Lundi 21 Août 2017

Au Zimbabwe, les vaches et les chèvres bientôt acceptées comme garanties bancaires ?

Au Zimbabwe, les vaches et les chèvres bientôt acceptées comme garanties bancaires ?
(Jeune Afrique 14/04/17)

Confrontées à la crise économique, les banques du Zimbabwe vont peut-être se voir obligées d'accepter les chèvres, les vaches et les moutons comme garantie en l'échange de l'octroi d'un prêt. C'est en tout cas toute la teneur d'une loi qui doit être examinée cette semaine au Parlement.

Proposée par l’Union africaine du Zimbabwe (Zanu-PF), le parti du président Robert Mugabe, une loi doit être débattue cette semaine au Parlement zimbabwéen pour rendre les « biens mobiles » éligibles comme caution lors d’un prêt à la banque.

Devant les députés, le ministre des Finances, Patrick Chinamasa, a déclaré que ces biens « devraient inclure des catégories de toutes sortes telles que les machines, les moteurs de voiture et le bétail », rapporte le Financial Times. Pour le ministre, cette réforme doit « promouvoir l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises, des femmes, des jeunes et d’autres catégories sociales sous-bancarisées ».

Mais d’après le FT, les banques s’inquiètent déjà de la définition de ces « biens ». Les fermiers zimbabwéens qui ont récupéré des terres saisies par Robert Mugabe après sa réforme agraire ont toujours du mal à faire reconnaître la valeur de leurs terrains auprès des banques. Et pour cause : les titres de propriété sont toujours au nom des fermiers blancs qui ont été expulsés.

Commentaires facebook