Mercredi 22 Novembre 2017
(La Tribune 22/11/17)
L'Etat tunisien vise un taux de croissance économique de 3% l'année prochaine contre les 2,2% de cette année, a-t-on mentionné dans le projet de budget économique du pays. Pour les autorités du pays, il s'agit d'un impératif pour une croissance inclusive qui permet une répartition équitable des richesses et la création d'emplois. Le gouvernement tunisien ambitionne de réaliser de meilleures performances en 2018 par rapport à cette année. Dans une présentation du projet de budget économique faite aux parlementaires ce mardi à l'Assemblée des représentants du peuple, les autorités du pays ont révélé qu'elles tablaient sur une croissance économique de 3% pour l'année prochaine, soit 0,8 point de pourcentage de plus que ce qu'enregistre actuellement...
(Jeune Afrique 22/11/17)
L’utilisation d’outils connectés, l’irrigation souterraine en goutte-à-goutte et le renouvellement des plantations d’oliviers pourrait permettre de doubler la production d’huile d’olive tunisienne et d’assurer une meilleure régularité des récoltes, alors que le pays est déjà le deuxième exportateur au niveau mondial, derrière l'Espagne. Avec 20 % de la superficie mondiale de la culture d’olive mais seulement 6 % de la production mondiale, la Tunisie a les atouts pour devenir le leader incontesté du marché si elle accroît ses rendements. « Nous pouvons multiplier par deux la production sans introduire aucun produit phytosanitaire », a assuré Ajmi Larbi, maître de conférences à l’Institut de l’Olivier de Sfax, lors de la conférence sur le secteur oléicole organisée le 17 novembre à Tunis...
(Jeune Afrique 21/11/17)
Présidentialisation du régime, autorité de l’État, réformes sociétales radicales... Trente ans après la déposition de Bourguiba, le style de gouvernance de Béji Caïd Essebsi rappelle de plus en plus celui de son mentor. « Nous devons partir d’une évidence fondamentale, celle de savoir quelle est la volonté de l’électeur qui nous a mandatés. Ses demandes sont manifestes : emprunter la voie du développement et de la démocratie, réussir le processus transitoire dans le cadre d’un État civil qui ne tourne pas...
(Jeune Afrique 21/11/17)
Bourguiba n’avait confié à son fils, Habib Bourguiba junior, dit Bibi, que des fonctions essentiellement diplomatiques. Béji Caïd Essebsi (BCE), lui, a laissé son fils Hafedh Caïd Essebsi (HCE), 56 ans, prendre les commandes de Nidaa Tounes – qu’il a fondé en 2012 et qui l’a conduit à la victoire électorale de 2014 – et y imposer sa mainmise. Bien qu’il l’ait mis sur orbite, BCE se défend de vouloir faire de son fils son dauphin et souligne qu’il n’a...
(MondAfrique 21/11/17)
Olivier Poivre d’Arvor, l’omniprésent Ambassadeur de France en Tunisie depuis 2016, est devenu la coqueluche de Tunis. Un portrait signé Mounira El Bouti « Un jour, on risque de le trouver dans notre réfrigérateur ! », notent avec humour beaucoup de Tunisiens quelque peu interloqués par l’omniprésence du frère de PPDA et ambassadeur de France aussi bien dans les salons de Tunis que sur les réseaux sociaux. Encore une apparition publique pour son Excellence Olivier Poivre d’Arvor, la semaine dernière,...
(Le Monde 21/11/17)
Pour notre chroniqueur, les images d’êtres humains vendus interpellent notre humanité et font écho aux récits glaçants qui proviennent des routes d’exil. Une vidéo de la chaîne américaine CNN montrant des Subsahariens vendus aux enchères en Libye a provoqué une vague d’indignation sur le continent africain. L’émotion des intellectuels, militants de la société civile et simples citoyens a poussé les leaders politiques à réagir. Les communiqués « émus » et « indignés » sont sortis des palais présidentiels pour dénoncer...
(La Tribune 20/11/17)
Le ministre tunisien des affaires étrangères n'a pas pu cacher sa déception vis-à-vis du budget alloué à son département dans le nouveau budget de l'Etat 2018, le jugeant insuffisant pour atteindre les objectifs du pays en matière de diplomatie. Le nouveau budget prévoit une dotation de 211,3 milliards de dinars tunisiens, enregistrant pourtant une hausse de 13,4 milliards de dinars tunisiens (6,8%) par rapport à l'année 2017. A l'instar de l'année en cours, l'année prochaine, les ambitions diplomatiques de la...
(Le Point 20/11/17)
Très en colère après la diffusion du documentaire de CNN sur une vente d'esclaves en Libye, l'écrivain franco-congolais appelle les dirigeants africains à prendre leurs responsabilités. La deuxième édition des Ateliers de la pensée, qui s'est déroulée du 1er au 4 novembre dernier à Dakar, avait pour ambition de s'interroger sur la « condition planétaire » et la « politique du vivant ». Ces deux thèmes avaient, certes, donné l'occasion à plusieurs intervenants de renom de discuter « directement »...
(Le Monde 18/11/17)
Les représentants du « Quartet », prix Nobel de la paix en 2015, demandent de laisser du temps au pays, qui finit de bâtir son architecture institutionnelle. Il y a deux ans, la surprise avait été totale lorsque le prix Nobel de la paix leur avait été décerné. Jamais jusqu’ici le comité d’Oslo n’avait honoré une telle entité. Ce 9 octobre 2015, le « Quartet » tunisien, formé d’organisations de la société civile – la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), l’Ordre national des avocats de Tunisie, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT, principale centrale syndicale) et l’Union tunisienne de l’industrie...
(Le Point 18/11/17)
Trimestre après trimestre, il demeure structurel. 15,3 % de la population est sans emploi. Une situation qui fut un des moteurs de la révolution de 2011. Les diplômés et les femmes sont particulièrement touchés. L'INS délivre ses statistiques concernant l'emploi tous les trois mois. Et tous les trois mois, le constat est le même, comme figé. Au niveau national, le taux de chômage demeure de 15,3 % comme au second trimestre 2017. Ils sont – chiffres estimés – 628 600...
(La Tribune 18/11/17)
Le taux de chômage en Tunisie n'a connu d'augmentation au troisième trimestre 2017 par rapport au second trimestre. Il s'est maintenu à 15,3%, a annoncé l'Institut national de la statistique de Tunisie. Ce taux correspond à un total de 628.600 chômeurs correspondant à 12,3% chez les garçons et 22,8% chez les filles. Le taux de chômage a cessé de grimper en Tunisie entre juillet à septembre 2017 et reste considérable. D'après les données rendues publiques par l'Institut national de statistique...
(Jeune Afrique 17/11/17)
L'accord scellé entre Nidaa Tounes, Ennahdha et l'UPL de Slim Riahi a réactivé les craintes concernant une alliance contre-nature sur la scène politique tunisienne. Les vieux démons du parti unique refont surface. Les deux annonces ont été faites presque simultanément. Le lendemain de la création, vendredi 10 novembre 2017, d’un nouveau Front parlementaire, mené par des déserteurs de Nidaa Tounes et deux autres partis au gouvernement, Ennahdha avait déjà évoqué – lors de l’assemblée générale de son bloc parlementaire – une éventuelle coalition avec Nidaa et l’Union Patriote Libre, le troisième parti le plus représenté au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple.
(Jeune Afrique 17/11/17)
Lors de son 10e congrès, en mai 2016, Ennahdha avait fait son aggiornamento en délaissant les activités de prédication pour se recentrer sur le volet strictement politique et se muer en parti civil. Selon nos sources, cette démarche se poursuit en interne. Entre deux congrès, qui se tiennent tous les quatre ans, des conférences annuelles permettront désormais à la formation islamiste de faire le bilan de son activité et de préparer les nouvelles échéances. La première de ces conférences, aux...
(Jeune Afrique 17/11/17)
ngénieur en rééducation neurologique à Lyon, ce Franco-Tunisien de 34 ans est aussi l’un des talents à suivre de la scène électro. Amine Metani cherche. Quand il n’explore pas les propriétés du cerveau, il sonde les méandres de l’électro. Postdoctorant du laboratoire de physique de l’école normale supérieure (ENS) de Lyon, ce Franco-Tunisien est également musicien, producteur et compositeur. « Je flirte avec le burn-out », concède-t‑il dans un sourire au bout d’un quasi-monologue passionné de vingt minutes, à la...
(AFP 16/11/17)
Une nouvelle donne à Tunis alors qu'on évoque l'idée d'un gouvernement de salut national. Soumis à de fortes turbulences, les deux principaux partis (Nidaa Tounes et Ennahdha) nouent une alliance avec l'UPL. La photo a été prise dans le bureau d'Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président de la République. Le leader de Nidaa Tounes fait face à Rached Ghannouchi, le patron historique des islamistes tunisiens, et à un revenant, Slim Riahi. L'homme, la mine plutôt sombre, arbore une nouvelle...
(Jeune Afrique 16/11/17)
À cinq mois des élections municipales, Mohamed Tlili Mansri prend les rênes d'une instance qui a eu du mal à élire son dirigeant. C'est sans compter un paysage politique en pleine recomposition. La cinquième tentative pour réunir les 109 voix nécessaires à l’élection du président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a été cette fois-ci la bonne. Vacant depuis la démission en juin 2017 de Chafik Sarsar qui en était aux commandes, le poste sera désormais occupé par l’avocat Mohamed Tlili Mansri. Ainsi en ont décidé 115 députés de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) le lundi 13 novembre.
(Le Point 14/11/17)
À 509 millions de dollars en 2017 contre 353 millions pour la même période en 2016, le déficit de la balance commerciale alimentaire a enregistré une sérieuse hausse. Cela ne va pas bien du côté des produits alimentaires en Tunisie. Selon les statistiques du ministère de l'Agriculture citées par l'agence panafricaine Panapress, la balance commerciale alimentaire a augmenté de 44 % pour les 10 premiers mois de l'année. Parallèlement, sur le front de la couverture, celui des importations par les...
(Jeune Afrique 14/11/17)
Coutumier des provocations, cet islamiste radical fait fi de l’interdiction par les autorités tunisiennes de prêcher en dehors des mosquées. L’organisation d’un camp de prédication à Jebel Serj, dans les environs de Siliana (au sud-est de Tunis), le 29 octobre, a été combattue par la société civile locale et interdite par les autorités, mais cela n’a pas empêché Habib Ellouze, 64 ans, président de l’Association de la prédication et de la réforme, d’en tenir un autre au pied levé à Zaghouan (sud de Tunis). Coutumier des provocations, l’ancien élu à la Constituante passe outre l’interdiction de prêche en dehors des mosquées et assure que son initiative...
(Le Point 14/11/17)
Né en Algérie, homme pluriel, contempteur de l'économie de marché et contemplateur de la nature, Pierre Rabhi, paysan et philosophe, a accepté de partager sa parole avec Le Point Afrique. Pierre Rabhi est un homme pluriel et singulier. Pluriel, car tout à la fois agriculteur bio dans ses Cévennes aimées, essayiste, écologiste, poète et romancier. Cet homme de 79 ans, à la silhouette fine mais non fragile, le visage au regard végétal sur lequel se lisent ses origines sahariennes, a...
(Jeune Afrique 13/11/17)
Organisée dans la ville de Nefta au sud du pays, cette édition a réuni pas moins de 10 000 festivaliers en quatre jours. Une bonne nouvelle pour l'activité touristique qui a du mal à redémarrer en Tunisie. Surnommé « l’oracle » pour avoir prévu avec précision les résultats de la présidentielle de 2014, le patron du bureau de sondages Sigma conseil, Hassen Zargouni, est un amoureux inconditionnel de Nefta, ville phare du sud de la Tunisie, dont sa famille est...

Pages