Samedi 17 Février 2018

Tunisie

(Jeune Afrique 02/02/18)
Une jeune scientifique et activiste tunisienne accompagne la délégation présidentielle française en Tunisie. Maha Issaoui a rencontré par hasard Emmanuel Macron quelques jours auparavant. On parlait d’elle jusqu’à l’Élysée, la veille du départ du président français Emmanuel Macron à Tunis : « La jeune femme de Clermont-Ferrand. » Accompagnera-t-elle vraiment le président en Tunisie ces 31 janvier et 1er février ? La question tournait dans les rédactions françaises… C’est que le 25 janvier, à 23 h 30, le chemin de la Tunisienne Maha Issaoui croise celui du président français qui s’offre alors dans les rues de la commune du centre de la France un bain de foule nocturne – et dûment médiatisé – au beau milieu des étudiants qui profitent...
(Jeune Afrique 02/02/18)
Arrivé mercredi 31 janvier en Tunisie pour sa seconde visite d’État, Emmanuel Macron a affiché sa volonté de remettre en selle la coopération franco-tunisienne. Après avoir rencontré son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi, le président français a délivré ce jeudi un discours très attendu devant l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). C’est main dans la main que le président français, Emmanuel Macron et le président tunisien, Béji Caïd Essebsi sont entrés au palais de Carthage pour le coup d’envoi d’une visite d’État aux allures de marathon. Une manière de manifester une convergence de points de vue avant de prendre la parole.
(Jeune Afrique 02/02/18)
L'université de Paris-Dauphine, déjà présente en Tunisie, a signé un accord avec l'École nationale d’administration (ENA) de Tunis. Le but : un master professionnel pour les cadres de l'État, mais aussi un futur Institut des hautes études de gouvernance publique, qui accueillerait des acteurs peu habitués à se rencontrer. Le plan cadre d’aide au développement 2015-2019, du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour la Tunisie, mettait l’accent sur le besoin de formation des cadres de l’État et des fonctionnaires. C’est pour répondre à ce besoin que l’université Paris-Dauphine, présente en Tunisie depuis 2004 via son MBA international, et l’École nationale d’administration de Tunis (ENA) ont décidé de signer un partenariat. Accord signé en marge de la visite...
(Le Monde 02/02/18)
Au second jour de sa visite d’Etat à Tunis, Emmanuel Macron s’est livré, jeudi 1er février, à une critique sans détour – la plus vive qu’il a jusqu’alors prononcée – de l’intervention de l’OTAN, en 2011, en Libye, à laquelle la France avait participé, à l’initiative de Nicolas Sarkozy, pour mettre fin au régime de Mouammar Kadhafi. S’exprimant devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le président français a déclaré que « l’Europe, les Etats-Unis et quelques autres ont une responsabilité dans la situation actuelle en Libye », déclenchant les applaudissements des députés tunisiens. « Je n’oublie pas que plusieurs ont décidé qu’il fallait en finir avec le dirigeant libyen sans qu’il y ait pour autant de projet pour la...
(RFI 02/02/18)
Suite et fin de la visite d’Emmanuel Macron en Tunisie. Le président français s'est exprimé devant l'Assemblée des représentants du peuple ce jeudi matin à Tunis. Un discours qui a duré près d'une heure, en forme d'hommage à la révolution tunisienne. « Vous avez conduit une véritable révolution culturelle, et celle-là, vous l’avez réussie. Vous avez fait mentir ceux qui, partout dans le monde encore aujourd’hui, disent que des sociétés où l’islam est présent ne sont pas compatibles avec la démocratie. Et vous avez fait mentir ceux qui là aussi, dans nombre de régions du monde veulent faire croire que l’islam est là pour régenter l’Etat et que la séparation n’est pas possible. Vous les avez fait aussi mentir. Vous...
(Le Point 02/02/18)
Ça bouchonne à La Marsa. Ça grommelle dans les voitures. Comme dans tout pays en période de visite d'Etat, on bloque momentanément les rues pour que les cortèges officiels puissent aller vite d'un point A à un point B, et en toute sécurité. Et l'automobiliste, qu'il ne faut jamais sous-estimer en la matière, râle. Le « moi, je travaille » fuse. Un classique routier. Façon GPS, Emmanuel Macron a quitté l'aéroport de Tunis-Carthage pour rejoindre le palais présidentiel, à 13 kilomètres de là. Discussion avec Béji Caïd Essesbi. « Un entretien plus long que prévu », selon les propos du président français. Et un retard qui s'accumule. Le rendez-vous avec le chef du gouvernement se déroule à Dar Dhiafa, petit...
(Jeune Afrique 02/02/18)
Confronté à une grave crise économique et sociale, le Premier ministre tunisien s’efforce de maintenir son pays à flot. Pas évident quand les soutiens se dérobent… • Bien né Issu d’une famille de notables, il est le petit-fils de la militante féministe Radhia Haddad et le petit-neveu de Hassib Ben Ammar, cofondateur de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH). • Agronome Spécialiste en économie de l’environnement, il était, de 2003 à 2015, régulièrement consulté par la Commission européenne et par le ministère américain de l’Agriculture pour son expertise en matière de politique agricole. • Poulain Il fait figure de protégé de Béji Caïd Essebsi, le président, dont il a assuré une partie de la campagne électorale...
(RFI 02/02/18)
C'était l'un des moments phares de la visite d'Emmanuel Macron en Tunisie : le Forum économique Tunisie France, qui s'est tenu le 1er février à Tunis. Il s'agit de la première édition d'un rendez-vous appelé à se tenir chaque année, et dont l'objectif est de resserrer les liens entre entreprises françaises et tunisiennes. La France est déjà le premier partenaire commercial du pays, avec plus de 1 400 entreprises implantées sur le sol tunisien et 200 millions d'euros d'investissements directs en 2017, soit 45% de l'ensemble des investissements étrangers en Tunisie. Mais les deux pays souhaitent augmenter le volume des investissements pour relancer l'économie tunisienne, aujourd'hui en difficulté. La grande salle du Palais des congrès de Tunis était pleine à...
(AFP 01/02/18)
Emmanuel Macron a appelé jeudi les entreprises à revenir investir en Tunisie avec l'objectif d'un doublement des investissements français d'ici 2022 afin d'aider ce pays à relancer son économie. L'ambition est "de doubler dans les cinq ans, dans mon quinquennat, les investissements français en Tunisie", a déclaré le chef de l'Etat français devant le Parlement tunisien. Cet objectif est "possible à atteindre. J'attends la pleine mobilisation des entreprises", a-t-il ensuite ajouté en clôturant le forum économique Tunisie-France, auquel participaient une centaine d'entrepreneurs français. "Nombre d'entreprises ont déjà confirmé leur volonté d'investir", a-t-il précisé, sans entrer dans les détails.
(AFP 01/02/18)
Le Printemps arabe n'est pas terminé et la Tunisie, où il est né en 2011, a le devoir de réussir sa transition démocratique pour rester "un modèle", a déclaré jeudi le président français Emmanuel Macron à Tunis. "On a parlé de printemps, de Printemps arabe, on a parlé de révolution et beaucoup pensent que cette page est tournée", a dit M. Macron dans un discours au Parlement au second jour d'une visite d'Etat en Tunisie. "La page du Printemps arabe n'est pas tournée. Vous êtes en train de la vivre, de la faire vivre", a-t-il ajouté. La Tunisie a mené une "révolution culturelle profonde", a poursuivi le président français, en citant la liberté de conscience et l'égalité entre hommes et...
(AFP 01/02/18)
Le président français Emmanuel Macron a exprimé jeudi sa volonté de redynamiser l'enseignement du français en Tunisie, où il a inauguré une antenne de l'Alliance française, la première depuis 60 ans. "Je souhaite que la francophonie vive davantage en Tunisie", a déclaré le chef de l'Etat en s'exprimant devant le Parlement tunisien. Avec comme objectif de "doubler le nombre d'apprenants en français en deux ans", d'ici au sommet de la francophonie que la Tunisie doit accueillir en 2020. Au début de la deuxième journée de sa visite d'Etat, Emmanuel Macron a inauguré l'Alliance française de l'Ariana, un quartier résidentiel de Tunis. Cinq autres Alliances françaises, des institutions privées dédiées au rayonnement de la langue, doivent ouvrir cette année dans le...
(Le Monde 01/02/18)
« Combat commun. » Emmanuel Macron a insisté avec force sur la formule pour souligner la solidarité profonde qui lie la France et la Tunisie lors du début de sa visite d’Etat à Tunis, mercredi 31 janvier. « Si vous échouez, nous échouerons, le même jour ou le jour d’après », a-t-il précisé lors d’une conférence de presse menée conjointement au palais présidentiel de Carthage (nord de Tunis) avec son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi. Le déplacement du président français s’inscrit dans un contexte sensible en Tunisie alors que le désenchantement social et économique alimente une grogne récurrente dans les classes les plus défavorisées. Début janvier, des rassemblements contre la hausse des prix ont donné lieu à des incidents avec...
(AFP 01/02/18)
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a défendu mercredi l'attitude des autorités lors de récentes manifestations, après que des organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé des exactions policières. "La Tunisie est un pays démocratique" mais "il ne faut pas nous juger comme si nous (étions) une démocratie depuis des siècles", a déclaré M. Essebsi lors d'une conférence de presse aux côtés de son homologue français Emmanuel Macron, en visite d'Etat en Tunisie. "Dans ces manifestations, il y a toujours des casseurs", a-t-il ajouté. "Ces casseurs, on doit leur donner un certificat de bonne vie et moeurs?", a-t-il ironisé, affirmant que les autorités ne pouvaient "laisser les casseurs faire la loi".
(AFP 01/02/18)
Le président français Emmanuel Macron a assuré mercredi à Tunis qu'il souhaitait "accompagner" la Tunisie et sa jeunesse, frappée de plein fouet par le chômage alors que la transition démocratique reste fragile sept ans après la révolution. "Nous sommes dans un moment important de la vie de la Tunisie", a souligné M. Macron devant la presse aux côtés de son homologue Béji Caïd Essebsi au premier jour de sa visite d'Etat. "C'est une étape fondamentale qui se joue", a-t-il ajouté, deux semaines après une nouvelle poussée de fièvre marquée par des manifestations, dont certaines ont dégénéré en émeutes nocturnes, dans plusieurs villes tunisiennes. Exprimant le "soutien de la France" et saluant une "Constitution exemplaire et un vrai modèle de transition",...
(RFI 01/02/18)
Suite et fin de la visite d’Emmanuel Macron en Tunisie. Le président français s'est exprimé devant l'Assemblée des représentants du peuple ce jeudi matin à Tunis. Un discours qui a duré près d'une heure, en forme d'hommage à la révolution tunisienne. « Vous avez conduit une véritable révolution culturelle, et celle-là, vous l’avez réussie. Vous avez fait mentir ceux qui, partout dans le monde encore aujourd’hui, disent que des sociétés où l’islam est présent ne sont pas compatibles avec la démocratie. Et vous avez fait mentir ceux qui là aussi, dans nombre de régions du monde veulent faire croire que l’islam est là pour régenter l’Etat et que la séparation n’est pas possible. Vous les avez fait aussi mentir. Vous...
(RFI 01/02/18)
Le président français effectue une visite en forme de soutien à la démocratie tunisienne, alors que sept ans après la révolution de jasmin, la Tunisie reste tiraillée par des tensions sociales susceptibles de faire dérailler une transition démocratique considérée comme un modèle. C’est en véritable défenseur de la démocratie tunisienne qu’Emmanuel Macron s’est présenté à Tunis. Sur un ton très laudateur il a salué la Constitution « exemplaire » dont s’est doté le pays en 2014 et qui « pourrait à de nombreux égards nous inspirer ». Citant entre autres le principe de liberté de conscience et d’égalité entre hommes et femmes qui y sont inscrits. Le président a salué aussi la transition démocratique, « vrai modèle de transition réussie...
(Le Monde 01/02/18)
Prudent, François Hollande n’avait promis aucune augmentation de l’aide publique au développement (APD). Emmanuel Macron a fait l’inverse en s’engageant, dès le début de son mandat, à accroître très fortement l’effort de solidarité en faveur des pays les plus pauvres. « [Cela] supposera des efforts, nous les ferons. Parce que ces efforts, c’est la contribution française à la réussite de tout un continent », ­­a-t-il répété, fin novembre 2017, devant les étudiants de l’université de Ouagadougou. Augmenter l’aide de quelque 6 milliards d’euros, pour atteindre 15 milliards en 2022, représenterait une hausse sans précédent même si, rapporté à la richesse nationale, cet effort ne permettrait à la France que de rattraper le terrain cédé en vingt ans. Le chef de...
(Le Monde 01/02/18)
Hafaoua Maaloul balaie du regard la rue qui mène à la mosquée, minaret dressé vers un ciel bleu d’hiver. « Regardez dans quel état est la voirie », déplore-t-elle. Fonctionnaire du ministère des affaires religieuses, Mme Maaloul est surtout une « citoyenne » engagée dans la vie locale, une battante de l’amélioration du cadre de vie de sa commune de Menzel Jemil, située aux confins de Bizerte (nord). La voilà qui pointe d’un index désolé les brèches dans l’asphalte, les traînées de cailloux nappant la chaussée et les bords défoncés, véritable champ miné pour les véhicules. Et quand il pleut, tout ce pâté de maisons autour de la rue d’Italie se transforme en déversoir d’eau boueuse. « J’ai obtenu que...
(Le Monde 01/02/18)
Pendant six mois, Le Monde va accompagner la Tunisie sur la route de la Coupe du monde de football, qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet en Russie. Chaque mois, notre envoyé spécial auprès de la sélection tunisienne abordera un aspect différent du contexte dans lequel se prépare une équipe dont la dernière participation au Mondial remonte à 2006. Une immense tour, en forme de torche olympique, qui semble ne jamais finir. L’impression qui saisit le visiteur à la vue de cette construction atypique, conçue pour les Jeux asiatiques de 2006, est à la hauteur de la réputation de Doha. En plein cœur de l’Aspire Zone, sorte d’immense eldorado pour sportifs, The Torch illumine la nuit qatarie avec...
(Agence Ecofin 01/02/18)
New Way of Working. Tel est le nom de la nouvelle stratégie mise en place par la Banque africaine de développement (BAD) et visant à apporter l’électricité à 29,3 millions de personnes, d’ici à 2020. Cette nouvelle politique a été présentée par Akinwumi Adesina (photo), le président de l’institution, lors d’une rencontre de haut niveau qui s’est tenue, le 28 janvier 2018, au siège de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba. « La BAD est aujourd’hui en première ligne, en ce qui concerne les investissements dans les énergies renouvelables en Afrique. La part des énergies renouvelables dans le portefeuille énergétique de la banque, est passée de 14% lorsque je suis devenu président de l’institution en 2015,...

Pages

(RFI 12/01/18)
Depuis lundi le pays est secoué par un mouvement social hostile aux mesures d’austérité prises par le gouvernement à Tunis. Pendant trois jours les manifestations ont tourné le soir venu à l’affrontement avec les forces de l’ordre, dégénérant dans plusieurs villes du pays en scènes de pillage. Mais jeudi soir note le site tunisien Webdo, « le calme s’est rétabli » du fait d’une « présence sécuritaire renforcée ». L’armée a en effet été déployée en renfort. S’exprimant sur la chaîne privée tunisienne El Hiwar Al Tounsi, le ministre de l’Intérieur parle de plus de 600 arrestations depuis le début de la semaine. Ce sont les jeunes qui sont à la pointe de la contestation, un tiers des personnes arrêtées...
(AFP 12/01/18)
Les Berbères, dont la fête de Nouvel An, "Yennayer", est décrétée jour férié vendredi en Algérie, une première au Maghreb, regroupent des populations autochtones d'Afrique du Nord qui revendiquent une plus large reconnaissance identitaire et culturelle. Les Berbères dont la présence est antérieure à l'arabisation et l'islamisation se nomment eux-mêmes "Imazighen", pluriel de "Amazigh" qui signifie "homme libre" dans leur langue, le tamazight, différente de l'arabe. Les Berbères sont présents dans plusieurs pays du Maghreb et au Sahara. ALGERIE Le pays compte 10 millions de Berbérophones, soit environ un quart de la population et lutte de longue date pour des revendications identitaires, longtemps niées par l'Etat qui s'est construit autour de l'arabité. Majoritairement concentrés en Kabylie (est d'Alger), les Berbères...
(AFP 11/01/18)
Des heurts ont éclaté pour une troisième nuit consécutive entre forces de l'ordre et jeunes dans plusieurs villes de Tunisie, où plus de 600 personnes ont été arrêtées depuis lundi, a indiqué jeudi le ministère de l'Intérieur. Les autorités ont toutefois jugé que l'intensité des violences, alimentées par une grogne sociale, avait diminué. Les troubles ont éclaté lundi alors que s'approche le septième anniversaire de la révolution tunisienne, qui réclamait travail et dignité et a chassé du pouvoir le dictateur Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011. Ils interviennent également à quelques mois de la tenue prévue d'élections municipales...
(AFP 11/01/18)
La tension ne diminue pas en Tunisie, où nouveaux heurts ont éclaté mercredi soir entre manifestants et policiers dans plusieurs villes au troisième jour d'une contestation alimentée par des mesures d'austérité. Depuis lundi, des troubles sociaux ont été enregistrés dans le pays, sept ans après le début du Printemps arabe avec une révolution qui réclamait travail et dignité et avait fait tomber le dictateur Zine al-Abidine Ben Ali. Déjà la semaine dernière, des manifestations pacifiques sporadiques avaient dénoncé la hausse des prix et un budget d'austérité prévoyant entre autres des augmentations d'impôts.
(RFI 11/01/18)
En Tunisie, les manifestations contre la hausse des prix et l'austérité ne faiblissent pas. Ces protestations ont lieu dans tout le pays. Elles visent en particulier la nouvelle loi de finances, qui vient s'ajouter à une inflation de plus de 6% en 2017 et à un taux de chômage qui dépasse les 15%. Et cette nuit, pour la troisième nuit consécutive, les manifestations ont dégénéré en affrontements. Jets de pierre et cocktails Molotov côté manifestants, gaz lacrymogènes côté forces de l’ordre. Plusieurs manifestations, qui avaient débuté pacifiquement dans l’après-midi ont tourné aux affrontements violents pendant la nuit, notamment à Tebourba, à une trentaine de kilomètres de Tunis. C’est dans cette ville qu’un homme de 43 ans a trouvé la mort...
(RFI 11/01/18)
La Tunisie à nouveau secouée par des émeutes alors qu’approche le septième anniversaire de la chute de la dictature de Ben Ali. Depuis lundi, des manifestations contre l’austérité ont éclaté à travers tout le pays. La hausse de la TVA ainsi que de nouvelles taxes apparues le 1er janvier 2018 sur le carburant, les cartes téléphoniques, les hôtels ou encore sur les fruits et légumes, fut celle de trop pour les Tunisiens. Car avec l’inflation à 6% qu’ils ont endurée l’an dernier, leur pouvoir d’achat a déjà beaucoup fondu. Et sept ans après la « révolution de jasmin » leur patience est à bout. Avec la transition économique qui devait accompagner l’avènement de la démocratie qui n’a toujours pas eu...
(RFI 11/01/18)
La Tunisie est l'un des plus gros consommateurs de pain au monde et aussi l'un des pays où le pain est le plus salé. Une situation problématique quand on sait que l'excès de consommation de sel cause des problèmes cardiovasculaires tels que l'hypertension. Pour y remédier, la Société tunisienne de cardiologie et de chirurgie cardio-vasculaire a donc eu l'idée de lancer un pain allégé en sel. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180110-tunisie-pain-allege-sel
(AFP 10/01/18)
Plus de 200 personnes ont été arrêtées et des dizaines blessées lors de heurts dans plusieurs villes de Tunisie, a indiqué le ministère de l'Intérieur mercredi après une deuxième nuit de troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, sept ans après la révolution. Un supermarché Carrefour de la banlieue sud de Tunis a été pillé, a déclaré le porte parole du ministère de l'Intérieur Khlifa Chibani à des radios locales, ajoutant que 49 policiers avaient été blessés lors des échauffourées à travers le pays, et 206 personnes impliquées dans les troubles arrêtées. Dans la soirée et la nuit, la police et l'armée ont été déployées dans plusieurs villes de Tunisie, dont Tebourba, à 30 km à l'ouest de Tunis, où...
(AFP 10/01/18)
Des échauffourées ont eu lieu en Tunisie mardi soir entre manifestants et forces de l'ordre, au lendemain de la mort d'un homme dans des troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, sept ans après la révolution. Des jeunes sont descendus dans la rue par centaines à Tebourba, à 30 km à l'ouest de Tunis, où a été enterré mardi dans l'après-midi l'homme décédé lors de heurts dans la nuit précédente. Des policiers et des militaires déployés en force ont répliqué à des jets de pierre à coups de gaz lacrymogènes, a constaté un journaliste de l'AFP. Des scènes similaires ont notamment eu lieu dans le centre défavorisé du pays, à Kasserine et à Jelma, localité proche de Sidi Bouzid, d'où...
(La Tribune 10/01/18)
Les manifestations contre la hausse de la cherté de la vie en Tunisie ont dégénéré mardi dernier avec la mort d’une personne et l’interpellation de plus de 200 personnes. Les heurts ont éclaté à Tunis avant de s'étendre au reste du pays, provoquant des actes de vandalisme visant les édifices publics. Ce mercredi encore la tension reste vive, malgré les appels au calme de certaines organisations et l'intervention du gouvernement pour apaiser la situation. La Tunisie fait de nouveau face à un cycle de contestations sociales marquées de violences comme c'était déjà le cas en janvier 2016. Ce mardi, au deuxième jour des manifestations contre la vie chère, des heurts ont éclaté à Tunis la capitale, fief de la contestation,...
(AFP 10/01/18)
La justice tunisienne a de nouveau renvoyé mardi les deux procès des attentats du musée du Bardo et de Sousse (est), durant lesquels 58 touristes et un agent sécuritaire tunisien avaient été tués en 2015. Une nouvelle audience, la quatrième, est programmée le 5 juin, dans le procès de l'attentat du Bardo, qui s'est ouvert en juillet dernier comme pour celui de Sousse qui a débuté en mai. "Le juge a reporté les deux procès du Bardo et de Sousse au 5 juin, à la demande des avocats des victimes et des accusés", a précisé à l'AFP le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti, ajoutant que toutes les demandes de libération ont été rejetées. Les avocats des victimes et des accusés...
(Jeune Afrique 10/01/18)
Son immunité ayant été levée, l'ancien ministre de l'Intérieur tunisien, déjà auditionné en novembre, pourra à nouveau être entendu par le juge d'instruction militaire dans le cadre de l'affaire Chafik Jarraya. Le Conseil supérieur de la magistrature ayant décidé le 2 janvier de lever provisoirement l’immunité du magistrat Najem Gharsalli, ce dernier pourra enfin être entendu par le juge d’instruction militaire dans l’affaire d’atteinte à la sécurité de l’État impliquant l’homme d’affaires Chafik Jarraya, écroué en mai 2017 pour atteinte à la sûreté de l’État. L’ex-ministre de l’Intérieur, qui a déjà été auditionné en novembre, devra expliquer pourquoi il a ordonné fin 2015 à Imed Achour, ex-directeur général des services spéciaux de son ministère et lui-même aux arrêts aujourd’hui, de...
(AFP 09/01/18)
Un homme est décédé dans la nuit de lundi à mardi en marge de heurts nocturnes en Tunisie, alors que le pays est secoué depuis plusieurs jours par de nouveaux troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, sept ans après sa révolution. Des dizaines de personnes ont été arrêtées, onze agents de police blessés et plusieurs bâtiments publics endommagés lors de heurts qui ont touché plusieurs villes tunisiennes dans la nuit, selon le ministère de l'Intérieur. Une autopsie doit avoir avoir lieu mardi pour déterminer la cause du décès d'un homme de 43 ans à Tebourba, au sud de Tunis, où des échauffourées ont eu lieu dans la nuit...
(Le Monde 09/01/18)
Des affrontements ont éclaté, lundi 8 janvier, dans plusieurs villes de Tunisie, entre la police et des manifestants dénonçant le chômage, l’inflation et la création de nouvelles taxes, faisant un mort, selon des habitants et des médias nationaux. Une dizaine de villes ont été gagnées par ce mouvement de contestation sociale provoquée par l’entrée en vigueur, le 1er janvier, d’une série de hausses des prix frappant notamment le gasoil, les voitures ou encore les services de téléphonie et d’accès à internet, dans le cadre de la loi de finances pour 2018.
(Agence Ecofin 09/01/18)
La dernière mouture du Code du domaine de l’Etat est achevée et sera examinée en conseil des ministres, avant d’être envoyée sous peu à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le parlement tunisien, pour adoption. C’est ce qu’a déclaré, samedi dernier, le ministre tunisien des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid (photo), au cours d’une séance de questions orales à l’ARP. Selon le ministre dont Webmanager Center rapporte les propos, cette version « comporte une nouvelle vision de la gestion des biens de l’Etat, basée sur la transparence, le renforcement du contrôle et des mesures de sanction et la bonne gestion des biens publics. Le code du domaine de l’Etat assurera la protection des terres domaniales, compte...
(AFP 08/01/18)
La police tunisienne a dispersé dimanche soir une manifestation contre une hausse des prix entrée en vigueur au 1er janvier comme prévu par la loi de finances 2018, dénoncée par des militants et certains partis. Des jeunes protestataires, membres de la campagne citoyenne "Fech Nestannew" (Qu'est-ce qu'on attend, en arabe tunisien), s'étaient auparavant rassemblés sur l'avenue Bourguiba dans le centre de Tunis, près du ministère de l'Intérieur, pour exiger l'annulation de l'augmentation des prix et la libération de leurs camarades interpellés. "Ni peur, ni terreur, la rue appartient au peuple", scandaient les jeunes lorsque des policiers ont chargé, dispersant le rassemblement selon des vidéos publiées sur les réseaux...
(Le Monde 08/01/18)
La sortie de crise ? Officiellement, l’affaire de l’interdiction aux femmes tunisiennes de voyager aux Emirats arabes unis est close. Mais, selon de nombreux observateurs, une tension récurrente devrait persister entre Tunis et Abou Dhabi. Jeudi 4 janvier, le ministère tunisien des transports a annoncé la reprise des vols de la compagnie Emirates vers la Tunisie, lesquels avaient été suspendus le 27 décembre 2017 par Tunis. Cette mesure de rétorsion répondait à ce qui a été considéré en Tunisie comme une véritable offense nationale, à savoir l’interdiction infligée, le 22 décembre, par Abou Dhabi, aux Tunisiennes de s’embarquer vers les Emirats pour des « raisons de sécurité ». Les autorités émiraties n’avaient fourni aucune précision sur la nature de ce...
(Jeune Afrique 06/01/18)
Le département d'État a placé jeudi trois ressortissants tunisiens dans sa liste de terroristes. Le communiqué évoque l'attentat du Bardo perpétré en 2015. Le département d’État américain a enregistré ce jeudi 4 janvier trois nouveaux noms dans sa liste de terroristes. Des Tunisiens : « Muhammad al-Ghazali, Abukar Ali Adan, et Wanas al-Faqih », le nom de ce dernier étant plus souvent orthographié Ouanes El Fekih, en Tunisie. Ouanes El Fekih est aujourd’hui retenu en détention en Tunisie. Recherché par le ministère de l’Intérieur tunisien, il avait été livré par les autorités nigériennes en janvier 2017. Le communiqué du département d’État, publié le 4 janvier, pointe du doigt les relations entre les trois hommes et le réseau d’Al-Qaïda, notamment sa...
(Jeune Afrique 05/01/18)
Le designer tunisien Ali Karoui qui dit vouloir sublimer les femmes, habille déjà des stars de renommée internationale. Ali Karoui marcherait-il sur les pas de feu Azzedine Alaïa ? Glamour, chic, sexy et bling-bling sont les principales caractéristiques des robes féeriques que crée ce jeune couturier né en 1986 à Tunis et diplômé de l’école de stylisme Esmod en 2005. Depuis le lancement de sa marque, en 2012, ce passionné de mode depuis l’enfance multiplie les défilés, de Tunis à New York en passant par Beyrouth, Paris, Berlin ou Rome. Depuis 2013, il habille certaines des stars qui montent les marches du Festival de Cannes. Il collabore également avec la marque de joaillerie de luxe Chopard. « J’ai grandi entouré de...
(Le Point 29/12/17)
Le changement sera venu de Berlin. Après trois jours de scrutin, les Tunisiens résidant au pays d'Angela Merkel ont violemment giflé la classe politique de Tunis lors de l'élection législative partielle du 17 décembre, parachevant dans les urnes une année de ressentiment populaire envers toute la classe politique. Une gifle venue d'Allemagne Au soir du scrutin, l'abstention a enregistré un score à la Ben Ali (le dictateur était élu avec plus de 90 % des voix) : 94,8 %. Mettant K.-O. les deux principaux partis qui cogèrent la Tunisie depuis la fin 2014 : Nidaa Tounes et Ennahdha. Cette déroute façon Waterloo électoral (« une branlée démocratique », selon un diplomate de passage) a le mérite de réveiller un vivier...

Pages

(APA 16/01/18)
APA-Tunis (Tunisie) - Le Fonds Monétaire International (FMI) a recommandé à la Tunisie d'"évoluer vers un régime de change plus flexible, qui permet à la monnie locale, le dinar de réagir au jeu de l'offre et de la demande de devises". Dans une récente note comportant des réponses sur les questions clés évoquées par les Tunisiens au sujet des interventions du FMI et leurs impacts sur la situation sociale du pays, l’institution financière a souligné que le niveau sans précédent des déficits de la balance des biens et des services implique une certaine dépréciation dans le temps et qu’il n’est, toutefois, pas nécessaire de procéder à une correction brutale. « Nous n’en avons pas fait la demande », a noté...
(RFI 16/01/18)
L'invité matin est Mahdi Jomaa, ancien Premier ministre tunisien. Il a dirigé l'exécutif entre 2014 et 2015, avant de fonder son propre parti politique Al Badil (l’alternative). Malgré le succès relatif de sa transition démocratique, la Tunisie ne parvient pas à s'extirper de la morosité économique et sociale, ce qui conduit systématiquement à des protestations et des troubles. Alors que les Tunisiens ont marqué dimanche le 7ème anniversaire de la révolution, Mehdi Jomaa considère que le pouvoir en place manque d'audace et ne s’emploie pas réellement à améliorer la situation. RFI : La Tunisie connaît une situation économique difficile. Situation qui a une nouvelle fois poussé les Tunisiens à sortir dans la rue. Est-ce la conséquence de tout ce qui...
(Agence Ecofin 15/01/18)
La Banque tunisienne de solidarité (BTS) qui est spécialisée dans le financement des très petites entreprises (TPE) et des PME a approuvé au terme de l’année 2017 près de 13 165 demandes de crédit d’un montant global de 164 millions de dinars tunisiens (67,2 millions $) a fait savoir la direction de la banque. De manière détaillée, 36,5 % de ce crédit a été accordé aux diplômés de l’enseignement supérieur en Tunisie tandis que 48 % de ce crédit a été alloué à des femmes. La banque accordait en moyenne 25 000 dinars pour un projet d’investissement qui lui était soumis. La BTS révèle que ces crédits devraient contribuer à la création de 21 000 emplois. Rappelons qu’en 2016, la...
(Agence Ecofin 15/01/18)
Le leader du fret aérien tunisien, Express Air Cargo, lance dès ce mois de janvier 2018, à partir du hub aéroportuaire et logistique de Tunis-Carthage, 25 nouvelles lignes aériennes tout cargo, principalement sur l’Afrique et le Moyen-Orient. Vingt-une dessertes couvriront un large spectre de pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest. Trois autres nouvelles liaisons seront également mises en service pour couvrir l’Egypte, la Jordanie et le Liban. Elles s’ajouteront aux trois dessertes quotidiennes qui relient depuis Février 2017, Tunis à la France, l’Allemagne et Malte. «Conçu en mode de liaison de hub-à-hub, a expliqué le PDG d’Express Air Cargo, Anis Riahi, lors d’une conférence de presse à Tunis, le dispositif mis en place bénéficiera d’une desserte, pour les principales...
(Jeune Afrique 13/01/18)
Tunis Food Company (TFC) a ouvert mardi son premier restaurant KFC à Tunis et prévoit de créer cinq autres points de vente dans la capitale d'ici la fin de l'année 2018. C’est dans le quartier des Berges du Lac que la société Tunis Food Company (TFC), exploitant la franchise KFC en Tunisie, a choisi d’ouvrir son premier restaurant, ce mardi 9 janvier. Ce lancement a permis la création de 25 emplois. « Nous allons contribuer à la création d’une dynamique sur le marché », assure Firas Saied, PDG de TFC, qui précise que l’enseigne projette de créer en cours d’année cinq autres points de vente sur le Grand Tunis, avant de se déployer à Sousse et Hammamet en 2019. Premières...
(Agence Ecofin 12/01/18)
La Banque tunisienne de solidarité (BTS) qui est spécialisée dans le financement des très petites entreprises (TPE) et des PME a approuvé au terme de l’année 2017 près de 13 165 demandes de crédit d’un montant global de 164 millions de dinars tunisiens (67,2 millions $) a fait savoir la direction de la banque. De manière détaillée, 36,5 % de ce crédit a été accordé aux diplômés de l’enseignement supérieur en Tunisie tandis que 48 % de ce crédit a été alloué à des femmes. La banque accordait en moyenne 25 000 dinars pour un projet d’investissement qui lui était soumis. La BTS révèle que ces crédits devraient contribuer à la création de 21 000 emplois. Rappelons qu’en 2016, la...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Mediterrania Capital Partners, une firme de private equity focalisée sur les investissements de croissance en Afrique subsaharienne et au Maghreb, est annoncée sur deux engagements dans des pays du Maghreb, a pu constater l'Agence Ecofin de sources concordantes. L'une des opérations est le huitieme investissement réalisé sous son deuxième fonds (MC Fund II) et concerne une prise de participation dans le capital du groupe scolaire français René Descartes, opérant en Tunisie. La taille et la valeur de cet engagement n'ont pas été divulguées. L’entreprise s’est contentée de dire que l’initiative lui permet de se renforcer dans le secteur éducatif au Maghreb. La deuxième opération n'est pas encore officiellement annoncée par Mediterrania Capital, mais a été divulguée par plusieurs médias marocains...
(Le Point 11/01/18)
La dette publique a atteint plus de la moitié du PIB : 69,5 %. Le problème, c'est que ce syndrome ne fait qu'illustrer un mal plus global. Explications. La dette publique de la Tunisie s'emballe pour atteindre jusqu'à 69,5 % du PIB fin novembre 2017. En valeur, l'encours de la dette publique est passé de 55 921,5 millions de dinars pour toute l'année 2016, à 67 256,5 millions de dinars en novembre 2017 d'après les nouveaux chiffres publiés par le ministère des Finances tunisien. « Une montagne de dettes » Le niveau de la dette publique est l'un des indicateurs essentiels de la situation économique et financière de la Tunisie. Et d'après l'Agence de presse tunisienne, TAP, la dette extérieure...
(Le Monde 11/01/18)
Des manifestations pacifiques ont débuté la semaine dernière à travers la Tunisie contre l’austérité. Lundi 8 janvier, des mobilisations ont eu lieu dans au moins 12 villes tunisiennes. Le gouvernement a voté un budget d’austérité entré en vigueur le 1er janvier, prévoyant des augmentations d’impôts et des hausses de prix. La contestation a dégénéré en émeutes dans la nuit de lundi à mardi, notamment à Tunis et à Tebourba, à l’ouest de la capitale. A Tunis, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes. A Tebourba, un homme est mort dans la nuit de dimanche à lundi dans des heurts durant une manifestation et à Sidi Bouzid, ville qui fut l’épicentre de la contestation sociale en décembre 2010 et qui...
(MondAfrique 11/01/18)
Alors que les Tunisiens se sont mobilisés dans la rue les 6 et 7 janvier contre l’austérité, le professeur Hachemi Alaya assure que le pronostic vital de l’économie est engagé en Tunisie. Pas de panique, la Tunisie (économique) n’est ni le Zimbabwe, ni le Venezuela. Mais, à force de tourner le dos au monde, d’ignorer les lois de la gravitation économique et les règles du jeu mondial, de rechigner aux mesures d’austérité et aux réformes radicales qu’exige le délabrement de sa situation économique, notre pays se rapproche dangereusement des Etats en faillite. La hausse des prix à la consommation a atteint au mois de novembre 2017 son plus haut pic depuis le déclenchement de la crise économique à la fin...
(Agence Ecofin 11/01/18)
Express Air Cargo, leader du fret aérien en Tunisie, envisage de lancer, ce mois-ci, 25 nouvelles lignes tout cargo pour relier essentiellement Tunis à l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, a-t-on appris mardi. « Après trois années de rodage, l'année 2018 sera pour notre compagnie la vraie année de décollage avec, entre autres, une flotte de sept appareils en 2018 et 14, d'ici 2021 », a annoncé le PDG de la compagnie, Anis Riahi, tout en assurant : « nous sommes sur la bonne voie ». Avec 600 connexions effectuées, l’année dernière, et 4 000 tonnes de marchandises transportées, la compagnie tunisienne veut jouer un rôle prépondérant dans le renforcement du maillage logistique interafricain, assure son PDG. A cet effet,...
(Agence Ecofin 11/01/18)
En 2017, deux pays africains ont annoncé le lancement de leurs Caisse de Dépôts et de Consignations (CDC), le Burkina Faso en avril et Niger en octobre. Inspiré du modèle français, ce type d’institution existe déjà au Maroc (photo), en Tunisie, au Sénégal, en Mauritanie, au Gabon, au Bénin mais aussi en Italie, au Canada ou encore au Brésil. Une caisse de dépôt est une institution financière publique qui gère, dans l’intérêt général, les capitaux issus des cautionnements, dépôts de garantie et autres consignations, ainsi que les liquidités de l’Etat, des collectivités locales, des caisses de retraites, des organisations mutualistes, etc. « Pour faire face à ces missions prioritaires telles que la promotion de l'habitat social et la lutte contre...
(La Tribune 10/01/18)
Les recettes tirées des exportations des fruits en Tunisie ont enregistré l'année dernière une augmentation de 38%, a-t-on appris auprès du ministère tunisien de l'Agriculture. Cette performance de la filière s'explique d'abord par le développement des exportations vers de nouveaux marchés, principalement ceux du Qatar et de la Russie. Les indicateurs de la filière fruitière en Tunisie sont dans le vert. Selon les données du ministère tunisien de l'Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, les recettes découlant des exportations de fruits ont connu l'année dernière une augmentation de 38% par rapport aux recettes engrangées en 2016. Le volume de ces recettes a atteint 61,5 milliards de dinars, contre 44,5 milliards un an plus tôt. A en croire les...
(MondAfrique 09/01/18)
Dans le second volet de son étude sur l’économie tunisienne, le professeur Hachemi Alaya met en cause les responsabilités de la classe politique actuelle dans la chronique du désastre annoncé. L’attractivité de la Tunisie est sérieusement menacée et son image gravement ternie. Si la dette financière léguée par l’ancien régime était soutenable -48,5% du PIB au début de l’année 2011, celle de la Tunisie nouvelle née en 2011 est immense. Prévarications, clanisme, rapine ont contribué à la situation actuelle. Immense est la responsabilité des gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays durant la période de transition politique. Notre pays est ravalé au rang d’un paradis fiscal avec tout ce que cela recouvre en termes d’évasion fiscale, de...
(MondAfrique 09/01/18)
A partir des principaux paramètre de l’économie tunisienne, le professeur Hachemi Alaya assure que le pronostic vital de l’économie est engagé en Tunisie. Pas de panique, la Tunisie (économique) n’est ni le Zimbabwe, ni le Venezuela. Mais, à force de tourner le dos au monde, d’ignorer les lois de la gravitation économique et les règles du jeu mondial, de rechigner aux mesures d’austérité et aux réformes radicales qu’exige le délabrement de sa situation économique, notre pays se rapproche dangereusement des Etats en faillite. La hausse des prix à la consommation a atteint au mois de novembre 2017 son plus haut pic depuis le déclenchement de la crise économique à la fin des années 2005-2010. L’arrière saison touristique se révèle, à...
(Agence Ecofin 09/01/18)
FINACTU est honoré d’avoir été retenu par la Tunisie, à travers AL KARAMA Holding, la holding qui gère une grande partie des sociétés et avoirs confisqués par l’Etat tunisien, pour procéder à la cession de la banque ZITOUNA et de la compagnie d’assurance ZITOUNA TAKAFUL. A l’issue d’un appel d’offres international, AL KARAMA HOLDING vient de confier la cession de la BANQUE ZITOUNA et de la compagnie d’assurance ZITOUNA TAKAFUL à un consortium conduit par FINACTU. AL KARAMA Holding, détenue à 100% par l’Etat tunisien, gère sous la supervision du Ministère des Finances, plus de 50 sociétés confisquées à l’issue de la Révolution de 2011, et organise leur cession dans les meilleures conditions possibles. Les deux institutions financières sont relativement...
(AFP 08/01/18)
La police tunisienne a dispersé dimanche soir une manifestation contre une hausse des prix entrée en vigueur au 1er janvier comme prévu par la loi de finances 2018, dénoncée par des militants et certains partis. Des jeunes protestataires, membres de la campagne citoyenne "Fech Nestannew" (Qu'est-ce qu'on attend, en arabe tunisien), s'étaient auparavant rassemblés sur l'avenue Bourguiba dans le centre de Tunis, près du ministère de l'Intérieur, pour exiger l'annulation de l'augmentation des prix et la libération de leurs camarades interpellés. "Ni peur, ni terreur, la rue appartient au peuple", scandaient les jeunes lorsque des policiers ont chargé, dispersant le rassemblement selon des vidéos publiées sur les réseaux...
(Jeune Afrique 05/01/18)
Les Tunisiens devront débourser près de 300 dinars par mois (environ 100 euros) et par foyer pour faire face aux hausses des prix. Une situation provoquée par l'entrée en vigueur de la loi de finance 2018, qui prévoyait une importante majoration de la TVA. Avec l’entrée en vigueur de la loi de finances 2018, une majoration de la taxe à la valeur ajoutée (TVA), allant de 2 % jusqu’à 300 % selon les produits, est devenue effective et provoque une importante hausse des prix. Les hydrocarbures sont concernés, avec 50 millimes de plus sur le litre d’essence, mais aussi l’énergie, l’alimentation, l’immobilier, les produits importés… Aucun secteur n’est épargné. Rien qui n’ait déjà été annoncé et dénoncé par les économistes...
(Xinhua 05/01/18)
Avec une augmentation qualifiée d'en-dessous des attentes, les exportations tunisiennes ont représenté le tiers du PIB du pays, a fait savoir jeudi le chef du gouvernement Youssef Chahed, qui préside le Haut Conseil de l'exportation. "L'exportation demeure l'un de nos défis majeur et une priorité pour 2018", a souligné M. Chahed lors de l'inauguration de la première réunion de ce Conseil. Le chef du gouvernement a annoncé son intention de s'engager dans une série de vingt mesures urgentes en matière de promotion des exportations avec, principalement, la simplification de procédures outre le financement de certaines exportations. La tenue de cette première réunion intervient, selon M. Chahed, en une période cruciale pour l'économie nationale tunisienne avec un niveau record du côté...
(Jeune Afrique 29/12/17)
Les discussions avec la délégation turque, ces 26 et 27 décembre, ont largement tourné autour des échanges entre les deux pays. La Tunisie a décidé de rétablir des droits de douane sur certains produits importés de Turquie. Une délégation turque emmenée par le président Recep Tayyip Erdogan a visité la Tunisie ces 26 et 27 décembre. Ce dernier s’est entretenu avec son homologue, Béji Caïd Essebsi, ainsi qu’avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur. Mais le programme d’Erdogan comprenait aussi une participation au forum initié par l’Union tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’artisanat (Utica), syndicat patronal tunisien et des représentants du patronat turc. C’est pourtant là que les enjeux de la...

Pages

(AFP 29/03/17)
Seize personnes ont été arrêtées à la suite d'affrontements mardi dans le centre-ville de Tunis entre des supporteurs des clubs rivaux de l'Espérance sportive (EST) et du Club africain (CA), a indiqué mercredi le ministère de l'Intérieur. Selon des médias locaux, ces heurts, qui ont impliqué plusieurs centaines de fans des deux équipes, ont eu lieu à partir de la fin d'après-midi, dans plusieurs endroits de la ville, entraînant l'intervention des forces de l'ordre. Les seize personnes interpellées "seront traduites devant la justice sur instruction du procureur général", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Yasser Mesbah. L'Espérance et le Club africain sont les deux équipes les plus populaires de Tunis. Leurs groupes de supporteurs se vouent...
(APA 29/03/17)
La sélection marocaine de football a battu son homologue tunisienne sur le score étriqué de 1 à 0 en match amical, disputé mardi soir sur la pelouse du Grand stade de Marrakech. L'unique but de la rencontre a été marqué par Hamza Younes (14è) contre son camp après un coup-franc joué par Fayçal Fajr. Il s'agit du deuxième test amical des Lions de l'Atlas en moins d'une semaine après la confrontation remportée face au Burkina Faso (2-0). Ce match amical a été marqué par la présence sur la tribune d’honneur du président de la Confédération africaine de football, Ahmed Ahmed, qui effectue une visite de courtoisie au Maroc.
(L'Equipe 29/03/17)
Un but contre son camp de Younes a permis au Maroc de dominer la Tunisie mardi, en amical. Quatre jours après sa victoire (2-0) contre le Burkina Faso, déjà en amical, le Maroc du milieu monégasque Nabil Dirar a battu (1-0) la Tunisie mardi. Le seul but du match a été inscrit de la tête par Hamza Younes (Xanthi), contre son camp, au quart d'heure de jeu.
(APA 25/03/17)
APA-Tunis (Tunisie) - La sélection tunisienne de football s'est inclinée, à domicile, face au Cameroun, champion d'Afrique en titre, sur le score d'un but à zéro (0-1), en match amical de football disputé vendredi soir, à Monsatir. L'unique but de la partie a été inscrit dès la 14ème minute de jeu par Vincent Aboubakar, auteur du but victorieux des Lions Indomptables en finale de la dernière CAN contre l'Egypte (2-1). Les deux sélections se préparent pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, dans lesquelles elles connaissent des fortunes diverses au terme des deux premières journées. Dans le Groupe A, la Tunisie se partage la première place avec la RD Congo avec 6 points, tandis que le Cameroun, qui...
(APA 13/03/17)
L’Espérance sportive de Tunis a largement battu, ce samedi en Tunisie, le Horoya AC de Conakry, sur le score de 3 buts a 1. en seizième de finale aller de la Ligue des champions. Img : L’Espérance de Tunis dispose du Horoya AC de Conakry à Tunis (3 -1) Les deux clubs ont rejoint les vestiaires à égalité (1- 1). Les Espérantistes ont marqué par Sassi (20’) et Yacouba Manda a égalisé pour les visiteurs quatre minutes après (24’). A la reprise, Ferjani Sassi a signé le doublé (54 mn), suivi de Fakhreddine Ben Youssef (75 mn). Tombeurs de l’US Gorée du Sénégal, le Horoya AC a du pain sur la planche dans une semaine à Conakry.
(AFP 20/02/17)
L'Espérance de Tunis, double vainqueur de la compétition, devra rester sur ses gardes à l'occasion de son déplacement en Guinée face à Horoya, pour le compte des seizièmes de finale de la Ligue des champions. De son côté, le tenant du titre, les Sud-Africains du Mamelodi Sundowns, a hérité des Ougandais de Kampala Capital City Authority FC tandis que le TP Mazembe affronte CAPS United du Zimbabwe. Les vainqueurs de chaque confrontation participeront à la phase de poules de la compétition phare du football de clubs africains. Les perdants sont renversés en Coupe de la Confédération. USM Alger (ALG) - Kadiogo (BUR) Rivers Utd (NGR) - Al Merrikh (SUD) Etoile Sahel (TUN)- AS Tanda (CIV) Esperance (TUN) - Horoya (GUI)...
(Autre média 10/02/17)
C’est officiel! la prochaine apparition des Lions de l’Atlas aura lieu au mois de mars. Le Maroc profitera de deux dates FIFA pour disputer deux rencontres amicales, le 24 et le 28, contre le Burkina Faso et la Tunisie, au stade de Marrakech. Une bonne occasion pour les Lions de l’Atlas de se mesurer à deux des équipes qui ont brillé lors de la CAN 2017. Ces matches de préparation entrent dans le cadre de la préparation des matches de qualification pour la Coupe du monde 2018 en Russie et la CAN 2019 au Cameroun. Pour rappel, la sélection va attaquer les qualifications pour la compétition africaine en juin prochain. Le Maroc évoluera dans le Groupe B où il affrontera...
(Tunisie Numérique 10/02/17)
Le sélectionneur du Club Africain, Chiheb Ellili, s’est dit très heureux de la victoire du Club Africain contre l’Espérance Sportive de Tunis au derby de la capitale. Chiheb Ellili, qui entame son parcours sous les meilleurs auspices avec le club de Bab Jedid a souligné que le mérite de la victoire revient avant tout au groupe: « Les joueurs ont été très convaincants. Combativité, discipline et gestion au match, tout a été parfaitement négocié », a jugé le sélectionneur du Club Africain. « Notre stratégie s’est avéré payante. La persévérance tactique nous a permis de remporter cette victoire que je dédie aux supporters du Club Africain », a conclu Chiheb Ellili à l’issue du match.
(Global Net 31/01/17)
Le coach de l'Espérance Sportive de Tunis, Faouzi Benzarti, s'est exprimé à propos de l'élimination de la sélection tunisienne face au Burkina Faso, lors des quarts de finale de la CAN 2017 : "Même lorsque nous avions perdu face au Sénégal, je trouvais que l'équipe était très bonne et avait les moyens d'aller loin. J'étais sûr que nous allions battre le Burkina Faso mais lorsque j'ai vu la formation rentrante, je me suis dit que ça allait être difficile. Les raisons ? Avec cette formation, la Tunisie était comme un oiseau avec une aile brisée et on sait tous qu'on ne peut pas voler avec une seule aile".
(RFI 31/01/17)
Ils étaient venus au Gabon pour remporter leur première Coupe d’Afrique des nations depuis de nombreuses années, voire pour la première fois. Congolais, Sénégalais et Tunisiens ont quitté cette CAN 2017 avec beaucoup de déception et quelques interrogations. L’adage « ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne » se vérifie en partie durant cette Coupe d’Afrique des nations 2017 de football. Le Sénégal, équipe la plus en vue au premier tour, et la RDC ainsi que la Tunisie, meilleures attaques de la phase de groupes, ont en effet été éjectés du tournoi en quarts de finale. Mais peut-on parler d’accident de parcours concernant les Congolais, les Sénégalais et les Tunisiens ? Les « Léopards » de RDC ont progressé,...
(Jeune Afrique 31/01/17)
Supporters en colère, joueurs abattus, sélectionneur déçu… Le pays, qui rumine encore son élimination de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ce lundi, veut désormais se concentrer sur ses prochains grands rendez-vous internationaux. En espérant de meilleurs résultats. Pour la Fédération tunisienne de football (FTF), c’est une élimination teintée de « regrets et d’amertume », car l’équipe avait « les moyens d’aller plus loin que les quarts de finale auxquels elle semble abonnée ». Après s’être un temps imposés dans un groupe dont ils n’étaient pas donnés favoris, les Aigles de Carthage sont finalement rentrés bredouille de la CAN. Leur sélectionneur, Henri Kasperczak, continuera néanmoins à entraîner l’équipe, comme l’a annoncé dimanche 29 janvier Wadii Jarii, président de la FTF,...
(Le Point 31/01/17)
Au lendemain de l'élimination du Maroc par l'Égypte, Le Point Afrique a interrogé plusieurs témoins pertinents pour tenter de comprendre pourquoi l'Algérie, la Tunisie et le Maroc sont sortis si tôt de cette 31e CAN. L'Algérie présentée comme un favori à cette CAN, la Tunisie attendue comme un sérieux outsider au même titre que le Maroc d'Hervé Renard (double champion d'Afrique avec la Zambie en 2012 et la Côté d'Ivoire en 2015), ils sont tous désormais out. Aucun pays du Maghreb n'a donc réussi à atteindre, au Gabon cette année, le fameux dernier carré, le stade des demi-finales. Quelles sont les raisons de ce fiasco ? Était-ce prévisible ? Chérif Oudjani : « On peut dire que pour l'Algérie, c'est...
(Kapitalis 30/01/17)
Le syndrome de l’entraîneur national étranger est-il révélateur d’un certain état d’esprit régnant au sein de la Fédération tunisienne de football? Par Dr Mounir Hanablia * Depuis plusieurs années, on fait appel à des étrangers pour diriger l’équipe nationale de football. Est-ce que cela obéit à une nécessité objective? Humberto Coelho, Ruud Krol, Georges Leekens…, que de noms se sont succédé sans rien laisser de concret. Pourtant la plus belle page de l’équipe nationale, celle de la Coupe du monde de l’Argentine, en 1978, a été justement écrite par un entraîneur tunisien, Abdelmagid Chettali, qui avait justement succédé à un entraîneur étranger, André Nagy, écarté après un nul à Tunis contre la Libye aux éliminatoires de la Coupe du monde...
(RFI 29/01/17)
Les quarts de finale ont débuté à la Coupe d’Afrique des nations 2017. A Libreville, le premier s’est disputé entre le Burkina Faso et la Tunisie. Devant 10 015 spectateurs, ce sont les Etalons qui l’ont emporté sur le score de 2-0. Pour la première fois dans sa carrière, Paulo Duarte, l’entraîneur portugais, emmène les Burkinabè en demi-finales de la CAN. Le Stade de l’Amitié à Libreville a ouvert le bal des quarts. Celui-ci aurait dû être le match du pays hôte s’il avait réussi à s’imposer. Malheureusement pour les Gabonais, après l’élimination des Panthères, on retrouve le Burkina Faso face à la Tunisie.
(AFP 28/01/17)
C'est la magie de la Coupe d'Afrique des Nations: grâce à la biennale du football africain, des joueurs jeunes, encore méconnus, évoluant dans des clubs intermédiaires, peuvent se révéler, exploser et multiplier parfois par dix leur cote sur le mercato, à l'image du Tunisien Naïm Sliti. L'Afrique a déjà servi de vitrine à Denis Bouanga, 22 ans, la révélation franco-gabonaise du tournoi, qui ne devrait pas rester longtemps entre Tours (2e div. française) et Lorient (1re div. française), malgré l'élimination prématurée du pays-organisateur, le Gabon. La CAN-2017 peut encore jouer le rôle de rampe de lancement pour l'attaquant Naïm Sliti...
(Jeune Afrique 28/01/17)
Après s'être imposées dans des groupes dont elles n'étaient pas données favorites, les équipes du Burkina Faso et de la Tunisie se retrouvent samedi pour le premier match de la phase des quart de finale de la CAN. Si les Étalons et les Aigles de Carthage étaient cités avant le début du tournoi comme de possibles outsiders, difficile de donner un favori pour le duel annoncé. Jeune Afrique dresse pour vous les plus et les moins des deux équipes. Six buts, tel est le bilan de l’attaque tunisienne après le 1er tour. Emmenés par Msakni, Khenissi, Khazri et surtout Naïm Sliti (2 buts et une passe décisive), les Aigles de Carthage sont plus prolifiques et disposent de plus d’assurance que...
(Le Monde 28/01/17)
Samedi, en quarts de finale, les Tunisiens affrontent le Burkina Faso, alors que les Sénégalais, « Lions de la Teranga », sont opposés aux Camerounais, « Lions indomptables ». C’est aujourd’hui Le président gabonais Ali Bongo ne pourra pas tenter de profiter de la présence de son équipe en quart de finale samedi 28 janvier. Pour cause, les Panthères n’ont pas passé la phase de groupe. À 17 heures à Libreville, le premier match à élimination directe opposera ainsi le Burkina Faso et la Tunisie. Vainqueurs des Algériens, les Tunisiens ont montré un visage séduisant au premier tour, notamment grâce à trois hommes forts : Youssef Msakni, Naïm Sliti et Wahbi Kazri. Le défenseur burkinabé Bakary Koné voulait quand même...
(AFP 27/01/17)
Le solide Burkina Faso et l'offensive Tunisie (six buts marqués en trois matches) ouvrent samedi le bal des quarts de finale de la CAN-2017 dans une opposition de style propice à une pluie d'occasions à Libreville. Les Etalons burkinabè, jamais sacrés dans l'épreuve, rêvent de rééditer leur exploit de 2013, lorsqu'ils s'étaient hissés jusqu'en finale du tournoi, tandis que les Aigles de Carthage (titrés en 2004) comptent effacer le douloureux souvenir de leur élimination controversée en quart de l'édition 2015 face à la Guinée équatoriale hôte (2-1 a.p.). Le coach portugais du Burkina Faso, Paulo Duarte, a particulièrement travaillé sa défense autour de Bakary Koné (Malaga, ex-Lyon) après avoir visionné le vol plané des Aigles de Carthage contre le Zimbabwe...
(AFP 26/01/17)
La Tunisie, dont le gardien titulaire est toujours incertain, le Burkina Faso, son prochain adversaire samedi à Libreville en quart de finale, et le Cameron, qui se déclare outsider face au Sénégal samedi toujours à Franceville, ont commencé mercredi à préparer leur choc décisif de Coupe d'Afrique des Nations de football. De retour à l'entraînement après un jour de congé, le gardien titulaire Ayem Mathlouti, blessé et toujours incertain, a été ménagé par le sélectionneur de la Tunisie Henri Kasperczak. Déjà remplacé par Rami Jeridi contre le Zimbabwe lundi (victoire 4-2), Mathlouti ne s'est entraîné qu'un petit quart d'heure. Le Burkina Faso s'est entraîné de son côté à l'annexe du stade de l'Amitié à Libreville sans aucun blessé à déplorer...
(Business.News 24/01/17)
Le ministère de la Jeunesse et des Sports a indiqué, dans un communiqué rendu public aujourd'hui que les institutions dédiées aux jeunes, ouvriront leurs portes exceptionnellement ce lundi 23 janvier 2017 à partir de 19h30 pour diffuser le match de football qui opposera l’équipe nationale à celle de Zimbabwe. Des institutions à Tunis, Ben Arous, Zaghouan, Bizerte, Béja, Jendouba, Siliana, Monastir, Gafsa, Tozeur et Sfax diffuseront ainsi le dernier match du premier tour de la CAN 2017. M.B.Z

Pages

(Jeune Afrique 05/12/16)
La Tunisie élira le 3 décembre sa nouvelle miss parmi les 14 candidates en lice pour le concours de beauté national. Une compétition qui a beaucoup évolué au fil des années, des régimes politiques et des polémiques. Retransmise à la télévision, la finale du concours Miss Tunisie 2016 se déroulera au siège de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), à Tunis. Quasi-coupées du reste du monde pendant un stage de deux semaines, ponctué de cours de sport, d’apprentissage des bonnes manières, de maintien, de mise en beauté ou encore d’arts de la table, les jeunes femmes seront d’abord départagées par un vote du public, avant d’être jugées par un jury présidé par la « madame de...
(Jeune Afrique 02/12/16)
Âgée d’à peine 23 ans, la styliste tunisienne Anissa Meddeb se signale déjà dans le monde très codifié de la haute couture. Avoir les honneurs du magazine britannique Vogue pour une première apparition à la Fashion Week de Londres reste utopique pour qui débute dans le monde très concurrentiel de la mode. À 23 ans à peine, la styliste et designer franco-tunisienne Anissa Meddeb a pourtant bien réalisé ce rêve. Repérée par les dénicheurs de talents de la semaine de la mode londonienne, elle a été sélectionnée, avec trois de ses consœurs, sur plus de 300 candidats. Elle a obtenu le privilège de présenter, le 16 septembre, sa collection printemps-été 2017 dans la catégorie Ones to Watch – « ceux...
(Jeune Afrique 14/11/16)
Brahim Letaief, directeur de la 27e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), ne poursuivra pas son mandat à la tête du festival international. Un clap de fin qui fait du bruit. Dans un communiqué publié le 14 novembre, le ministère de la Culture a annoncé avoir « mis fin » à ses fonctions de directeur, précisant attendre les rapports « financier et moral » du bureau exécutif pour l’édition 2016 des JCC. Une édition qui s’est achevée le 5 novembre mais qui fait encore parler d’elle. Limogeage ou démission ? Nommé à ce poste en mai 2015, Brahim Letaief avait succédé à la cinéaste Dora Bouchoucha. Lors d’une conférence de presse organisée le mardi 8 novembre 2016, le réalisateur...
(Jeune Afrique 10/11/16)
Le directeur des Journées cinématographiques de Carthage ( JCC) revient sur une 27e édition chaotique. Figure militante du cinéma arabe et africain, Mohamed Challouf s’est vu confier l’organisation des événements liés au cinquantenaire des Journées cinématographiques de Carthage ( JCC) qui ont eu lieu à Tunis du 28 octobre au 5 novembre. Le réalisateur et producteur tunisien, initiateur de nombreuses manifestations cinématographiques – dont le Giornate del Cinema Africano di Perugia, dédié au film africain en Italie – nous livre ses impressions sur la 27e édition du plus vieux festival du continent. Mohamed Challouf : Nous avions une opportunité magnifique, qui était celle du 50e anniversaire, mais nous l’avons gâchée. La logistique n’a pas suivi et l’accueil a été catastrophique...
(Jeune Afrique 07/11/16)
Le rideau est tombé sur la 27e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui ont eu lieu à Tunis du 28 octobre au 5 novembre. La part du lion du palmarès est allée aux films arabes à connotation politique et sociale, au détriment du cinéma subsaharien qui fut sous-représenté et mal sélectionné, de l’avis du président du jury, le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako. Au Palais des congrès aménagé pour la soirée de clôture, l’assistance fut nombreuse mais l’ambiance tiède. Les remerciements des lauréats sont allés le plus souvent à leur papa et maman qui leur ont permis de faire du cinéma, les flashs ont crépité, les primés sont redescendus de la tribune en serrant sur leur cœur leur trophée...
(AFP 29/10/16)
Les 27èmes Journées cinématographiques de Carthage (JCC), qui fêtent leur cinquantième anniversaire cette année, se sont ouvertes vendredi soir dans une ambiance festive mais sous haute sécurité. Ce festival réservé aux réalisateurs arabes et africains, un rendez-vous culturel majeur en Tunisie, est très attendu par les cinéphiles. Les salles de cinéma projetant les films en compétition sont généralement prises d'assaut pendant le festival, qui durera jusqu'au 5 novembre. Vendredi soir, des acteurs vedettes comme la Tunisienne Dorra...
(La Voix du Nord 21/10/16)
Patrick Pennel, 63 ans et jeune transporteur-chauffeur retraité, n’a pas connu la Guerre d’Algérie, du Maroc ou de Tunisie. Il est pourtant la cheville ouvrière de l’exposition inédite relative à ce conflit qui se tiendra dimanche, à la salle des fêtes, le lendemain du banquet des anciens combattants. Cela fait trois ans qu’il travaille dessus. Patrick Pennel est le président-fondateur de la section donoise de l’UNC, créée en 2011. « Auparavant, j’étais un simple Soldat de France, comme on dit », en référence à l’association dont il faisait partie par volonté de faire perdurer le devoir de mémoire. « Bien épaulé par Francis Rouzé, président de l’UNC à Wavrin, j’ai voulu recréer une section d’anciens combattants à Don ». Il...
(Jeune Afrique 17/10/16)
Cinq entreprises tunisiennes de harissa certifiées "Food Quality Label Tunisia" pimenteront le salon international de l’alimentation (SIAL) à Paris jusqu’au 20 octobre. Ce supermarché géant, rendez-vous mondial incontournable dans le secteur des industries alimentaires qui a ouvert ses portes le 16 octobre, accueille cette année 56 exposants tunisiens, dont cinq sociétés tunisiennes spécialisées dans la fabrication de harissa en conserve : Sicam, Jouda, Comocap, Carthage Food et Sticap. Une occasion de se faire connaître et de faire découvrir ce produit phare de la cuisine tunisienne. À la conquête du marché européen Labellisées « qualité supérieure » pour leur production de harissa, ces sociétés espèrent conquérir de nouveaux marchés en Europe. Après l’Expo Milan en Italie, le concours des produits du...
(Tunis Afrique Presse 13/10/16)
En marge de l’exposition “La liberté à grands traits” organisée au palais Kheireddine par l’ambassade du Canada en Tunisie en partenariat avec Reporters sans frontières, une rencontre culturelle a été tenue mercredi après midi autour des caricaturistes et des dessinateurs tunisiens. Quel est le rôle du caricaturiste en Tunisie? quel est le statut des caricaturistes? Y’a-t-il des limites à la caricature? sont autant de questions et de réflexions soulevées lors de cette rencontre qui a pour objectif d’esquisser un état des lieux dans ce domaine tout en proposant un regard rétrospectif sur l’art du dessin et de la caricature en Tunisie. Plusieurs caricaturistes, dessinateurs de presse et des journalistes ont pris part à cette rencontre dont Chedly Belkhamsa, Imed Ben...
(Jeune Afrique 07/10/16)
Dans le monde du septième art, le cinéma tunisien gagne progressivement ses galons, comme en témoignent les prix internationaux et les nominations de plus en plus fréquentes à de prestigieux festivals. Avec pas moins de huit sélections et pré-sélections à des festivals internationaux durant le seul mois de septembre, l’année 2017 s’annonce prometteuse pour la Tunisie. Hormis les sacres de « Corps étrangers » au festival international de Toronto, « Chbabek El Janna » (« Les frontières du ciel ») au festival du film arabe de Malmö, « Akher Wahed Fina » (« Le dernier d’entre nous ») à la Mostra de Venise, ou encore « Zaineb n’aime pas la neige » au Festival de Namur, tous les espoirs sont...
(Jeune Afrique 04/10/16)
Avec son troisième long, le réalisateur franco-tunisien Karim Dridi signe un thriller social digne de Scorsese. Sofiane a échappé à son destin tout tracé. Bien qu’originaire des cités du nord de Marseille où tous ses amis d’enfance ont plongé dans l’univers du trafic de drogue, il a réussi son parcours scolaire et poursuit brillamment des études supérieures dans une école de commerce réputée, à Lyon. Mais lors d’un retour dans sa ville natale pour y séjourner quelques jours, il va découvrir ce monde qui lui était étranger après que son frère trouve la mort, victime d’un règlement de compte. Animé par le besoin, pourrait-on dire, de le venger, il décide d’infiltrer le réseau de dealers et de délinquants de haut...
(Le Point 19/09/16)
Avec "Diwan of beauty and Odd", opus dédié à Damas, le chanteur et oudiste livre une fascinante Tour de Babel musicale enregistrée à New York. Fidèle à lui-même, Dhafer Youssef revient après trois années au cours desquelles il a laissé vivre sur scène son précédent album, Birds Requiem. Hommage conscient (ou pas) au compositeur estonien Arvo Pärt, cet album avait été un petit bijou de musiques suspendues, grâces ailées et spleen nordique. Avec son nouvel opus Diwan of beauty and Odd, il démontre sur onze plages que sa tendance à bifurquer constamment plutôt qu'à se tenir à un tranquille chemin rectiligne. Le duende, l'inspiration maîtrisée Nous le rencontrons lors d'un rare passage à Paris. L'enthousiasme à parler de sa nouvelle...
(Le Monde 09/09/16)
La dessinatrice franco-tunisienne défie avec son chat « Willis from Tunis » les censeurs de tous poils. Elle participe au débat sur « le pouvoir du dessin de presse » dimanche 18 septembre au Monde Festival. A peine entrée dans la salle de classe, elle dessine au tableau un chat ventru, deux doigts levés en signe de victoire. C’est Willis, l’insolent matou dont les aventures brocardent depuis cinq ans les travers de la vie politique tunisienne. On est en fin de matinée, l’heure où les collégiens s’affalent sur leur chaise, et Nadia Khiari attaque aussi sec : « Quand j’avais votre âge, le journal, on l’appelait le “Tout va bien”, parce qu’on n’y trouvait que des mensonges. » Dans la...
(Tunis Afrique Presse 22/08/16)
Après un marathon de spectacles de tous genres qui s’est poursuivi du 13 juillet au 20 août, la 52ème édition du festival international de Carthage s’est achevée samedi soir au théâtre antique de Carthage. Répartie entre le théâtre antique de Carthage et la Basilique Saint Cyprien, la programmation de cette année a été marquée par une forte présence des artistes tunisiens. D’ailleurs, la soirée de clôture a été animée par un spectacle de la Tunisienne Yosra Mahnouch. La jeune artiste doit sa notoriété à ses passages aux programmes télévisés de chant arabe, Super Star et The Voice, où elle s’était fait connaître par son interprétation des répertoires des Maitres de la chanson arabe pour ne citer que Wadii Essafi et...
(Jeune Afrique 20/07/16)
Sable fin, clapotis de l'eau, transats, parasols et même soleil : la 14ème édition de Paris Plages et fin prête à ouvrir ses quais, avec pour invitée d'honneur la Tunisie. Pendant cinq jours, du 20 au 24 juillet, une partie de la voie George Pompidou se transformera en « Quai Jasmin » pour promouvoir la destination tunisienne et ses atouts culinaires, artisanaux et culturels. Tunis et Sousse, particulièrement affectées par les attaques terroristes, sont cette année en tête d’affiche. L’été tunisien à Paris La mairie de Paris, en partenariat avec l’ambassade de Tunisie et l’office national du tourisme tunisien (ONTT), a décidé d’embarquer les promeneurs pour un voyage des sens de l’autre côté de la Méditerranée. Et pour 2016, le...
(Jeune Afrique 07/06/16)
La ville de Sfax a inauguré jeudi la campagne promotionnelle pour le grand événement « Sfax, capitale de la culture arabe 2016 », dévoilant une partie de la programmation ainsi que le budget attribué aux festivités. Après Constantine, en Algérie, c’est au tour de la ville tunisienne de Sfax de briller par son aura culturelle. En attendant le coup d’envoi officiel qui sera donné le 23 juillet, la campagne promotionnelle de l’événement « Sfax, capitale de la culture arabe 2016 » a débuté le 2 juin en présence de Sonia M’barek, ministre tunisienne de la Culture. Au programme : une centaine de manifestations culturelles ainsi que plusieurs projets de valorisation et de restauration du gouvernorat, qui fêtera aussi le 60e...
(France TV Info 03/06/16)
La Tunisie, qui a vu passer sur son territoire de multiples peuples et conquérants, est un pays très riche en matière de patrimoine, notamment archéologique. Un patrimoine pillé sous Ben Ali et quelque peu mis à mal sous et après la révolution. Aujourd’hui, pillages et trafics semblent se poursuivre. Mais ils n’expliquent pas à eux seuls la situation problématique des richesses du passé. Enquête. «Ce pays, c’était un peu la Suisse de l’Occident romain», explique Houcine Jaïdi, professeur à l’université de Tunis. Une région très riche, devenue l’un des greniers à blé de l’Empire. Des richesses qui, tout au long de 3000 ans d’Histoire, ont attiré nombre de visiteurs et/ou envahisseurs : «Il y a notamment eu les Numides, les...
(Jeune Afrique 01/06/16)
Après un passage au palais présidentiel de Carthage, le buste de Hannibal est l'oeuvre phare de l'exposition "Hannibal à Carthage", qui se tient au musée du Bardo jusqu'au 30 juin. « Le passage d’Hannibal, ce grand général et homme politique carthaginois dont le nom a marqué la mémoire de toutes les générations et la culture de la Méditerranée, dans ce lieu d’histoire et de mémoire [est] un hommage à ce grand personnage » a indiqué Moncef Ben Moussa, conservateur du musée du Bardo, au vernissage de cette exposition le 27 mai. La traversée spectaculaire des Alpes par Hannibal, son importante armée et des éléphants, a marqué en effet les guerres de l’Antiquité et mobilise depuis l’imagination des historiens, des écrivains...
(France TV Info 26/05/16)
Avec son court métrage, «La Laine sur le Dos», le cinéaste tunisien Lotfi Achour était le seul représentant de l'Afrique en compétition pour une Palme d'Or lors de la 69e édition du Festival de Cannes. Pouvoir et corruption sont les deux thèmes qui dominent sa dernière œuvre. Comment résonnent ces deux mots dans son pays ? Quelle est la place de la culture en Tunisie ? Entretien. Votre court métrage «La Laine sur le dos» parle de corruption. En Tunisie, les régimes changent mais la corruption demeure? La corruption existe dans tous les pays du monde. D’ailleurs, le décor de mon film est un désert qui peut se situer n’importe où. La Laine sur le dos est loin d'être un...
(RFI 21/05/16)
« Pour faire du cinéma, j’ai tout arrêté » explique Lotfi Achour, metteur en scène réputé et cinéaste de cœur. Seul film africain en lice pour la Palme d’or, « La Laine sur le dos » du réalisateur tunisien se trouve en compétition des courts métrages. Son « western couscous », réalisé avec 27 personnages sur le tournage et une dizaine de personnes sur la postproduction, a été tourné dans la même région que Star Wars. Il raconte l’histoire d’une camionnette déglinguée arrêtée en plein désert par deux policiers corrompus. Entretien avec cet enfant de la Médina de Tunis, venu en France à l’âge de 20 ans pour faire des études théâtrales. Depuis, il navigue entre la France et la...

Pages

(Jeune Afrique 25/01/18)
Le classement éventuel du couscous au patrimoine mondial de l'humanité réconciliera-t-il les Maghrébins, la classe politique française et l’espèce humaine toute entière ? Algériens, Marocains et Tunisiens tentent un front commun. De part et d’autre de la Méditerranée, il attisait les crispations identitaires et provoquait des bourrasques politiques. Il pourrait incarner aujourd’hui l’union fraternelle des peuples, autant qu’un patrimoine commun à tous les Terriens. Lui ? C’est le couscous… Était-elle vraiment polémique, la semoule de blé dur agrémentée de pois chiches ? En septembre dernier, la presse française avait forgé un néologisme en qualifiant de « Couscous Gate » le scandale provoqué par la photo d’un membre du Front national dégustant ce plat dans un restaurant de Strasbourg. C’est Florian...
(Jeune Afrique 24/01/18)
Les ministres des Finances de l'Union Européenne ont retiré huit pays de leur liste noire des « juridictions non coopératives en matière fiscale », parmi lesquels la Tunisie, lors d'une réunion ce 23 janvier à Bruxelles. La Tunisie, le Panama, la Corée du Sud, les Émirats Arabes Unis, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade « ont été retirés de la liste noire (…) après s’être engagés à remédier aux inquiétudes de l’UE », a annoncé le Conseil des ministres des Finances de l’Union européenne dans un communiqué. « Nous sommes sortis, c’est officiel », se réjouit Hichem Ben Ahmed, le secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, joint par Jeune Afrique. « Les ministres européens étaient unanimes. La Tunisie devait quitter...
(La Tribune 24/01/18)
La Tunisie a été retirée de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne moins de deux mois après son inscription sur la fameuse liste sur laquelle il ne reste plus qu’un seul pays africain, la Namibie. Les autorités tunisiennes se sont engagées à coopérer avec l’UE sur les volets qui lui ont valu ce statut qui affecte négativement son climat des affaires. Reste à savoir jusqu’où ira la Tunisie pour se conformer aux injonctions européennes sans compromettre son attractivité, notamment pour les métiers de l’offshoring. Le lobbying tunisien a payé. Le pays vient en effet d'être retiré, ce mardi 23 janvier, de la liste noire de l'UE rendue publique le 5 décembre dernier et qui recense les pays...
(La Tribune 24/01/18)
La Banque africaine du développement apportera à la Tunisie cette année 2018 un nouvel appui budgétaire de 1,14 milliard de dinars (environ 383 millions d'euros). D'après le vice-président de la Banque, Khaled Sherif, les fonds devront financer divers projets notamment de développement intégré dans certaines régions du pays. 1,14 milliard de dinars, soit quelque 383 millions d'euros. C'est le montant de l'appui budgétaire de la Banque africaine de développement (BAD) à la Tunisie cette année 2018. L'annoncé de ce nouvel appui a été rapportée via un communiqué officiel citant le vice-président de l'institution Khaled Sherif lors de son entretien avec le ministre tunisien du Développement, de l'investissement et de la coopération internationale, Zied Laâdhari ce lundi 22 janvier 2018. Le...
(Jeune Afrique 24/01/18)
« La Laine sur le dos », le dernier court-métrage de Lotfi Achour, est en lice pour obtenir le César du meilleur film de court-métrage 2018. Dans le film, visible en ligne, l'homme de théâtre et de cinéma offre un regard original sur un fait commun au Maghreb. C’est une histoire de feux arrières qui ne fonctionnent pas. Au beau milieu du désert, dans le sud tunisien, deux représentants des forces de l’ordre en uniforme immobilisent un véhicule dont les phares ne fonctionnent plus. L’affaire contrarie le propriétaire et conducteur, un grand-père accompagné de son petit-fils. Tous deux transportent à l’arrière du pick-up des moutons qu’ils comptent vendre sur un marché avant l’Aïd. C’est le point de départ de La...
(Le Monde 23/01/18)
La France a froid ? « Mets ton Damart », conseillent nos grands-mères. Peu de marques sont à ce point entrées dans le langage courant. L’entreprise familiale nordiste s’appuie sur 65 ans d’expérience et une réputation de spécialiste du sous-vêtement réchauffant. Depuis la création de ce premier textile intelligent (en 1953, par les trois frères Despature, tailleurs pour hommes à Roubaix), 400 millions de Thermolactyl ont été vendus dans le monde. Lors des pics de grand froid, 40 000 articles se vendent chaque jour. Le Thermolactyl habille les polices belge et française, l’armée, mais aussi les acteurs sur les tournages et les motards. Pourtant, il y a tout juste dix ans, la direction annonçait la fermeture de son usine en...
(Jeune Afrique 23/01/18)
Emmanuel Macron arrivera à Tunis le 31 janvier pour une visite d’État. Il clôturera avec le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, le Forum économique Tunisie-France, événement présenté comme un « temps majeur » de cette visite. En visite en Tunisie le 31 janvier prochain, le président français Emmanuel Macron inaugurera le Forum économique franco-tunisien avec Youssef Chahed, le Premier ministre. Sous l’intitulé, « Réussir ensemble aujourd’hui et demain », ce Forum organisé par la Chambre Tuniso-Française de Commerce et d’Industrie (CTFCI) se tiendra sur la demi-journée, et verra défiler plusieurs fleurons des entreprises tunisiennes, essentiellement dans le secteur des SSII. À l’affiche du panel des synergies gagnantes : le représentant des marques du secteur agricole et de l’agro-industrie Lesieur...
(Jeune Afrique 23/01/18)
Le président de la République française effectuera un déplacement du 31 janvier au 3 février 2018, lors duquel il doit notamment rencontrer ses homologues en Tunisie, puis au Sénégal. Le 31 janvier, Emmanuel Macron entamera une visite d’État en Tunisie, où il sera reçu par son homologue, Béji Caïd Essebsi. Économie, sécurité et questions migratoires seront au cœur de leurs discussions. Après avoir prononcé un discours à l’Assemblée des représentants du peuple, le président français ira probablement se recueillir au musée du Bardo, visé par un attentat en 2015, puis dînera avec son hôte au palais de Carthage. Le lendemain, il inaugurera le Forum économique franco-tunisien avec Youssef Chahed, le Premier ministre. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/516968/politique/afrique-france-le-progr...
(Le Point 23/01/18)
Elle est professeur. Fonctionnaire. Pour suivre son mari, ambassadeur itinérant (fonctionnaire) en Afrique centrale, elle s'est mise en disponibilité. Six mois après son départ, elle a dû revenir du Niger en catastrophe pour faire tamponner son dossier par le directeur régional de l'Éducation nationale. 1 400 dinars l'aller et retour pour une simple signature. Elle explique que ce serait plus simple de fournir un faux certificat médical, de toucher son salaire au lieu de se mettre en disponibilité. Mongi est taxi. Dix-huit ans de volant dans le tohu-bohu du Grand Tunis. Lorsqu'un bus de la Transtu (la RATP tunisoise) a rétamé son véhicule, il a dû se rendre au siège de la compagnie publique pour faire signer le constat par…...
(Jeune Afrique 22/01/18)
Grogne sociale, négociations avec l’exécutif, solutions préconisées face à la crise… Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi réaffirme la volonté de la centrale de se poser en force de proposition. L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) ne défend pas seulement les droits des travailleurs et les acquis sociaux, elle est aussi un acteur majeur de la scène politique nationale. Depuis la chute du régime de Ben Ali, elle est montée en puissance, au point qu’un ancien ambassadeur européen avait asséné qu’« en Tunisie il y a Ennahdha [le parti islamiste] et l’UGTT ». Forte de 750 000 adhérents et d’un parcours intimement lié à la lutte nationale, la centrale exerce une influence indéniable. Elle a d’ailleurs été à l’origine du...
(RFI 22/01/18)
Les autorités tunisiennes ont annoncé avoir tué l’Algérien Bilel Kobi, un proche conseiller d’Abdelmalek Droukdel, le chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). C’était lors d’une opération menée par la garde nationale dans la soirée du samedi 20 janvier au mont Sammama, dans le centre ouest du pays. L’homme était semble-t-il en « mission » auprès de la katiba Okba Ibn Nafaa, la branche tunisienne d’Aqmi. Un deuxième homme, Hamza Ennimr, Algérien lui aussi, et dirigeant présumé de la section d’Okba Ibn Nafaa au mont Semmama, a également été tué. Alors, que faisait Bilel Kobi en Tunisie, qu’est-ce que la katiba Ibn Nafaa et quelle menace représente-t-elle pour la Tunisie ? Selon le ministère de l’Intérieur, Bilel Kobi était chargé de...
(RFI 22/01/18)
En Tunisie, le calme est revenu sur le front social après plusieurs jours de manifestation à la mi-janvier, mais le mouvement « Qu'est-ce qu'on attend ? » appelle à un nouveau rassemblement en fin de semaine devant le Parlement. Au cœur de la grogne, les prix trop élevés et du travail trop rare. Une loi des finances adoptée début janvier cristallise les mécontentements. Car en plus de la chute de la monnaie locale qui a déjà provoqué une perte du pouvoir d’achat, cette loi impose une augmentation des taxes sur de nombreux produits de base. Reportage dans une épicerie du quartier populaire de Douar Hicher, à une quinzaine de kilomètres du centre de Tunis. Installée en bord de route, c’est...
(Jeune Afrique 19/01/18)
Dans un rapport intitulé « Endiguer la dérive autoritaire en Tunisie », International Crisis Group pointe une « nostalgie du régime de Ben Ali » et un « manque de volonté politique » dans l'application de la Constitution de 2014. La Tunisie vient de connaître le plus large mouvement de contestation à la politique du gouvernement depuis la révolution du 14 janvier 2011. Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes du pays pour dénoncer la cherté de la vie, débouchant sur des affrontement quotidiens opposant policiers et protestataires. Près d’un millier de personnes ont été arrêtées. Un climat délétère qui jette une lumière crue sur les faiblesses de la transition démocratique dans une Tunisie qui célèbre le septième anniversaire de...
(RFI 19/01/18)
Vingt-huit personnes comparaissaient ce jeudi matin au tribunal de la Manouba, en Tunisie. Toutes ont été arrêtées dans la petite ville de Tebourba, à 35 kilomètres de la capitale, là où la contestation contre l'austérité et la nouvelle loi de finances a démarré le 8 janvier avant d'essaimer un peu partout dans le pays. Les 21 prévenus étaient debout, les mains croisées dans le dos, le regard cloué au sol pour la plupart. Tous, le crâne rasé depuis qu’ils ont été arrêtés. Dans la salle comble, les bancs étaient remplis par les familles, dans une ambiance crispée où l’on pouvait entendre une mouche voler...
(RFI 19/01/18)
En Tunisie, après les manifestations, l’heure est au décompte des arrestations et à la justice. Dans tout le pays plus de 930 personnes ont été arrêtées, les procès sont donc nombreux. Hier à Tunis, comparaissaient 21 personnes arrêtées dans la petite ville de Tebourba, à 35 km de la capitale, ville où les manifestations contre la vie chère avaient démarré le 8 janvier. Elles sont accusées d’avoir participé à des actes de violences. Cette audience a surtout révélé que de nombreuses arrestations ont eu lieu de façon totalement arbitraire. Devant le tribunal, un petit groupe d’hommes et de femmes piétine nerveusement près de l’entrée. Tous veulent savoir si leur mari ou leur frère figure parmi les 21 prévenus. Les regards...
(Jeune Afrique 19/01/18)
Après Al Joumhouri et Afek Tounes, c’est au tour du parti de Mohsen Marzouk de se désolidariser du gouvernement de Youssef Chahed. Il demande un changement de gouvernement et la réforme de la Constitution pour réviser la répartition des pouvoirs. Il en était question depuis plusieurs semaines, c’est désormais chose faite : le parti Machrou Tounes (Projet de la Tunisie) a annoncé ce jeudi 18 janvier le retrait de son soutien au gouvernement d’union nationale. En conséquence, la formation menée par Mohsen Marzouk se retire de l’accord de Carthage, qui regroupe, depuis juin 2016, neuf partis et trois organisations nationales autour de la feuille de route de l’exécutif. Le parti prend ainsi du recul par rapport à l’accord et appelle...
(Jeune Afrique 19/01/18)
Industriel dans le secteur des conserves de fruits et légumes, le nouveau patron des patrons tunisien élu le 17 janvier a occupé presque tous les postes au sein de la fédération patronale. Coup double pour Samir Majoul, vice président de la centrale patronale tunisienne depuis 2013. Porté le 16 janvier à la direction la Fédération nationale des industries agro-alimentaires, il a été élu le lendemain à la présidence de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), à l’issue du 16e Congrès national de l’organisation. Le nouveau patron des patrons, tête d’une liste composée de différents membres du bureau exécutif sortant, succède à Wided Bouchamaoui en ayant obtenu 19 voix sur les 31 exprimées par le nouveau bureau...
(RFI 18/01/18)
Alors que la Tunisie fêtait le 7e anniversaire de sa révolution, dimanche 14 décembre, la liesse qui avait suivi à l'époque suivi la chute du dictateur Zine el-Abidine Ben Ali est un lointain souvenir. Aujourd’hui, le bilan est morose. Beaucoup d’espoirs sont déçus. Le chômage est plus haut que jamais et l’économie en crise. Des mesures d’austérité adoptées le 1er janvier dernier ont provoqué un véritable soubresaut de colère populaire il y a une dizaine de jours. « Travail, liberté, dignité ». Ce slogan de la révolution de 2011 a de nouveau résonné dans les rues de Tunis dimanche 14 janvier.
(Jeune Afrique 18/01/18)
Selon un document consulté lundi par Reuters, la Tunisie, ainsi que sept autres pays, pourraient être retirés de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne. Une décision qui pourrait être adoptée dès le 23 janvier prochain, à Bruxelles. La Tunisie pourrait bel et bien être retirée de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne (UE). En effet, l’UE souhaite retirer huit pays de cette liste, qui compte actuellement 17 « juridictions », selon un document consulté lundi 15 janvier par l’agence de presse Reuters. Parmi ces « juridictions » citées par ce document : la Tunisie, le Panama, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la Mongolie, le Macao, Grenade et la Barbade. Toutes sont...
(Jeune Afrique 18/01/18)
Dans un contexte social agité, l'Utica tient ce mercredi son Congrès national en vue de remanier ses structures et resserrer ses rangs. Son vice-président Hichem Elloumi part favori. À deux mois d’un nouveau round de négociations salariales avec la centrale ouvrière de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), le patronat tunisien tient, ce mercredi 17 janvier, son 16e Congrès national. Dans un contexte économique fragile et politiquement instable, son issue sera déterminante pour les futures positions de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica). Figure maîtresse de l’Utica post 2011, Wided Bouchamaoui, qui vient de clore deux mandats consécutifs, n’a pas voulu rempiler. À l’ouverture des travaux de ce Congrès, elle a estimé que ce serait «...

Pages