Vendredi 20 Octobre 2017
(Agence Ecofin 17/06/17)
Sinohydro, la compagnie chinoise qui a obtenu le contrat d’extension de 600 MW de la capacité de la centrale électrique de Hwange au Zimbabwe, détiendra 36% de l’infrastructure pendant au moins 6 ans. Le reste des participations de l’infrastructure sera détenu par la Hwange Electrical Supply Company, une entité ad hoc mise en place par le gouvernement. Selon les autorités, cette répartition fait partie des conditions du contrat de fourniture d’équipement qui avait été préalablement établi avec l’entreprise afin de s’assurer du bon fonctionnement de la centrale sur au moins 6 ans. Avec cette disposition, le gouvernement espère éviter de se retrouver dans la même situation que le Botswana.
(Le Point 16/06/17)
Entre dollar américain et rand sud-africain, le pays du président Mugabe vit une sévère pénurie d'espèces et ne sait plus à quelle monnaie se vouer. Dirigé d'une main de fer par Robert Mugabe depuis 1980, le Zimbabwe est plongé dans une grave crise économique. Le gouvernement de Harare a adopté le dollar américain et le rand sud-africain en 2009, après une hausse des prix vertigineuse qui a atteint jusqu'à 500 % et fait perdre toute sa valeur au dollar zimbabwéen. En conséquence, certaines voix au Zimbabwe se sont élevées pour demander l'adoption du rand, la devise sud-africaine, comme monnaie de transaction pour contrer le manque d'argent, faisant valoir que cela simplifierait les choses, puisque l'Afrique du Sud est le plus...
(Agence Ecofin 15/06/17)
L’exécutif zimbabwéen prévoit de mobiliser 50 millions $ par le biais de l’émission d’une obligation d’une durée de 3 ans afin de financer la réalisation d’infrastructures d’irrigation, indique Reuters qui mentionne des documents officiels. Cette mesure fait partie intégrante de la stratégie globale du gouvernement visant à améliorer durablement la sécurité alimentaire du pays mise à mal par la sécheresse ayant sévi de 2015 à 2016. Cet épisode climatique, dont le pays n’avait pas connu d’équivalent depuis plus de 24 ans, a réduit la production céréalière et plongé 3 millions de personnes dans une situation d’insécurité alimentaire, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
(Le Point 15/06/17)
En pénurie d'espèces, le pays est divisé entre ceux qui veulent renforcer l'usage du rand comme monnaie principale et ceux qui veulent en limiter l'usage. Dirigé d'une main de fer par Robert Mugabe depuis 1980, le Zimbabwe est plongé dans une grave crise économique. Le gouvernement de Harare a adopté le dollar américain et le rand sud-africain en 2009, après une hausse des prix vertigineuse qui a atteint jusqu'à 500 % et fait perdre toute sa valeur au dollar zimbabwéen. En conséquence, certaines voix au Zimbabwe se sont élevées pour demander l'adoption du rand, la devise sud-africaine, comme monnaie de transaction pour contrer le manque d'argent, faisant valoir que cela simplifierait les choses, car l'Afrique du Sud est le plus...
(Agence Ecofin 14/06/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a exprimé ses réserves face à la volonté du gouvernement zimbabwéen d’émettre 600 millions $ de bons du Trésor afin d’apurer les dettes de la Zesa, la compagnie énergétique nationale. Selon l’institution, il faudrait plutôt améliorer les opérations et la gestion de la société afin d’empêcher un nouvel empilement des dettes. « Les arriérés de paiements des entreprises publiques compliquent les efforts d’amélioration de la gouvernance et de la discipline financière. La nécessité, pour le gouvernement, de refinancer ses entreprises ou d’apurer leurs dettes, devient particulièrement problématique avec un déficit fiscal significatif et une dette intérieure en hausse.»...
(AFP 13/06/17)
Les autorités du Zimbabwe ont décidé de suspendre leurs importations de maïs? assurant avoir réussi cette année, malgré la sécheresse persistante et après plusieurs saisons difficiles, à en produire suffisamment pour nourrir toute la population. "Le gouvernement a arrêté d'émettre des permis d'importer des céréales il y a quatre mois et les importations de maïs ont été suspendues à nos frontières", a affirmé le vice-ministre de l'Agriculture Davis Marapira dans un entretien accordé mardi au quotidien d'Etat The Herald. Selon le journal, les céréaliers du pays devraient produire 2 millions de tonnes de maïs cette année, de quoi subvenir aux besoins de ses 16 millions d'habitants. The Herald ajoute que le gouvernement est parvenu à mettre de côté 200 millions...
(Agence Ecofin 13/06/17)
La Zimbabwe Power Company (ZPC) qui procède actuellement à la rénovation de la centrale thermique de Hwange, a déclaré que l’infrastructure avait besoin de 82 millions $ par an pour sa maintenance. « La centrale de Hwange est composée de 6 générateurs qui doivent chacun faire l’objet d'une maintenance tous les 5 ans, afin de maintenir son niveau d’efficacité. Cela veut dire que nous devons assurer cette maintenance à raison d’une unité de production par an, ce qui revient très cher.», a affirmé la ZPC dans un communiqué. Construite en 1973, la plus grande centrale du pays a une capacité de 920 MW, mais ne produit qu’environ 500 MW à cause des problèmes techniques et de sa vétusté. La ZPC...
(Xinhua 13/06/17)
Le gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe, John Mangudya, a déclaré lundi que l'adoption du rand sud-africain comme principale devise de transaction n'aiderait pas à résoudre les difficultés économiques actuelles du pays. Ces difficultés économiques ne pourront être réglées uniquement avec une solution monétaire, car elles nécessitent une approche holistique pour résoudre les problèmes structurels de l'économie, a-t-il dit. Le Zimbabwe a adopté en 2009 le recours à des devises multiples après que sa devise nationale a perdu toute valeur suite à une décennie d'hyperinflation. Le rand sud-africain est l'une des neuf devises constituant ce panier de devises multiples.
(Agence Ecofin 13/06/17)
Au Zimbabwe, l’exécutif a interdit les importations de maïs afin de protéger les producteurs locaux dans la perspective d’une importante récolte, cette année. C’est ce qu’a indiqué, à Reuters, Davis Mharapira, ministre adjoint de l’Agriculture. En effet, le pays espère faire rentrer, cette année, 2,1 millions de tonnes de maïs, soit le quadruple du volume de l’année dernière (511 000 tonnes) affecté par la sécheresse liée à El Niño, l’un des pires épisodes météorologiques enregistrés par le pays depuis 1992/1993. Cette récolte record devrait permettre au pays qui ne consomme que 1,8 million de tonnes de la céréale de renouer avec l’autosuffisance cette année, une première depuis la réforme agraire menée au début de l’année 2000 par le gouvernement zimbabwéen...
(Xinhua 13/06/17)
La Banque Centrale du Zimbabwe a annoncé lundi qu'elle était en train d'étudier la demande de la banque britannique Barclays de vendre 68% de son actionnariat de l'unité zimbabwéenne à la First Merchant Bank basée au Malawi. Le gouverneur de la Banque centrale du Zimbabwe, John Mangudya, a déclaré à un comité du parlement que l'accord respecte la politique d'indigénisation du pays, contrairement aux inquiétudes invoquées dans certains cercles. La politique d'indigénisation du Zimbabwe stipule que les étrangers doivent posséder un maximum de 49% des actions d'une compagnie, la majorité de 51% étant réservée aux locaux. Les employés de la Barclays au Zimbabwe contesteraient cette cession, et feraient appel à la justice du pays pour bloquer la transaction. Mais M...
(Agence Ecofin 12/06/17)
Quelques mois après avoir décidé de renforcer la coopération diplomatique entre leurs deux pays, le Soudan du Sud et le Zimbabwe négocient depuis la fin de la semaine dernière, plusieurs accords commerciaux notamment pétroliers. C’est ce que rapporte le site internet de Radio Tamazuj. La nouvelle a été confirmée par John Andruga Duku (photo), le directeur des relations internationales du ministère sud-soudanais des Affaires étrangères. Celui-ci a conduit une délégation de Juba dans la capitale zimbabwéenne, afin de rencontrer certains officiels de Harare, en vue des négociations.
(RFI 09/06/17)
Les services vétérinaires du Zimbabwe ont signalé début juin la présence d'un foyer de grippe aviaire hautement pathogène. Des mesures drastiques ont été prises pour contenir l'épidémie. Le Dr Catherine Bertrand-Ferrandis, responsable de la communication de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), fait le point sur la situation.
(Agence Ecofin 09/06/17)
Les responsables du groupe financier malawite First Merchant Bank ont expliqué que la décision prise de racheter la participation de Barclays Plc dans sa filiale zimbabwéenne, à hauteur de 41,2%, s'est justifiée par la solidité et la stabilité qui caractérisent les opérations menées par la banque ciblée. « Cela s'observe à la présence étendue de ses agences et guichets automatiques (guichet automatique), son réseau de points de vente, ses offres de produits et services et des ressources humaines compétentes », a expliqué Dheeraj Dikshit, le directeur gérant de FMB. Il a ajouté par ailleurs, que le modèle d'affaires de Barclays Zimbabwe était proche de celui de son institution, notamment dans la gestion de la relation client. L'annonce de la signature...
(Financial Afrik 07/06/17)
Ce n’est pas un fait nouveau au pays de Robert Mugabe. Mais la pénurie de liquidité devient de plus en plus inquiétante, jusqu’au point de faire tourner au ralenti, une économie toute entière, avec une baisse de moitié du taux de croissance estimée à 0,5% en 2016 par les services nationaux, contre 1,1% en 2015. Plus particulièrement, le secteur de la finance reste touché, les banques n’autorisant qu’un retrait maximal de 50 dollars par jour, contre 1.000 dollars il y a un an. Et les dépôts en pâtissent. Cette situation s’explique par une croissance des activités informelles, un niveau élevé de l’endettement public...
(BBC 07/06/17)
Le principal producteur et exportateur de volailles du Zimbabwe, l'entreprise Irvines Private Limited, a expliqué qu'elle va abattre 140 000 poulets par précaution suite à une épidémie dans ses locaux. L'épidémie a déjà tué 7 000 poulets dans les fermes de l'entreprise. Le gouvernement zimbabwé en assure cependant que cette souche de grippe aviaire n'a montré aucun risque pour les humains. Le Botswana et le Mozambique voisins ont mis en place une interdiction générale de tous les produits de volaille en provenance du Zimbabwe. La mesure est en vigueur depuis la semaine dernière suite à l'annonce de l'apparition d'une épidémie de grippe aviaire dans une ferme avicole commerciale dans la province zimbabwéenne du Mashonaland Est. Une épidémie qui a entraîné...
(Agence Ecofin 07/06/17)
La compagnie minière Premier African Minerals (PAM) a fait une déclaration de ressource minérale vierge (inexploitée) pour son projet de lithium et de tantale de Zulu, au Zimbabwe. Selon le code Samrec, le projet héberge 20,1 millions de tonnes de ressources titrant 1,06% de Li2O et 51 parties par million (ppm) de pentoxyde de tantale. Cette estimation a été réalisée avec une teneur de coupure de 0,5% d’oxyde de lithium (Li2O). Zulu contiendrait ainsi 562 000 tonnes d’équivalent de carbonate de lithium (LTE) et 1 025 tonnes de pentoxyde de tantale. La société a précisé que cette estimation ne couvre que 35% de la longueur connue de Zulu sur une surface totale de 3,5 kilomètres. Par ailleurs, le forage continue...
(Agence Ecofin 07/06/17)
La Zimbabwe Investment Authority (ZIA) a octroyé une licence d’investissement à Prospect Resources sur son projet de lithium d’Arcadia. La junior minière australienne a également indiqué avoir reçu l’approbation de l’Environmental Management Agency (EMA) pour l’étude d’impact environnemental réalisée pour le projet. «Les évaluations d’impact social et géohydrologiques nécessaires réalisées ainsi que l’approbation subséquente de l’EMA, amènent Arcadia vers la phase de production. En outre, l’approbation de la ZIA permet à la société de profiter des avantages fiscaux et mesures incitant à l’investissement offerts au Zimbabwe.», a déclaré le président Hugh Warner. Prospect Resources a jugé prudent de séparer ses actifs en deux filiales distinctes, l’une pour l’or et l’autre pour le lithium, et chacune avec sa propre licence. Selon...
(AfricaNews 03/06/17)
Des zimbambéen passent la nuit à la belle étoile devant les banques, bravant le froid. C’est le prix à payer pour retirer à temps de l’argent le lendemain matin au guichet. Autrement, il faudra patienter des longues heures dans les files d’attente. Le Zimbabwe fait face en effet à une pénurie de liquidités depuis ces douze derniers mois. Une situation insoutenable pour la population. ‘‘La situation est terrible, nous devons affronter le froid. Nous n’avons pas d’autre choix que de dormir ici à la banque dans l’espoir d’obtenir de l’argent dans la matinée. C’est difficile.” , a déclaré Godfrey Nyngani, un résident de la capitale. Il faut dépenser désormais avec parcimonie, les banques n’autorisent qu’un retrait maximal quotidien de 50...
(Financial Afrik 03/06/17)
Barclays a annoncé, vendredi 02 juin, la vente de sa filiale au Zimbabwe. Barclays Zimbabwe sera vendue à l’institution financière du Malawi, First Merchant Bank. Le groupe bancaire britannique entend se désengager de ses actions en Afrique pour se recentrer sur les États-Unis et la Grande-Bretagne. Les pourparlers ont été entamés depuis le mois de mars dernier. Pour le moment, le prix de la vente n’a pas été divulgué mais la banque a déclaré que l’opération éliminerait 292 millions de livres (375,69 millions de dollars) d’actifs pondérés en fonction de son bilan. Il est revu dans les clauses que les 700 employés de Barclays Bank of Zimbabwe seront déployés au niveau du nouvel acquéreur. Et l’accord devrait se terminer au...
(Agence Ecofin 31/05/17)
Le spectre de nouvelles séries de délestages qu’entrainerait l’arrêt de la fourniture en électricité par l’Afrique du Sud, s’est éloigné du Zimbabwe. En effet, la Banque centrale du pays (RBZ) a mis au point avec la Zesa, la compagnie en charge de la fourniture de l’électricité, un plan de remboursement des 43 millions $ dus à l’Eskom. Le plan qui impliquerait des versements mensuels de 10 millions $, selon une source proche des institutions, sera soumis, le vendredi prochain, à la compagnie sud-africaine pour validation. Cela devrait permettre un apurement, en quatre mois, de la dette accumulée à cause de la pénurie de devises étrangères que subit...

Pages