Mardi 12 Décembre 2017
(RFI 12/12/17)
Le congrès extraordinaire de la Zanu-PF se tient cette semaine au Zimbabwe à partir de ce mardi 12 décembre et jusqu’à vendredi. Ce sera le premier congrès du parti au pouvoir sans l’ex-président Robert Mugabe. A cette occasion, le nouveau chef de l’Etat, Emmerson Mnangagwa, devrait nommer ses deux vice-présidents. Cela aurait dû être le congrès où Robert Mugabe devait se débarrasser de son vice-président Emmerson Mnangagwa. L’histoire en a décidé autrement. Moins d’un mois après le coup de force de l’armée qui s’est soldé par la démission de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa devrait être confirmé dans ses fonctions de président du parti. Et être intronisé comme candidat de la Zanu-PF aux prochaines élections prévues...
(Agence Ecofin 12/12/17)
Olivine Industries, le fabricant zimbabwéen de biens de consommation au monde investira 5 millions $ dans l’achèvement de son usine spécialisée dans la production de margarine et de savons, rapporte The Herald. Cet effort financier devrait permettre à l’entreprise d’améliorer la production de la Buttercup margarine, l’un de ses produits phares ainsi que d’utiliser à terme, 80% de sa capacité de production contre seulement 47% actuellement. « Olivine investit dans une technologie de production de margarine en trois phases sur une période de trois ans. La phase 1 a vu l’amélioration de l’usine, en ce qui concerne les standards relatifs à la sécurité et à l’hygiène.», a indiqué Peter Madara, président du conseil de l’entreprise. Constituée en 1950 et basée...
(La Tribune 11/12/17)
Le nouveau gouvernement zimbabwéen a présenté ce jeudi 7 décembre au Parlement son premier budget après l'ère Mugabe et qui se caractérise par son austérité. Entre réduction du train de vie de l’Etat, rigueur financière et réformes destinées à attirer les investisseurs, certaines mesures risquent de provoquer des tensions sociales. Sauf que pour le gouvernement, celles-ci sont nécessaires pour relancer une économie mal en point depuis des années. Le président intérimaire du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, qui a succédé à Robert Mugabe, avait promis de relancer l'économie du pays...
(Jeune Afrique 11/12/17)
Ils avaient fait Mugabe, ils ont été, fin novembre, les artisans de la victoire d’Emmerson Mnangagwa. Aujourd’hui, les vétérans de la guerre de libération sont de retour au cœur du pouvoir. Si l’on juge la puissance d’un homme à sa liberté de ton, Chris Mutsvangwa est, sans nul doute, l’un des nouveaux hommes forts de Harare. Cela fait deux ans que le président de l’Association des vétérans de la guerre de libération nationale du Zimbabwe (ZNLWVA) s’active en coulisses pour...
(Agence Ecofin 11/12/17)
Le gouvernement zimbabwéen n’aura pas tardé à passer de la parole aux actes. Moins d’un mois après que le président Emmerson Mnangagwa (photo) a affirmé, dans son discours d’investiture, que les propriétaires terriens blancs expropriés dans le cadre de la réforme agraire menée par son prédécesseur, Robert Mugabe, seraient dédommagés, un premier bénéficiaire, Robert Smart, vient de retrouver la propriété de terres qui lui avaient été retirées au profit d’un religieux proche de l’ex-président. « M. Smart, comme d’autres, a...
(Agence Ecofin 09/12/17)
Le nouveau gouvernement du Zimbabwe a signé mercredi dernier, un accord de prêt de 153 millions $ avec la Chine. Il s’agit du premier accord de prêt post-Mugabe avec un gouvernement étranger. Ce financement permettra d’agrandir et de rénover l’aéroport international d’Harare, qui porte le nom de l’ancien président démissionnaire, Robert Gabriel Mugabe. L’objectif pour Harare est de rendre l’infrastructure portuaire plus competititve afin d'attirer les investisseurs et les touristes. Le prêt pour la rénovation de l'aéroport Robert Gabriel Mugabe,...
(AFP 08/12/17)
Le nouveau gouvernement du Zimbabwe a ordonné jeudi la restitution de terres confisquées il y a quelques mois à un agriculteur blanc pour être offertes à un partisan de l'ex-président Robert Mugabe, a-t-on appris de source officielle. Robert Smart, producteur de tabac et de maïs de la région de Makoni (est), avait été expulsé en juin dernier au profit d'un prêtre favorable à l'ancien régime, Trevor Manhanga. "M. Smart, comme d'autres, a été victime de la discrimination raciale, de l'avidité...
(Jeune Afrique 06/12/17)
Plusieurs médias ont repris une information selon laquelle Grace Mugabe aurait entamé une procédure de divorce à la suite de la démission de son mari, Robert Mugabe, après 37 ans à la tête du Zimbabwe. Une rumeur totalement infondée selon l'entourage du président. La démission contrainte de Robert Mugabe a-t-elle eu raison de son mariage ? Depuis lundi, une rumeur selon laquelle l’ex-Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, aurait demandé à divorcer de l’ancien président Robert Mugabe, poussé à la...
(Le Monde 05/12/17)
La communicante Sarah-Jane Fouda conteste le récit qui fait porter à l’ex-première dame du Zimbabwe la responsabilité de la chute de son mari. Ainsi donc, Grace serait la raison de la chute de Robert Mugabe ? Je lis la presse. « Gucci Grace », « reine du shopping » et « trop ambitieuse première dame », en voulant prendre le pouvoir, aurait été « fatale à la carrière politique de son mari » ? Autrement dit, l’argument qu’avança l’armée, dès...
(RFI 05/12/17)
Les ministres du premier gouvernement post Robert Mugabe ont prêté serment ce lundi 4 décembre lors d'une cérémonie au palais présidentiel à Harare en présence d'un cabinet plus réduit que par le passé : au total 22 ministres. A cette occasion le nouveau président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a appelé la population « à l'unité » pour « relancer l'économie ». Dix jours après son investiture, le président Emmerson Mnangagwa a son gouvernement : 22 ministres, pour la plupart des anciens...
(AFP 04/12/17)
Le nouveau président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a appelé la population du pays "à l'unité" pour "relancer l'économie" de son pays en ruines après le règne de Robert Mugabe, lundi au cours de la prestation de serment de son gouvernement. "Je veux qu'ils (les Zimbabwéens) soient unis, nous devons relancer l'économie", a déclaré le président au palais présidentiel. "Je pense que mon équipe va relever le défi", a-t-il ajouté, ajoutant que son gouvernement avait pour mission "de finir le mandat...
(RFI 04/12/17)
Au Zimbabwe, le nouveau président Emmerson Mnangagwa a à peine nommé son gouvernement qu'il a déjà effectué son premier remaniement. Deux ministres en ont fait les frais : Clever Nyathi, ministre du Travail, et surtout le ministre de l'Education, Lazarus Dokora. Sa nomination avait été une surprise, tant son bilan est décrié dans le pays. Lazarus Dokora a donc été débarqué du ministère de l'Education 24 heures après sa nomination. Si aucune raison n'a été donnée, il semble qu'Emmerson Mnangagwa ait cédé face à la pression. Il faut dire que son départ était demandé depuis longtemps.
(Le Monde 04/12/17)
Le président Emmerson Mnangagwa a nommé deux fidèles haut gradés dans le nouveau gouvernement : les généraux Perence Shiri et Sibusiso Moyo. Pour ceux qui, au Zimbabwe, avaient espéré que le départ de Robert Mugabe déboucherait sur une forme de gouvernement de coalition ou d’union nationale entre le pouvoir demeuré aux mains du parti de l’ex-président, la Zanu-PF, et les forces de l’opposition – à commencer par celles du MDC de Morgan Tsvangirai –, le coup est brutal. Fini les...
(AFP 04/12/17)
Au moins 21 personnes ont été tuées samedi soir lorsqu'un camion s'est renversé dans l'Ouest du Zimbabwe, a annoncé dimanche la télévision publique, Zimbabwe Broadcasting Corporation (ZBC). Le camion transportait 69 passagers lorsqu'il "a échoué à négocier un virage et s'est retourné", dans le district de Tsholotsho, selon la ZBC. Quinze personnes sont décédées sur place et six autres à l'hôpital où elles ont été transportées, a précisé la télévision, qui a aussi fait état d'une vingtaine de blessés. Les accidents ne sont pas rares au Zimbabwe, en raison notamment du mauvais état des routes et des véhicules. En juin, 43 personnes sont mortes dans un accident de bus dans le nord du pays...
(RFI 02/12/17)
Au Zimbabwe, il n'y a pas de révolution dans le nouveau gouvernement zimbabwéen, nommé dans la nuit du jeudi 30 novembre au 1er décembre, par le nouveau président Emmerson Mnangagwa. Ceux qui attendaient des changements significatifs seront déçus. Ce gouvernement composé à 100 % de membres de la Zanu-PF, le parti majoritaire, voit les militaires revenir en force, et plusieurs anciens proches de Mugabe rester aux commandes. On est loin du gouvernement d’union nationale que certains appelaient de leurs vœux au Zimbabwe. L’opposition...
(RFI 02/12/17)
Au Zimbabwe, Emmerson Mnanagagwa a dévoilé la composition de son gouvernement. Pas de révolution en vue, le nouveau président a surtout tenu à remercier ceux qui ont œuvré à son ascension, anciens militaires et vétérans de la guerre d'indépendance. En revanche, l'opposition reste à la porte. Les attentes étaient élevées, et beaucoup font part de leur déception après l'annonce du nouveau gouvernement zimbabwéen. La Zanu-PF est toujours aux commandes et l'opposition n'a pas eu voix au chapitre, alors que certains...
(Agence Ecofin 02/12/17)
En marge du sommet Union européenne/Union africaine qui s’est achevé à Abidjan les 29 et 30 novembre, la Banque africaine de développement a convié les représentants des Commissions économiques régionales (CER) du continent, à la réunion de la consultation de la stratégie « High 5». Après avoir appelé les représentants des CER à examiner les acquis et les réussites de l’intégration régionale en Afrique et les améliorations qu’il convient d’apporter aux freins qui limitent la promotion de cet idéal, le...
(AFP 01/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l'envoi de troupes française n'étant pas à l'ordre du jour. "Nous avons des échanges bilatéraux avec des pays africains pour contrôler les trafics, d'une manière structurée dans une +task force+", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Accra, dernière étape de sa tournée africaine. "Il appartient aux Etats africains d'opérer sur leur sol et de mener des opérations de police...
(Jeune Afrique 30/11/17)
Le psychodrame aura duré du mercredi 15 au mardi 21 novembre, soit une semaine pleine. Avec pour théâtre Harare, capitale du Zimbabwe, et, dans le rôle du personnage principal, Robert Mugabe, 93 ans, dont cinquante comme, successivement, combattant de la liberté, Premier ministre et président-dictateur de son pays. Les péripéties de ce psychodrame, ses rebondissements ont tenu en haleine beaucoup d’entre vous toute la semaine. La démission de Robert Mugabe de ses fonctions de président de la République, au soir du 21 novembre, a été tardive. Les militaires, auteurs d’un coup d’État qui ne voulait pas dire son nom, l’ont obtenue au forceps.
(APA 30/11/17)
APA - Harare (Zimbabwe) - Le Royaume-Uni envisage d’élaborer un plan de sauvetage pour aider à relancer l’économie du Zimbabwe qui est dans une mauvaise passe, à condition que sa nouvelle administration soit à la hauteur des attentes démocratiques, a révélé mercredi, à Abidjan, le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson S’exprimant en marge du sommet de l’Union africaine (UA) et de l’Union européenne (UE) qui s’est ouvert ce mercredi après-midi dans la capitale économique de la Côte d’ivoire,...

Pages