Vendredi 23 Février 2018
(Agence Ecofin 29/01/18)
Centre Financier aux Entrepreneurs (CFE) Tunisie, une institution de microfinance tunisienne, prévoit de financer 5300 entrepreneurs à hauteur de 40 millions de dinars tunisiens (16,7 millions $) au cours de l’année 2018. Cette opération est soutenue par un appui de 12 millions de dinars tunisiens supplémentaires, apporté par la Tunisien American Enterprise Fund, dans le cadre de sa stratégie visant à soutenir le développement et le financement des institutions de microfinance en Tunisie. Le CFE a obtenu son agrément en avril 2015. Sa principale mission est d’accroître l’accessibilité des ...
(Le Monde 29/01/18)
Elle trône, superbe, conquérante, en surplomb des terrasses de cafés de l’avenue qui porte son nom. La statue équestre de Habib Bourguiba a regagné en mai 2016 le cœur de Tunis et le « père de la nation », tout de bronze coulé, pointe à nouveau son bras vers la Médina toute proche. La symbolique de ce retour au bercail du héros de l’indépendance n’a pas fini de faire sentir ses effets sur la scène politique tunisienne. Quand Béji Caïd Essebsi, l’actuel chef de l’Etat, a pris cette initiative, la plupart des observateurs n’y ont vu qu’une juste réparation. Il ne s’agissait rien tant que de laver l’affront qu’avait infligé au « commandant suprême » son héritier infidèle, Zine El-Abidine...
(La Tribune 29/01/18)
Récemment passé sous le giron du groupe français PSA, le constructeur automobile allemand Opel veut renforcer son ancrage en Afrique. Et c’est au Nord du Continent qu’il envisage exporter très prochainement ses véhicules construits en Europe. Cibles premières : le Maroc et la Tunisie. Ramener des véhicules fraîchement sortis d'usines européennes sur le marché africain, c'est désormais la nouvelle piste que veut explorer le constructeur allemand Opel. Ce dernier entend exporter prochainement vers le Maroc et la Tunisie, a révélé le PDG d'Opel, Michael Lohscheller, lors d'une interview accordée au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et parue dans son édition de ce lundi 29 janvier. Le choix de ces deux marchés en priorité n'est pas fortuit. « Nous y...
(Agence Ecofin 29/01/18)
Les expéditions tunisiennes de dattes durant la saison 2017/2018 ont généré au 23 janvier dernier, une entrée en devises de l’ordre de 237 millions de dinars (99 millions $), soit un bond de 25% par rapport à la même période en 2016/2017. C’est ce qu’indique le Ministère tunisien de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche. Dans les détails, le volume des exportations s’est chiffré à 37 669 tonnes dont 4 752 tonnes de dattes "Bio". Par ailleurs, si les principales destinations restent le Maroc (8 200 tonnes), l’Italie (5 100 tonnes), la France (3 700 tonnes), il faut noter une bonne dynamique en terme de volume à l’export vers les marchés non traditionnels comme l’Inde (439%), l’Indonésie (+122%)...
(AFP 29/01/18)
La Tunisie a remporté la Coupe d'Afrique des nations de handball (messieurs) en battant l'Egypte, tenante du titre, 26 à 24 (mi-temps: 13-15) en finale de la 23e édition, samedi, au palais des sports de Libreville. Les Tunisiens, qui avaient perdu la finale de l'édition 2016 face au même adversaire, prennent ainsi leur revanche pour enlever le dixième titre de leur histoire (un record). Pour sa part, l'Angola a pris la 3e place en battant le Maroc 29 à 26. La Tunisie, l'Egypte et l'Angola représenteront l'Afrique au Mondial de handball co-organisé par l'Allemagne et le Danemark en 2019.
(BBC 29/01/18)
Un Tunisien a été condamné vendredi à trois ans de prison ferme pour avoir "glorifié des groupes terroristes". Il est accusé également d'inciter à la violence contre le président Béji Caïd Essebsi sur Facebook. C'est sur Facebook que l'intéressé a publié des posts où il avait "qualifié d'apostat" le défunt président tunisien Habib Bourguiba, père de l'indépendance du pays. L'individu a également incité à la violence et au meurtre des membres des services de sécurité ainsi que l'actuel chef de l'Etat tunisien. La justice lui reproche également de "glorifier des groupes terroristes". Pour les trois chefs d'accusation, ce tunisien a été condamné vendredi à trois ans de prison. Il a été jugé en vertu de la loi antiterroriste et sera...
(AFP 28/01/18)
Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d'Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu'il est chef de la diplomatie américaine. Une source au sein de l'UA a confirmé l'authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la...
(Jeune Afrique 27/01/18)
Pour la première fois depuis le début des manifestations contre la vie chère en Tunisie, lancées début janvier par le collectif « Fech Nestanew », seulement quelques centaines de personnes ont participé au rassemblement de ce vendredi. Alors que le mouvement contestataire, qui se mobilise depuis début janvier contre la vie chère en Tunisie, prévoyait une nouvelle manifestation ce vendredi 26 janvier pour le « Jeudi noir », à peine quelques centaines de protestataires ont participé au rassemblement au Bardo, devant le siège de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Des chiffres beaucoup moins importants que lors de la dernière manifestation à Tunis, le 12 janvier. Ce collectif, qui a démarré son action le 7 janvier par des mobilisations populaires...
(Le Monde 26/01/18)
C’est un paradoxe amer, un dégât collatéral de la stabilisation politique de la Tunisie. La démocratie a besoin de paix pour s’épanouir mais quand celle-ci vire au consensus opaque, à l’arrangement à huis clos, la concorde apparente ne devient-elle pas un masque, le faux nez d’un pouvoir confisqué ? Cette question, un nombre croissant de Tunisiens attachés à la transition démocratique de leur pays, célébrée à l’étranger comme un « modèle » dans le monde arabo-musulman, se la ...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Quarante ans après les faits, le 26 janvier 1978 est toujours gravé dans la mémoire des Tunisiens. Cette crise entre le gouvernement et les syndicats, appelée le « Jeudi noir », a abouti à la première grève générale et provoqué un soulèvement populaire violemment réprimé. Retour sur ce tournant de l’histoire tunisienne. Cette date continue de rassembler les foules. Ce 26 janvier 2018, le collectif Fech Nestanew, qui se mobilise depuis le début de l’année contre la vie chère en Tunisie, a appelé les manifestants à se rassembler. Une date qui est loin d’être due au hasard.
(Jeune Afrique 26/01/18)
Le mouvement contestataire, qui se mobilise depuis début janvier contre la vie chère en Tunisie, a annoncé ce jeudi la reprise des manifestations. La première est attendue ce soir dès 18 heures, puis le 26 janvier à 14 heures, pour le "Jeudi noir". Le mouvement contestataire avait promis de ne pas faiblir, il a tenu parole. Dans une conférence de presse donnée ce jeudi 25 janvier, « Fech Nestanew » (Qu’est-ce qu’on attend), qui s’est fait connaître début janvier en s’érigeant contre la loi de finances 2018, a présenté le programme de ses prochaines manifestations. Les citoyens sont ainsi appelés à se rassembler devant tous les sièges des gouvernorats, pour réclamer la révision des prix des produits de consommation et...
(Agence Ecofin 26/01/18)
Fin 2017, les investissements étrangers en Tunisie ont connu une hausse de 12,8%, par rapport à l’année précédente, indique l’Agence tunisienne de promotion des investissements étrangers (FIPA), dans un communiqué relayé par Xinhua. Ainsi, de 1 989 millions de dinars (827, 8 millions $) en 2016, ils sont passés à un montant total d’environ 2 244 millions de dinars (939 millions $), en 2017. Cette performance a été essentiellement portée par une hausse de 32,3% des investissements en portefeuille et 11,9% des investissements directs. Dans le détail, l’industrie manufacturière en monopolise la plus grande part (21,6%), suivie des services (13%). En raison de la crise que traverse le pays, l’Etat tunisien tente de mettre en place de nouvelles stratégies pour...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Parmi les pays les plus connecté du continent africain, la Tunisie voit se multiplier les formations au métiers du numérique. Selon ces écoles, le secteur est l'un des leviers à exploiter pour enrayer le chômage des jeunes. La Tunisie est un des pays les plus connecté du continent africain. Il figure au cinquième rang des pays africains les mieux équipés en termes d’infrastructure selon le Network readiness index (NRI) du Forum économique mondial. Son secteur numérique représente 7,2 % de son PIB, autant que le tourisme et l’agriculture. Et le pays attire nombre d’entreprises souhaitant délocaliser leurs plateformes techniques. Une pédagogie commune Dans ce contexte, les besoins en profils techniques augmentent et les écoles dédiées au métiers du numérique poussent...
(Le Monde 26/01/18)
Tunisie, où vas-tu ? La transition démocratique tunisienne, tant célébrée à l’étranger comme un « modèle », est-elle en train de s’enrayer ? Sur la seule sphère politique, on ne compte plus les retards, les ratés, les faux pas, voire les régressions. Parmi les plus notables : un Parlement infantilisé, une Cour constitutionnelle dans les limbes, une Commission électorale affaiblie, une décentralisation à la peine, une justice contestée, un arbitraire policier qui perdure. Et puis, il y a cette nouvelle petite musique qui fait entendre la nostalgie d’un ordre à poigne tout en démonétisant la révolution du printemps de 2011. C’est un paradoxe amer, un dégât collatéral de la stabilisation politique de la Tunisie. La démocratie a besoin de paix...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Alors que le français Sodexo se taille la part du lion sur le marché encore réduit des titres-restaurant, un autre français, UP (ex-groupe Chèque déjeuner), fait son entrée en Tunisie avec le rachat de la société Top Checks. Le nouveau venu compte sur un changement des habitudes de paiement et sur un coup de pouce parlementaire pour améliorer ses ventes. Avec 300 000 utilisateurs sur trois millions d’actifs, le taux de pénétration des titres-restaurant en Tunisie n’atteint que 10 % du marché potentiel. Si ce marché est pour l’instant largement dominé par le français Sodexo (50 % de parts de marché), un autre groupe français, UP (ex-groupe Chèque déjeuner), est bien décidé à changer la donne. UP vient d’investir 2...
(Jeune Afrique 25/01/18)
Créée par Béji Caïd Essebsi en août 2017, la Commission des libertés individuelles et de l’égalité vise à réduire les inégalités entre les sexes en Tunisie. Elle remettra son « deuxième code du statut personnel » à la mi-février. Présidée par la députée Bochra Belhaj Hmida, la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe) met la dernière main aux propositions sur la promotion de l’égalité, dans l’esprit d’un « deuxième code du statut personnel », qu’elle remettra au chef de l’État à la mi-février. La Colibe se penchera aussi sur l’octroi de la nationalité aux ressortissants étrangers qui épousent des Tunisiennes.
(Jeune Afrique 25/01/18)
Le classement éventuel du couscous au patrimoine mondial de l'humanité réconciliera-t-il les Maghrébins, la classe politique française et l’espèce humaine toute entière ? Algériens, Marocains et Tunisiens tentent un front commun. De part et d’autre de la Méditerranée, il attisait les crispations identitaires et provoquait des bourrasques politiques. Il pourrait incarner aujourd’hui l’union fraternelle des peuples, autant qu’un patrimoine commun à tous les Terriens. Lui ? C’est le couscous… Était-elle vraiment polémique, la semoule de blé dur agrémentée de pois chiches ? En septembre dernier, la presse française avait forgé un néologisme en qualifiant de « Couscous Gate » le scandale provoqué par la photo d’un membre du Front national dégustant ce plat dans un restaurant de Strasbourg. C’est Florian...
(Jeune Afrique 24/01/18)
Les ministres des Finances de l'Union Européenne ont retiré huit pays de leur liste noire des « juridictions non coopératives en matière fiscale », parmi lesquels la Tunisie, lors d'une réunion ce 23 janvier à Bruxelles. La Tunisie, le Panama, la Corée du Sud, les Émirats Arabes Unis, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade « ont été retirés de la liste noire (…) après s’être engagés à remédier aux inquiétudes de l’UE », a annoncé le Conseil des ministres des Finances de l’Union européenne dans un communiqué. « Nous sommes sortis, c’est officiel », se réjouit Hichem Ben Ahmed, le secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, joint par Jeune Afrique. « Les ministres européens étaient unanimes. La Tunisie devait quitter...
(La Tribune 24/01/18)
La Tunisie a été retirée de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne moins de deux mois après son inscription sur la fameuse liste sur laquelle il ne reste plus qu’un seul pays africain, la Namibie. Les autorités tunisiennes se sont engagées à coopérer avec l’UE sur les volets qui lui ont valu ce statut qui affecte négativement son climat des affaires. Reste à savoir jusqu’où ira la Tunisie pour se conformer aux injonctions européennes sans compromettre son attractivité, notamment pour les métiers de l’offshoring. Le lobbying tunisien a payé. Le pays vient en effet d'être retiré, ce mardi 23 janvier, de la liste noire de l'UE rendue publique le 5 décembre dernier et qui recense les pays...
(La Tribune 24/01/18)
La Banque africaine du développement apportera à la Tunisie cette année 2018 un nouvel appui budgétaire de 1,14 milliard de dinars (environ 383 millions d'euros). D'après le vice-président de la Banque, Khaled Sherif, les fonds devront financer divers projets notamment de développement intégré dans certaines régions du pays. 1,14 milliard de dinars, soit quelque 383 millions d'euros. C'est le montant de l'appui budgétaire de la Banque africaine de développement (BAD) à la Tunisie cette année 2018. L'annoncé de ce nouvel appui a été rapportée via un communiqué officiel citant le vice-président de l'institution Khaled Sherif lors de son entretien avec le ministre tunisien du Développement, de l'investissement et de la coopération internationale, Zied Laâdhari ce lundi 22 janvier 2018. Le...

Pages