Mercredi 13 Décembre 2017

Le FMI appelle le Zimbabwe à adopter un train de mesures complet pour relancer l'économie

Le FMI appelle le Zimbabwe à adopter un train de mesures complet pour relancer l'économie
(Xinhua 25/04/17)

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé le Zimbabwe à adopter un ensemble de mesures politiques complet pour se sortir des difficultés économiques graves qu'il connaît, comprenant une pénurie sévère de billets de banque.
L'institution de Bretton Woods a déclaré dimanche que le Zimbabwe ne résoudrait pas ses difficultés économiques avec une solution purement monétaire, mais qu'elle avait besoin d'un ensemble de réformes holistique pour répondre aux difficultés budgétaires.

Le directeur du département africain du FMI, Abede Aemro Selassie, a déclaré aux journalistes à Washington que les bons du Trésor seuls ne pouvaient suffire à résoudre les difficultés économiques du Zimbabwe.
"Le Zimbabwe est dans une situation très très difficile, comme vous le savez. Il n'a qu'une quantité limité d'afflux de recettes extérieures et aucun outil de politique monétaire. Il est donc dans une situation difficile actuellement. Nous pensons que cette solution du seul bon du Trésor ne pourra pas par elle-même régler les difficultés que connaît le pays", a estimé M. Selassie.
Le Zimbabwe a introduit en novembre dernier des billets de banque garantis par un mécanisme de prêt de 200 millions de dollars de la Banque africaine d'import-export (Afreximbank), afin de répondre à la pénurie de liquidités qui frappe cette économie depuis début 2016.

Depuis novembre, la banque centrale a mis en place quelque 130 millions de ces bons du Trésor en circulation. La Banque centrale a indexé ces bons sur le dollar américain, mais ils se négocient à un taux légèrement inférieur au billet vert sur le marché noir.
Malgré l'adoption de ces billets, le Zimbabwe reste confronté à une pénurie de liquidités.
Il est très important que le Zimbabwe adopte des réformes structurelles et un ensemble de politiques plus complet pour résoudre les difficultés budgétaires auxquelles il est confronté, a indiqué M. Selassie.
"Encore une fois, c'est un ensemble de réformes plus holistique qui est nécessaire pour sortir le Zimbabwe de sa situation actuelle", a-t-il dit.

Le Zimbabwe est confronté à un ensemble de problèmes économiques, caractérisée par des pénuries de liquidités sévères, des investissements directs étrangers faibles et un manque d'exportations.
Malgré ces difficultés, le gouvernement zimbabwéen table sur un redémarrage de la croissance à 3,7% en 2017, contre 1,7% l'année dernière, grâce à une croissance importante du secteur agricole, pilier de l'économie du pays.

Commentaires facebook