Frontière tuniso-libyenne : quel argument justifierait la construction d’un mur le long des 520 km ? | Africatime
Jeudi 27 Avril 2017

Frontière tuniso-libyenne : quel argument justifierait la construction d’un mur le long des 520 km ?

Début juillet, le gouvernement tunisien a annoncé la construction prochaine d'un mur de sable le long de sa frontière avec la Libye. Cette décision n'est guère appréciée du gouvernement de Tripoli (non reconnu par la communauté internationale), alors que les deux pays entretiennent des relations tendues.

La construction pourrait être achevée en octobre 2015, selon Dhafer Néji, le conseiller en communication du Premier ministre tunisien : d'ici trois mois, un mur de sable, constitué de dunes et de côtes infranchissables par les véhicules, devrait ainsi longer 168 des 450 kilomètres de la frontière entre la Tunisie et la Libye.

C'est le Premier ministre tunisien, Habib Essid, qui en a fait l'annonce lors d'une allocution télévisée consacrée à l'instauration de l'état d'urgence dans le pays, le 7 juillet. Le but : « endiguer la menace terroriste » après les attentats de Sousse et du musée du Bardo à Tunis, qui ont causé une soixantaine de victimes en à peine plus de trois mois. Leurs auteurs ont tous été entraînés dans des camps djihadistes en Libye.

Mais ce projet n'est pas du goût du gouvernement de Tripoli, soutenu par la coalition de milices islamistes Fajr Libya (non reconnu par la communauté internationale). Le 14 juillet, il a fait savoir dans un communiqué que « toute mesure destinée à sécuriser la frontière entre les deux pays doit faire l'objet de consultations bilatérales car aucune décision unilatérale ne peut garantir la sécurité » de la Tunisie.

Commentaires facebook