Samedi 21 Octobre 2017

Tunisie

(Business.News 14/05/13)
De nombreux ingrédients ayant marqué l’entrée dans la tourmente de l’Algérie des années 1990 sont en train de se répéter en Tunisie. Faut-il attendre qu’on passe à l’étape des explosions et des attentats à la voiture piégée ? ! Les derniers incidents d’une grande gravité survenus en Tunisie, confirment, si besoin est, l’existence d’un danger réel menaçant, non seulement le mode de vie des Tunisiens, un mode de vie paisible et marqué par la tolérance, mais menaçant aussi leur vie. Purement et simplement. Et il y en a qui ont payé déjà de leur vie. Ce matin, un membre des forces de l’ordre a été égorgé, alors que cette semaine, on dénombre un bon nombre de blessés et mutilés suite...
(Business.News 14/05/13)
L’Observatoire Arabe des Religions et des Libertés (OARL) a publié, lundi 13 mai 2013, une déclaration de principe dans laquelle il affirme que «La Tunisie n'est ni pays de jihad ni de prédication», a rapporté la TAP. L’observatoire estime, ainsi, que ce genre de déclaration prêchant le discours de la violence et l'anathème de la société, comme dire que la Tunisie est un pays de jihad et de prédication est une pure invention de la doctrine wahabite et de l'intégrisme religieux qui sont étrangers à la pensée tunisienne et à l'histoire de la Tunisie. En effet, l’observatoire estime, toujours selon la même source que notre pays a toujours fait preuve de tolérance envers les minorités juives, chrétiennes tout en garantissant...
(Kapitalis 14/05/13)
Yadh Ben Achour, architecte des institutions de la transition en Tunisie, ne croit pas à la possibilité de tenir des élections avant au moins un an. Les dates annoncées par la troïka seraient donc une grossière tromperie. Yadh Ben Achour, ex-président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution (Hiror), qui a veillé à l'organisation des premières élections libres et transparentes dans le pays, le 23 octobre 2011, a démonté, lundi soir, la fumisterie de la possible tenue d'élections législatives et présidentielles vers la fin de cette année. Les retards accumulés Invité de Nessma TV, le professeur en droit constitutionnel a démontré que, pour plusieurs raisons, toutes les dates données par ceux qui aujourd'hui détiennent le...
(France 24 14/05/13)
Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius entame ce mardi une visite éclair en Tunisie. Le ministre français des Affaires étrangères devrait aborder la difficile transition démocratique dans le pays, avec notamment Mustapha Ben Jaafar , président de l’Assemblée nationale constituante, Moncef Marzouki, président de la République, et le Premier ministre Ali Larayedh. Deux ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie, plongée dans le marasme social et économique, s’embourbe dans une interminable phase de transition. Une assemblée constituante a bel et bien été désignée en octobre 2011, mais elle n’est toujours pas parvenue à accoucher d’institutions pour le pays. Les deux principales forces au pouvoir – Congrès pour la République (CPR), parti laïc de centre gauche, et...
(Leaders 13/05/13)
L’idée sous-jacente à cette recherche est d’effectuer un suivi des émotions ressenties à travers les phases par lesquelles passe le pays et d’estimer le sentiment du degré d’appartenance des uns et des autres à la société. Le but étant de relier le ressenti aux événements produits. Les évènements relatifs aux informations politiques, sociales et aux faits divers. Les émotions éprouvées par les tunisiens résultent de l’évolution des rapports existants entre leurs aspirations (liberté d’expression, accès à l’emploi…), valeurs (égalité, dignité, justice…) ou buts (instaurer un régime démocratique, assurer un avenir meilleur…), et leur perception de la situation réelle. Pourcentages cumulés des réponses à la proposition «En ce moment, dans le pays, le climat ou l’ambiance émotionnelle générale est » Ce...
(Tunisie14 13/05/13)
Le Forum des Sciences Sociales Appliquées (FSSA) a publié aujourd'hui les résultats du septième baromètre arabe pour la démocratie. Pour les prochaines élections législatives, le mouvement Ennahdha occupera la premiere place avec 21,3% des intentions de vote, suivi de Nidaa Tounès (17,5%) Le Front populaire arrive troisième avec 5% des intentions de vote, suivi d'Al Aridha Al Chaabia (2,6%), Al Joumhouri (2,2%), le CPR (1,5%) et Ettakatol (1,3%). Pour les élections présidentielle, l’ancien chef du gouvernement et secrétaire du parti Ennahdha, Hamadi Jebali se place en première position avec 27,1%. Taieb Baccouche arrive en deuxième position avec 22,2% des voix, alors que Hamma Hammami est classé au 3e rang avec 17% devant Ahmed Néjib Chebbi (9.7%), Moncef Marzouki (7.7%), Mustapha...
(Tunisie14 13/05/13)
Un calme précaire régnait lundi matin dans la zone industrielle de Gabès après les affrontements qui ont opposé dans la nuit des habitants des cités de Chatt Essalem et d'Ennezla aux forces de l'ordre qui ont utilisé du gaz lacrymogène pour les disperser et les éloigner des environs du groupe chimique. Des troubles ont eu lieu dimanche à l'entrée sud de la zone industrielle à la suite du décès d'une jeune fille atteinte d'une hépatite et l'hospitalisation de son frère qui souffre de la même infection, due selon les habitants à la pollution dégagée par la zone industrielle. La station d'assainissement voisine de la cité d'ennezla est en arrêt total après que des protestataires parmi les habitants aient mis le...
(Kapitalis 13/05/13)
«Après une expérience négative avec les islamistes, les Tunisiens ne se laisseront pas mordre une seconde fois par Ennahdha, qui n'aura plus de place dans un Etat civil», pense Touhami Abdouli, membre du bureau politique d'Ettakatol. Dans une tribune publiée dimanche par ''Asharq Al-Awsat'', Touhami Abdouli a affirmé que certains membres d'Ennahdha, connus pour leur extrémisme, se sont accrochés au pouvoir qui n'était pour eux qu'un rêve. «Une fois au pouvoir, ils ont démontré leur ignorance des principes de la démocratie et leur incompétence dans la gestion des affaires de l'Etat», a-t-il dit. L'ex-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, qui s'était longtemps soumis aux dictats d'Ennahdha, semble avoir changé d'avis, après le dernier remaniement qui l'a vu éjecté du gouvernement. «Nous...
(Kapitalis 13/05/13)
Dans le Top 30 des pays africains en termes de risque de sécurité sur Internet, la Tunisie a préservé en 2012 son classement de 2011: 4e en Afrique et 60e dans le monde. La Tunisie a été précédée par l'Egypte (1er africain, 29e mondial), l'Afrique du Sud (2e africain, 46e mondial) et le Maroc (3e africain, 49e mondial). Notre pays se classe, par ailleur, 46e mondial pour les codes malicieux, 35e pour les spams et 95e pour le phishing, le talent d'Achille du web tunisien. Ce classement est contenu dans le 18e rapport annuel ''Internet Security Threat Report'' (Istr) de Symantec présenté aujourd'hui, qui révèle une augmentation de 42% du nombre d'attaques ciblées en 2012, comparé à l'année précédente. Les...
(Maghreb Emergent 13/05/13)
La Tunisie et la Libye tentent, de manière différente, de gérer le dossier des collaborateurs de l’ancien régime. Avec une certaine pondération en Tunisie, de la surenchère et des dérapages en Libye. Ebullition et règlements de comptes en Libye, tentatives d’apaisement en Tunisie. Les deux pays du Maghreb qui ont changé de régime à la faveur du « printemps arabe » suivent des trajectoires opposées, dans leur manière de gérer le dossier des responsables de l’ancien régime. Faisant preuve d’un sens de l’Etat et de la justice nettement plus relevés, le président tunisien Moncef Marzouki a imposé sa modération au gouvernement Ennahdha, et tente de désamorcer un dossier devenu brûlant, alors qu’en Libye, la surenchère continue, avec les dérapages et...
(Le Figaro 13/05/13)
Le projet de Constitution tunisienne comporte des articles qui menacent les droits de l'Homme, a jugé l'organisation Human Rights Watch (HRW), appelant l'Assemblée nationale constituante (ANC) à les modifier dans un communiqué publié aujourd'hui. "Parmi les articles, ou les lacunes, qui suscitent le plus d'inquiétude, figurent une disposition qui ne reconnaît les droits humains universels que tant qu'ils coïncident avec 'les spécificités culturelles du peuple tunisien' ", souligne HRW. Selon l'ONG basée à New York, le projet de Constitution n'affirme pas clairement la liberté de pensée et de conscience et souffre d'une "formulation trop vague" sur les limites à la liberté d'expression et sur l'engagement à respecter les conventions internationales ratifiées par la Tunisie. "L'Assemblée nationale constituante devrait combler les...
(El Watan 13/05/13)
Sera sanctionné celui qui osera organiser des manifestations non autorisées», avertit un communiqué du ministère de l’Intérieur. «L’appel à Dieu n’exige aucune permission», répliquent les salafistes. Le bras de fer s’est déjà installé avec des tentes de prédication des salafistes dispersés par les forces de l’ordre à coups de bombes lacrymogènes. Comment en est-on arrivé là ? Deux banlieues populaires de Tunis ont vécu, avant-hier, des échauffourées entre les forces de l’ordre et les salafistes. Une manifestation à Sidi Hassine-Séjoumi et une autre à la cité Ettadhamen ont été dispersées à l’aide de gaz lacrymogènes, voire des pierres. «Lorsque nos munitions et gaz lacrymogènes se sont épuisés, nous avons répliqué aux manifestants avec des pierres», a indiqué un membre des...
(Algerie Focus 10/05/13)
Le djihad, ce mot ne cesse de faire les gros titres de la presse maghrébine. Les enquêtes se multiplient autour de ce mouvement djihadiste qui plane comme une menace au-dessus de la Tunisie. Le site d’informations tunisien Nawaat a publié le 8 mai un article dans lequel il révèle que l’Algérie avait prévenu les autorités tunisiennes de ces agissements. Tout le monde parle de cet échange : pétrole contre médicaments. Des contrebandiers algériens auraient négocié avec des combattants tunisiens affiliés à Al Qaida un compromis, dans lequel ils échangeraient du carburant algérien contre des médicaments dans le Mont Chaambi, au nord-ouest de la Tunisie. Cette révélation est le fruit d’une longue enquête menée par le site Nawaat, qui aurait été...
(La Presse 08/05/13)
Les événements terroristes de Jebel Chaâmbi mettent à nu nombre d’incuries sécuritaires. C’est on ne peut plus évident. On a annoncé hier que 37 individus en liaison avec le groupe terroriste de Chaâmbi ont été arrêtés. Maigre bilan. Sachant que le groupe de terroristes se composerait de vingt individus, dont 11 Algériens et 9 Tunisiens. Les autorités avaient bien annoncé que les membres du groupe terroriste étaient traqués depuis décembre 2009. Cinq mois pour aboutir à cela, cela laisse perplexe et pantois. Le Jebel Chaâmbi fait partie de la série de onze montagnes formant la fameuse Dorsale tunisienne. Culminant à 1.544 mètres, le point le plus élevé du pays, le Jebel Chaâmbi est presqu’une île. C’est dire qu’il pouvait être...
(Business.News 08/05/13)
Avec la poursuite des opérations de ratissage dans les hauteurs de Jebel Chaâmbi (gouvernorat de Kasserine), les Tunisiens continuent à vivre dans la hantise d'éventuelles explosions qui se multiplient faisant de nombreux blessés, dont certains grièvement, parmi les forces de sécurité et de l’armée. Les Tunisiens sont d’autant plus inquiets qu’ils sont submergés d’informations, de contre-informations, d’intox et autres rumeurs. Même les données fournies par les autorités dites officielles sont rarement concordantes. Chacune de ces parties officielles y va de son côté avec ses déclarations et ses communiqués : la présidence de la République, le ministère de la Défense nationale, le ministère de l’Intérieur. Sans oublier les propos tenus par des responsables des différents syndicats des forces de sécurité et...
( 06/05/13)
Le Président de la République, Dr. Moncef Marzouki, vient de réussir, à notre avis, le premier acte de sa législature, si troublante : La composition de la « HAICA » (Haute autorité de la Communication audiovisuelle). Il n’est jamais trop tard mais la « Montagne » a bien fini par accoucher d’une commission qui a tout pour réussir : La crédibilité de ses membres et surtout la sagesse de son président, notre collègue Si Nouri Lajmi, connu et apprécié de tous comme enseignant à l’IPSI. Toute l’équipe est bonne il y aura l’expérience d’une vieille battante Rachida Enneifer, l’honnêteté et le fair-play d’un autre vieux routier Hichem Senoussi, et enfin la ferveur et l’ardeur du plus jeune Riadh Ferjani, enseignant...
( 02/05/13)
C’est à croire que Hamadi Jebali choisit ses sorties ou plutôt que l’histoire d’une Tunisie à la croisée des chemins dicte et choisit pour lui le moment de ses apparitions publiques. Alors qu’il est en tête des sondages d’opinion pour la prochaine présidentielle, l’ancien chef du gouvernement attise sa popularité et rend visite aux agents militaires et de la Garde nationale blessés suite à l’explosion d’une mine antipersonnel à Jebel Chaâmbi. Au-delà de l’émotion, c’est un appel à l’union contre la violence et au sursaut national face aux «réelles et sérieuses menaces» qui guettent le pays que lance Hamadi Jebali à l’ensemble de la classe politique, aux organisations nationales, à la société civile et à l’opinion publique. Entretien. Depuis le...
(Afrik.com 02/05/13)
Des affrontements ont opposé mercredi l’armée à une cinquantaine de narco-terroristes armés près du Mont Chaambi, à la frontière avec l’Algérie, rapporte BBCAfrique. Près d’une dizaine de soldats de la garde nationale tunisienne a été blessée suite à l’explosion de mines que les islamistes ont posé. Le porte-parole de la garde nationale a admis que les forces gouvernementales n’étaient pas suffisamment équipées pour faire face à la menace des mines. Ces groupes terroristes implantés en Tunisie se sont fait connaître après la chute de Ben Ali. On ignore les revendications de ces petits mouvements. La guerre en Libye, l’éclatement de la crise malienne et la proximité avec la frontière algérienne ont favorisé l’entrée des armes dans le pays.
(La Dépêche de kabylie 30/04/13)
La Fédération algérienne de boxe (FAB) organise du 4 au 8 mai, à la salle omnisport de Sétif, le 5e tournoi international de Sétif, avec la participation de boxeurs de cinq pays, a-t-on appris auprès de l’instance fédérale. Outre l’Algérie qui sera représentée par quatre équipes : l’EN senior, l’EN militaire, la sélection régionale de Sétif et la protection civile), le tournoi de Sétif verra la participation des équipes de Tunisie, d’Egypte, de Burundi, de France et d’Italie. Ce rendez-vous pugilistique verra la participation de 98 boxeurs, selon le comité d’organisation dirigé par la direction de la jeunesse et des sports de Sétif et la Fédération algérienne de boxe (FAB). Pour ce faire, la sélection algérienne de boxe, sous la...
( 26/04/13)
A en croire le doyen Fadhel Moussa, président de la législation générale à l’ANC, « la version finale du projet de la prochaine Constitution est au point depuis lundi dernier ». Il était prévu que l’examen des trente articles restant sera achevé hier, tel qu’il l’avait encore affirmé Commission d’experts pour quoi faire ? Dans sa version finale, le projet de la prochaine Constitution sera soumis à la commission d’experts qui vient d’être désignée dernièrement, l’avis de personnes qualifiées, et extérieures à l’hémicycle, qui seront amenés à fignoler davantage ledit projet en voyant certains aspects qui auraient été omis ou négligés, serait d’un grand intérêt. Ce n’est pas de l’avis de certains autres observateurs estimant que ces experts viennent supplanter...

Pages