| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(RFI 28/03/17)
En Tunisie, une partie des magistrats a commencé lundi 27 mars une grève de trois jours. L'Association des magistrats tunisiens, l'un des deux principaux syndicats de la profession, proteste contre l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil supérieur de la magistrature. L'instance a été élue pour la première fois en octobre, mais elle n'est toujours pas au complet. En cause, les désaccords entre magistrats, mais aussi entre l'un des syndicats et le gouvernement. Et ce blocage n'est pas sans conséquence. L'impasse dans laquelle se trouve le Conseil supérieur de la magistrature a une conséquence directe : elle empêche la mise en place de la Cour constitutionnelle. Car la Constitution de 2014, adoptée après la révolution...
(Le Point 28/03/17)
Depuis 2011, les échanges commerciaux entre la Tunisie et la Côte d'Ivoire enregistrent une hausse régulière. Ainsi, entre 2015 et 2016, les exportations tunisiennes vers la Côte d'Ivoire ont progressé de 8 %, atteignant en 2016 une valeur de 77,1 millions de dinars tunisiens (environ 34 millions de dollars américains) contre une valeur d'importations de 4,4 millions de dinars (près de 2 millions de dollars). Des échanges en progression comme soubassement Si l'on en croit la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Conect), des entreprises de secteurs ...
(France TV Info 28/03/17)
Aux dires mêmes des autorités tunisiennes, 75% des terres cultivables du pays sont menacées par le processus de désertification. Un phénomène ancien lié notamment à la déforestation. Et à l’agriculture industrielle. S’il touche le centre et des régions situées au nord de la Tunisie, le phénomène est particulièrement préoccupant dans le sud. «Des villages disparaissent progressivement sous les dunes», constate ainsi un (excellent) article du site motherboard.vice.com. L’élévation progressive des dunes de sables étant «sans doute le signe le plus impressionnant de l’impact» de l’avancée du désert. Pour autant, le phénomène n’est pas ...
(Autre média 28/03/17)
Véritable rush au soleil pour les prochains congés. De la Tunisie à Bali en passant par l’Espagne. Plus qu’une petite semaine de patience et les vacances de Pâques sonneront la fin de l’école pour de nombreux enfants. Pour les parents aussi, ce sera l’occasion de marquer un break cette année, et de partir vers les stations de ski ou les destinations ensoleillées. Ces dernières semblent avoir particulièrement la cote, à en croire les réservations enregistrées par Thomas Cook. Les îles...
(France TV Info 28/03/17)
Plus de la moitié des jeunes Tunisiens souhaiteraient émigrer, selon une étude menée entre 2014 et 2015 auprès de 2000 personnes et rendue publique le 23 mars 2017. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces candidats au départ ont souvent un niveau d’éducation élevé. L’émigration traduit ainsi souvent un sentiment de frustration et d’exclusion sociale. L’enquête «Sahwa» («L’éveil» en arabe) est à l’origine une commande de la Commission européenne. Six ans après le «printemps arabe», qui a débuté avec...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Lassaad Yacoubi est-il en passe de gagner son pari ? Il y a un an, le patron du syndicat de l’enseignement secondaire (une section de l’UGTT) avait lancé une offensive contre le ministre de l’Éducation nationale, Néji Jalloul, dont il contestait les réformes, faisant de sa chute une affaire personnelle. Lors d’une réunion, le 22 mars, Youssef Chahed, le chef du gouvernement, s’est engagé, selon des sources syndicales, à sacrifier son ministre afin d’apaiser les tensions et d’éviter une grève illimitée...
(Le Huffington Post 28/03/17)
Le recours aux financements du Fonds Monétaire International (FMI) n’est pas une fatalité, d’autres alternatives se présentent pour les pays à revenus intermédiaires, tels que la Tunisie et les diktats qu’imposerait cette institution à plusieurs pays ne sont pas indiscutables, c’est ce qui ressort du débat, tenu dimanche, sur le thème "Quelles alternatives économiques face aux conditions contraignantes du FMI ?", dans le cadre de la foire internationale du livre de Tunis. Le thème est au centre d’un débat politique...
(Jeune Afrique 27/03/17)
Sur les 252 partis créés depuis 2011, quatre seulement se sont à ce jour pliés à la loi sur le financement de la vie politique. Pendant que la plupart des autres tirent le diable par la queue. État des lieux. D’une élection à l’autre, la question de l’identification des sources de financement des partis politiques tunisiens est régulièrement soulevée par la société civile, mais bute sur une omerta générale et persistante malgré les engagements pris par certains d’entre eux en...
(Jeune Afrique 25/03/17)
La privatisation de trois établissements publics, la Société tunisienne de banque (STB), la Banque de l’habitat (BH) et la Banque nationale agricole (BNA), fait débat en Tunisie. Mais c’est surtout la mise en vente de la Banque Zitouna qui attire l’attention : 87 % de son capital, détenu par Sakhr el-Materi, gendre de l’ex-président Ben Ali, a été confisqué en 2011. Or, selon des sources du milieu des affaires, Materi serait sur les rangs des repreneurs par l’entremise d’investisseurs qataris. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, l’ancien ...
(Jeune Afrique 25/03/17)
La fédération nationale du textile (Fenatex) a quitté le 11 mars les rangs du patronat tunisien, dont elle est l’un des principaux piliers. Un divorce qui ébranle l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), déjà en proie à d'autres dissidences. En cause les 6 % de majorations salariales conclues le 10 mars entre la centrale patronale de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et le puissant syndicat de l’Union Générale Tunisienne du Travail...
(Jeune Afrique 25/03/17)
En Tunisie, les témoignages d'anciens opposants politiques se poursuivent. Après les victimes du régime du président Ben Ali, ou encore les témoignages de manifestants de la révolution de 2011, place cette fois-ci à une période plus ancienne. Celle de l'indépendance du pays, et de l'arrivée au pouvoir de Bourguiba. Le premier président de la Tunisie s'oppose alors à ses anciens camarades de la lutte pour l'indépendance. En Tunisie, la décolonisation ne s'est pas achevée à l'indépendance le 20 mars 1956...
(Jeune Afrique 25/03/17)
Icône musicale du printemps arabe, la jeune Emel Mathlouthi délivre un album d'un genre nouveau et apporte un nouveau souffle révolutionnaire, dans la musique cette fois. Janvier 2011. Au milieu d’une foule de centaines de manifestants sur l’avenue Bourguiba à Tunis, une femme se lève. Manteau rouge, bougie en main, visage juvénile, Emel Mathlouthi entonne un chant a cappella qui transperce l’âme, « Kelmti Horra » (« ma parole est libre »). L’interprète, filmée pendant sa performance, accède malgré elle...
(Le Point 24/03/17)
Il est une voix qui porte. Il n'élude pas les sujets qui fâchent, ne louvoie, dit son sentiment aux plus hautes autorités de l'État. Il, c'est Bassem Loukil. Il préside, avec son frère, le groupe Loukil, fondé par son père dans les années 70. Groupe qui emploie aujourd'hui plus de 4 500 salariés à travers une trentaine de sociétés réparties en Tunisie, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne. Agriculture, communication, automobile, immobilier… le groupe Loukil représente également en Tunisie les...
(France TV Info 24/03/17)
"Nous condamnons cet acte, nous pensons beaucoup aux familles des victimes et aux jeunes français blessés dans cette attaque" Salma Elloumi Rekik, ministre du tourisme en Tunisie, réagit suite à l’attaque survenue au Parlement de Londres la veille faisant plusieurs morts et de nombreux blessés, jeudi 23 mars sur le canapé gris de ":L’éco". Comment faire revenir les touristes après les attentats ? En réponse à la Question qui fâche, Salma Elloumi Rekik se veut rassurante : "par rapport à...
(Jeune Afrique 24/03/17)
Quelques jours après avoir fêté l'anniversaire de son indépendance, la Tunisie se replonge dans le passé ce vendredi. À l'occasion de sa neuvième séance d’auditions publiques, l’Instance vérité et dignité (IVD) s’intéressera à la période de l'occupation française. Il s’agira plus précisément de revenir sur les exactions commises durant l’autonomie interne (1955) et après l’indépendance de 1956. « Des vérités sur cette période seront révélées pour la première fois », a promis Adel Maïzi, membre de l’IVD, au site Al-Arabi...
(MondAfrique 24/03/17)
Arrivée la première sur le marché mauritanien en 2000, la société Mattel avait suscité de grands espoirs chez ses actionnaires et parmi son personnel mauritaniens. Dirigée par un staff exclusivement tunisien dédié par la maison mère Tunisie-Télécom, composé pour l’essentiel de vieux cadres incompétents et en fin de carrière, Mattel ne tardera pas à montrer ses limites : reléguée à la seconde place dès l’arrivée de Mauritel, elle sera troisième et dernière après l’entrée sur le marché de Chinguittel. Tous...
(Le Monde 24/03/17)
L’historienne franco-tunisienne retrace les vies « hors norme » de cinq Tunisiennes, de l’Antiquité au monde moderne, qui habitent l’imaginaire collectif et continuent de le fertiliser. Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) Cinq femmes, cinq Tunisiennes et, au fil de la plume de Sophie Bessis, un passé exhumé, l’exploration de destins individuels transfigurés par l’imaginaire collectif. Au panthéon de la Tunisie, des mythes féminins trônent, suscitant une inlassable vénération. Dans Les Valeureuses ou Cinq Tunisiennes dans l’Histoire, Sophie Bessis, écrivaine franco-tunisienne,...
(Jeune Afrique 23/03/17)
Le procès de Boris Boillon, ancien ambassadeur à Tunis et protégé du président Nicolas Sarkozy, débute ce jeudi 23 mars au tribunal correctionnel de Paris. Il paraît bien loin le temps où Boris Boillon posait en 2011 à la manière de James Bond en couverture d’un magazine tunisien. Ambassadeur de France à Tunis, après un passage à Bagdad, le jeune diplomate est alors l’un des espoirs de la Sarkozie. Six ans plus tard, suspendu par le Quai d’Orsay, il doit...
(Jeune Afrique 23/03/17)
Walid Zarrouk, un ancien officier pénitentiaire, membre du syndicat de la police républicaine, est incarcéré depuis plusieurs mois pour « diffamation » envers des responsables gouvernementaux tunisiens. À l’occasion de l’examen, prévu le 22 mars, de l’appel de l'une de ses condamnations, la société civile se mobilise au nom de la liberté d’expression. Condamné dans trois affaires – le 23 novembre 2016 et le 7 février 2017 – pour des propos tenus auprès des médias et sur les réseaux sociaux,...
(Jeune Afrique 22/03/17)
Ciblé par une attaque terroriste meurtrière le 18 mars 2015, le musée national du Bardo est devenu un symbole de résistance dans la lutte antiterroriste en Tunisie. Et tente tant bien que mal de redorer son image. « Qui ne connaît pas le musée du Bardo aujourd’hui ? », demande son ancien (2003-2012) conservateur en chef Taher Ghalia, aujourd’hui directeur de la division des musées à l’Institut national du patrimoine (INP). Mais dans les grandes salles du bâtiment historique, les...

Pages