Vendredi 20 Octobre 2017

RDCongo : 499 camions chargés de bois rouge saisis en Zambie

RDCongo : 499 camions chargés de bois rouge saisis en Zambie
(APA 10/04/17)

APA Kinshasa (RDC). Quatre cent quatre-vingt-dix-neuf camions chargés de bois rouge, appartenant aux opérateurs forestiers congolais, ont été saisis en Zambie.

Le coordonnateur de l’Association des exploitants forestiers artisanaux du Grand Katanga (AEFAKAT), Jean Lwamba, dénonce cette situation et se dit « étonné » de voir un pays membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) saisir la marchandise en provenance d’un autre pays membre «sans motif valable, après avoir perçu tous les frais inhérents au transit».

Au cours d’un entretien mercredi 5 avril avec le gouverneur du Haut-Katanga (sud-est de la RDC), Jean-Claude Kazembe, les exploitants forestiers se sont indignés de cette situation qui occasionne un « cumul de chômage et de détention de conteneurs». L’autorité provinciale les a invités au calme, en attendant le dénouement de cette affaire.

Lors d’une récente mission de service, le vice-ministre de l’environnement, Agée Matembo, a dénoncé, le lundi 27 mars, la coupe illicite du bois rouge dans le Haut-Katanga. «La commercialisation du bois rouge n’est pas autorisée. C’est une espèce protégée dans notre pays », a rappelé le vice-ministre de l’environnement.

Mais ces bois seraient vendus à l’étranger, notamment en Asie, a-t-il reconnu. Selon lui, «les vrais exportateurs de notre bois ce sont les Chinois. (…) Les Congolais ont pris des documents pour exporter le bois. Mais, en réalité, ce sont des Chinois qui exportent.

Normalement, les documents portent sur l’achat, la vente et l’exportation des bois d’œuvre et non des bois rouges», a-t-il indiqué.

Le vice-ministre explique : «nous sommes en train de combattre cette exploitation illicite parce qu’il est difficile de maintenir une traçabilité de ce bois en RDC. Nous ne savons pas qui coupe où ? Où sont stockés ces bois et comment sont-ils commercialisés ».

Agée Matembo reconnait la nécessité de lutter contre l’exploitation illégale du bois rouge pour une bonne régulation de ce secteur, capable d’apporter beaucoup d’argent au trésor public.

Quelques jours plutôt, soit le vendredi 11 mars, l’évêque du diocèse de Kilwa-Kasenga, Mgr Fulgence Muteba, a accusé des ressortissants chinois d’exploitation illicite du bois rouge dans les territoires de Kasenga et Pweto (Haut-Katanga).

Le prélat catholique a qualifié cette exploitation de "pillage des ressources naturelles de la RDC et destruction de la forêt".

Il a expliqué que «des sujets chinois, soutenus par des gens qu’ils ne citent pas, sont en train de couper les bois rouges systématiquement.

Ces Chinois utilisent des jeunes gens désœuvrés et transportent jusqu’à cinq camions de bois par jour. Ils les transportent jusqu’ici à Lubumbashi dans un lieu bien connu et après ils les transportent jusqu’en Tanzanie».

Mgr Muteba qui regrette que ces bois soient coupés et exportés sans le moindre respect des lois douanières et celles du commerce international, dénonce l’impunité qui entoure ce trafic.

Commentaires facebook