Samedi 16 Décembre 2017
(Xinhua 08/11/17)
Les pays de la région MENA sont tous confrontés au défi de répondre aux aspirations de leurs populations, notamment les jeunes qui sont particulièrement exposés au risque de céder à l'intégrisme, a indiqué mardi à Rabat la directrice des opérations pour le Maghreb et Malte à la Banque mondiale (BM), Marie Françoise Marie-Nelly. Intervenant à l'ouverture de la deuxième conférence du chapitre Moyen-Orient et Afrique du Nord du réseau parlementaires sur le groupe de la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI), la responsable dans la BM a plaidé pour une gouvernance à même d'instaurer un nouveau contrat social, pour l'amélioration des services publics, via un investissement optimal des nouvelles technologies et la promotion de la transparence et...
(La Tribune 07/11/17)
La Banque africaine de développement va octroyer un prêt de 122 millions d'euros à l'Etat tunisien, dédié au financement de la deuxième phase du Programme d'appui au développement régional inclusif. Cette décision a été approuvée par le conseil d'administration, après une première phase, jugée réussie, du programme. Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé ce vendredi 3 novembre l'octroi d'un prêt de 122 millions d'euros en faveur de la Tunisie. Des sources du secteur bancaire expliquent que ce montant est destiné au financement de la deuxième phase du Programme d'appui au développement régional inclusif (PADRI-II).
(Agence Ecofin 07/11/17)
La Banque africaine de développement (BAD) va accorder un prêt de 122 millions d’euros (141,6 millions $) à la Tunisie pour soutenir la deuxième phase du programme d‘appui au développement régional inclusif (PADRI-II), a-t-on appris ce vendredi. Le PADRI dont la première phase avait déjà été financée par la Banque, ambitionne de stimuler le développement dans 16 gouvernorats grâce à un fort appui à l’inclusion socio-économique, tout en mettant l’accent sur la gouvernance locale. Selon la Banque panafricaine, ce programme est en accord avec deux de ses cinq grandes priorités. A ce titre, le PADRI « va permettre d’accroître l'investissement public de 64 % à 70 %, au cours des cinq prochaines années, dans les 16 gouvernorats prioritaires », a...
(La Tribune 07/11/17)
Le mois d'octobre 2017 par rapport à celui de septembre de la même année a connu en Tunisie une augmentation remarquable de l'indice de prix à la consommation de l'ordre de 1,1%. Cette augmentation s'explique par l'accroissement des prix des produits de l'agro-alimentaire et les boissons. 1,1% d'inflation en un mois en Tunisie. Cette évolution remarquable s'explique par l'augmentation de 1% des prix des produits alimentaires et de la boisson suite à l'accroissement des prix des légumes et des fruits frais. Dans le domaine de l'habillement et des chaussures, les prix des articles ont augmenté de 4,9% portés par la fin de la période des soldes d'été. Dans le détail, les vêtements ont connu une augmentation de 4,9% de leur...
(Le Point 07/11/17)
Franco-Tunisien, Saïd Ben Saïd fustige l'antisémitisme qui ronge le monde arabe et qu'il a pu vérifier en étant écarté de la présidence du jury des Journées cinématographiques de Carthage, car il produit actuellement un cinéaste israélien, Nadav Lapid. Au lendemain de la cérémonie d'ouverture des JCC, le festival des films africains et arabes, un Franco-Tunisien a pris la plume, dans les colonnes du Monde, pour expliquer son absence. Pressenti pour être président du jury, Saïd Ben Saïd (lauréat du césar du meilleur film cette année pour Elle de Paul Verhoeven, le césar revenant au producteur) n'a pas été confirmé. En cause : ses « accointances artistiques » avec Israël. SBS Productions a développé et finance le troisième long-métrage de Nadav...
(Le Monde 07/11/17)
Le producteur de cinéma s’exprime dans une tribune au « Monde » après avoir appris qu’il ne pouvait plus présider le jury des journées cinématographiques de Carthage (du 4 au 11 novembre) en Tunisie. On lui reproche d’avoir produit des films en Israël. Tribune. J’ai reçu au début du mois d’août une invitation pour présider le jury des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui se déroulent du 4 au 11 novembre à Tunis. J’ai accepté très chaleureusement la proposition mais, lorsque le délégué général, M. Nejib Ayed, a appris que je produisais le prochain film du cinéaste israélien Nadav Lapid et que j’avais fait partie du jury du dernier festival de Jérusalem, il m’a demandé un délai de réflexion de...
(AFP 06/11/17)
La production d'huile d'olive en Tunisie, un des principaux pays exportateurs au monde, s'annonce "exceptionnelle" avec un possible pic à 280.000 tonnes, soit près du triple de l'année précédente, a indiqué lundi à l'AFP l'Office national de l'huile (ONH). "La production d'huile d'olive est exceptionnelle, et va varier entre 260 et 280.000 tonnes contre 100.000 tonnes lors de la saison 2016-2017 et 140.000 en 2015-2016", a précisé Chokri Bayoudh, PDG de l'ONH, l'organisme gouvernemental chargé de cette production stratégique pour le pays. Près des deux tiers de la production, soit environ 200.000 tonnes, seront destinés à l'exportation, surtout vers les marchés européens et américains. La récolte vient de débuter...
(Jeune Afrique 06/11/17)
Al Joumhouri affirme ne plus s'entendre avec le parti au pouvoir, Nidaa Tounes. Un retrait sans véritables conséquences, mais qui dévoile les faiblesses du gouvernement d'union nationale. Le secrétaire général du parti Al Joumhouri, Issam Chebbi, a annoncé, ce lundi 6 novembre que son parti retirait son soutien au gouvernement d’union nationale. Il avait pourtant compté parmi les neufs partis (Nidaa Tounes, Ennahdha, Afek Tounes, Machrou Tounes, Mouvement Achaab, Al Moubadara, Al Joumhouri et la Voie démocratique et sociale, Al Massar) et trois organismes nationaux à avoir paraphé, en juillet 2016, le document de Carthage, qui édictait les priorités et la feuille de route de l’exécutif, confié à Youssef Chahed en août 2016. Issam Chebbi justifie cet abandon par une...
(Agence Ecofin 06/11/17)
En Tunisie, les certificats de propriété foncière peuvent, depuis le 31 octobre, être retirés dans toutes les agences dédiées, contrairement à la réglementation précédemment en vigueur qui n’autorisait les retraits que dans le lieu d’origine du bénéficiaire. C’est ce qu’a annoncé le ministre des Domaines de L’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Kourchid (photo), via un communiqué. « La nouvelle prestation de service consiste à la remise des certificats de propriété sans se référer au lieu d’origine. Le ministre l’a testée en retirant, sur place et instantanément, un certificat de propriété personnel de son lieu d’origine, dans le gouvernorat de Médenine, du guichet de la direction de la remise des certificats de propriété de Ben Arous. », souligne le site...
(RFI 04/11/17)
En Tunisie, des centaines de policiers ont manifesté pour réclamer l'adoption d'un projet de loi élargissant leurs prérogatives. Le mouvement fait suite à la mort d'un membre des forces de sécurité poignardé mercredi 1er novembre devant le Parlement. Mais les défenseurs des droits de l'homme craignent que le Parlement n'accorde un dangereux blanc-seing aux policiers. A Sfax, Gabès, Bizerte et Siliana, les forces de l'ordre ont battu le pavé pour demander au Parlement de leur donner les moyens de se protéger. La mort d'un des deux policiers poignardés mercredi 1er novembre à Tunis a relancé le débat sur un projet...
(Jeune Afrique 04/11/17)
Si l'économie tunisienne reste largement basée sur les entreprises familiales, l'arrivée de la troisième génération - celle des petits-enfants - nécessite une gouvernance plus rationnelle pour assurer la pérennité de ces structures. Lors de son dernier Forum de la gouvernance, l'Institut arabe des chefs d'entreprises (IACE) a donné quelques clés pour facilité cette transition. Les entreprises familiales, c’est-à-dire celles dont les actionnaires principaux appartiennent à une même famille, représentent 70 % du PIB tunisien. Plus de la moitié d’entre elles affiche un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions de dinars (17,1 millions d’euros). Ces chiffres émanent de la première étude en Tunisie sur les entreprises familiales réalisée par la société de conseils BDO pour l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE),...
(RFI 04/11/17)
Une soixantaine des Tunisiens sont en grève de la faim, depuis 8 jours dans un centre de tri à Lampedusa, cette petite île italienne où atterrissent une majorité de clandestins tunisiens. Ils protestent contre le refoulement selon la nationalité, les conditions de leur rétention et réclament la liberté de mouvement. Ces migrants tunisiens refusent le rapatriement forcé dans leur pays d'origine après leur rétention dans le centre de tri de Lampedusa. Ils protestent également contre leurs conditions inhumaines de rétention. « Les gens ici galèrent vraiment, on manque de tout ici, ils n'ont pas des vrais postes pour dormir...
(AFP 03/11/17)
Des centaines de policiers tunisiens ont manifesté vendredi pour réclamer l'adoption d'un projet de loi très controversé visant à "protéger" les forces de sécurité, au lendemain du décès d'un des leurs, poignardé par un "extrémiste". A Sfax (centre-est), deuxième ville du pays, des policiers, certains en uniforme, ont défilé avant de se rassembler devant la préfecture en chantant l'hymne national, selon un correspondant de l'AFP. D'après des médias tunisiens, des manifestations similaires ont eu lieu dans plusieurs villes comme Gabès (sud), Bizerte (nord) et Siliana (nord-ouest).
(AFP 03/11/17)
L'instance chargée de réguler le secteur audiovisuel en Tunisie s'est inquiétée vendredi d'un possible recul de la liberté d'expression au sein des médias publics en citant des "ingérences" du gouvernement, ce qu'un haut responsable a démenti. "Il y a des signes dangereux qui prédisent un recul de la liberté d'expression", a déclaré à l'AFP Hichem Snoussi, membre de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica), après une conférence de presse. "Il faut que le gouvernement sache que l'ancien régime est fini et qu'il doit s'efforcer de mettre en place un véritable programme de réformes, basé sur les principes de la liberté d'expression et de l'indépendance des médias publics", a-t-il insisté. M. Snoussi a indiqué que la Haica avait...
(AFP 03/11/17)
L'un des deux policiers tunisiens poignardés par un "extrémiste" devant le Parlement à Tunis a succombé jeudi à ses blessures, a annoncé le ministère de l'Intérieur à l'AFP. Le commandant Riadh Barrouta, grièvement atteint au cou lors de l'attaque de mercredi, "est décédé", a indiqué le porte-parole du ministère, Yasser Mesbah. L'assaillant avait tenté de frapper un autre policier, l'atteignant sans gravité au front, avant d'être interpellé. Ce jeune homme né en 1992 et titulaire d'une maîtrise en informatique "avait l'intention de rejoindre des groupes terroristes en Libye", pays voisin en proie au chaos depuis des années, a affirmé jeudi à l'AFP le porte-parole du Parquet de Tunis et du Pôle antiterroriste...
(Agence Ecofin 03/11/17)
L’Instance nationale des télécommunications (INT) de Tunisie indique que 10 jours après le lancement du site Internet dédié aux consommateurs, le 9 octobre dernier, 32 plaintes de consommateurs sur la qualité de service ont été enregistrées. Ce volume de dénonciations, en si peu de temps, témoigne du besoin qu’avaient les abonnés de disposer d’un espace bien à eux, où ils pourraient exprimer leurs plaintes sur les violations commises par les opérateurs télécoms de leurs obligations de service, sans qu’elles ne soient occultées par les autres missions du régulateur télécoms. D’après l’INT, sur les 32 réclamations, 28 « ont été résolues, avec une moyenne de 48h en termes de temps de réactivité de la part des opérateurs et des Fournisseurs de...
(AFP 02/11/17)
Un jeune Tunisien "adepte de la pensée extrémiste" selon les autorités a poignardé mercredi deux policiers devant le Parlement à Tunis, blessant grièvement l'un d'eux avant d'être arrêté. L'homme armé d'un couteau a attaqué les membres des forces de l'ordre vers 08H00 (07H00 GMT), atteignant "le premier à la nuque, le deuxième au niveau des yeux", a déclaré à l'AFP le porte-parole du Parquet, Sofiène Sliti. L'un d'eux, un commandant, a été gravement blessé. Il a été opéré et était en réanimation dans l'après-midi, a affirmé à l'AFP une source médicale.
(Jeune Afrique 02/11/17)
Pour sa première visite officielle hors Union européenne, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, s’est rendu les 30 et 31 octobre à Tunis. Il y a parlé d’avenir, mais aussi des inquiétudes du moment. En deux jours, Antonio Tajani, le président italien du Parlement européen, a rencontré tous ceux qui comptent à Tunis : le président de la république, le Chef du gouvernement, les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), la centrale patronale et la société civile. A tous, il a assuré du soutien de l’Europe à la démocratie naissante en Tunisie et à l’Afrique.
(Le Monde 02/11/17)
Vingt et un touristes, dont quatre Français, et un policier avaient été tués en 2015 lors de cette attaque revendiquée par le groupe Etat islamique. Déjà renvoyé de juillet à octobre, le procès de l’attentat du Bardo qui avait fait 22 morts en mars 2015 a été à nouveau reporté, mardi 31 octobre, à l’issue d’une audience de deux heures qui s’est tenue à Tunis, en présence de plusieurs avocats français ayant fait le déplacement depuis Paris. Le juge a fixé au 9 janvier 2018 la prochaine audience de ce procès hors normes. Le 18 mars 2015, deux jeunes djihadistes tunisiens avaient fait irruption au musée du Bardo, haut lieu du tourisme dans la capitale tunisienne, avant de tuer vingt...
(Jeune Afrique 02/11/17)
La Banque centrale de Tunisie (BCT) a dressé une nouvelle liste des produits d'importation jugés « non essentiels » publiée lundi. La liste initiale de 604 produits a été largement réduite, pour atteindre 222 produits. Les véhicules et les préservatifs, dont le caractère « non essentiels » avait fait l’objet de vifs débats, sont redevenus « essentiels ». « C’est une victoire ! » se réjouit Mehdi Mahjoub, le porte-parole de la Chambre syndical des concessionnaires automobiles, qui dépend du syndicat patronal majoritaire UTICA. « Notre pression médiatique, nos réunions avec le ministère du Commerce ces derniers jours, nos courriers assez secs au ministère des Finances et au bureau du Premier ministre ont payé. » Pour faire entrer les marchandises...

Pages