Dimanche 25 Février 2018

Tunisie

(Jeune Afrique 15/02/18)
En Tunisie, une longue tradition de pensée critique appliquée à la chose religieuse se perpétue… et s’exporte. Une librairie du centre-ville de Casablanca, au Maroc. Au rayon indiqué « islam », les signatures tunisiennes se bousculent. On trouve même parmi les titres des approches psychanalytiques de la question : La Guerre des subjectivités en islam (Lignes, 2014) et Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman (Seuil, 2016), du psychanalyste Fethi Benslama. Les ouvrages du célèbre Mohamed Talbi occupent à eux seuls une importante part de rayonnage, et des livres médiatiques sont toujours posés en tête de gondole, petits best-sellers à l’instar des Instants soufis (Albin Michel, 2015) de feu Abdelwahab Meddeb, écrivain et universitaire. Ainsi, pour toute parution en langue française...
(AFP 14/02/18)
La production de phosphate est toujours à l'arrêt en Tunisie en raison de mouvements sociaux bloquant ce secteur-clé de l'économie du pays, ont indiqué mercredi un responsable et un correspondant de l'AFP. Paralysée depuis fin janvier, la production "n'a toujours pas repris. Toutes les unités de production sont à l'arrêt", a dit à l'AFP Mourad Sellimi, le chargé de communication de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG). En janvier, seules 160.000 tonnes ont été produites, contre 600.000 en janvier 2017, selon M. Sellimi. Les derniers troubles ont éclaté après l'annonce fin janvier des résultats d'un concours de recrutement de la CPG, principal employeur dans cette région particulièrement défavorisée.
(La Tribune 14/02/18)
Même les 3 millions d’euros d’aide bloqués par l’Union européenne(UE) n’ont pas réussi à infléchir la position de la Tunisie. Ce pays nord-africain oppose un niet catégorique à l’installation sur son sol, d’une base militaire de l’OTAN pour des opérations de renseignements et de sécurisation. Refus de façade ou moyen de pression dans les négociations en cours ? En Tunisie, les spéculations se sont emparées de la question. Ce lundi 12 février, lorsqu'il vient répondre aux questions des députés de la commission de Défense et de Sécurité, Abdelkrim Zbidi, le ministre de la Défense fait une révélation qui flatte autant la fierté nationale qu'elle alimente la polémique.
(RFI 14/02/18)
Le ministre de la Défense, Abdelkrim Zbidi, a affirmé le refus catégorique du ministère de la proposition de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord de fournir son expertise ou accorder une aide permanente à l'armée tunisienne contre l'installation d'une base de l'Otan. Le ministre tunisien de la Défense répondait lundi soir aux questions des parlementaires membres du comité de sécurité et de défense. Il a révélé que l'Union européenne refuse de verser un don de trois millions d'euros à l'armée tunisienne si la Tunisie...
(AFP 14/02/18)
Un plat de couscous pourrait-il adoucir les relations diplomatiques compliquées entre pays d'Afrique du Nord ? Un projet commun d'inscription du plat emblématique de la région à l'Unesco pourrait au moins amorcer un réchauffement. Où fait-on le meilleur couscous ? Quels ingrédients sont légitimes, lesquels sont apocryphes ? Maroc, Algérie, Tunisie... Les pays du Maghreb ont tous leur idée et revendiquent le savoureux plat, y compris sur les réseaux sociaux. Voulant sans doute éviter un psychodrame comme celui de la "guerre du houmous" entre le Liban et Israël, qui se disputent la paternité de la purée de pois chiches, plusieurs experts des pays du Maghreb doivent débattre d'une éventuelle demande commune d'inscription du couscous au patrimoine immatériel de l'humanité. Slimane...
(Jeune Afrique 14/02/18)
Le 8 février dernier, lors d'un duel qui s'est tenu à guichets fermés aux États-Unis, Ikram Kerwat, boxeuse tuniso-allemande, a remporté le titre de championne du monde de boxe. Ikram Kerwat, boxeuse tuniso-allemande, a remporté le jeudi 8 février le championnat du monde de boxe WBC au Pensacola Bay Center, en Floride, aux États-Unis, en battant son adversaire américaine Angel Gladney. Née à Béja, en Tunisie, cette femme de 33 ans a été une adepte des sports de combat dès son plus jeune âge. Elle commence d’abord par le judo à quatre ans et continue avec la boxe, à neuf ans. Partie vivre en Allemagne avec sa famille à son adolescence, elle continue à exercer sa passion à Francfort. Très...
(AFP 13/02/18)
Cinq agents de la Banque centrale tunisienne ont été arrêtés pour blanchiment d'argent et corruption, et deux d'entre eux écroués dans le cadre d'une enquête pour trafic de devises, a indiqué le parquet lundi. Ces arrestations interviennent alors que la Banque centrale fait déjà face à une demande de révocation de son gouverneur. Une sixième personne, extérieure à la Banque centrale, est "toujours recherchée", a indiqué à l'AFP le porte-parole du parquet, Sofiene Sliti. Les suspects sont notamment accusés d'avoir changé des petites coupures de 5, 10 et 20 euros en grosses coupures de 200 et 500 euros sans enregistrer ces opérations...
(Jeune Afrique 13/02/18)
Alors que l'activité de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) était à l'arrêt depuis le 20 janvier par un mouvement social, les cadres ont à leur tour décidé de suspendre leur travail ce lundi et manifestent devant le siège de l'entreprise, prévoyant d'aller jusqu'au gouvernorat de la région, pour sortir de la crise dont elle peine à sortir depuis 2008. Les activités de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) ne sont pas prêtes de reprendre. Ce lundi 12 février, les cadres et les ouvriers de la Compagnie ont lancé la campagne « Sauvez le phosphate ! », et ont débuté un sit-in devant le siège social de l’entreprise. Celui-ci devrait se poursuivre plus tard dans la journée devant...
(Agence Ecofin 13/02/18)
Outre ses exportations habituelles, l’Algérie va augmenter ses fournitures de gaz naturel vers la Tunisie. C’est ce qui ressort d’un tête-à-tête entre le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia et son homologue tunisien, Youssef Chahed, lors des cérémonies du 60e anniversaire du bombardement par l'armée coloniale française de la ville Sakiet Sidi Youssef en Tunisie, pendant la guerre d’Algérie. La rencontre entre les deux responsables a eu lieu en fin de semaine dernière. « Le gaz algérien pourrait alimenter quatre régions frontalières tunisiennes y compris Sakiet Sidi Youcef ...
(Agence Ecofin 13/02/18)
Dans le quartier de la Goulette, les marques d’automobiles Audi et BMW se sont livrés ces derniers jours, à une passe d’armes par panneaux publicitaires interposés. Tout a commencé par un panneau publicitaire de BMW, situé à quelques mètres d’un point de vente de voitures Audi. « Il n’est jamais trop tard pour changer d’avis.», peut-on lire sur le panneau publicitaire destiné de toute évidence, aux clients d’Audi. Bonne joueuse, la marque allemande a répondu à cette tentative de détournement par une banderole déployée sur sa clôture. On peut y lire un grand « LOOOOL » (Laughing out loud, une expression traduisant l’amusement) suivi d’un « on ne change pas une marque qui gagne ». La joute amicale s’est prolongée...
(Le Monde 13/02/18)
Tout a commencé par un coup de gueule. Celui de Maria Daïf, directrice de L’Uzine, un important centre de création artistique à Casablanca, créé et financé par la Fondation Tazi en 2014 pour promouvoir la création pluridisciplinaire, la transmission et l’échange avec les publics. Dans une lettre ouverte publiée sur Facebook dimanche 4 février, la responsable marocaine annonçait avoir décidé de ne pas se rendre à Bruxelles où elle était invitée à participer à une conférence sur la danse contemporaine par le centre d’art belge Moussem. En cause : les difficultés croissantes d’obtention des visas pour les artistes marocains. « Toute la semaine, il a été question de visas refusés à des artistes ou à des journalistes, de séjours express...
(AFP 12/02/18)
Cinquante adolescents candidats à l'émigration clandestine ont été arrêtés samedi soir par la police tunisienne près du port de la Goulette à Tunis, a indiqué dimanche le ministère de l'Intérieur. Agés de 13 à 17 ans, ces 50 adolescents originaires des régions de Bizerte, Jendouba (nord-ouest), Kairouan (centre-est) ou encore Tunis avaient prévu de se faufiler dans un des navires marchands amarrés au port afin de rejoindre l'Europe clandestinement, selon un communiqué du ministère. Ils ont été interpellés alors qu'ils déambulaient aux alentours du port, et la police les remettra à leurs parents, a précisé le porte-parole du ministère...
(Jeune Afrique 12/02/18)
L’affaire du classement de la Tunisie parmi les États non coopératifs en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme est plus obscure qu’il n’y paraît, selon la partie tunisienne. La Tunisie n'est pas un État voyou, se défendent-elles. La décision votée le 7 février par le Parlement européen classant la Tunisie dans la liste des États les plus exposés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme est-elle le résultat d’un dysfonctionnement ou procède-t-elle d’une malveillance européenne ? C’est en ces termes que la question se pose en Tunisie, et qu’elle soulève des vagues d’autant plus importantes qu’elle intervient après un premier coup dur, essuyé en décembre lorsque le pays a été placée sur la liste noire des...
(Jeune Afrique 12/02/18)
En pleine ascension, en 2014, lorsqu'elle est nommée à la tête de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Sihem Bensedrine peine désormais à convaincre. Militante respectable pour les uns, intrigante opportuniste pour les autres, la présidente de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Sihem Bensedrine, ne laisse pas de faire couler beaucoup d’encre. Journaliste puis éditrice, elle avait fait de l’opposition à l’ancien régime son cœur de métier. Membre de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), elle cofonde en 1998 le Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), au grand dam du pouvoir, et obtient le soutien d’organisations internationales en tant que militante des droits de l’homme. La fuite de Ben Ali, le 14 janvier 2011, conduit cette diplômée...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Institution clé du processus de justice transitionnelle, l’Instance Vérité et Dignité (IVD) n’a pas eu le rendement escompté. Bilan d’étape. Pour solder les contentieux du passé, la Constituante avait opté pour un processus de justice transitionnelle et confié à l’Instance Vérité et Dignité (IVD), mise en place en 2014, la mission de recenser les exactions commises par le pouvoir tunisien de 1955 à 2013. Le mandat de l’IVD s’achève le 31 mai, mais il pourrait être prorogé d’un an si elle en fait la demande auprès de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), laquelle statuera. Mais les débats promettent d’ores et déjà d’être houleux, tant les méthodes de l’IVD et la figure de sa présidente, Sihem Bensedrine, sont controversées. En...
(AFP 10/02/18)
L'état d'urgence, en vigueur en Tunisie depuis une série d'attentats jihadistes en 2015, a été prolongé d'un mois, a annoncé vendredi la présidence tunisienne. Le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger cette mesure d'exception jusqu'au 11 mars "après des consultations avec le chef du gouvernement et le président du Parlement concernant les questions liées à la sécurité nationale et à la situation aux frontières et dans la région", selon un communiqué de la présidence. L'état d'urgence octroie des pouvoirs d'exception aux forces de l'ordre. Il permet notamment l'interdiction des grèves et des réunions "de nature à provoquer (...) le désordre" ou encore l'adoption de mesures "pour assurer le contrôle de la presse". En 2015, trois attentats...
(Le Monde 09/02/18)
C’est un camouflet diplomatique pour la Tunisie. Le Parlement européen a validé, mercredi 7 février, la présence de la Tunisie sur la « liste noire » des pays « susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme ». Le ministère tunisien des affaires étrangères a aussitôt déploré une « décision injuste, hâtive et unilatérale ». Cette mise à l’index survient deux mois après l’inclusion de la Tunisie dans une autre liste noire, celle des paradis fiscaux, établie par les ministres européens des finances. Le dommage infligé à l’image de la Tunisie avait toutefois été ensuite réparé.
(Jeune Afrique 09/02/18)
Chedly Ayari a été démis de ses fonctions ce mercredi, quelques heures après la décision du Parlement européen de classer la Tunisie parmi les États les plus exposés au blanchiment d'argent. Il devrait être remplacé par Marouane Abassi, un cadre de la Banque mondiale. Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a décidé ce mercredi 7 février de démettre de ses fonctions le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari, a annoncé l’agence officielle TAP. Youssef Chahed a présenté cette proposition au président Béji Caïd Essebsi, conformément à l’article 78 de la Constitution, qui donne au président de la République le pouvoir de nommer et de révoquer les hauts fonctionnaires sur une proposition du Premier ministre. Suivant...
(Xinhua 09/02/18)
La Tunisie ambitionne de porter le volume de ses échanges avec l'Afrique à 10% de l'ensemble de ses échanges à l'horizon 2020, a annoncé le président honorifique du Conseil d'Affaires tuniso-africain, Jaloul Ayed en marge du Forum Tunisie-Afrique pour l'investissement et le commerce qui se tient à Tunis ces mardi et mercredi. Pas moins de 500 responsables, hommes d'affaires et acteurs économiques tunisiens et africains participent à cet événement à travers lequel la Tunisie espère promouvoir son expansion dans un marché économique estimé à 2.000 milliards de dollars. Jusqu'à présent, les échanges de la Tunisie envers l'Afrique ne dépassent pas les 2,4%, selon M. Ayed. "Les petites et moyennes entreprises (PME) sont plus confrontées à des obstacles en matière d'accès...
(Agence Ecofin 09/02/18)
La Tunisie a été inscrite sur la liste noire des pays à haut risque en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, à l’issue d’une délibération du Parlement européen, ce mercredi 7 février. Cette décision s’est basée sur le rapport du Groupe d’Action financière pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (GAFI/MENA), publié fin 2017. Selon ce rapport, l’Etat tunisien serait très laxiste par rapport à la lutte contre le blanchiment d’argent. Cette situation se traduit par l’absence de dispositifs de contrôle contraignants dans l’environnement économique du pays. Ainsi, 80% des entreprises étrangères présentes en Tunisie n’emploieraient aucun salarié, selon les statistiques du rapport, relayées par le site Econostrum. Sur les 376 voix nécessaires pour rejeter l’inclusion du...

Pages

(AFP 16/01/18)
Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a condamné lundi une multiplication des "violations" et "restrictions" à l'encontre de correspondants de médias étrangers, accusés samedi par le chef de l'Etat d'avoir porté atteinte à l'image du pays par leur couverture des derniers troubles. Un contrôle plus strict des correspondants de presse couvrant des manifestations, constaté dimanche, ainsi que la brève interpellation d'un journaliste français sont dus, selon le SNJT, aux déclarations du président Béji Caïd Essebsi...
(Le Monde 16/01/18)
La Tunisie connaît un nouvel épisode de contestation et de violence sociale. Le dernier en date, celui de janvier 2016, avait contribué à écourter la durée de vie du gouvernement de Habib Essid, remplacé par l’actuel premier ministre, Youssef Chahed, en août 2016. Si le sentiment diffus est celui d’un bis repetita, le contexte est plus délicat et les aboutissements plus incertains. L’euphorie révolutionnaire qui a suivi le départ de Zine El Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011, n’est désormais plus qu’un vague souvenir. La realpolitik, l’inertie administrative et le marasme économique ont transformé les espoirs en désillusion, voire en résignation. Le pays semble prisonnier d’une transition sans fin qui affaiblit l’Etat et le fait dériver vers l’autoritarisme. Les...
(AFP 16/01/18)
Plus de 930 personnes ont été arrêtées lors des troubles sociaux en Tunisie, alimentés par le chômage, la corruption et des mesures d'austérité dans le budget 2018, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur. Le mouvement de contestation sociale a démarré début janvier par des manifestations sporadiques dans plusieurs villes avant de dégénérer en émeutes nocturnes le 8 janvier -ce soir là, un protestataire est mort dans des circonstances peu claires. Mais depuis le 11 janvier, seules quelques protestations mineures ont lieu dans certains secteurs. "Au total, 937 personnes sont en détention préventive" pour des actes de violences, vol ou vandalisme, a précisé lundi à l'AFP le porte-parole du ministère, Khlifa Chibani. Dimanche, 41 jeunes âgés de 13 à 19...
(Le Monde 16/01/18)
Ce fut une kermesse étrange, à la fois festive et crispée, une fête du souvenir où la police antiémeute déployait ses escouades au pied d’estrades de musiciens, devant une foule drapée dans les couleurs tunisiennes. Dimanche 14 janvier, l’avenue Bourguiba, haut lieu des rassemblements politiques au cœur de Tunis, a célébré dans une atmosphère brouillée le septième anniversaire de la chute du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali. En ces temps de fièvre sociale, rien n’avait été laissé au hasard, jusqu’à la fouille des sacs entre deux barrières. Alors qu’à travers le pays un mécontentement parfois émaillé de violences couve depuis le début de l’année contre la vie chère, le rassemblement de l’avenue Bourguiba – entre 1 000 et 2 000...
(RFI 16/01/18)
En Tunisie, si les manifestations ont baissé en intensité la colère gronde toujours dans de nombreux quartiers populaires de la banlieue de Tunis. Dans la nuit de dimanche à lundi, de nouveaux heurts ont éclaté entre manifestants et la police. Routes barrées, pneus brûlés dans au moins trois quartiers de la banlieue et parmi eux, Douar Hicher, un quartier défavorisé à 15 kilomètres du centre de Tunis. En milieu d'après-midi ce lundi, il n'y a plus de traces de ces échauffourées de la veille. Les magasins ont rouvert, les voitures circulent, mais chez les jeunes de ce quartier populaire, à 15 kilomètres du centre de Tunis, rien n'est réglé. C’est en tous les cas l’avis de Hicham, 22 ans, une...
(RFI 15/01/18)
La Tunisie célébrait dimanche 14 janvier le septième anniversaire de la révolution. À cette occasion, comme tous les ans, la puissante centrale syndicale appelait à un rassemblement devant son siège, au centre-ville de Tunis. L'occasion d'affirmer ses positions sur la contestation sociale de cette dernière semaine, alors que l'UGTT était resté assez discrète jusque-là. Deux à trois cents personnes étaient rassemblées en milieu de matinée pour écouter le discours de Noureddine Taboubi. Si le secrétaire général de l'UGTT a critiqué le gouvernement, incapable selon lui de répondre aux demandes de la révolution. Il a tout de même adressé un satisfecit aux mesures sociales décidées la veille, samedi 13 janvier, pour tenter de calmer le mécontentement populaire : « La jeunesse...
(Le Point 15/01/18)
Quel rapport entre l'interdiction infligée, à la veille de Noël, par Abu Dhabi, aux Tunisiennes de s'embarquer vers les Émirats pour des « raisons de sécurité », et la présence de la députée tunisienne Leila Chettaoui à un symposium intitulé « Le Qatar : patron de l'anarchie et des crises au Moyen-Orient », organisé à Bahreïn ? Le fait que les pays du Golfe (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn), qui ont rompu toutes relations diplomatiques avec le Qatar, veulent dorénavant impliquer l'Afrique du Nord dans leur combat. Abu Dhabi a tenté de faire pression pendant quelques jours sur Tunis (les vols de la compagnie Emirates, suspendus le 27 décembre, ont repris le 4 janvier) pour que le pouvoir tunisien...
(RFI 15/01/18)
La Tunisie célèbre, ce 14 janvier, le septième anniversaire de sa révolution sur fond de contestation sociale. Et les autorités tunisiennes, qui avaient jusqu’à maintenant fait la sourde oreille face aux revendications, semblent changer d’attitude. Samedi 13 janvier le gouvernement a annoncé des mesures en faveur des plus pauvres, et le président Béji Caïd Essebsi est sorti de son silence pour prendre acte du malaise social. Y a-t-il une volonté d’apaisement de la part des autorités ? Béji Caïd Essebsi le reconnaît : « Le climat social et politique n’est pas bon ». Cette déclaration, le président de la République l’a faite à l’occasion d’une réunion tenue dans la matinée de samedi au palais de Carthage. L’objectif est de réunir...
(AFP 13/01/18)
Quelques centaines de personnes ont manifesté vendredi dans le calme contre les hausses de prix en Tunisie après plusieurs jours de heurts alimentés par une grogne sociale, à l'approche du septième anniversaire de la révolution. La nuit de jeudi à vendredi a été relativement calme après des émeutes nocturnes ces derniers jours dans plusieurs villes. Ces troubles sont nourris par un chômage persistant malgré la croissance, et des hausses d'impôts grignotant un pouvoir d'achat déjà éprouvé par une importante inflation. La mobilisation sociale traditionnelle à l'approche du septième anniversaire de la chute du dictateur Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, chassé du pouvoir par une révolution réclamant notamment travail et dignité, a été particulièrement explosive cette année,...
(RFI 13/01/18)
La grogne contre la vie chère, contre le chômage et contre la politique d'austérité du gouvernement s'est encore traduite dans la rue ce vendredi en Tunisie. Jeudi soir, de nouveaux heurts sporadiques ont éclaté entre jeunes et policiers à Siliana, au nord-ouest de la Tunisie, mais la situation est restée calme partout ailleurs. Une manifestation s'est tenue sur l'avenue Bourguiba à Tunis ce vendredi 12 janvier. La manifestation a quitté le théâtre du centre-ville de Tunis pour se diriger vers le gouvernorat. Sous une météo capricieuse, plusieurs dizaines de personnes, des militants, sont venus crier leur colère contre la vie chère et l’augmentation du prix de la vie. Ils contestent surtout le projet de loi de finances 2018 qui a...
(AFP 13/01/18)
Quatre personnes ont été arrêtées vendredi pour avoir attaqué deux écoles talmudiques dans un quartier juif de Djerba, a indiqué le ministère tunisien de l'Intérieur, les accusant d'avoir agi dans le but de "semer le chaos". Mercredi, ces deux écoles de la Hara el-Kbira ont été ciblées par des jets de cocktails molotov qui n'avaient atteint que leurs entrées, sans provoquer de dégâts à l'intérieur, selon Perez Trabelsi, responsable de la communauté juive tunisienne à Djerba. Âgés de 19 et 20 ans, les auteurs de cette attaque habitent Djerba et "ne sont pas connus pour avoir des appartenances religieuses extrémistes", précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Ils ont avoué leur acte, précisant avoir eux-mêmes confectionné et fait usage...
(Jeune Afrique 13/01/18)
À l'appel du collectif « Fech Nestanew », ils étaient plus d'un millier ce vendredi à Tunis pour protester contre la vie chère en Tunisie. Une vague de protestation qui s'est étendue dans plusieurs grandes villes. À 13 heures, ce vendredi 12 janvier, c’est l’heure de la prière mais aussi le coup d’envoi de la manifestation, organisée par le collectif « Fech Nestanew » (Qu’est-ce qu’on attend), dans plusieurs villes tunisiennes. « Pluie ou pas, les manifestations auront lieu ! », avait-on pu lire sur les réseaux sociaux durant la matinée. À Tunis, le rendez-vous est donné au centre-ville, devant le gouvernorat, bâtiment qui symbolise le pouvoir. Un peu plus loin sur l’avenue Bourguiba, où le 14 janvier 2011 la...
(Le Point 13/01/18)
Ça ne trompe pas. Passé 20 heures, les rues sont étrangement vides. Le mauvais temps, pluie et froid sur Tunis, n'explique pas tout. Les voitures ont quasiment disparu des trottoirs. Les violences nocturnes qui ont agité les quartiers sensibles (notamment les cités qui bordent la capitale) font craindre le vandalisme. Alors, on a rangé sa voiture. Comme à chaque soubresaut. Les mois d'hiver sont souvent socialement meurtriers en Tunisie. 1978, 1984, 2008 puis l'apothéose de 2011 avec la fuite du dictateur Ben Ali. C'était un 14 janvier. Aujourd'hui, à 48 heures du septième anniversaire de la révolution, une Tunisie s'est de nouveau enflammée. Pour des raisons similaires à 2011, mais dans un contexte différent. Les raisons ? Un chômage de...
(RFI 13/01/18)
Auteur d'un rapport sur la Tunisie édité à l'occasion du septième anniversaire du déclenchement de la révolution de 2011, Michael Ayari expose les possibilités d'endiguer la dérive autoritaire en Tunisie. Il indique que le pays tend à retomber dans ses anciens travers. Et ce, notamment en raison d'un manque de volonté politique de la coalition au pouvoir (nationaliste et islamiste) à mettre en œuvre la Constitution de janvier 2014 de manière effective. Le rapport souligne également l'absence d'une réelle stratégie politique et sociale pour améliorer la situation économique et sociale en Tunisie. Michael Ayari, l'auteur du rapport est interviewé par Houda Ibrahim. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180113-tunisie-michael-ayari-evoque-nostalg...
(RFI 13/01/18)
Le premier appel à manifestation national de Fech Nestannew ressemble à un échec. Une centaine de personnes étaient présentes à Tunis vendredi après-midi. Et peu de rassemblements ont été signalés en région, si ce n'est à Sfax, la seconde ville du pays, où environ 200 personnes ont manifesté. Les protestations semblent donc marquer le pas. Il est vrai que si les manifestations nocturnes avaient déjà montré une accalmie, on aurait pu s'attendre à plus de participation. Car à en croire les sondages la plupart des Tunisiens sont mécontents de la loi de Finances. Alors selon Mohamed Dhia Hammami, un analyste politique, c'est d'abord l'organisation qui est défaillante : peu de personnes sont disponibles un vendredi à 13h. La communication a...
(RFI 13/01/18)
Une pause hier soir dans la grogne sociale qui perturbe la Tunisie. Depuis lundi, des manifestations contre la vie chère se déroulent dans de nombreuses villes tunisiennes. Un mouvement qui se transforme, une fois la nuit tombée, en affrontements avec les forces de l'ordre. La violence a baissé d’un cran ce jeudi mais le mécontentement est toujours bien présent. Cette nuit a été plus calme que les trois précédentes. Quelques heurts ont tout de même eu lieu. A Siliana par exemple, dans le nord-ouest, et à Douz dans le sud dans pays, la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires. Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce matin que 778 personnes avaient été arrêtées depuis le...
(AFP 12/01/18)
Quelques centaines de personnes ont manifesté vendredi à Tunis et à Sfax (centre) pour protester contre la loi de finances de 2018 qui impose des mesures d'austérité, et réclamer sa révision en adressant un "carton jaune" au gouvernement. A l'appel du mouvement "Fech Nestannew" ("Qu'est-ce qu'on attend"), qui a lancé en début d'année la contestation contre la hausse des prix, plus de 200 manifestants, la plupart des jeunes de moins de 25 ans, se sont rassemblés dans le centre de Tunis avant de défiler jusqu'à la préfecture, a constaté un journaliste de l'AFP. Les protestataires ont levé des cartons jaunes en criant: "Le peuple veut la chute de la loi de finances" de 2018, "Le peuple en a marre des...
(AFP 12/01/18)
Près de 780 personnes ont été arrêtées en Tunisie depuis le déclenchement lundi des troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, a précisé vendredi le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khlifa Chibani sur la radio privée Mosaïque FM. Le mouvement "Fech Nestannew" ("Qu'est-ce qu'on attend"), qui a lancé en début d'année la contestation contre la hausse des prix, a appelé de son côté à une nouvelle mobilisation vendredi. Selon M. Chibani, aucun acte de violence, de vol ou de pillage n'a été enregistré dans la soirée de jeudi dans le pays. Il a affirmé que les heurts entre jeunes et policiers avaient été "limités" et "sans gravité". Il a pourtant ajouté que 151 personnes impliquées dans des actes de violence...
(AFP 12/01/18)
La flambée de contestation sociale en Tunisie contre les mesures d'austérité met en évidence la fragilité du compromis démocratique mais manque de relais politique pour changer en profondeur la situation. Q: Comment comparer ce mouvement aux précédentes mobilisations, récurrentes ces dernières années? Si le déclencheur cette année a été une loi de finances prévoyant des augmentations d'impôts après une année de forte hausse des prix, "le fond des revendications reste le même que depuis 2011", souligne Selim Kharrat, un analyste politique tunisien. Les protestataires réclament avant tout dignité et travail, les slogans de la révolution qui avait renversé la dictature en 2011("travail, liberté, dignité nationale"). Ce sont également "les mêmes populations qui portent ces revendications: des jeunes au chômage, qui...
(AFP 12/01/18)
La soirée était calme jeudi en Tunisie sauf à Siliana (nord-ouest) où de nouveaux heurts sporadiques entre des jeunes et des policiers ont eu lieu, au quatrième jour d'une contestation alimentée par des mesures d'austérité. Des dizaines de jeunes sont descendus jeudi soir dans les rues et jeté des pierres sur des agents sécuritaires qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène, a constaté un correspondant de l'AFP. Mais la situation était calme à Sidi Bouzid, ainsi qu'à Kasserine, autre ville du centre défavorisé du pays, et à Tebourba, à 30 km à l'ouest de la capitale, où un protestataire est décédé lors des heurts dans la nuit de lundi...

Pages

(RFI 02/02/18)
C'était l'un des moments phares de la visite d'Emmanuel Macron en Tunisie : le Forum économique Tunisie France, qui s'est tenu le 1er février à Tunis. Il s'agit de la première édition d'un rendez-vous appelé à se tenir chaque année, et dont l'objectif est de resserrer les liens entre entreprises françaises et tunisiennes. La France est déjà le premier partenaire commercial du pays, avec plus de 1 400 entreprises implantées sur le sol tunisien et 200 millions d'euros d'investissements directs en 2017, soit 45% de l'ensemble des investissements étrangers en Tunisie. Mais les deux pays souhaitent augmenter le volume des investissements pour relancer l'économie tunisienne, aujourd'hui en difficulté. La grande salle du Palais des congrès de Tunis était pleine à...
(AFP 01/02/18)
Emmanuel Macron a appelé jeudi les entreprises à revenir investir en Tunisie avec l'objectif d'un doublement des investissements français d'ici 2022 afin d'aider ce pays à relancer son économie. L'ambition est "de doubler dans les cinq ans, dans mon quinquennat, les investissements français en Tunisie", a déclaré le chef de l'Etat français devant le Parlement tunisien. Cet objectif est "possible à atteindre. J'attends la pleine mobilisation des entreprises", a-t-il ensuite ajouté en clôturant le forum économique Tunisie-France, auquel participaient une centaine d'entrepreneurs français. "Nombre d'entreprises ont déjà confirmé leur volonté d'investir", a-t-il précisé, sans entrer dans les détails.
(Le Monde 01/02/18)
Hafaoua Maaloul balaie du regard la rue qui mène à la mosquée, minaret dressé vers un ciel bleu d’hiver. « Regardez dans quel état est la voirie », déplore-t-elle. Fonctionnaire du ministère des affaires religieuses, Mme Maaloul est surtout une « citoyenne » engagée dans la vie locale, une battante de l’amélioration du cadre de vie de sa commune de Menzel Jemil, située aux confins de Bizerte (nord). La voilà qui pointe d’un index désolé les brèches dans l’asphalte, les traînées de cailloux nappant la chaussée et les bords défoncés, véritable champ miné pour les véhicules. Et quand il pleut, tout ce pâté de maisons autour de la rue d’Italie se transforme en déversoir d’eau boueuse. « J’ai obtenu que...
(Agence Ecofin 01/02/18)
New Way of Working. Tel est le nom de la nouvelle stratégie mise en place par la Banque africaine de développement (BAD) et visant à apporter l’électricité à 29,3 millions de personnes, d’ici à 2020. Cette nouvelle politique a été présentée par Akinwumi Adesina (photo), le président de l’institution, lors d’une rencontre de haut niveau qui s’est tenue, le 28 janvier 2018, au siège de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba. « La BAD est aujourd’hui en première ligne, en ce qui concerne les investissements dans les énergies renouvelables en Afrique. La part des énergies renouvelables dans le portefeuille énergétique de la banque, est passée de 14% lorsque je suis devenu président de l’institution en 2015,...
(AFP 31/01/18)
La directrice du FMI a estimé mercredi que les réformes en Tunisie devaient "s’accélérer", alors que le pays est en proie à une vague de contestation sociale, la population étant exaspérée par l'absence d'améliorations des conditions économiques. La Tunisie, en difficulté financière après plusieurs années de marasme économique, notamment dû à la chute du tourisme après une série d'attentats en 2015, a obtenu en 2016 un prêt de 2,4 milliards d'euros sur quatre ans du Fonds monétaire international (FMI). En échange, elle s'est engagée à une réduction de son déficit public et à des réformes économiques. "Il faut savoir qu'on est vraiment dans un moment de transition où ces réformes...
(La Tribune 31/01/18)
« Il est vrai que le système fiscal tunisien, qui cible naturellement les contribuables et les sociétés travaillant dans la légalité, ne combat guère les entreprises malhonnêtes, ce qui encourage la contrebande et l'évasion fiscale ». Tribune de Korbi Fakhri* et Brahim Mariem* autour des enjeux macroéconomiques auxquels fait face la Tunisie. Cela devient une habitude : le mois de janvier en Tunisie est celui de tous les dangers. Chaque début d'année, depuis la révolution de Jasmin de 2011, tous les mécontents contre la dégradation du niveau de vie et les différents plans d'austérité descendent dans la rue. Cette année, c'est la nouvelle loi de finances qui a poussé la jeunesse à se mobiliser. Aussi bien dans les grandes villes...
(Xinhua 31/01/18)
L'Assemblée des représentants du peuple (ARP) de la Tunisie a approuvé mardi en plénière un contrat de garantie conclu entre le pays et la Banque européenne d'investissement (BEI) pour la promotion de petites et moyennes entreprises (PME). Ce contrat, d'une valeur de 120 millions d'euros, constitue une ligne de crédit qui servira le financement de projets de très petites entreprises (TPE) à raison de 10%, de petites et moyennes entreprises (PME) à 60% ainsi que des entreprises à taille intermédiaires à 30%. Cette ligne de crédit sera remboursée sur 10 ans dont trois années comme période de grâce, selon l'ARP. En effet, les entreprises concernées par cette ligne de crédit seraient dans l'obligation de ne pas dépasser un cout de...
(Xinhua 31/01/18)
L'Assemblée des représentants du peuple (ARP) de la Tunisie a approuvé mardi en plénière un contrat de garantie conclu entre le pays et la Banque européenne d'investissement (BEI) pour la promotion de petites et moyennes entreprises (PME). Ce contrat, d'une valeur de 120 millions d'euros, constitue une ligne de crédit qui servira le financement de projets de très petites entreprises (TPE) à raison de 10%, de petites et moyennes entreprises (PME) à 60% ainsi que des entreprises à taille intermédiaires à 30%. Cette ligne de crédit sera remboursée sur 10 ans dont trois années comme période de grâce, selon l'ARP. En effet, les entreprises concernées par cette ligne de crédit seraient dans l'obligation de ne pas dépasser un cout de...
(AFP 30/01/18)
"Le mécontentement populaire bouillonne" dans la région du Moyen-Orient et du Maghreb, a déclaré mardi Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), lors d'une conférence régionale à Marrakech (centre). "Comment approfondir les réformes pour qu'elles profitent aux citoyens?", a-t-elle dit en affirmant qu'une "croissance soutenue" bénéficiant au plus grand nombre permettrait de "répondre plus vite aux attentes ou aux frustrations exprimées par les populations". "Il y a une pression sociale, des attentes et des aspirations, des pressions de la population", a renchéri le chef du gouvernement marocain Saadeddine El Othmani à l'ouverture de cette conférence qui réunit...
(Agence Ecofin 30/01/18)
En 2017, le chiffre d’affaires de la compagnie aérienne tunisienne Tunisair, a crû de 29%, passant de 995,1 millions de dinars à 1,28 milliard de dinars. D’après un rapport de l’entreprise, cette dynamique est liée à l’accroissement du nombre de passagers du fait de l’intensification des vols charters et ceux réservés au pèlerinage à la Mecque qui ont connu une progression de 141%. Le nombre d’individus transporté par la compagnie est ainsi passé de 2 991 841 à 3 502 475 en 2017, soit un taux de croissance de 16% et un coefficient de remplissage de 74,4% contre 71,4%, un an plus tôt. Cependant, il faut noter que cette bonne performance de la compagnie nationale tunisienne ne constitue que l’avers...
(AFP 29/01/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) organise lundi et mardi à Marrakech, au Maroc, une conférence régionale sur les réponses à apporter aux "frustrations" exprimées dans certains pays du Maghreb et du Moyen-Orient, et sur les réformes à conduire. "La montée des tensions sociales et des manifestations dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord montrent clairement que le désir de prospérité, d’équité et d’avenir des habitants de la région reste insatisfait", affirme Jihad Azour, le directeur du département Moyen-Orient du FMI. "Les réformes sont essentielles pour régler les problèmes fondamentaux qui minent depuis longtemps ...
(Agence Ecofin 29/01/18)
Centre Financier aux Entrepreneurs (CFE) Tunisie, une institution de microfinance tunisienne, prévoit de financer 5300 entrepreneurs à hauteur de 40 millions de dinars tunisiens (16,7 millions $) au cours de l’année 2018. Cette opération est soutenue par un appui de 12 millions de dinars tunisiens supplémentaires, apporté par la Tunisien American Enterprise Fund, dans le cadre de sa stratégie visant à soutenir le développement et le financement des institutions de microfinance en Tunisie. Le CFE a obtenu son agrément en avril 2015. Sa principale mission est d’accroître l’accessibilité des ...
(La Tribune 29/01/18)
Récemment passé sous le giron du groupe français PSA, le constructeur automobile allemand Opel veut renforcer son ancrage en Afrique. Et c’est au Nord du Continent qu’il envisage exporter très prochainement ses véhicules construits en Europe. Cibles premières : le Maroc et la Tunisie. Ramener des véhicules fraîchement sortis d'usines européennes sur le marché africain, c'est désormais la nouvelle piste que veut explorer le constructeur allemand Opel. Ce dernier entend exporter prochainement vers le Maroc et la Tunisie, a révélé le PDG d'Opel, Michael Lohscheller, lors d'une interview accordée au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et parue dans son édition de ce lundi 29 janvier. Le choix de ces deux marchés en priorité n'est pas fortuit. « Nous y...
(Agence Ecofin 29/01/18)
Les expéditions tunisiennes de dattes durant la saison 2017/2018 ont généré au 23 janvier dernier, une entrée en devises de l’ordre de 237 millions de dinars (99 millions $), soit un bond de 25% par rapport à la même période en 2016/2017. C’est ce qu’indique le Ministère tunisien de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche. Dans les détails, le volume des exportations s’est chiffré à 37 669 tonnes dont 4 752 tonnes de dattes "Bio". Par ailleurs, si les principales destinations restent le Maroc (8 200 tonnes), l’Italie (5 100 tonnes), la France (3 700 tonnes), il faut noter une bonne dynamique en terme de volume à l’export vers les marchés non traditionnels comme l’Inde (439%), l’Indonésie (+122%)...
(Agence Ecofin 26/01/18)
Fin 2017, les investissements étrangers en Tunisie ont connu une hausse de 12,8%, par rapport à l’année précédente, indique l’Agence tunisienne de promotion des investissements étrangers (FIPA), dans un communiqué relayé par Xinhua. Ainsi, de 1 989 millions de dinars (827, 8 millions $) en 2016, ils sont passés à un montant total d’environ 2 244 millions de dinars (939 millions $), en 2017. Cette performance a été essentiellement portée par une hausse de 32,3% des investissements en portefeuille et 11,9% des investissements directs. Dans le détail, l’industrie manufacturière en monopolise la plus grande part (21,6%), suivie des services (13%). En raison de la crise que traverse le pays, l’Etat tunisien tente de mettre en place de nouvelles stratégies pour...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Alors que le français Sodexo se taille la part du lion sur le marché encore réduit des titres-restaurant, un autre français, UP (ex-groupe Chèque déjeuner), fait son entrée en Tunisie avec le rachat de la société Top Checks. Le nouveau venu compte sur un changement des habitudes de paiement et sur un coup de pouce parlementaire pour améliorer ses ventes. Avec 300 000 utilisateurs sur trois millions d’actifs, le taux de pénétration des titres-restaurant en Tunisie n’atteint que 10 % du marché potentiel. Si ce marché est pour l’instant largement dominé par le français Sodexo (50 % de parts de marché), un autre groupe français, UP (ex-groupe Chèque déjeuner), est bien décidé à changer la donne. UP vient d’investir 2...
(Jeune Afrique 24/01/18)
Les ministres des Finances de l'Union Européenne ont retiré huit pays de leur liste noire des « juridictions non coopératives en matière fiscale », parmi lesquels la Tunisie, lors d'une réunion ce 23 janvier à Bruxelles. La Tunisie, le Panama, la Corée du Sud, les Émirats Arabes Unis, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade « ont été retirés de la liste noire (…) après s’être engagés à remédier aux inquiétudes de l’UE », a annoncé le Conseil des ministres des Finances de l’Union européenne dans un communiqué. « Nous sommes sortis, c’est officiel », se réjouit Hichem Ben Ahmed, le secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, joint par Jeune Afrique. « Les ministres européens étaient unanimes. La Tunisie devait quitter...
(La Tribune 24/01/18)
La Tunisie a été retirée de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne moins de deux mois après son inscription sur la fameuse liste sur laquelle il ne reste plus qu’un seul pays africain, la Namibie. Les autorités tunisiennes se sont engagées à coopérer avec l’UE sur les volets qui lui ont valu ce statut qui affecte négativement son climat des affaires. Reste à savoir jusqu’où ira la Tunisie pour se conformer aux injonctions européennes sans compromettre son attractivité, notamment pour les métiers de l’offshoring. Le lobbying tunisien a payé. Le pays vient en effet d'être retiré, ce mardi 23 janvier, de la liste noire de l'UE rendue publique le 5 décembre dernier et qui recense les pays...
(La Tribune 24/01/18)
La Banque africaine du développement apportera à la Tunisie cette année 2018 un nouvel appui budgétaire de 1,14 milliard de dinars (environ 383 millions d'euros). D'après le vice-président de la Banque, Khaled Sherif, les fonds devront financer divers projets notamment de développement intégré dans certaines régions du pays. 1,14 milliard de dinars, soit quelque 383 millions d'euros. C'est le montant de l'appui budgétaire de la Banque africaine de développement (BAD) à la Tunisie cette année 2018. L'annoncé de ce nouvel appui a été rapportée via un communiqué officiel citant le vice-président de l'institution Khaled Sherif lors de son entretien avec le ministre tunisien du Développement, de l'investissement et de la coopération internationale, Zied Laâdhari ce lundi 22 janvier 2018. Le...
(Le Monde 23/01/18)
La France a froid ? « Mets ton Damart », conseillent nos grands-mères. Peu de marques sont à ce point entrées dans le langage courant. L’entreprise familiale nordiste s’appuie sur 65 ans d’expérience et une réputation de spécialiste du sous-vêtement réchauffant. Depuis la création de ce premier textile intelligent (en 1953, par les trois frères Despature, tailleurs pour hommes à Roubaix), 400 millions de Thermolactyl ont été vendus dans le monde. Lors des pics de grand froid, 40 000 articles se vendent chaque jour. Le Thermolactyl habille les polices belge et française, l’armée, mais aussi les acteurs sur les tournages et les motards. Pourtant, il y a tout juste dix ans, la direction annonçait la fermeture de son usine en...

Pages

(Global Net 21/06/17)
Consultant de l'émission Belmakchouf, Sami Akrimi n'a pas tari d'éloges à l'encontre de l'Espérance Sportive de Tunis. Pour Akrimi, l'arrivée de Faouzi Benzarti a accéléré les temps : "Nous savions que l'Espérance est solide, mais nous avons cru que l'équipe aurait eu besoin de beaucoup plus de temps pour dominer. Maintenant, je pense qu'elle a tous les atouts pour rester au sommet en Tunisie mais aussi sur le plan continental. SI l'effectif est conservé et renforcé, je pense que les sang et or vont être au top lors des trois prochaines saisons".
(Business.News 19/06/17)
Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi ainsi que le chef du gouvernement, Youssef Chahed et la ministre de la Jeunesse et des Sports, Majdouline Cherni, ont assisté ce samedi 17 juin 2017 à la finale de la Coupe de Tunisie entre le Club Africain (CA) et l’Union sportive de Ben Guerdène (USBG) au stade olympique de Radès. Le président de la République a, à cette occasion, remis le trophée au Club Africain qui a remporté le titre pour la 12ème fois de son histoire.
(Kapitalis 19/06/17)
Le président du Club africain (CA) a appelé à la libération des supporteurs arrêtés pour avoir brandi une banderole de soutien au Qatar, au stade de Radès. Slim Riahi a publié, dimanche 18 juin 2016, un post sur sa page Facebook, où il déplore l’arrestation de Hamza Dbibi et Sabri Atouani du groupe de supporteurs Leaders Clubistes, en précisant que le contenu de la banderole, brandie au stade de Radès, samedi dernier, lors de la Finale de la Coupe de Tunisie opposant le CA et l’US Ben Guerdane, s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression, estimant que leur arrestation est illégale. La banderole contenait le message suivant : «On vous hait, dirigeants arabes ! Vous imposez un blocus au...
(RFI 12/06/17)
La première journée des éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des nations 2019 de football s’est achevée ce 11 juin 2017 sur des victoires de l’Algérie, du Bénin, de la République centrafricaine et de la Tunisie. Pas de grosse surprise pour la fin de la « première journée » des éliminatoires de la CAN 2019 de football, ce 11 juin 2017. Dans le groupe J, l’équipe de Tunisie s’est imposée 1-0 face à l’Egypte, finaliste de la CAN 2017, lors d’un des matches les plus attendus du week-end. Un peu plus tôt, la sélection d’Algérie avait battu celle du Togo sur le même score, après une prestation en demi-teinte. Un à zéro, c’est aussi le résultat de l’autre rencontre du groupe...
(RFI 12/06/17)
L’équipe de Tunisie a battu celle d’Egypte 1-0 à l’occasion du premier choc de ces éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des nations 2019. Les Tunisiens se sont ainsi rassurés face aux vice-champions d’Afrique, après une CAN 2017 décevante. Ce match Tunisie-Egypte ne restera pas dans les mémoires, mais il pourrait peser lourd dans la balance durant la suite des éliminatoires pour la CAN 2019. Les Tunisiens ont en effet remporté une victoire précieuse face aux Egyptiens...
(AFP 03/06/17)
La Tunisienne Ons Jabeur, première femme arabe au troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem, a été éliminée vendredi à Roland-Garros par la Suissesse Timea Bacsinszky (30e mondiale) en deux sets 6-2, 6-2. Jabeur, 22 ans, 114e mondiale, avait réussi l'exploit de battre au tour précédent la Slovaque Dominika Cibulkova, 7e mondiale. Elle avait ainsi surpassé les performances d'une autre Tunisienne, Selima Sfar, qui avaient disputé des deuxièmes tours à Roland-Garros, à Wimbledon et à l'US Open dans les années 2000. Jabeur avait perdu en qualification mais avait été repêchée en tant que "lucky loser" à la suite du forfait de l'Allemande Laura Siegemund.
(RFI 31/05/17)
Le Tunisien Malek Jaziri, classé 70e mondial, s’est incliné mardi 30 mai 2017, en simple messieurs, devant le Sud-Africain Kevin Anderson (62e) en 3 sets, sur le score de 7-6, 6-3, 7-6. Malek Jaziri est l'un des seuls représentants du continent africain sur le circuit ATP. Portrait du membre de l'équipe de Tunisie de Coupe Davis. Fin de matinée. Les nuages s’amoncellent au-dessus du court numéro 16 de Roland-Garros. Mauvais présage pour Malek Jaziri dans cette rencontre africaine face au Sud-Africain Kevin Anderson ? Pourtant, le Tunisien avait d’entrée fait le break sous les encouragements d'une poignée de compatriotes présents dans la minuscule tribune. A 32 ans, celui qui a tenu sa première raquette dès l’enfance, à 5 ans, en...
(AFP 20/05/17)
Sièges arrachés, projectiles lancés sur les joueurs, affrontements entre supporters et policiers: le football tunisien, bien que déjà habitué aux incidents, a connu une intensification des violences cette saison, reflet d'un malaise social persistant. Si la "finale" du championnat entre l'Espérance de Tunis (EST) et l'Etoile du Sahel (ESS) s'est terminée jeudi sans accroc majeur et sur le sacre du club tunisois, les incidents dans les stades ont fréquemment alimenté la rubrique des faits d'hiver. Et malgré la généralisation des huis clos partiels visant à restreindre les risques, "le degré de violence dans les stades a récemment augmenté"...
(Xinhua 19/05/17)
Etant l'un des deux clubs phares de la capitale, l'Espérance sportive de Tunis a remporté jeudi le championnat de la Ligue 1 professionnelle de football. Doyen des clubs tunisiens de football, l'Espérance sportive de Tunis fondé en 1919 a détrôné par 3-0, en finale du championnat sur la pelouse du stade olympique de Rades, en banlieue sud de Tunis, son poursuivant direct au tableau général en l'occurrence l'Etoile sportive du Sahel, premier club de football de la province de Sousse, principale province balnéaire sur les côtés-est du pays. Avant cette finale, l'écart était d'une seule longueur respectivement 23 points pour l'Espérance sportive de Tunis et 22 points pour son dauphin. Avec ce nouveau trophée, les "sang et or" , petit...
(AFP 19/05/17)
L'Espérance sportive de Tunis a glané son 27e titre de champion en dominant 3-0 l'Etoile du Sahel, le tenant du trophée, lors d'une "finale" au stade de Radès, jeudi, clôturant une saison entachée à plusieurs reprises par des incidents. A domicile et poussés par des dizaines de milliers de supporteurs, les Espérantistes, qui devaient obtenir au moins un nul, n'ont pas tremblé: après 30 minutes, ils menaient déjà 2-0 grâce à une frappe du milieu Ghailene Chaâlali (15e) et à une reprise de la tête du défenseur Ali Machani (30e). D'un tir croisé, l'attaquant Yassine Khenissi a mis fin à tout suspense dès le retour des vestiaires (3-0, 50e). Les premiers coups de klaxons ont résonné au coup de sifflet...
(Tunisie Numérique 18/05/17)
Les regards des fans de football tunisiens seront rivés jeudi 18 mai 2017 sur le stade de Rades qui abrite le match au sommet de la dernière journée du groupe des play-off de la Ligue 1 professionnelle football, opposant l’Espérance sportive de Tunis (EST) et l’Etoile sportive du Sahel (ESS). Le joueur de l’Esperance Fakhreddine Ben Youssef a, dans ce contexte, affirmé que tous les joueurs et le staff technique ainsi que l’ensemble de l’équipe sont prêts pour le match au mieux qu’ils ont pu afin d’obtenir la victoire et remporter le titre. Pour sa part, Anis Badri a affirmé que son équipe ne marchandera pas les points du match et œuvrera à gagner ni plus ni moins en vue...
(AFP 02/05/17)
Des policiers et des supporters tunisiens ont été blessés dimanche dans des violences pendant le derby de Tunis entre le Club africain et l'Espérance sportive de Tunis, ont indiqué des médias et le ministère de l'Intérieur. Les troubles ont opposé des supporters du CA à la police, qui a fait usage de gaz lacrymogène. "Plus de 10 officiers et agents de sécurité ont été blessés dans les violences pendant le derby" au stade olympique de Radès, dans la banlieue sud de Tunis, qui s'est soldé par la victoire 2-0 de l'EST, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Un groupe de personnes soupçonnées d'être impliquées dans les actes de violences ont été arrêtées", a-t-il ajouté sans plus de...
(AFP 02/05/17)
Le nouveau sélectionneur de la Tunisie, Nabil Maâloul, s'est fixé pour objectif la qualification au Mondial-2018, qui serait la première participation des Aigles de Carthage à une phase finale depuis 2006, lors de sa présentation à la presse lundi. Maâloul, 54 ans, qui avait déjà dirigé la sélection durant quelques mois en 2013, a été nommé jeudi dernier à la suite du limogeage du technicien franco-polonais Henryk Kasperczak. Devant la presse, l'ancien international tunisien a toutefois prévenu qu'il entendait s'appuyer sur le travail de son prédécesseur. "Je pense qu'on doit remercier M. Kasperczak parce que nous disposons de beaucoup de choses positives", a dit Nabil Maâloul, qui entend simplement procéder à "quelques retouches susceptibles d’apporter un plus". Compte tenu de...
(RFI 28/04/17)
Nabil Maâloul est le nouveau sélectionneur de l’équipe de Tunisie, poste qu’il avait déjà occupé en 2013. L’ex-milieu de terrain, âgé de 54 ans, succède au Franco-Polonais Henryk Kasperczak. Nabil Maâloul va avoir le droit à une deuxième chance à la tête de l’équipe nationale de Tunisie. Le technicien de 54 ans, qui a dirigé l’Espérance Tunis (2011, puis 2012-2013), le club qatarien d’El Jaish SC (2014) et la sélection du Koweït (2015), avait en effet effectué un premier passage peu convainquant sur le banc des « Aigles de Carthage », en 2013. L’ex-milieu de terrain, qui était adjoint de Roger Lemerre lors de la victoire à la CAN 2004, avait vécu des mois éprouvants dans la peau du sélectionneur...
(Jeune Afrique 28/04/17)
C'est désormais officiel : le Tunisien Nabil Maâloul, 54 ans, succède au franco-polonais Henri Kasperczak en tant que nouveau sélectionneur des Aigles de Carthage. Réuni le 27 avril, le bureau fédéral de la Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé la nouvelle par communiqué : « Le nouveau sélectionneur national Nabil Maâloul sera officiellement présenté aux médias le lundi 1er mai 2017 à partir de 11h, lors d’une conférence de presse. » Une nomination sans grande surprise, dont le bruit courait depuis déjà plusieurs jours. Dans une interview accordée le 15 avril à la chaîne beIN Sports, Nabil Maâloul avait lui-même assuré qu’il avait « 98 % de chances d’être le nouveau sélectionneur de la Tunisie ». Selon une source...
(Jeune Afrique 18/04/17)
Nabil Maâloul, 54 ans, devrait être nommé sélectionneur de la Tunisie dans une dizaine de jours au plus tard. Il s’agira de son deuxième passage sur le banc des Aigles de Carthage. Samedi soir, lors d’une interview accordée à BeInsport, Maâloul a admis qu’il avait « 98 % de chances d’être le nouveau sélectionneur de la Tunisie ». Même si cette sortie médiatique a crispé certains membres de la Fédération Tunisienne de Football (FTF), cela ne remettra pas en cause une décision avalisée par le ministère des Sports, qui souhaitait que le choix porte sur un Tunisien. La FTF, qui espère selon nos informations aboutir rapidement à un accord financier avec Henri Kasperczak, dont elle a annoncé vouloir se séparer...
(Jeune Afrique 13/04/17)
Alors que le départ du franco-polonais Henri Kasperczak n’est pas administrativement réglé, la Tunisie se cherche un nouveau sélectionneur. De nombreux techniciens sont candidats, mais deux profils sortent du lot : ceux du Tunisien Nabil Maâloul et du Français Hubert Velud. La Fédération Tunisienne de Football (FTF) s’est peut-être un peu emballée en annonçant le vendredi 7 avril qu’un accord avait été trouvé avec Henri Kasperczak (70 ans), revenu aux affaires en juillet 2015 après un premier passage sur le banc des Aigles de Carthage entre 1994 et 1998. Les deux parties vont bien se séparer, mais le technicien, qui dispose d’un contrat de trois ans, ne veut pas perdre trop d’argent dans l’affaire (son salaire mensuel, hors avantages et...
(AFP 10/04/17)
La Tunisie a limogé son sélectionneur franco-polonais Henryk Kasperczak, après avoir un temps espéré une séparation à l'amiable, a-t-on appris samedi auprès de la Fédération tunisienne de football (FTF). "La décision a été prise hier (vendredi) par le bureau fédéral. Il n'a pas été possible de trouver un terrain d'entente, et le bureau a donc décidé une séparation unilatérale", a indiqué à l'AFP le responsable presse et communication de la FTF, Kaïs Reguez. Le successeur de M. Kasperczak "sera désigné d'ici la fin du mois", a-t-il ajouté. Les noms de techniciens tunisiens ...
(RFI 10/04/17)
La Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé le licenciement du sélectionneur des « Aigles de Carthage », Henryk Kasperczak, le 7 avril 2017. Le technicien franco-polonais paie des résultats mitigés à la tête de l’équipe tunisienne, depuis juillet 2015. C’était dans l’air depuis plusieurs semaines et l’élimination de l’équipe de Tunisie en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2017. Une défaite 2-0 face au Burkina Faso qui avait en partie scellé le sort du sélectionneur des « Aigles de Carthage », Henryk Kasperczak. Cela a été officialisé le 7 avril par la Fédération tunisienne de football (FTF) : le Franco-Polonais, à qui il restait un peu plus d’un an de contrat, n’est plus coach. « Le...
(APA 10/04/17)
La Tunisie a limogé son sélectionneur Henryk Kasperczak (70 ans), après plusieurs semaines d’atermoiements pour trouver une solution à l'amiable, a appris APA auprès de la Fédération tunisienne de football (FTF). «Le nom du prochain entraîneur sera annoncé à la fin du mois d’avril au plus tard», a indiqué l’instance, à la sortie de la réunion du bureau fédéral vendredi. La FTF n’a pu trouver un accord à l’amiable avec le Franco-Polonais pour un départ négocié. Elle va devoir donc payer des indemnités de licenciement au technicien en place depuis juillet 2015. Il avait déjà effectué un premier passage à la tête des «Aigles de Carthage» entre 1994 et 1998. L’élimination des « Aigles de Carthage » en quart de...

Pages

(Jeune Afrique 01/06/17)
La chanteuse Emel Mathlouthi qui n'a pas pu se produire en Tunisie depuis 5 ans vient de voir un de ses concerts annulé au festival de Carthage. Elle parle d'un "boycott" quand les organisateurs évoquent de simples contraintes budgétaires. Emel Mathlouthi a accédé au rang d’icône du printemps arabe en entonnant un chant de révolte au milieu d’une foule de centaines de manifestants à Tunis en 2011. Ce sont les réseaux sociaux qui lui ont apporté la célébrité. Et c’est grâce à eux, encore, qu’elle entend réparer une nouvelle injustice. Elle vient de rendre public sur Facebook un mail assez sec du directeur de festival de Carthage, Mokhtar Rassaâ, lui signifiant en quelques phrases lapidaires qu’un concert prévu le 9...
(Le Huffington Post 30/05/17)
La présidence du gouvernement a démenti, lundi, tout accord partisan ou politique visant la protection d’individus suspectés de corruption en allusion aux informations relayées à ce sujet. ”Toute intervention au profit de ces individus ou des personnes arrêtées, récemment, dans le cadre de l’opération anticorruption, expose son auteur à des poursuites judiciaires“, a indiqué à la TAP une source auprès de la présidence du gouvernement. Des arrestations ont touché, depuis mardi dernier, plusieurs personnes suspectées de corruption, de contrebande et d’implication dans des réseaux de l’économie parallèle. Des décisions d’assignation à résidence ont été prises à leur encontre sur la base “d’indications prouvant leur implication dans des infractions susceptibles de menacer dangereusement la sécurité et l’ordre public”, avait précisé, le...
(AFP 13/05/17)
Le pèlerinage juif de la Ghriba s'est ouvert dans une ambiance festive vendredi sur l'île tunisienne de Djerba, ses organisateurs se félicitant d'un regain d'affluence après plusieurs années difficiles du fait des menaces sécuritaires dans le pays. Sous un important dispositif policier, des groupes de dizaines de pèlerins, de tous âges, ont commencé à affluer en milieu de matinée vers la synagogue de la Ghriba, la plus ancienne d'Afrique, a constaté un journaliste de l'AFP. Venus de Tunisie mais aussi d'Europe, ils ont prié, allumé des bougies et inscrit des vœux sur des œufs, avant de les déposer dans une cavité au fond de la synagogue. D'autres ont célébré l'événement autour d'une bouteille de boukha, un alcool de figue local...
(Tunis Afrique Presse 12/05/17)
Un livre intitulé “Tunisie 2011-2014: Radioscopie d’une entrée en révolution” vient de paraître aux éditions L’Harmattan et se propose de dresser un état des lieux et de cerner certains éléments clés de la réalité sociale qui a accompagné la révolution tunisienne. Cet ouvrage de 179 pages présente au grand public les résultats d’une étude de base effectuée dans le cadre du projet “Cha’n: Jeunes, légitimités et reconnaissance sociale dans les processus de transformations sociopolitiques en Tunisie”, coordonné par l’Observatoire National de la Jeunesse (ONJ) et soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI). Les auteurs, Pierre-Noël Denieuil et Houda Laroussi, ont cherché à décrypter le processus de transition démocratique engagé en Tunisie à travers un cadrage et...
(AFP 02/05/17)
L'historien et penseur tunisien Mohamed Talbi, un "intellectuel libre" qui a combattu durant des décennies l'obscurantisme religieux, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 95 ans, a annoncé le ministère de la Culture. Né en 1921 à Tunis, agrégé d'arabe et docteur en histoire de l'université de Paris-La Sorbonne, Talbi était l'un des "fondateurs de l'université tunisienne moderne", souligne dans un communiqué ce ministère. Premier doyen de la Faculté des Lettres de Tunis, ce "grand intellectuel" de la Tunisie indépendante est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages et de centaines d'articles, essentiellement en arabe et en français, qui lui ont valu nombre de distinctions. Dans une déclaration transmise ultérieurement à l'AFP, le président Béji Caïd Essebsi a...
(RFI 27/04/17)
À Tunis, depuis un peu plus d’un an, une petite entreprise innove pour faciliter l’accès à la lecture. Dans le plus petit pays du Maghreb, les livres restent chers et les ouvrages en langues étrangères ne sont pas forcément faciles à trouver. Pour apporter une solution conviviale à ce problème, le site YallaRead.com permet aux lecteurs tunisiens d’échanger gratuitement des livres avec d’autres passionnés de lecture près de chez eux. Comment est né ce site internet et quel est son mode de fonctionnement ?
(Le Temps.ch 19/04/17)
Dans le cadre de son projet Matza, le Genevois Séverin Guelpa a passé deux semaines dans l’archipel tunisien de Kerkennah pour en comprendre les enjeux écologiques. En résulte une exposition pluridisciplinaire au Musée national du Bardo de Tunis Partager Tweeter Partager On les connaît peu, les îles Kerkennah. Mis à part la bataille navale éponyme qui en agita les eaux en 1941, opposant destroyers anglais et torpilleurs italiens, et sa grande palmeraie quelque peu clairsemée, on pourrait dire que l’archipel tunisien se fait discret sur les cartes. Situé à une vingtaine de kilomètres au large de la ville de Sfax, Kerkennah compte 15 000 habitants. Une terre d’oubliés, pour la plupart des pêcheurs tout droit sortis d’un autre temps, mais...
(Jeune Afrique 11/04/17)
« La première mloukhia de ma fille : quatre heures au téléphone ! » C’est peut-être pour faire baisser la facture que Jacqueline Bismuth s’est lancée dans la rédaction de ce ventru carnet de cuisine qui met les papilles en émoi. Mais plus probablement parce que cette Juive tunisienne, cordon-bleu autodidacte, est aussi généreuse dans son approche des cocottes que de la vie. On parle en effet d’un cuistot capable de sortir dans son jardin sous une pluie battante pour faire goûter à ses convives des légumes grillés au feu de bois dans sa méchouia. Sous sa plume enthousiaste, le repas redevient un moment de fraternité, de tendresse, où défilent dans une affolante farandole kémia, tfinas, couscous, makrouds à « faire passer...
(RFI 07/04/17)
Rendez-vous incontournable de l'art contemporain dans le monde, la Biennale de Venise se tiendra à partir du mois de mai en Italie. Pour la première fois depuis 1958, la Tunisie y sera représentée officiellement. Une présence décidée à la dernière minute et rendue possible par un partenariat entre le gouvernement tunisien, une fondation privée et des organisations internationales. Avec un thème qui résonne dans l'histoire de l'Italie et de la Tunisie : la migration. La migration au coeur de la Biennale de Venise
(Jeune Afrique 06/04/17)
Ce journaliste tunisien controversé gère désormais les affaires politiques de Nidaa Tounes. Après avoir ardemment défendu le régime de Ben Ali… C’est une revanche pour ce propagandiste de l’ancien régime, qui avait nié, sur Al-Jazira, le 13 janvier 2011, l’impact du soulèvement qui allait emporter Ben Ali dès le lendemain. Nidaa Tounes, parti au pouvoir dans la tourmente, a appelé le journaliste Borhène Bsaïes à la rescousse. À 55 ans, celui-ci est désormais chargé des affaires politiques du mouvement fondé par Béji Caïd Essebsi. Pour d’aucuns, ce ralliement exhale d’ailleurs un parfum de restauration. Machine à recycler Mohamed Ghariani, ex-secrétaire général du parti de Ben Ali, s’apprêterait lui aussi à rejoindre Nidaa Tounes. Conséquence : la formation apparaît de plus en...
(RFI 06/04/17)
Rendez-vous incontournable de l'art contemporain dans le monde, la Biennale de Venise se tiendra à partir du mois de mai en Italie. Pour la première fois depuis 1958, la Tunisie y sera représentée officiellement. Une présence décidée à la dernière minute et rendue possible par un partenariat entre le gouvernement tunisien, une fondation privée et des organisations internationales. Avec un thème qui résonne dans l'histoire de l'Italie et de la Tunisie : la migration.
(AFP 03/04/17)
Le célèbre rappeur tunisien Weld El 15 a été placé en détention provisoire en France pour violences conjugales dans l'attente de son jugement en comparution immédiate, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Saint-Malo (ouest). Weld El 15, de son vrai nom Ala Edine Yacoubi, l'une des égéries de la révolution tunisienne, est installé depuis mars 2015 à Saint-Malo. "Il a été placé en détention provisoire vendredi soir à Saint-Malo dans l'attente de son jugement lundi pour avoir frappé et menacé de mort sa compagne après avoir forcé la porte de leur domicile", a déclaré à l'AFP Ronan Le Clerc, substitut du procureur de la République à Saint-Malo. L'audience est prévue à 16H00 (14H00 GMT) devant le tribunal correctionnel de...
(Jeune Afrique 25/03/17)
Icône musicale du printemps arabe, la jeune Emel Mathlouthi délivre un album d'un genre nouveau et apporte un nouveau souffle révolutionnaire, dans la musique cette fois. Janvier 2011. Au milieu d’une foule de centaines de manifestants sur l’avenue Bourguiba à Tunis, une femme se lève. Manteau rouge, bougie en main, visage juvénile, Emel Mathlouthi entonne un chant a cappella qui transperce l’âme, « Kelmti Horra » (« ma parole est libre »). L’interprète, filmée pendant sa performance, accède malgré elle au rang d’icône du Printemps arabe. Et sa chanson, écrite par son ami Amine El Ghozzi, écoutée et partagée des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, devient l’hymne des révoltés. Six ans plus tard, Emel Mathlouthi fait...
(Le Monde 24/03/17)
L’historienne franco-tunisienne retrace les vies « hors norme » de cinq Tunisiennes, de l’Antiquité au monde moderne, qui habitent l’imaginaire collectif et continuent de le fertiliser. Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) Cinq femmes, cinq Tunisiennes et, au fil de la plume de Sophie Bessis, un passé exhumé, l’exploration de destins individuels transfigurés par l’imaginaire collectif. Au panthéon de la Tunisie, des mythes féminins trônent, suscitant une inlassable vénération. Dans Les Valeureuses ou Cinq Tunisiennes dans l’Histoire, Sophie Bessis, écrivaine franco-tunisienne, historienne de formation, faire revivre ces figures d’exception « devenues d’incontournables marqueurs de la mémoire du pays ». Leur héritage, écrit-elle, participe de cette « tunisianité » dont l’histoire récente a illustré l’ombrageuse fierté. La chronique populaire n’a cessé de...
(Le Point 27/02/17)
Sans faire le tour de tout ce que la Tunisie compte de trésors, ce parcours du musée du Bardo à Djerba en passant par Dkhila montre la diversité d'un pays qui veut se relancer. Aménagé en 1882 dans un ancien palais beylical, déserté dès l'accession au trône d'Ahmad Bey en 1837, au profit du palais de la Marsa, le musée du Bardo tient son nom du mot espagnol prado, que les Arabes, prononçant « brado », ont déformé en « bardo ». Prado signifie « jardin » ou « pré ». Comme les palais souverains de Carthage, d'Hamam Lif, de La Marsa ou de la Goulette, le Bardo a en effet été originellement construit dans les plaines qui entouraient la...
(Jeune Afrique 11/02/17)
Exposés du 12 février au 3 mars à Tunis, les tableaux colorés et décalés de l’artiste Sarroura Libre dépoussièrent l’héritage politique et culturel de son pays. Le poète Abou El Kacem Chebbi au style hippie, la chanteuse Nâama, portable à la main, Tahar Haddad, auteur féministe et syndicaliste, coiffé d’une chéchia à fleurs… Tous viendront habiller les murs de la galerie Musk and Amber de Tunis, attisant la nostalgie des plus âgés et la curiosité des plus jeunes. C’est en tout cas ce qu’espère l’humoriste, réalisatrice et artiste tunisienne, qui préfère garder pour l’occasion son pseudonyme, Sarroura Libre. « Ces œuvres sont gaies, avec une touche d’humour. Un peu comme moi ! », explique-t-elle à Jeune Afrique. Plus connue pour...
(Jeune Afrique 01/02/17)
Après un grand froid diplomatique, c'est la coopération qui semble désormais l'emporter. Depuis les élections de 2014, l’engagement saoudien va s’accentuant. À tous les niveaux… Entre Tunis et Riyad, les relations sont aujourd’hui au beau fixe, ce qui n’a pas toujours été le cas. À l’indépendance, le royaume des Saoud voyait d’un mauvais œil l’action de Habib Bourguiba, qui avait destitué une famille régnante pour fonder une république et dont l’orientation laïque lui vaudra, en 1974, d’être accusé d’apostasie par le mufti de la monarchie wahhabite. Après la révolution de 2011, le rapprochement avec le rival qatari, opéré par la troïka au pouvoir conduite par les islamistes d’Ennahdha, et l’asile offert par Riyad à Zine el-Abidine Ben Ali, dont les...
(Le Huffington Post 30/01/17)
Le court métrage ” Khalâa ” de Maher Hasnaoui a décroché samedi soir le prix de la meilleure fiction lors de la 4ème édition du concours ” Les nuits du court métrage tunisien ” organisé par la Fondation de la maison de Tunisie à Paris. Le prix du meilleur documentaire a été attribué à ” Kabrane ” de Charfeddine Ferjani. Une mention spéciale jury a été accordée à ” Les commerçantes ” de Noussaiba M’sallem. Une trentaine de documentaires et de courts métrages ont été sélectionnés pour la compétition finale. Les courts métrages primés seront projetés le 20 mars à la maison de Tunisie à Paris lors de la nuit des trophées, selon le directeur de la Fondation de la...
(Le Monde 23/01/17)
Les peuples demandaient la démocratie et la justice sociale, l’Europe et les Etats-Unis en ont trop peu fait, laissant les fanatiques religieux propager le terrorisme, estime l’ancien président tunisien. Par Moncef Marzouki (Médecin, militant des droits de l’homme, ancien président de la République tunisienne (2011-2014)) Quel est le point commun entre l’attentat du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, celui de Berlin le 19 décembre 2016 et celui de Nice le 14 juillet 2016 ? La haine des Occidentaux ! Pas seulement. Ils ont été commis par mes compatriotes, par des Tunisiens qui ont frappé aussi en Tunisie même et ce à plusieurs reprises. Les attentats n’ont pas cessé depuis 2010, les pires ayant coûté la vie à 24 touristes lors...
(Jeune Afrique 09/01/17)
Avec son premier film, Hedi, salué lors du Festival de Berlin, le Tunisien Mohamed Ben Attia réussit un coup de maître. L e Tunisien Mohamed Ben Attia, qui vient tout juste de se lancer dans la réalisation, a reçu un accueil digne de celui qu’espèrent les plus chevronnés des réalisateurs. Sélectionné en compétition officielle au dernier Festival de Berlin, l’un des plus prestigieux de la planète, il a été désigné comme le meilleur premier film, et son acteur principal a obtenu l’Ours d’argent du meilleur acteur. Hedi, un vent de liberté, a ainsi permis au cinéaste d’entrer d’emblée dans la cour des grands. Et le public a suivi. En Tunisie, où il a été programmé dans la plupart des quelque...

Pages

(Jeune Afrique 02/02/18)
Confronté à une grave crise économique et sociale, le Premier ministre tunisien s’efforce de maintenir son pays à flot. Pas évident quand les soutiens se dérobent… • Bien né Issu d’une famille de notables, il est le petit-fils de la militante féministe Radhia Haddad et le petit-neveu de Hassib Ben Ammar, cofondateur de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH). • Agronome Spécialiste en économie de l’environnement, il était, de 2003 à 2015, régulièrement consulté par la Commission européenne et par le ministère américain de l’Agriculture pour son expertise en matière de politique agricole. • Poulain Il fait figure de protégé de Béji Caïd Essebsi, le président, dont il a assuré une partie de la campagne électorale...
(RFI 02/02/18)
C'était l'un des moments phares de la visite d'Emmanuel Macron en Tunisie : le Forum économique Tunisie France, qui s'est tenu le 1er février à Tunis. Il s'agit de la première édition d'un rendez-vous appelé à se tenir chaque année, et dont l'objectif est de resserrer les liens entre entreprises françaises et tunisiennes. La France est déjà le premier partenaire commercial du pays, avec plus de 1 400 entreprises implantées sur le sol tunisien et 200 millions d'euros d'investissements directs en 2017, soit 45% de l'ensemble des investissements étrangers en Tunisie. Mais les deux pays souhaitent augmenter le volume des investissements pour relancer l'économie tunisienne, aujourd'hui en difficulté. La grande salle du Palais des congrès de Tunis était pleine à...
(Le Monde 01/02/18)
« Combat commun. » Emmanuel Macron a insisté avec force sur la formule pour souligner la solidarité profonde qui lie la France et la Tunisie lors du début de sa visite d’Etat à Tunis, mercredi 31 janvier. « Si vous échouez, nous échouerons, le même jour ou le jour d’après », a-t-il précisé lors d’une conférence de presse menée conjointement au palais présidentiel de Carthage (nord de Tunis) avec son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi. Le déplacement du président français s’inscrit dans un contexte sensible en Tunisie alors que le désenchantement social et économique alimente une grogne récurrente dans les classes les plus défavorisées. Début janvier, des rassemblements contre la hausse des prix ont donné lieu à des incidents avec...
(RFI 01/02/18)
Suite et fin de la visite d’Emmanuel Macron en Tunisie. Le président français s'est exprimé devant l'Assemblée des représentants du peuple ce jeudi matin à Tunis. Un discours qui a duré près d'une heure, en forme d'hommage à la révolution tunisienne. « Vous avez conduit une véritable révolution culturelle, et celle-là, vous l’avez réussie. Vous avez fait mentir ceux qui, partout dans le monde encore aujourd’hui, disent que des sociétés où l’islam est présent ne sont pas compatibles avec la démocratie. Et vous avez fait mentir ceux qui là aussi, dans nombre de régions du monde veulent faire croire que l’islam est là pour régenter l’Etat et que la séparation n’est pas possible. Vous les avez fait aussi mentir. Vous...
(RFI 01/02/18)
Le président français effectue une visite en forme de soutien à la démocratie tunisienne, alors que sept ans après la révolution de jasmin, la Tunisie reste tiraillée par des tensions sociales susceptibles de faire dérailler une transition démocratique considérée comme un modèle. C’est en véritable défenseur de la démocratie tunisienne qu’Emmanuel Macron s’est présenté à Tunis. Sur un ton très laudateur il a salué la Constitution « exemplaire » dont s’est doté le pays en 2014 et qui « pourrait à de nombreux égards nous inspirer ». Citant entre autres le principe de liberté de conscience et d’égalité entre hommes et femmes qui y sont inscrits. Le président a salué aussi la transition démocratique, « vrai modèle de transition réussie...
(Le Monde 01/02/18)
Prudent, François Hollande n’avait promis aucune augmentation de l’aide publique au développement (APD). Emmanuel Macron a fait l’inverse en s’engageant, dès le début de son mandat, à accroître très fortement l’effort de solidarité en faveur des pays les plus pauvres. « [Cela] supposera des efforts, nous les ferons. Parce que ces efforts, c’est la contribution française à la réussite de tout un continent », ­­a-t-il répété, fin novembre 2017, devant les étudiants de l’université de Ouagadougou. Augmenter l’aide de quelque 6 milliards d’euros, pour atteindre 15 milliards en 2022, représenterait une hausse sans précédent même si, rapporté à la richesse nationale, cet effort ne permettrait à la France que de rattraper le terrain cédé en vingt ans. Le chef de...
(Le Monde 01/02/18)
Hafaoua Maaloul balaie du regard la rue qui mène à la mosquée, minaret dressé vers un ciel bleu d’hiver. « Regardez dans quel état est la voirie », déplore-t-elle. Fonctionnaire du ministère des affaires religieuses, Mme Maaloul est surtout une « citoyenne » engagée dans la vie locale, une battante de l’amélioration du cadre de vie de sa commune de Menzel Jemil, située aux confins de Bizerte (nord). La voilà qui pointe d’un index désolé les brèches dans l’asphalte, les traînées de cailloux nappant la chaussée et les bords défoncés, véritable champ miné pour les véhicules. Et quand il pleut, tout ce pâté de maisons autour de la rue d’Italie se transforme en déversoir d’eau boueuse. « J’ai obtenu que...
(Le Monde 01/02/18)
Pendant six mois, Le Monde va accompagner la Tunisie sur la route de la Coupe du monde de football, qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet en Russie. Chaque mois, notre envoyé spécial auprès de la sélection tunisienne abordera un aspect différent du contexte dans lequel se prépare une équipe dont la dernière participation au Mondial remonte à 2006. Une immense tour, en forme de torche olympique, qui semble ne jamais finir. L’impression qui saisit le visiteur à la vue de cette construction atypique, conçue pour les Jeux asiatiques de 2006, est à la hauteur de la réputation de Doha. En plein cœur de l’Aspire Zone, sorte d’immense eldorado pour sportifs, The Torch illumine la nuit qatarie avec...
(La Tribune 31/01/18)
Ce sera sa première visite d’Etat au Maghreb depuis son entrée à l’Elysée. Attendu en début d’après-midi à Tunis, les deux jours de déplacement d’Emmanuel Macron chez Béji Caïd Essebsi (BCE) sont en fait une aubaine pour ce dernier. Dans la crise économique et sociale qui plombe un pays post-révolution en proie à une agitation des rues, BCE s’apprête à jouer son joker. Mais est-ce suffisant ? Dans les rues assainies et pavoisées de Tunis, l'arrivée d'Emmanuel Macron dans l'après-midi du 31 janvier, est peut-être la meilleure carte de Béji Caïd Essebsi pour désamorcer la crise politico-économique d'une Tunisie qui ne sent plus que des effluves amers de la « Révolution du Jasmin ». Jasmin fanées devant une profonde crise...
(La Tribune 31/01/18)
« Il est vrai que le système fiscal tunisien, qui cible naturellement les contribuables et les sociétés travaillant dans la légalité, ne combat guère les entreprises malhonnêtes, ce qui encourage la contrebande et l'évasion fiscale ». Tribune de Korbi Fakhri* et Brahim Mariem* autour des enjeux macroéconomiques auxquels fait face la Tunisie. Cela devient une habitude : le mois de janvier en Tunisie est celui de tous les dangers. Chaque début d'année, depuis la révolution de Jasmin de 2011, tous les mécontents contre la dégradation du niveau de vie et les différents plans d'austérité descendent dans la rue. Cette année, c'est la nouvelle loi de finances qui a poussé la jeunesse à se mobiliser. Aussi bien dans les grandes villes...
(RFI 31/01/18)
Après sa tournée de novembre, Emmanuel Macron retourne sur le continent africain : avant le Sénégal en fin de semaine, il sera en Tunisie ce mercredi et jeudi. C'est sa première visite dans le pays depuis l'élection du président français. Elle intervient dans un contexte tendu. Après une « visite personnelle » au Maroc, une visite « d'amitié et de travail » en Algérie, place à la Tunisie pour une visite d'Etat, la première d'Emmanuel Macron dans le monde arabe, tient à souligner la présidence. Une manière d'envoyer un « message fort de soutien » à la démocratie tunisienne. Car c'est, pour l'Elysée, « la seule expérience de transition démocratique réussie après les printemps arabes ». Nul doute que ce...
(Jeune Afrique 31/01/18)
Alors que les manifestations contre la loi de finances rythment l’actualité, les partis progressistes peinent à jouer leur rôle. Divisés et indécis, ils en sont réduits à courir après le mouvement de contestation au lieu de l’encadrer. La scène est symptomatique. Il est 14 heures, ce 17 décembre, et les esprits s’échauffent à la Fondation Rosa Luxemburg, qui accueille une rencontre de l’association Nachaz intitulée « La révolution et les devenirs de la gauche ». Les présents sont pour la plupart proches d’Al-Massar, issu de la mouvance communiste, et d’Ettakatol, d’obédience sociale-démocrate, et s’échinent à comprendre leur passage à vide. Au même moment, les leaders du Front populaire (FP), la gauche radicale, conduite par Hamma Hammami, sont réunis à quelques...
(Jeune Afrique 31/01/18)
Des réseaux et des think tanks maintiennent la barre à gauche. Quand bien même ils n’affichent pas de ligne politique précise… • Nachaz Cette association questionne et prolonge l’esprit de la révolution, et aborde des sujets divers via la publication d’ouvrages ou l’organisation de rencontres. • Fondation Rosa Luxemburg La branche maghrébine de cette fondation liée à la gauche radicale allemande est à Tunis. Elle est devenue un lieu de rendez-vous pour les militants tunisiens, qui y rencontrent des camarades de tout le Maghreb, mais aussi des artistes et des créateurs. • Observatoire tunisien de l’économie Formellement apolitique, cet observatoire lancé par de jeunes chercheurs n’en adopte pas moins un ton proche de celui du mouvement altermondialiste, notamment en matière...
(Jeune Afrique 30/01/18)
Le mouvement populaire né dans la foulée des hausses de prix provoquées par la mise en application de la loi de finances 2018 est le signe d'un malaise profond au sein de la société tunisienne, face auquel le gouvernement peine à répondre. Les manifestations qui agitent la Tunisie depuis le 3 janvier auront pris de court le gouvernement. Elles étaient pourtant prévisibles et ont même été annoncées par les centrales syndicales et patronales. Pour certains, il ne s’agit que de la sempiternelle passe d’armes du mois de janvier, à la date anniversaire de la révolution, sans qu’il y ait ni vainqueur ni vaincu et qui aboutit toujours à un armistice. Seulement voilà, la mobilisation sociale de 2018 risque de ne...
(Jeune Afrique 30/01/18)
Si la délégation présidentielle française qui atterrira mercredi à Tunis comptera peu de grands patrons, Emmanuel Macron sera en revanche accompagné de poids lourds de l'enseignement supérieur et de la recherche. Wassim Béji, producteur de cinéma, Anissa Daoud, actrice, Hafiz Dhaou, chorégraphe… La délégation qui accompagnera le président français Emmanuel Macron pour son déplacement à Tunis ce mercredi 31 janvier semble fortement marquée par la « société civile ». La patte, sans doute, de l’ambassadeur français à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor, amoureux de culture et proche de Sarah Toumi, entrepreneuse sociale très médiatisée et membre du Conseil présidentiel pour l’Afrique, que le président français a créé durant l’été 2017, qui fera également partie du voyage. Une délégation de patrons plutôt...
(Jeune Afrique 30/01/18)
La rumeur affirmant que les autorités de la mosquée Al-Azhar, en Égypte, avait retiré la Tunisie de la liste des pays musulmans a enflammé la toile la semaine dernière. Si les autorités religieuses égyptiennes ont démenti, cette poussée de fièvre n’est que la dernière d’une longue série. La position avant-gardiste de la Tunisie notamment, et surtout, en matière de droits et libertés des femmes n’ont pas toujours été du goût des rigoristes exégètes du Coran. Avec une certaine virulence, des cheikhs, un peu partout dans le monde musulman, lancent régulièrement des fatwas contre le mode de vie des Tunisiens. Depuis la révolution de 2011 et le lancement du processus démocratique après la chute de Ben Ali, le phénomène prend de...
(RFI 30/01/18)
La Libye connait la quatrième plus grande mobilisation de combattants étrangers dans l'histoire du jihadisme. Selon un récent rapport de l'Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, le pays se classe tout juste derrière la Syrie, l'Afghanistan et l'Irak. Durant les sept dernières années, un afflux important de combattants étrangers ont rejoint les rangs des jihadistes en Libye. Les Tunisiens y sont en plus grand nombre. C'est une réalité désormais connue de tous. Comme c’est le cas en Syrie, le nombre des combattants en provenance de Tunisie et ayant rejoint ...
(La Tribune 29/01/18)
Il faudra prévoir deux sièges supplémentaires lors de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernements du 20ème sommet du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa) prévu les 18 et 19 avril prochains. Après plusieurs tractations, la Tunisie et la Somalie devraient officiellement rejoindre cette organisation pour porter à 21, le nombre de pays membres de cette zone de libre-échange des pays d’Afrique orientale et australe. Une entrées à enjeux multiples, notamment économiques. Deux nouvelles adhésions au marché commun des pays d'Afrique orientale et australe (Comesa, acronyme en anglais) vont être officialisées lors du 20ème sommet de l'organisation. « C'est un sommet de grande envergure qu'on aura organisé et qui sera gravé dans les annales de l'histoire diplomatique...
(Le Monde 29/01/18)
Elle trône, superbe, conquérante, en surplomb des terrasses de cafés de l’avenue qui porte son nom. La statue équestre de Habib Bourguiba a regagné en mai 2016 le cœur de Tunis et le « père de la nation », tout de bronze coulé, pointe à nouveau son bras vers la Médina toute proche. La symbolique de ce retour au bercail du héros de l’indépendance n’a pas fini de faire sentir ses effets sur la scène politique tunisienne. Quand Béji Caïd Essebsi, l’actuel chef de l’Etat, a pris cette initiative, la plupart des observateurs n’y ont vu qu’une juste réparation. Il ne s’agissait rien tant que de laver l’affront qu’avait infligé au « commandant suprême » son héritier infidèle, Zine El-Abidine...
(La Tribune 29/01/18)
Récemment passé sous le giron du groupe français PSA, le constructeur automobile allemand Opel veut renforcer son ancrage en Afrique. Et c’est au Nord du Continent qu’il envisage exporter très prochainement ses véhicules construits en Europe. Cibles premières : le Maroc et la Tunisie. Ramener des véhicules fraîchement sortis d'usines européennes sur le marché africain, c'est désormais la nouvelle piste que veut explorer le constructeur allemand Opel. Ce dernier entend exporter prochainement vers le Maroc et la Tunisie, a révélé le PDG d'Opel, Michael Lohscheller, lors d'une interview accordée au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et parue dans son édition de ce lundi 29 janvier. Le choix de ces deux marchés en priorité n'est pas fortuit. « Nous y...

Pages