale déficitaire et très endettée, a annoncé le ministre du Transport, Joram Gumbo, le19 mai. «Nous allons nous associer à une compagnie étrangère dans le cadre d’un partenariat à parts égales», a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée par l’Association internationale du transport aérien tenue dans la ville touristique de Victoria, dans l’Ouest du pays. «Les lois d’indigénisation ne seront pas appliquées dans ce cadre», a-t-il ajouté. Votées en 2007 et promulguées en 2008, les lois d'indigénisation exigent que la majorité des parts...
(AFP 19/05/16)
Cannes - Si son père n'avait pas refusé qu'elle épouse l'élu de son coeur, Tapiwa Chipfupa, jeune cinéaste du Zimbabwe, n'aurait pas été invitée au Festival de Cannes: son projet de porter à l'écran sa déconvenue a été sélectionné par la Fabrique des cinémas du monde. A l'initiative de l'Institut Français, qui aide la jeune création cinématographique mondiale, neuf autres réalisateurs venant de l'Angola, de l'Azerbaïdjan, du Costa Rica, d'Iran ou des Philippines font leurs premiers pas sur la Croisette, avec un accompagnement personnalisé pour boucler le financement de leur premier ou deuxième film...
(Agence Ecofin 19/05/16)
Au Zimbabwe, le vandalisme dont sont victimes les infrastructures électriques est alarmant. C’est ce qu’a affirmé Thandiwe Sithole, le chef du service des risques à la ZESA, la compagnie publique en charge de la fourniture énergétique. Au cours de ce premier trimestre 2016, 57 cas ont déjà été répertoriés. Selon le porte-parole de la ZESA, des transformateurs sont vidés de leur cuivre, de leur huile et d’autres composantes. L’huile pour transformateur a, par exemple, été retrouvée dans certains restaurants où...
(Agence Ecofin 13/05/16)
Au Zimbabwe, l’Export-Import Bank (Eximbank) of India a provoqué, encore une fois, le retard d’un des projets énergétiques mis en œuvre dans le pays. L’institution financière a en effet rejeté la demande de financement de la réhabilitation de la centrale électrique d’Harare qui avait été introduite par la société indienne Jaguar Overseas. La compagnie, qui a obtenu la réalisation du projet en 2014, était en négociation pour l’obtention d’un financement de 70,2 millions $. Après des mois de demande d’informations supplémentaires, la banque, qui a accompagné l’entreprise au cours de ces deux dernières années, a fini par rejeter cette proposition de financement.
(AFP 12/05/16)
Environ 32 millions de personnes sont en état d'insécurité alimentaire en Afrique australe en raison de la grave sécheresse qui frappe la région depuis près de deux ans, a indiqué jeudi le Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l'ONU. "Un total de 32 millions de personnes sont en insécurité alimentaire en Afrique australe, principalement en raison de la sécheresse qui a conduit à de faibles récoltes l'année dernière", selon un dernier rapport du PAM. "Je suis assez inquiet car...
(BBC 11/05/16)
Au Zimbabwe, pour faire face au manque de liquidités, la banque centrale va importer environ 15 millions de dollars americains. La semaine dernière, les retraits d'argent aux guichets des banques et aux distributeurs ont été limités a 1000 dollars par jour et par personne. Depuis, la banque centrale a également décidé d'introduire sur le marché dans les deux prochains mois des billets d'obligation dont la valeur est alignée sur le cours du dollar. L'opposition a considéré que cette mesure pourra...
(Afrique 7 11/05/16)
L’opposition zimbabwéenne a condamné ce lundi, la décision du gouvernement d’imprimer «des billets d’obligation» indexés sur le cours du dollar américain pour pallier le manque de devises et de liquidités dans le pays. Tout en dénonçant le risque d’un retour à l’hyperinflation, l’opposition a qualifié de «folie», cette décision de la banque centrale Zimbabwenne. «L’impression de ces billets d’obligation va sonner le glas de notre économie», a estimé dans un communiqué le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), principal parti...
(AFP 09/05/16)
L'ONU s'est inquiétée lundi de la situation alimentaire au Zimbabwe, touché par une grave sécheresse, estimant que le pays a besoin de 290 millions de dollars pour nourrir jusqu'à 4,5 millions de personnes d'ici les prochaines récoltes. "Les prévisions générales sur la situation alimentaire au Zimbabwe jusqu'en mars 2017 sont sombres", a estimé Eddie Rowe le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) pour le pays, à l'occasion d'une conférence de presse à Harare. En effet, selon le PAM, jusqu'à 4,5 millions de Zimbabwéens auront besoin d'une aide alimentaire d'ici mars 2017, en raison de la sécheresse qui touche principalement le sud du pays.
(AFP 09/05/16)
L'opposition zimbabwéenne a condamné lundi la décision du gouvernement d'imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain pour pallier le manque de liquidités, qualifiant cette initiative de "folie" et pointant le risque d'un retour de l'hyperinflation. "L'impression de ces billets d'obligation va sonner le glas de notre économie", a estimé le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le principal parti d'opposition, dans un communiqué. "Les Zimbabwéens ont déjà emprunté ce chemin par le passé. Ils n'ont pas oublié les jours sombres où ils étaient de pauvres multimilliardaires"...
(BBC 09/05/16)
Gershem Pasi, le chef de la ZIMRA, l’organe public chargé des impôts, et cinq de ses collègues ont écopé d’une suspension. Ils sont soupçonnés d’avoir illégalement bénéficié d’exonérations fiscales sur des véhicules de luxe, selon l’agence Reuters. L’organe zimbabwéen chargé des impôts estime avoir perdu plusieurs millions de dollars US à cause des avantages fiscaux dont ont bénéficié M. Pasi et cinq de ses collègues. La suspension de ces agents est consécutive à la comparution en justice, la semaine dernière, de deux importateurs de voitures accusés de trafic de faux documents fiscaux et d’autres délits liés à la fiscalité.
(Agence Ecofin 09/05/16)
Les autorités énergétiques zambiennes et zimbabwéennes voient s’éloigner progressivement le spectre des délestages qui avaient fait des ravages sur les plans économiques et sociaux au cours de l’année écoulée sur leurs territoires. Ainsi, la Zimbabwe Electricity Distribution Transmission Company (ZEDTC), une filiale de la Zesa, la compagnie en charge de l’électricité a annoncé que les citoyens ne connaitraient pas de délestages au cours de l’hiver prochain. Selon la Zimbabwe Power Company, une autre entité affiliée à la Zesa, le pays...
(AFP 06/05/16)
Une pénurie en devises étrangères a conduit le gouverneur de la Banque centrale, John Mangudya, à prendre mercredi 4 mai une série de mesures, notamment la limitation des retraits d’argent à 1 000 dollars (870 euros) ou 20 000 rands sud-africains. Par ailleurs, le montant d’argent susceptible de sortir du pays a été réduit de 5 000 à 1 000 dollars. Émission de billets d’obligation John Mangudya a également décidé que la Banque centrale allait introduire des « billets d’obligation...

Pages