| Africatime
Mercredi 26 Avril 2017
(Agence d'information d'afrique centrale 12/04/17)
Une délégation du ministère congolais de l'Environnement séjourne depuis vendredi dernier en Zambie pour tenter de tirer au clair cette affaire. L’exploitation illégale du bois rouge s’est intensifiée ces dernières heures dans l’ex-province du Katanga. Il est, en effet, question du transport au quotidien de ce produit qui transite par la Zambie pour rejoindre l‘Asie. C’est un commerce qui tend à prospérer dans la province au grand dam des autorités locales réduites à l’expectative. Une maffia de grande ampleur qui impliquerait même certaines autorités provinciales a réussi à s’installer dans l’ex Katanga. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, un convoi de cinq cents camions chargés de bois rouge en provenance de la RDC tentait de passer par la...
(AFP 11/04/17)
Le principal opposant de Zambie, Hakainde Hichilema a été arrêté mardi après un siège de plusieurs heures de son domicile et accusé de trahison pour avoir gêné le convoi présidentiel en province, a indiqué son avocat. "Il est détenu, accusé d'avoir commis des actes de trahison, sur la route de Limulunga", dans l'ouest du pays, a expliqué Jack Mwiimbu. Une photo relayée par plusieurs médias zambiens montre la voiture de l'escorte de M. Hichilema, se placer à la hauteur de celle du président Edgar Lungu, à l'occasion d'un déplacement dans l'ouest du pays, dimanche. Une centaine de policiers ont été déployés dès lundi soir autour de la maison du leader de l'opposition, avant de donner l'assaut mardi matin pour l'emmener...
(AFP 11/04/17)
Le courant équatorial cyclique du Pacifique El Nino est lié à un important changement de la répartition des cas de choléra en Afrique, une observation qui pourrait aider à une meilleure préparation et à une réduction du nombre de malades et de la mortalité. Durant les années où ce courant chaud est actif, l'Afrique de l'Est recense environ 50.000 cas de plus annuellement tandis que le sud du continent en dénombre 30.000 de moins par rapport aux années où El Nino est absent, ont déterminé des chercheurs dont l'étude était publiée lundi dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS). Ceux-ci se sont appuyés sur plus de 17.000 observations annuelles de flambées de choléra sur l'ensemble du continent...
(AFP 10/04/17)
Les autorités congolaises ont dénoncé vendredi la saisie en Zambie de plusieurs milliers de mètres cubes d'un bois rouge présumé provenir de République démocratique du Congo. Selon un diplomate zambien en poste au Congo, ces cargaisons ont été arraisonnées "parce que certains Zambiens, en complicité avec des Congolais, contournent l'interdiction de coupe et d'exportation du bois rouge de Zambie, en obtenant facilement par la fraude des documents d'exportation délivrés par la RDC pour du bois en réalité coupé sur le territoire zambien". "Il est inadmissible que le bois coupé sur le territoire congolais soit bloqué en Zambie", a déclaré à l'AFP le vice-ministre congolais de l'Environnement, Aje Matembo, en mission à Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga, province du sud-est de la...
(Jeune Afrique 10/04/17)
Une délégation du ministère congolais de l'Environnement s'est rendue vendredi en Zambie pour tenter de résoudre l'affaire relative à l'interception sur le territoire zambien de près de 500 camions transportant du bois rouge congolais. Depuis Lubumbashi, la capitale cuprifère congolaise, Mgr Fulgence Muteba applaudit des deux mains la décision des autorités zambiennes d’intercepter 500 camions chargés de bois rouge en provenance de la RDC. C’est une « prise de conscience au niveau de la région », soutient-il, ce vendredi 7 avril, à Jeune Afrique. « Si la RDC ne parvient pas à remplir son devoir de protéger l’environnement, les autres pays de la région ont la responsabilité de décourager cette exploitation anarchique du bois rouge congolais », poursuit l’évêque du...
(APA 10/04/17)
APA Kinshasa (RDC). Quatre cent quatre-vingt-dix-neuf camions chargés de bois rouge, appartenant aux opérateurs forestiers congolais, ont été saisis en Zambie. Le coordonnateur de l’Association des exploitants forestiers artisanaux du Grand Katanga (AEFAKAT), Jean Lwamba, dénonce cette situation et se dit « étonné » de voir un pays membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) saisir la marchandise en provenance d’un autre pays membre «sans motif valable, après avoir perçu tous les frais inhérents au transit». Au cours d’un entretien mercredi 5 avril avec le gouverneur du Haut-Katanga (sud-est de la RDC), Jean-Claude Kazembe, les exploitants forestiers se sont indignés de cette situation qui occasionne un « cumul de chômage et de détention de conteneurs». L’autorité provinciale...
(Xinhua 07/04/17)
Les gouvernements de Zambie et de République tchèque se sont engagés mercredi à renforcer leurs relations bilatérales. Le ministre zambien des Affaires étrangères, Harry Kalaba, et l'ambassadeur désigné de République tchèque en Zambie, Radek Rubes, ont fait vœu de renforcer les relations, à l'occasion d'une réunion à Lusaka, capitale de la Zambie. Le ministre zambien a déclaré que son pays était désireux de tirer des enseignements des progrès de la République tchèque dans différents secteurs tels que l'énergie, l'agriculture et l'industrie manufacturière. Il a ajouté que la décision de la République tchèque d'ouvrir une ambassade en Zambie indiquait clairement la confiance de ce pays dans la Zambie, tout en assurant que ce pays d'Afrique australe restait un sanctuaire de paix...
(Radio Okapi 07/04/17)
Quatre cent quatre-vingt-dix-neuf camions chargés de bois rouge, appartenant aux opérateurs forestiers congolais, ont été saisis en Zambie. Ces derniers ont dénoncé cette situation, mercredi 5 avril, lors de leur rencontre avec le gouverneur du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe. Jean Lwamba, coordonnateur de l’association des exploitants forestiers à Lubumbashi, se dit « étonné » de voir un pays membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) saisir la marchandise «sans motif valable, après avoir perçu tous les frais inhérents au transit». «Les exportateurs sont préjudiciés par cette situation, qui occasionne un cumul de chômage et de détention de conteneur», déplore-t-il, appelant à l’implication du gouverneur du Haut-Katanga pour décanter cette situation. En réaction, le gouverneur Kazembe invite les exploitants...
(Leral 07/04/17)
En Zambie, depuis le 1er janvier 2017, les femmes salariées ont droit à un jour de repos par mois au motif de leurs menstruations ! Un congé qu’on appelle pudiquement la « fête des mères » ou le « jour des mères ». Ce droit unique en Afrique fait polémique. Avancée en faveur du droit des femmes ou entrave à la productivité économique ? Le débat est loin d’être tranché. Dans un pays où la sexualité est un tabou, les députés zambiens ont adopté en 2015 une loi, jusqu’à présent unique sur le continent africain, qui accorde aux femmes le droit à un congé « menstruel », à la suite d’un lobbying intense d’ONG. Pendant cette période, « certaines femmes...
(Agence Ecofin 05/04/17)
La Zambie et le Zimbabwe ont décidé de céder aux investisseurs privés, 440 millions $ de parts du barrage hydroélectrique de Batoka. Cette cession d’actifs entre dans le cadre de la mobilisation des 4 milliards $ nécessaires à la construction de l’infrastructure. C’est ce que révèle, selon Chronicle, un document publié par Ernst &Young Advisory Services qui conseille les deux pays sur le projet. D’une capacité de 2 400 MW, l’infrastructure sera composée de deux centrales électriques distinctes contrôlées chacune par l’un des pays, et dont le coût de mise en place s’élève à 732 millions $ par centrale. Le barrage proprement dit aura un coût de construction estimé à 2,14 milliards $. Ces fonds seront mobilisés en grande partie...
(Autre média 04/04/17)
Le président zambien Edgar Lungu (image de Une) a annoncé la construction de 2 000 nouveaux logements pour des militaires et autres fonctionnaires des forces de sécurité et de défense, financés par la Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) à hauteur de 157 millions de dollars (147,6 millions d’euros). « Mon gouvernement ne permettra pas que nos élégants hommes et femmes en uniforme continuent de vivre dans des habitations en décrépitude et qui n’honorent pas leur statut« , a indiqué Edgar Lungu. En effet, près de 70% des zambiens, dont des fonctionnaires et soldats, vivent dans des logements insalubres, en raison des prix élevés des loyers, d’après l’ONG britannique Habitat for Human. La Zambie manque de près d’1,3 million...
(Agence Ecofin 04/04/17)
La Zesco, la compagnie zambienne en charge de la fourniture énergétique, envisage de fixer un tarif électrique unique de 9,30 cents de dollars le kilowattheure pour les entreprises minières. Une décision qui entrainerait une augmentation de 55% du coût de l’électricité supporté par le secteur qui est actuellement de 6 cents de dollars, le kilowattheure. En outre, elle prévoit que la décision agisse rétroactivement avec une application à partir de janvier 2017. Victor Mundende, le directeur exécutif de la compagnie, qui a révélé l’information a également affirmé que son organisation envisageait une augmentation du tarif appliqué à ses petits consommateurs. Ce dernier devrait croître de 50% en mai 2017 puis de 25% supplémentaires en septembre. Les différentes modifications de tarif...
(Agence Ecofin 04/04/17)
L’entreprise zambienne Metalco Industries Company Ltd a reçu un financement de 20 millions de dollars US de l’International Finance Corporation (IFC), membre du Groupe de la Banque Mondiale, et du Fonds pour le développement international de l’OPEC (OFID), pour améliorer ses standards environnementaux et étendre ses opérations par la création notamment de 250 nouveaux emplois. Metalco Industries Company recycle des déchets métalliques pour produire des câbles en cuivre, des batteries au plomb et à l’acide ainsi que des ustensiles en aluminium. Selon Dimitris Tsitsiragos (photo), vice-président de l’IFC, « [cet] investissement aidera la Zambie à maximiser les bénéfices de ses ressources naturelles en développant des activités à forte valeur ajoutée sur le marché interne et en créant des emplois». Bien...
(Autre média 03/04/17)
La Zambie a saisi 384 kilogrammes d'ivoire et a arrêté huit personnes pour détention illégale de cette matière. Le porte-parole du ministère du Tourisme et des Arts, Sikabilo Kalembe, a déclaré aux journalistes que l'ivoire confisqué était destiné à l'Europe et à l'Asie, où la demande est très élevée. "L'ivoire confisqué a été trouvé dans l’ouest de la Zambie. Les braconniers tentaient de le sortir clandestinement du pays via la Namibie", a-t-il ajouté. Selon Kalembe, les braconniers profitent des frontières poreuses pour faire sortir en contrebande l'ivoire du pays. AA
(Agence Ecofin 03/04/17)
Le président zambien Edgar Lungu (photo) a annoncé le 30 mars que son gouvernement construirait 2 000 nouveaux logements à l’intention des militaires et autres fonctionnaires des forces de sécurité et de défense. Ces logements seront financés par la banque chinoise Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) à hauteur de 157 millions de dollars US. « Mon gouvernement ne permettra pas que nos élégants hommes et femmes en uniforme continuent de vivre dans des habitations en décrépitude et qui n’honorent pas leur statut », a indiqué M. Lungu avec enthousiasme. L’ONG britannique Habitat for Humanity estime que 70% des Zambiens, y compris des fonctionnaires et soldats, vivent dans des taudis en raison de la cherté...
(Jeune Afrique 31/03/17)
Entre posture et sincérité, les régimes africains s’insurgent régulièrement contre la Cour pénale internationale. La Zambie vient d’entrer prudemment dans la danse… Madame Gbagbo vient d’être acquittée, dans une procédure judiciaire ivoirienne pour crime contre l’Humanité, alors que monsieur Gbagbo croupit toujours à la Haye pour des suspicions équivalentes, suite à la crise post-électorale ivoirienne qui a coûté la vie à plus de 3 000 personnes. Faut-il y voir le signe ultime d’une justice internationale afrophobe ? Sur le continent africain, et même si les valeurs philosophiques de la Cour pénale internationale (CPI) ne sont...
(Afrique 7 30/03/17)
Le gouvernement de la Zambie qui envisage sérieusement de se retirer de la Cour Pénale Internationale (CPI) a lancé une consultation générale dans le pays, afin de recueillir l’opinion de la population sur la question. Annoncée la semaine dernière devant le parlement par le ministre de la Justice, Given Lubinda, ladite consultation publique a débuté cette semaine, et doit se poursuivre jusqu’au 31 mai. Elle se déroule «sous la forme de réunions publiques au cours desquelles le public est invité à faire des remarques orales et écrites sur la question», explique Lubinda précisant que sur la base de ces auditions, la Zambie rendra publique sa décision de quitter ou non la CPI lors du sommet de l’Union africaine (UA) en...
(AFP 29/03/17)
Le gouvernement de Zambie a lancé une grande consultation auprès de sa population pour décider de l'opportunité de quitter la Cour pénale internationale (CPI), une initiative dénoncée mardi par les adversaires du président Edgar Lungu. Annoncée la semaine dernière devant le parlement par le ministre de la Justice, Given Lubinda, cette consultation publique a débuté lundi et doit se poursuivre jusqu'au 31 mai. Elle se déroule "sous la forme de réunions publiques au cours desquelles le public est invité à faire des remarques orales et écrites sur la questions", selon M. Lubinda. Sur la base de ces auditions, la Zambie rendra publique sa décision de quitter ou non la CPI lors du sommet de l'Union africaine (UA) en juin ou...
(BBC 29/03/17)
Le gouvernement zambien lance une vaste campagne de consultations pour un éventuel retrait de la Cour Pénale Internationale. Ces consultations ont été annoncées la semaine dernière par le ministre de la justice et se dérouleront sous la forme de réunions publiques où la population est invitée à faire des remarques orales et écrites sur la question. Le gouvernement rendra publique sa décision lors du prochain sommet de l'Union africaine. Plusieurs pays africains menacent de quitter la Cour pénale internationale. Ils accusent l'institution de cibler en priorité les Africains, dans la mesure où la plupart de ses enquêtes concernent des dirigeants du continent. En octobre dernier, l'Afrique du Sud a entamé sa procédure de retrait qui a été bloquée par la...
(La Tribune 29/03/17)
C’est en quelque sorte un référendum dépouillé des opérations de vote d’un scrutin classique. Sans glisser un bulletin dans une urne, les Zambiens de 30 provinces sur les 130 du pays sont invités à se prononcer sur le maintien ou non de leur pays sur la liste des membres de la Cour pénale internationale (CPI). Une consultation nationale sous l’arbre à palabres qui s’inscrit dans le sillage de la fronde africaine contre la juridiction internationale. Sortir ou non de la Cour pénale internationale(CPI). Telle est la question sur laquelle les Zambiens devront se prononcer pendant deux mois. Le gouvernement a lancé ce lundi 27 mars, une consultation nationale destinée à donner la parole aux citoyens sur un retrait ou un...

Pages