Mardi 19 Septembre 2017

Au Zimbabwe, une juge de Harare remet 65 opposants en liberté

Au Zimbabwe, une juge de Harare remet 65 opposants en liberté
(Dw-World 14/03/17)

A Harare, au Zimbabwe une juge a clos un procès contre des opposants au président Robert Mugabe et ordonné la remise en liberté de 65 accusés.

Un procès à l'issue inhabituelle
Au Zimbabwe, un procès contre des opposants a échoué de manière spectaculaire et inhabituelle pour ce pays dirigé d’une main de fer depuis des décennies par le président nonagénaire Robert Mugabe rapporte la taz, die tageszeitung. Un pays où la justice est habituellement un organe dévoué au régime. Mais mardi dernier, le tribunal de la capitale Harare a remis en liberté 65 personnes, dont une dizaine d’adolescents qui, le 4 juillet dernier, avaient osé manifester contre la corruption et la mauvaise gouvernance.

La police zimbabwéenne est entraînée à réprimer toute manifestation anti-gouvernementale.

Tous étaient accusés d’avoir perturbé l’ordre public et porté atteinte à la sécurité publique en bloquant la circulation dans la capitale par leurs manifestations et barrages. Par ailleurs, un véhicule de police aurait été endommagé.

Mais la juge Victoria Mashamba a rejeté la plainte pour vices de procédures. La magistrate a indiqué que la police n’avait pas mené les interrogatoires de manière correcte. Seules les déclarations de 23 des 65 accusés ont été présentées, il manquait des témoins et des protocoles.
Maintenant on attend l’issue d‘un autre procès en cours contre un prêtre qui avait prédit la mort du président. Le Pasteur Patrick Philip Mugadza de l’Eglise "Remnant Church" avait été arrêté en janvier après avoir déclaré que Dieu lui avait dit que Robert Mugabe mourrait le 17 octobre 2017. Mugadza est accusé de blasphème.

Commentaires facebook