Samedi 19 Août 2017
(RFI 17/08/17)
Hakainde Hichilema est libre. Le chef de l'opposition zambienne, accusé de trahison par le régime a finalement été relâché ce mercredi 16 août, tout comme cinq de ses co-accusés. La justice a décidé d'abandonner les poursuites contre l’homme d'affaires dont le procès s'était ouvert lundi. Une décision vécue comme une victoire par le camp d'Hichilema. Hakainde Hichilema libéré a été aussitôt accueilli comme un quasi-héros par ses soutiens. A sa sortie de prison, le chef de l'opposition s'est rendu en voiture jusqu'au siège de son parti l'UPND, acclamé par plusieurs centaines de partisans. Après cette parade, Hakainde Hichilema s'est exprimé devant la foule. « Ici commence notre marche vers la vraie liberté », s'est ainsi...
(AFP 16/08/17)
Le chef de l'opposition zambienne Hakainde Hichilema a retrouvé la liberté mercredi au terme de quatre mois d'une incarcération très controversée pour trahison qui a provoqué de vives tensions politiques dans tout le pays. Dès l'ouverture de son procès devant un tribunal de Lusaka, l'avocate générale Lillian Kayuni a annoncé l'abandon immédiat des charges retenues contre M. Hichilema et ses cinq coaccusés, sans en préciser publiquement les raisons. Arrêté en avril, le patron du Parti uni pour le développement national (UPND) était incarcéré depuis pour avoir gêné le passage du convoi du président zambien Edgar Lungu, dont il conteste obstinément depuis un an la réélection.
(AFP 16/08/17)
Le chef de l'opposition zambienne Hakainde Hichilema, remis en liberté mercredi après quatre mois d'incarcération pour trahison, est un vieux routier de la scène politique locale qui a brigué cinq fois la présidence du pays, sans succès. Battu d'un souffle lors de sa dernière tentative il y a un an, ce dirigeant d'entreprises de 55 ans refuse depuis obstinément de reconnaître la victoire du chef de l'Etat Edgar Lungu. Même si la justice a balayé ses arguments, le patron du...
(BBC 16/08/17)
Le chef de l'opposition zambienne a plaidé lundi non coupable au cours de son procès dans un tribunal de Lusaka, la capitale zambienne. Hakainde Hichilema est poursuivi pour avoir gêné le passage du convoi du président Edgar Lungu dont il conteste la réélection. Il est incarcéré depuis avril dans une prison de haute sécurité, il risque la peine de mort. A l'ouverture de son procès, il a plaidé non coupable et l'audience a été ajournée à demain mercredi à la...
(RFI 16/08/17)
Hakainde Hichilema a été remis en liberté ce mercredi 16 août par la justice zambienne, qui a également décidé de l’abandon des charges de « trahison » qui pesaient depuis avril dernier contre le leader de l’opposition zambienne. «Hakainde Hichilema et ses cinq co-accusés ont été libérés de leur prison et les accusations de trahison ont été abandonnées», a annoncé le Parti uni pour le développement national sur son compte Twitter. En cas de reconnaissance de culpabilité, Hakainde Hichilema encourait...
(RFI 16/08/17)
En Zambie, la première audience du chef de l'opposition UPND Hakainde Hichilema a eu lieu lundi 14 août. Il est poursuivi pour «trahison», accusé d'avoir entravé le passage du convoi présidentiel. Hakainde Hichilema n'a jamais reconnu les résultats des élections d'août 2016, remportées d'une courte majorité par le président Edgar Lungu. Il a été arrêté au mois d'avril et transféré dans une prison de haute sécurité au début du mois de juillet. Lors de la première audience de son procès,...
(AFP 14/08/17)
Emprisonné depuis avril pour trahison et menacé de la peine de mort, le chef de l'opposition zambienne Hakainde Hichilema a plaidé non coupable lundi au premier jour de son procès ouvert à Lusaka sous forte présence policière. M. Hichilema est incarcéré dans une prison de haute sécurité pour avoir gêné le passage du convoi du président zambien Edgar Lungu, dont il conteste depuis un an la réélection. S'il est reconnu coupable, le dirigeant du Parti uni pour le développement national...
(AFP 14/08/17)
Les médias internationaux se sont vu interdire de couvrir le procès du chef de l'opposition, Hakainde Hichilema, jugé à partir de lundi pour trahison, une affaire qui a fait surgir des tensions dans ce pays habituellement calme. La Haute Cour de Lusaka a délivré la semaine dernière des accréditations aux journalistes des médias étrangers, avant de finalement les retirer. "Malheureusement, vos demandes d'accréditation sont à présent rejetées", a déclaré à l'AFP un employé du tribunal, Neto Zulu. Le procès de...
(AfricaNews 14/08/17)
Le procès de Hakainde Hichilema débute ce lundi devant la Haute Cour de justice de Lusaka , un important dispositif policier a été déployé pour l’occasion. Les médias internationaux se sont vu interdire de couvrir le procès du chef de l’opposition, Hakainde Hichilema jugé pour trahison, une affaire qui a fait surgir des tensions dans ce pays habituellement calme. La Haute Cour de Lusaka a délivré la semaine dernière des accréditations aux journalistes des médias étrangers, avant de finalement les...
(AFP 10/08/17)
La police zambienne a libéré jeudi Savior Chishimba, leader d'une petite formation politique très critique du pouvoir arrêté jeudi dernier, sans engager de poursuites contre lui, a indiqué son parti. "Je peux vous confirmer que notre président a été relâché sans condition ce qui signifie qu'il n'aura pas à se présenter devant la justice", a déclaré Mbaita Musendeka, secrétaire générale du Parti progressiste uni (UPP). "La police l'avait accusé d'avoir diffamé le président mais ils ont décidé d'abandonner l'affaire. C'est...
(RFI 08/08/17)
En Zambie, nouvelle arrestation d’un leader de l’opposition. Saviour Chishimba, a été interpellé vendredi 4 août par des policiers à la sortie d’une chaîne de télévision de Lusaka. L’opposant, qui était l’invité d’une émission, est connu pour être très critique envers le président Edgar Lungu. Une arrestation qui arrive quatre mois après celle du principal opposant Hakainde Hichilema. Tout s’est passé très vite pour Saviour Chishimba. Dès sa sortie de la chaîne de télé Diamond TV, les forces de l’ordre...
(AFP 04/08/17)
La police zambienne a arrêté jeudi Savior Chishimba, leader d'une petite formation politique très critique du pouvoir, a indiqué son parti, dans ce pays d'Afrique australe sous état d'urgence où le principal opposant est emprisonné depuis avril. "Je confirme que notre brave président est détenu à la station de police de Woodlands", un quartier de Lusaka, a déclaré Kizito Mukuka, le porte-parole du Parti progressiste uni (UPP) dans un communiqué. Selon lui, Savior Chishimba a été interpellé à la sortie...
(Autre média 20/07/17)
Le Maroc est plus que jamais déterminé à ancrer ses liens politiques et humains et ses partenariats économiques et commerciaux avec le reste de l’Afrique, preuve en est l’implication active de sa diplomatie dans les affaires politiques et économiques du Continent dans une démarche qui monte en puissance. Le gouvernement marocain a ainsi annoncé cette semaine qu’il allait ouvrir une ambassade pour la première fois en Zambie, d’ici le mois de septembre prochain. Il entend par ce biais renforcer sa présence dans le pays d’Edgar Lungu et plus globalement dans la région des Grands Lacs.
(TelQuel 19/07/17)
Les deux pays ont signé 19 accords de coopération lors de la visite du roi Mohammed VI à Lusaka au mois de février dernier. Le Maroc veut étendre son réseau diplomatique en Afrique. A l’issue d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères zambien, Harry Kalaba, la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Meriem Boucetta a annoncé, le 18 juillet, que le Maroc ouvrirait une ambassade à Lusaka selon le quotidien Zambia Daily Mail. La diplomate, qui s’exprimait devant la presse...
(Xinhua 19/07/17)
Le Maroc a l'intention d'ouvrir une ambassade en Zambie en septembre afin d'améliorer les relations entre les deux pays, a déclaré mardi Mounia Boucetta, secrétaire d'État aux Affaires étrangères du Maroc. Mme Boucetta, qui effectue une visite en Zambie, a indiqué que l'ambassade serait dirigée par un chargé d'affaires entre-temps. La ministre a indiqué dans l'entrevue avec son homologue zambien, Harry Kalaba, qu'un plan d'action était nécessaire pour la mise en oeuvre réussie des 19 accords bilatéraux signés entre les...
(Afrique Inside 19/07/17)
Le Maroc et la Zambie sur le point de franchir une nouvelle étape liée au réchauffement des relations entre les deux pays. Rabat devrait ouvrir une ambassade à Lusaka en septembre. Mounia Boucetta, secrétaire d’État aux Affaires étrangères du Maroc a confirmé l’information lors d’une visite en Zambie. En Février dernier, le Roi du Maroc avait effectué un voyage officiel en Zambie dans le but de marquer un renouveau entre les deux pays. Lors de cette visite, 19 accords bilatéraux...
(APA 18/07/17)
L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent. Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que...
(AFP 12/07/17)
Le Parlement zambien a largement approuvé mardi soir la très controversée déclaration d'état d'urgence sollicitée la semaine dernière par le président Edgar Lungu à la suite d'une série d'incidents violents attribués à l'opposition. Devant un hémicycle vide de tout élu hostile au chef de l'Etat, les députés de la majorité ont voté l'instauration de cette mesure d'exception, qui renforce les pouvoirs de la police, pour une période de quatre-vingt-dix jours. Les députés du Parti uni pour le développement national (UPND, opposition) ont refusé d'assister au débat par solidarité avec leurs 48 collègues suspendus provisoirement pour avoir refusé d'assister à un discours du chef de l'Etat. M. Lungu a invoqué...
(AFP 10/07/17)
Le principal parti d'opposition zambien a accusé lundi le président Edgar Lungu de "tuer la démocratie" après avoir invoqué la semaine dernière "l'état d'urgence". M. Lungu a donné à la police des pouvoirs accrus à la suite d'une série d'incendies criminels. Le Parlement, où le parti présidentiel du Front patriotique (PF) dispose de la majorité, doit cette semaine formellement approuver cette mesure d'exception. La décision du chef de l'Etat "constitue un abus de pouvoir destiné à faire taire les critiques...
(AFP 06/07/17)
Le président zambien Edgar Lungu a justifié jeudi sa volonté d'instaurer l'état d'urgence en accusant l'opposition d'avoir délibérément fomenté des incidents violents dans le pays pour remettre en cause le verdict du scrutin de l'an dernier. "Leur idée est de mettre la pression pour que nous renégocions le résultat des dernières élections", a affirmé M. Lungu lors d'une conférence de presse. Lors d'un discours télévisé mercredi soir, le chef de l'Etat a annoncé sa volonté de faire approuver rapidement par...

Pages