Lundi 23 Avril 2018

Mugabe invité à saisir la justice sur la légalité du nouveau gouvernement

Mugabe invité à saisir la justice sur la légalité du nouveau gouvernement
(APA 19/03/18)
L’ex président, Robert Mugabe

APA-Harare (Zimbabwe)- Le gouvernement zimbabwéen a invité l’ex président, Robert Mugabe, à saisir la justice s’il estime que l’actuel président Emmerson Mnangagwa a pris le pouvoir de manière illégale, ont rapporté dimanche les médias officiels.

Le porte-parole de la Présidence, George Charamba, a confié au Sunday Mail que Mugabe devait s’adresser à la Cour constitutionnelle s’il estime que l’administration de son successeur manque de « légitimité constitutionnelle ».

Cette réaction intervient après que Mugabe a confié aux journalistes la semaine dernière que le gouvernement de Mnangagwa était arrivé au pouvoir par des moyens illégaux, et qu’une réunion entre lui et son successeur permettrait de rétablir l’ordre constitutionnel.

M. Charamba a dit ignorer comment une question « qui est vraisemblablement anticonstitutionnelle pouvait être résolue par une simple réunion de deux personnes autour d’une tasse de café ».

« C’est supposer que ces deux personnes constituent l’Etat et que ce sont eux qui définissent la constitutionnalité ou non d’une affaire », a déclaré Charamba.
Les observateurs ont qualifié les déclarations de Mugabe de la semaine dernière de tentative de l’ancien homme fort du Zimbabwe de tordre le bras à Mnangagwa pour des négociations qui devraient permettre une amnistie et un retour au pays, de certains ex-ministres exilés, en vue de diriger le Nouveau Front Patriotique (NPF) qui vient d’être formé.

M. Mugabe a promis de soutenir le NPF, un parti formé par d’anciens responsables du parti au pouvoir et dirigé par un ancien officier de l’armée, Ambrose Mutinhiri.

L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Jonathan Moyo et l’ancien ministre de l’Administration des collectivités locales, Saviour Kasukuwere, deux membres clés de la faction de Génération 40, s’étaient opposés à l’arrivée de Mnangagwa à la Présidence de la ZANU PF, le parti au pouvoir et à la tête du pays.

Commentaires facebook