Mercredi 18 Octobre 2017

Zimbabwe : les emprunts de l’Etat auprès des banques locales menacent le financement du secteur privé

Zimbabwe : les emprunts de l’Etat auprès des banques locales menacent le financement du secteur privé
(La Tribune 29/08/17)

Ce n’est plus un secret. L’économie zimbabwéenne va mal. Bien que Harare ait soldé sa dette auprès du FMI l’automne dernier, son niveau d’endettement public reste élevé, lui fermant ainsi la porte à toute possibilité de financement extérieur. Du coup, l’Etat s’approvisionne désormais auprès des banques locales, au détriment des entreprises privées. Sonnette d’alarme !
« A une échelle macro de manière générale, le gouvernement ne devrait pas évincer le secteur privé en termes d'emprunt. En tant qu'économie, nous ne devrions pas particulièrement emprunter pour financer les dépenses récurrentes de l'Etat au détriment du secteur privé », a déclaré au journal The Source Simon Hammond, directeur général de CABS, un établissement bancaire filiale de Old Mutual Group actif au Zimbabwe.
Il réagissait ainsi au niveau des avoirs en bons du Trésor des banques zimbabwéennes qui a augmenté de 87% entre janvier et juin 2017 par rapport à la même période l'année dernière, selon l'analyse détaillée des résultats semestriels des principales banques exerçant dans le pays. Et même si le patron de CABS est conscient que la situation actuelle est anormale dans une économie qui prétend vouloir se développer, son établissement fait bel et bien partie de ceux qui ont davantage ouvert le robinet à l'Etat.

Quand les banques donnent la priorité à l'Etat
Dans le détail en effet, les avoirs en bons du Trésor chez CABS ont grimpé de 48,8% à 137 millions de dollars que les six premiers mois de l'année, contre 88,42 millions de dollars sur la même période l'année dernière. Cependant, les prêts et avances à la production des secteurs économiques n'ont quant à eux augmenté que de 11,53% à 594,33 millions de dollars.

Le fait est encore plus significatif pour certains grands établissements. C'est le cas de la banque commerciale privée zimbabwéenne FBC. Ses avoirs en bons du Trésor sont passé à 76,6 millions de dollars au cours du premier semestre 2017, contre 54,3 millions de dollars détenus la même période l'année dernière, soit une hausse de 41,25%, tandis que les prêts et avances à la production des secteurs économiques ont chuté de 8,61% pour s'établir à 184,9 millions de dollars.

Même tendance chez la filiale locale de Barclays dont les avoirs en bons du Trésor se sont accrus de 864% à 57,9 millions de dollars sur les six premiers mois de 2017, contre 6,7 millions de dollars sur la même période l'an dernier, représentant désormais 12% du total actif de la banque. Cependant, les avances et prêts à production des secteurs de l'économie, ici, ont dégringolé de 10,27% à 113,5 millions de dollars.

Lire la suite sur: http://afrique.latribune.fr/finances/banques-assurances/2017-08-30/zimba...

Commentaires facebook