| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(Le Parisien 25/02/13)
L'islamiste tunisien Ali Larayedh n'avait rien divulgué dimanche de ses efforts pour former un gouvernement, deux jours après sa désignation, tandis que le reste des politiques exprimaient des exigences divergentes, signe des difficultés à surmonter dans les prochains jours. Depuis sa promesse vendredi de former un cabinet "pour tous les Tunisiens et Tunisiennes", M. Larayedh ne s'est plus exprimé, alors que le ministre de l'Intérieur appelé à devenir Premier ministre a la lourde tâche de former une équipe consensuelle à même de sortir la Tunisie de la profonde crise politique qui a suivi l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd le 6 février. Ni lui ni son parti Ennahda n'ont donné la moindre indication sur son calendrier de consultations. Mais les représentants...
(Le Parisien 22/02/13)
Le président tunisien Moncef Marzouki a approuvé vendredi la désignation par le parti islamiste Ennahda d'Ali Larayedh, actuel ministre de l'Intérieur, au poste de Premier ministre. Il lui «remettra ce soir la lettre de sa désignation officielle» a annoncé le porte-parole de la présidence à la télévision. Hamadi Jebali, Premier ministre démissionnaire, avait annoncé mardi qu'il quittait ses fonctions. «Monsieur Larayedh aura un délai de 15 jours pour composer son gouvernement et présenter son programme» au chef de l'Etat, a précisé le porte-parole de la présidence, résumant la procédure qui s'enclenche à compter de la nomination officielle. Le gouvernement d'Ali Larayedh devra ensuite être approuvé par l'Assemblée nationale constituante (ANC) par une majorité d'au moins 109 députés sur 217. Ali...
(22 Septembre 21/02/13)
Le Premier ministre, qui a présenté sa démission, a rejeté la proposition de son parti, Ennahda, d'être à nouveau candidat au poste lors de la formation du prochain gouvernement. Le Premier ministre démissionnaire, Hamadi Jebali, a décliné une offre d'être reconduit à la tête du gouvernement tunisien, a annoncé jeudi le parti islamiste Ennahda dont il fait partie. «Ennahda annonce que Hamadi Jebali s’est excusé de ne pouvoir accepter son offre d'être le candidat du parti au poste de chef du gouvernement», a indiqué la formation islamiste qui continue de présenter Hamadi Jebali comme son secrétaire général. Le parti indique dans un communiqué qu’il «est en train de procéder à des consultations en interne et avec ses partenaires pour présenter...
(22 Septembre 21/02/13)
Pour le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est désormais un rendez-vous incontournable. Pour sa cinquième participation consécutive au Fespaco, le CNA a choisit de prendre ses quartiers au «Maquis du Festival» à la Cité An III en plein cœur de Ouagadougou, où il a installé un Village CNA. C’est sur ce site que se tiendront les activités du CNA. Pour ce 23ème Fespaco, le CNA initie le projet «Fespaco classique » et revisite, en cinq soirées thématiques, les classiques du cinéma africain plébiscités par les publics des villages d’Afrique. Ainsi, du dimanche 25 février au vendredi 1er mars, six films seront projetés. Il s’agit de Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)...
( 18/02/13)
Selon les statistiques de l’INS, le taux de chômage a régressé de 2,2% au cours de l’année 2012 Le taux des chômeurs diplômés du supérieur a baissé, passant de 34,2% au cours du premier trimestre de 2012 à 32,2% durant le dernier trimestre de la même année «Le chômeur a été le déclencheur réel de la révolution tunisienne. Ses perspectives à court et à moyen termes risquent de la vider de toute substance. Les causes endémiques du chômage sont connues pourtant : freinage du développement, insuffisance d’investissement industriel manufacturier, concentration des revenus, déséquilibres régionaux et sociaux, inadéquation de la formation universitaire et professionnelle, gestion approximative du marché du travail et mauvaise gouvernance politique, économique et sociale, or rien de sérieux...
(22 Septembre 18/02/13)
Près de 1800 lingots d’or du clan Ben Ali, exfiltrés illégalement de Tunisie, auraient depuis janvier 2011 transité par la France, sans qu’ils soient interceptés par les services de douanes français. Comment les services douaniers français ont-ils pu laisser passer 1800 lingots d’or du clan Ben Ali depuis janvier 2011 ? C’est la question que l’on se pose depuis l’enquête publiée par le journal Nice Matin. La combine était en cours depuis la chute de l’ex-président tunisien. Ces 1800 lingots d’or, exfiltrés inégalement de Tunisie, seraient passés par la France dans quatre aéroports : Nice, Marseille, Orly et Roissy. Une fois leur passage terminé dans l’Hexagone, les "passeurs tunisiens" se rendaient ensuite à Dubaï ou Istanbul. Ces fonds représentent au...
(22 Septembre 18/02/13)
La grave crise politique qui secoue la Tunisie depuis l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd déstabilise les partenaires du principal parti au pouvoir, Ennahda. Le parti du président Marzouki se scinde en deux. La crise se prolonge en Tunisie. Le Premier ministre Hamadi Jebali reprend ce lundi les tractations avec les partis politiques pour tenter de former un cabinet de technocrates. Mais cette initiative a du plomb dans l'aile en raison de l'opposition de son parti, le mouvement islamiste Ennahda. L'enjeu: sortir de la la plus grave crise politique depuis la révolution de janvier 2011 qui a chassé Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir. Les derniers développements. Le premier ministre réunit les dirigeants des partis ce lundi Hamadi Jebali, qui...
(22 Septembre 18/02/13)
1.800 lingots d’or, pris dans les réserves de la banque centrale tunisienne, seraient passés par Paris, Nice ou Marseille avant de repartir vers le Proche-Orient... Entre janvier 2011 et avril 2012, le clan Ben Ali aurait réussi, en pleine révolution de Jasmin, à faire sortir de Tunisie 1.800 lingots d’or, l’équivalent de 72 millions d’euros, selon les informations de Nice Matin. L’or aurait transité par la France avant d’être envoyé au Proche-Orient, à Dubaï ou Istanbul. Selon les douaniers qui ont rapporté les faits au quotidien régional, la méthode était identique à chaque passage. Des Tunisiens, en arrivant à l’aéroport en France -à Nice, Marseille, Orly ou Roissy- déclaraient l’or qu’ils avaient dans leurs bagages. «10, 20 voire 40 kilos...
(22 Septembre 07/02/13)
De notre correspondante L’exécution, hier, d’une figure de la gauche a choqué le pays. Et contraint le Premier ministre islamiste à annoncer la formation d’un gouvernement «sans appartenance politique». Par ELODIE AUFFRAY Correspondante à Tunis Alors qu’il sortait de son immeuble, hier matin, dans le quartier de Menzah 6, à Tunis, Chokri Belaïd, secrétaire du Mouvement des patriotes démocrates (extrême gauche), a été tué à bout portant de trois balles, dont une dans la tête et une dans le cou. Son assassin a pris la fuite avec un complice à moto. C’est le Premier ministre en personne, Hamadi Jebali, qui a raconté l’assassinat de cette figure de l’opposition radicale qui, transportée dans une clinique, a succombé à ses blessures. La...

Pages