Lundi 20 Novembre 2017

Zimbabwe: quatre personnes comparaissent pour avoir hué Grace Mugabe

Zimbabwe: quatre personnes comparaissent pour avoir hué Grace Mugabe
(AFP 10/11/17)

Quatre personnes ont comparu devant la justice au Zimbabwe, accusées d’avoir sapé l’autorité du président Robert Mugabe après avoir hué la Première dame Grace Mugabe lors d’un rassemblement politique, a rapporté vendredi un quotidien d’Etat.

Ce week-end, "le quatuor, avec d’autres, aurait entonné la chanson +Nous détestons ce que vous faites+ au stade White City (de Bulawayo) où Grace Mugabe s’adressait à la foule" en présence du chef de l'Etat, a déclaré le procureur Jerry Mutsindikwa jeudi au tribunal de Bulawayo (sud-ouest).

Les quatre accusés, âgés de 24 à 33 ans, sont membres du parti au pouvoir de la Zanu-PF, en proie à des dissensions sur fond de succession au président. A 93 ans, Robert Mugabe est le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète.

Le juge devrait déterminer vendredi si les accusés peuvent être libérés ou non sous caution. Un cinquième suspect est toujours en fuite, selon le journal d'Etat The Herald.

L’incident ce week-end avait mis hors de lui le président. Après l’intervention de son épouse, Robert Mugabe avait pris la parole et accusé son vice-président Emmerson Mnangagwa d’être à l’origine de ces huées.

Lundi, il l'a démis de ses fonctions, au terme d'un bras de fer de plusieurs semaines entre le vice-président et la Première dame.

Cette décision a été interprétée par l’opposition comme une stratégie destinée à laisser le champ libre à Grace Mugabe, âgée de 52 ans, pour succéder le moment venu à son mari, à la santé chancelante.

Le président Mugabe dirige d'une main de fer le Zimbabwe depuis l'indépendance de ce pays d'Afrique australe en 1980.

Jeudi, un tribunal d'Harare a ordonné la libération sous caution d'une journaliste américaine, Martha O’Donovan, accusée de tentative de subversion, pour avoir qualifié sur Twitter le président d'"égoïste et malade".

Commentaires facebook