Zimbabwe: faute de place dans les cimetières, une municipalité encourage la crémation | Africatime
Vendredi 24 Mars 2017

Zimbabwe: faute de place dans les cimetières, une municipalité encourage la crémation

Zimbabwe: faute de place dans les cimetières, une municipalité encourage la crémation
(AFP 07/01/17)

a deuxième ville du Zimbabwe appelle ses habitants à procéder à la crémation des enfants âgés de dix ans et moins, afin de lutter contre le manque d'espace dans les cimetières, a indiqué vendredi le maire de Bulawayo (sud).

"On manque de place", a déclaré à l'AFP Martin Moyo, maire de cette ville de quelque 650.000 habitants.

"On a abordé le sujet en conseil municipal et on a convenu, dans le cas où un enfant âgé de 10 ans ou moins meurt, de persuader la famille d'envisager la crémation", a-t-il ajouté.

"Nous avons cependant décidé que la crémation ne serait pas obligatoire", a-t-il précisé. "Nous procéderons aussi à la crémation des corps qui n'ont pas été réclamés", a-t-il encore dit.

Un cimetière de Bulawayo a été récemment fermé faute de place, un deuxième manque cruellement d'emplacements, tandis qu'un autre site, approuvé par les autorités, s'est finalement avéré inadapté en raison d'un terrain trop rocailleux, selon les autorités.

La crémation, surtout des adultes, se heurte à l'hostilité de la population, qui privilégie par tradition l'inhumation.

En décembre, 13 crémations ont eu lieu à Bulawayo, contre 533 enterrements, selon des chiffres officiels.

Le Zimbabwe, dirigé d'une main de fer par Robert Mugabe depuis 1980, est englué dans une grave crise économique depuis une quinzaine d'années. Environ 90% de sa population active n'a pas d'emploi formel.

Dans ce contexte, le service public de santé est en totale déliquescence et seule une minorité de Zimbabwéens a les moyens de se faire soigner dans le privé.

L'an dernier, plusieurs hôpitaux avaient été contraints de renoncer à des opérations non urgentes faute de médicaments anti-douleur et d'antibiotiques.

Commentaires facebook