Mardi 24 Octobre 2017
(Courrier International 21/03/13)
Amina, 19 ans, tente d'implanter en Tunisie Femen, le mouvement féministe né il y a cinq ans en Ukraine. Sur les réseaux sociaux, elle est menacée de mort et risque six mois de prison pour atteinte à la pudeur. Depuis lundi 11 mars, des photos circulent sur les réseaux sociaux où Amina, lycéenne concourant pour le bac cette année, s'affiche seins nus, inscrivant sur son torse ce slogan qui a valeur de programme: "Mon corps m'appartient et il n'est l'honneur de personne". En quelques jours, la page Facebook [créée le 1er mars], "Femen-Tunisian Fanpage", a collecté plus de 4 000 commentaires. Certains la soutiennent et la défendent avec beaucoup de conviction et d'énergie. D'autres la couvrent d'insultes et la traitent...
( 21/03/13)
• Les bénéfices ou revenus à transférer sont exonérés de l’impôt en vertu de la législation en vigueur ou des conventions particulières à condition d’indiquer sur la demande de transfert la catégorie des revenus ou bénéfices objet du transfert et le fondement juridique de leur exonération • Une retenue à la source est appliquée conformément à la législation en vigueur qui exige du chef d’entreprise de produire une attestation justifiant la liquidation de la retenue à la source au titre des revenus ou bénéfices objet du transfert sur la base des taux prévus par le code de l’impôt Plusieurs entreprises de nationalités différentes notamment françaises, italiennes, allemandes et autres ont choisi le site Tunisie pour délocaliser une partie ou la...
( 21/03/13)
Entre la célébration, en 2012, du 56ème anniversaire de l’Indépendance et celle du 57ème en 2013, il n’y a pas photo ! Hier matin, jusqu’à onze heures trente, les rues de la capitale n’arboraient presque aucun indice renvoyant à la commémoration solennelle d’une quelconque date historique. Pas la moindre manifestation, aucun drapeau sur l’Avenue à part ceux, quasiment en berne, à l’entrée ou en haut de quelques administrations publiques ; pas du tout de banderoles. On était pourtant le 20 mars de l’année ; la fête de l’Indépendance ne représentait désormais qu’un jour chômé de plus. Il y a un an, elle était tout autrement perçue par des milliers de Tunisiens rassemblés sous toutes les couleurs sur l’Avenue Habib Bourguiba...
( 20/03/13)
Du jamais vu. La fête de l’Indépendance passe presque inaperçue sous nos cieux. Pas d’évocation officielle, ou presque; ni de célébration officielle, ou presque. L’establishment est dans une attitude plutôt molle et léthargique. Le rapport des responsables officiels à l’histoire est alambiqué et tordu. Certains ne croient pas à l’Indépendance ni à la République. Ils sont plutôt mus par des sentiments oscillant entre l’esprit de revanche et les règlements de comptes. Au fond de tout cela, le personnage de Bourguiba. Un homme emblématique. Leader du mouvement de libération nationale, bâtisseur de l’Etat moderne et de la République, père de la nation et libérateur de la femme, il ne cesse d’interpeller. Et d’en imposer. Disparu depuis treize ans, écarté du pouvoir...
( 20/03/13)
Airbus a décroché hier le plus gros contrat de l'histoire aéronautique, 234 A320 commandés par la compagnie indonésienne Lion Air pour 18,4 milliards d'euros, un succès salué par François Hollande qui a opportunément présidé à sa signature sous les ors de l'Elysée. La commande ferme se décompose en 109 avions A320 Neo, future version moins gourmande en carburant du moyen-courrier vedette de l'avionneur européen, 65 avions A321 Neo et 60 avions A320, la version actuelle. Le montant au prix catalogue établit un nouveau record, à 24,05 milliards de dollars (18,4 milliards d'euros). Ce prix est indicatif car les avionneurs offrent en général des rabais aux compagnies aériennes. Pour mieux souligner l'importance de l'événement, la présidence de la République française a...
(Human Rights Watch 20/03/13)
Les récentes poursuites contre deux citoyennes montrent la nécessité d’amender les textes De nouvelles poursuites pénales pour diffamation, engagées contre une professeure d’université et une bloggeuse supposées avoir calomnié des hauts responsables, soulignent la nécessité de mettre fin à la criminalisation de la diffamation en Tunisie. Les accusées risquent jusqu’à deux ans de prison pour avoir exposé publiquement les actions, présumées répréhensibles, du ministre des Affaires étrangères et du rapporteur général de la constitution à l’Assemblée nationale constituante. Les autorités tunisiennes devraient amender de toute urgence la loi nationale sur la diffamation pour la conformer aux normes internationales régissant la liberté d’expression. Ces nomes soutiennent notamment que la diffamation doit être envisagée comme une affaire civile, et non pas comme...
(Tunisie Numérique 19/03/13)
S’achemine-t-on vers une alliance entre le Front Populaire et le Pôle Démocratique Moderniste? Dans un entretien accordé à Mosaique Fm, le coordinateur général du PDM, Riadh Ben Fadhl, a affirmé que des tractations faisant l’objet d’une éventuelle alliance sont en cours soulignant, tout de même, que les dés ne sont pas encore jetés. Ainsi, le coordinateur général du PDM emboîte le pas au porte parole du front populaire, Hamma Hammami qui avait déclaré auparavant l’existence d’un accord de principe entre les deux formations.
( 19/03/13)
Le paysage politique national n’ en finit pas, décidément, de se composer et de se recomposer, au gré des dissidences des uns et des démissions des autres qui quittent leurs partis pour aller chercher ailleurs. A la lumière des tractations qui ont accompagné la formation du gouvernement Laârayedh, on a assisté à une fronde au sein d’Ettakatol conduite par ceux qui ont refusé les miettes que leur parti a récoltées au sein du nouveau gouvernement. Du côté du CPR, Mohamed Abbou a fini par claquer la porte définitivement pour annoncer la création imminente de son propre parti. Le mouvement Wafa a connu lui aussi sa crise de dissidence puisque trois de ses membres, parmi lesquels deux constituants, ont quitté le...
( 19/03/13)
• Le taux de suivi de la grève a atteint plus de 85%, selon la chambre syndicale des taximen Les taximen ont observé, hier, une grève d’une journée dans toutes les régions du pays en signe de protestation contre la récente augmentation des prix des carburants, le côut élevé de l’assurance et l’octroi des autoriosations à des intrus. Ce débrayage qui a duré entre 5 heures du matin et 21 heures a été suivi par plus de 85% des taximen, selon les données de la chambre syndicale nationale des propriétaires de taxis individuels relevant de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA). Ce taux varie de 100% à Kasserine et Sidi Bouzid, à 80% à Mahdia et...
( 18/03/13)
Puisqu’il est question que de nombreux décideurs se réunissent durant le week-end des 23-24 mars prochain pour relancer l’activité dans la région du Jérid, nous avons décidé d’apporter notre « grain de sable » à ce futur édifice en proposant des activités touristiques d’autres qui non seulement sont faciles à mettre en œuvre mais aussi sortent – un peu – de l’ordinaire : les sempiternels raids tonitruants en véhicules 4x4 puissants et polluants. Des raids faciles A partir de Kébili ou de Douz, nous les avons presque tous parcourus ces chemins relativement faciles, initiatiques pour les conducteurs débutants de véhicules tout terrain. L’itinéraire est connu. A partir de Douz, on gagne Bir Ghezène puis, de là, on continue, presque en...
( 18/03/13)
M. Rached Ghannouchi, joue sur du velours. Il se balade avec une très grande aisance dans les meetings politiques avec une bonne maîtrise de la manœuvre, une fois menaçant par le recours aux lois d’exclusion de ses adversaires politiques une fois rassurant sur l’Etat civil, l’Islam démocratique et les droits de la femme. Faut-il le croire, ou faut-il s’en méfier ou les deux à la fois ! Tout est question d’appréciation de l’évolution de l’Islam politique en Tunisie à la lumière de l’épreuve du pouvoir, qu’il vient de traverser. Nous savons tous que la politique a ses règles universelles et immuables et ce, partout dans le monde et même à travers l’Histoire. Il y a l’idéologie qui est le ferment...
(Le Point 18/03/13)
Un millier de Tunisiens se sont rassemblés dimanche à Tunis pour un lâcher de centaines de ballons à l'effigie de l'opposant tunisien assassiné Chokri Belaïd, à l'issue d'un deuil de quarante jours, a constaté dimanche un photographe de l'AFP. Des centaines de ballons rouges et blancs, les couleurs de la Tunisie, illustrés avec le visage de l'opposant anti-islamiste se sont élevés dans le ciel de Tunis en début d'après-midi, à quelques mètres de l'endroit où il a été abattu le 6 février à bout pourtant. Sa veuve, Besma Khalfaoui, ainsi que des personnalités du monde des médias et de la culture étaient présents à cette cérémonie. La foule a scandé des slogans contre le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, ainsi...
( 14/03/13)
• Gérer l’abondance ne semble pas chose aisée dans un secteur stratégique comme celui des viandes blanches! Car la surproduction risque de ruiner un secteur en pleine expansion. L’Etat doit agir vite pour sauver ce secteur et ouvrir large les horizons. Dans un pays qui cherche à encourager l’exportation, on comprend mal la passivité des pouvoirs publics en matière d’encouragement d’exportation des viandes blanches. Une passivité qui arrive parfois au stade de l’interdiction. Gros plan sur les maux d’un secteur prometteur La filière de l’aviculture est aujourd’hui caractérisée par une forte production et une forte demande, consécutive à l’augmentation des prix des viandes rouges. Pour comprendre la situation actuelle du secteur, nous avons rencontré un producteur et un industriel actifs...
( 14/03/13)
• Outre les mesures sécuritaires d’usage, une bonne partie de la frontière entre la Tunisie et l’Algérie sera séparée par un fossé afin de paralyser la circulation des jihadistes d’Al Qaïda Décidément, tous les moyens sont bons pour espérer marquer d’autres points dans la lutte contre le terrorisme. Dernière trouvaille : le creusement d’un long fossé séparant la frontière tuniso-algérienne, l’objectif étant de faire barrage aux infiltrations des jihadistes d’Al Qaïda. Fruit de la pure imagination des experts des deux pays en matière de sécurité, ledit projet dont les travaux ont démarré récemment consiste en le creusement d’un fossé long de plusieurs kilomètres incluant les zones dites «noires», c’est-à-dire celles-là mêmes qu’empruntent habituellement les terroristes dans leurs «navettes» entre les...
(Ouest-France 14/03/13)
En Tunisie, Ali Laarayedh et son gouvernement ont été investis, mercredi, par l'Assemblée nationale constituante. Quatorze mois après leur arrivée au pouvoir à Tunis, les islamistes d'Ennahda en sont déjà à griller leur deuxième cartouche : Ali Laarayedh, 57 ans, a été investi, mercredi, au poste de Premier ministre. Il était ministre de l'Intérieur du précédent gouvernement, conduit par un autre modéré du parti religieux. Hamadi Jebali avait démissionné le 6 avril, au soir de l'assassinat au pied de son immeuble de l'opposant laïc Chokri Belaïd. Lors du vote d'investiture à l'Assemblée nationale constituante, Laarayedh a exposé les trois priorités de son équipe : « Réussir l'organisation d'élections dans les plus brefs délais », « instaurer la sécurité » et...
(Afrik.com 12/03/13)
Quatre ingénieurs tunisiens ont eu l’audace de créer en 2011 la première tablette tactile tunisienne. Un bijou technologique entièrement conçu et fabriqué en Tunisie. Afrik.com a rencontré le directeur général de leur entreprise ARTS, Chiheb Bouattour, lors de la Convention France Maghreb, à Paris. Il pianote sur le clavier de sa tablette tactile, qui est l’objet de curiosité de plusieurs participants présents lors de cette 12ème édition de la Convention France Maghreb, à Paris. Lui, c’est Chiheb Bouattour. L’ingénieur tunisien de 31 ans est le directeur général de la société ARTS, qui a lancé en mars 2012 la première tablette tactile, T216, entièrement conçue en Tunisie. ARTS, qui signifie "Après la révolution tunisienne", est un projet audacieux. Mais Chiheb Bouattour...
(Le Parisien 12/03/13)
Un jeune homme d'une vingtaine d'années s'est immolé par leu feu ce mardi, sur l'avenue Bourguiba, où ont lieu régulièrement des manifestations hostiles au gouvernement. Avant son geste, le jeune vendeur de cigarette aurait dénoncé le «chômage» Un homme a été grièvement brûlé en s'immolant par le feu ce mardi matin sur l'avenue Habib Bourguiba dans le centre de Tunis. «Voilà la jeunesse qui vend des cigarettes, voilà le chômage !» a crié ce jeune homme, un vendeur de cigarettes à la sauvette, avant de s'immoler face au bâtiment du théâtre municipal, selon un témoin. «Dieu est le plus grand» a-t-il ensuite lancé. Des passants se sont précipités sur le jeune homme d'une vingtaine d'années pour éteindre le feu, mais...
(La Presse 12/03/13)
Avant même qu’il ne soit soumis à la séance plénière d’hier, en fin d’après-midi, pour discussion et adoption, le projet du calendrier des grandes échéances politiques a fait l’objet d’une brève conférence de presse, tenue hier vers 16h, au palais du Bardo, au cours de laquelle le président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), M. Mustapha Ben Jaâfar, a donné un aperçu des futurs rendez-vous tant attendus. Cette feuille de route, qui avait longtemps défrayé la chronique et suscité controverses et divergences entre les acteurs de la scène politique, commence à s’éclaircir peu à peu. Mais, pas tout à fait, et ce pour plusieurs raisons. Car ce calendrier dont M. Ben Jaâfar vient de dévoiler les contours n’est, en réalité, qu’une...
( 11/03/13)
Avec la composition officielle du gouvernement Laârayedh qui sollicite, demain, la confiance des constituants à l’ANC, peut-on affirmer que le compte à rebours en vue des prochaines élections a démarré ? Les huit prochains mois supposés nous séparer du rendez-vous électoral tant attendu sont-ils suffisants pour que les élections se déroulent conformément aux normes internationales requises, surtout quand on sait que les instances censées baliser la voie à ces élections ne sont pas mises en place ou activées (l’Isie qui peine à choisir son comité de direction) ? Et l’action sociale et économique du gouvernement en parallèle à l’aspect purement politique de son activité, comment doit-elle évoluer au cours des prochains mois ? La Presse a essayé de sonder les...
( 11/03/13)
• Le "mémorandum politique" élaboré par la coalition gouvernementale insiste sur la neutralité de l'administration, le refus des luttes idéologiques et l'organisation des élections avant fin 2013 • Me Abdessattar Ben Moussa, président de la LTDH : " Le gouvernement est plus que jamais appelé à mettre fin à toutes les formes de violence et à fournir plus de visibilité aux acteurs économiques" Le feuilleton du remaniement ministériel, dont le générique du début a été donné en juillet 2012, a connu son épilogue vendredi après-midi.A peine quelques heures avant la fin de l'échéance fixée quinze jours après sa désignation, le 22 février, dans la foulée de la démission de son prédécesseur, Hamadi Jebali, le chef du gouvernement tunisien, Ali Laârayedh,...

Pages