Dimanche 22 Avril 2018
(Jeune Afrique 10/03/18)
La présidence de la Tunisie a annoncé mardi la prolongation de l'état d'urgence pour sept mois supplémentaires. Certains parlementaires, qui se sentent exclus des débats relatifs à ce sujet, redoutent sa banalisation et appellent à un meilleur encadrement politique. Le mardi 6 mars, deux déclarations pouvant paraître contradictoires ont été faites en parallèle par le gouvernement tunisien. D’une part, le Premier ministre Youssef Chahed, en visite à Ben Guerdane, ville frontalière avec la Libye, s’est félicité de la stabilisation de la situation sécuritaire ; d’autre part, la présidence a annoncé la prolongation de l’état d’urgence pour une durée de sept mois, jusqu’à la mi-octobre. Soit la prolongation la plus longue depuis la révolution en Tunisie. Cette annonce faisait suite à...
(AFP 10/03/18)
Un employé des chemins de fer tunisiens, licencié après avoir dénoncé des faits de corruption, va réintégrer son travail grâce à la loi protégeant les lanceurs d'alerte, a indiqué vendredi l'entreprise publique. Issameddine Fitati "reprendra le travail à partir de lundi", un an et demi après son licenciement, a déclaré à l'AFP un responsable de la communication de la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT). Muni de nombreux documents, M. Fitati avait affirmé qu'un marché conclu par la SNCFT pour l'achat de wagons avait été entaché de corruption, suite à quoi il avait été licencié. L'Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) est intervenue pour exiger de la SNCFT de le réintégrer et de lui verser l'intégralité...
(AFP 09/03/18)
En mars 2016, des jihadistes ont tenté, sans succès, de prendre pied en Tunisie en lançant des attaques spectaculaires contre la ville de Ben Guerdane. Deux ans plus tard, ils sont affaiblis dans le pays mais la menace plane toujours. Mercredi, le chef du gouvernement Youssef Chahed a marqué le deuxième anniversaire de ces attaques, que les autorités présentent volontiers comme "un tournant dans la guerre" contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI). Depuis cette localité située à quelques kilomètres de la frontière libyenne, M. Chahed a dit vouloir consacrer la date "comme journée nationale de la victoire contre le terrorisme". Dans le sillage d'une série d'attentats sanglants de l'EI en 2015, l'attaque menée le 7 mars 2016 par des...
(Jeune Afrique 09/03/18)
Deux députés français ont demandé mi-février que la vérité soit faite sur la disparition de Maurice Audin, militant du Parti communiste algérien mort le 11 juin 1957, dont un nouveau témoignage a récemment remis en cause la responsabilité de l'État dans cette affaire. Ce 14 février, à Paris, le député communiste Sébastien Jumel est aux côtés du mathématicien Cédric Villani, élu de la majorité présidentielle, président du jury du prix des mathématiques Maurice-Audin et membre du groupe parlementaire d’amitié France-Algérie. Un conseiller de l’ambassade algérienne est également là. Les deux hommes politiques demandent d’une même voix que la vérité soit faite sur la disparition, le 11 juin 1957, de Maurice Audin, assistant à la faculté des sciences d’Alger et militant...
(Jeune Afrique 09/03/18)
« La Tunisie sera sauvée par ses femmes », prédisent à l’envie les hommes politiques en Tunisie. Chronique. La formule est jolie, mémorisable, sonne bien… si ce n’est qu’elle semble surtout avoir été fournie avec un kit d’éléments de langage qui font eux aussi florès. Derrière cet apparent engouement pour les femmes, un chiffre : plus d’un million de Tunisiennes ont voté pour le président Béji Caïd Essebsi en 2014. Dans les starting-blocks des législatives et présidentielle de 2019, les hommes politiques se rappellent soudain que la moitié de l’électorat est féminin. Personne ne leur en voudra de faire déjà des calculs, c’est la règle. Mais pour sortir vainqueur des urnes, il faut convaincre, se présenter comme le meilleur, ou...
(Xinhua 09/03/18)
D'une magnitude de 4,3 degré, une secousse tellurique a frappé jeudi la province de Bizerte au nord de la Tunisie, et a été ressentie dans la région capitale Grand-Tunis, a annoncé jeudi l'Institut national de météorologie (INM) de Tunisie. Selon l'INM, cette secousse a été ressentie vers 17H42 heure locale dans certaines communes de Bizerte ainsi qu'aux certains quartiers du Grand-Tunis. L'Institut national de météorologie n'a pas confirmé avoir enregistré des dégâts matériels ou humains.
(Agence Ecofin 09/03/18)
Au terme des deux premiers mois de l’année, le montant des exportations tunisiennes de produits agricoles a atteint un record de 1,05 milliard de dinars (439 millions $), soit une hausse de plus de 109% par rapport à la somme enregistrée un an plus tôt. D’après les données des autorités, cette prouesse économique tient à une hausse de 14% des prix des marchandises sur le marché à l’export ainsi qu’à de fortes augmentations des exportations de produits agricoles au premier rang desquels, l’huile d’olive. Alors que la quantité des expéditions de la denrée a plus que triplé en se chiffrant à 54 500 tonnes, les recettes se sont élevées pour leur part, à 544,8 millions de dinars (+280%). Au bon...
(Xinhua 09/03/18)
La croissance de l'Afrique du Nord devrait atteindre 5% en 2018 et 4,6% en 2019, affirme la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport sur les perspectives économiques de la région, publié jeudi par le journal marocain "Le Matin". "Les perspectives demeurent positives pour 2018 et 2019 grâce, notamment, aux réformes engagées dans l'ensemble des pays de la région", indique la même source. Selon la BAD, l'année 2017 s'est conclue en Afrique du Nord sur une croissance de 4,9% du PIB réel, en hausse par rapport aux 3,3% enregistrés en 2016. Cette performance économique est d'ailleurs supérieure à la moyenne affichée par le continent dans son ensemble (3,6%) et place la région de l'Afrique du Nord en deuxième position...
(Xinhua 09/03/18)
Le déficit de la balance commerciale de la Tunisie s'est atténué vers la fin du mois de février dernier à 2 215,3 millions de dinars (un dinar vaut 0,41 US dollar) contre 2 510,6 millions de dinars en février 2017, a annoncé jeudi l'Institut national de la statistique (INS) de ce pays. Selon l'INS, cette baisse du déficit s'explique essentiellement par la relance des exportations, en hausse de 42,9% face à une augmentation à un rythme moindre des importations, soit de 23,7%. L'INS rappelle que les exportations n'ont crû que de 4,7% durant la période janvier-février 2017, cependant de 42,9% durant la même période 2018. En valeur, les exportations ont atteint 6 612,1 millions de dinars durant les deux premiers...
(AFP 08/03/18)
La Banque centrale de Tunisie (BCT) s'est dite jeudi inquiète d'une situation économique marquée par certains indicateurs "effrayants", en défendant sa récente décision d'augmenter son taux directeur. "L'inflation est en train de monter à des niveaux anormaux. On a longtemps vécu avec des taux d'inflation à 2-3% puis on est passés à 4-5%, soit à un nouveau palier. Aujourd'hui, nous sommes à 7,1%", a déclaré le nouveau gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi, lors d'une conférence de presse. "Si nous ne prenons pas des mesures, on atteindra un autre palier", a-t-il ajouté, en disant craindre l'entrée dans "une inflation incontrôlée".
(AFP 08/03/18)
Le chef du gouvernement Youssef Chahed s'est félicité mercredi de la stabilisation de la situation sécuritaire en Tunisie, en commémorant "la victoire contre le terrorisme" des forces de sécurité lors d'attaques jihadistes sans précédent il y a deux ans. "Dieu soit loué, la situation sécuritaire s'est stabilisée en Tunisie", a déclaré M. Chahed à Ben Guerdane (sud), ville frontalière de la Libye théâtre le 7 mars 2016 d'une triple attaque contre des installations sécuritaires. "Nous sommes ici pour (...) ne pas oublier ce qui s'est passé le 7 mars et pour consacrer ce jour comme journée nationale de la victoire contre le terrorisme, et Ben Guerdane comme la ville de la victoire contre le terrorisme", a ajouté le chef du...
(Jeune Afrique 08/03/18)
Égalité, citoyenneté, transmissions successorales… Cette figure du féminisme tunisien dirige une commission chargée d’émettre des propositions dans ces domaines sensibles. • 1. Déterminée Elle préside la Commission des libertés individuelles et de l’égalité, rattachée à la présidence de la République, qui ne remettra son rapport qu’après les municipales de mai, afin d’éviter les tensions partisanes. Quand on lui fait remarquer que le combat des Tunisiennes pour l’égalité en matière d’héritage n’est pas gagné d’avance, elle rétorque que « François Mitterrand a bien aboli la peine de mort contre l’avis de la majorité des Français ». • 2. Facétieuse Cette native de Zaghouan (Nord-Est) s’est taillé une réputation de farceuse durant ses années de collège. En prenant l’air le plus sérieux...
(Jeune Afrique 08/03/18)
Dans la lutte pour la libération du pays mais aussi dans celle pour les droits des femmes, une figure emblématique a marqué l’histoire tunisienne : celle de Radhia Haddad. Portrait de cette militante qui n’hésitait pas à tenir tête à Bourguiba. À Tunis, non loin de la célèbre avenue Habib Bourguiba, une rue se distingue des autres : en août 2012, elle devenue la première (et la seule depuis) à porter le nom d’une femme dans la capitale, celui de Radhia Haddad. Une consécration qui rend hommage au travail de cette militante, qui a dédié sa vie à l’amélioration de la condition féminine en Tunisie. Membre du Néo-Destour puis du Parti socialiste destourien (appellations successives de l’ancien parti unique fondé...
(Xinhua 08/03/18)
Après une suspension de plus d'un mois, suite à des mouvements sociaux dans le bassin minier du sud-ouest tunisien, les activités d'extraction et de production de phosphate a repris mercredi son rythme habituel d'une façon progressive, a annoncé Rafaa Nasib, directeur de la production à la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) en Tunisie. Principal établissement public dans ce secteur, un de ses ressources majeures de la Tunisie, la CPG a confirmé avoir repris toutes ses activités dans ses différents sites miniers. "Nous avons repris l'approvisionnement de nos principaux clients du phosphate commercial dont le Groupe chimique tunisien et la Société tuniso-indiennes des engrais, ce qui leur permettra de reprendre la production des engrais chimiques", a assuré M. Nasib. Selon...
(Jeune Afrique 08/03/18)
Avec quatre autres membres du bureau exécutif de la Fédération tunisienne de football (FTF), Bilel Foudhaili a dénoncé mardi la gestion trop solitaire de Wadie Jary, le président de la FTF. L’ancien dirigeant du Club africain explique à Jeune Afrique les raisons de cette fronde. La tension monte au sein de la Fédération tunisienne de football (FTF). Dans un communiqué ferme, rendu public ce mardi 6 mars, cinq membres importants de la FTF ont exprimé leurs désaccords vis-à-vis de la gestion du président de la Fédération, Wadie Jary, qu’ils jugent trop solitaire. Parmi ces cinq signatures, Bilel Foudhaili, président de la Commission fédérale d’organisation et de protocole de la FTF, précise à Jeune Afrique les raisons de cette discorde. Jeune...
(AFP 07/03/18)
La production de phosphate en Tunisie a repris après un blocage d'un mois et demi dû à des mouvements sociaux, a annoncé mercredi à l'AFP le porte-parole de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG). Les activités ont "repris à 90%" mardi soir, a déclaré Mourad Sellimi, en expliquant que des problèmes subsistaient à Redeyef, l'une des villes du bassin minier, mais qu'ils devraient être bientôt résolus. Le gouvernement tunisien, excédé, avait annoncé dimanche qu'il poursuivrait les responsables du blocage, menaçant d'intervenir pour relancer ce secteur clé de l'économie secoué par des troubles récurrents. Des camions transportant du phosphate ont pu partir de la mine d'Om Lakhchab, à Metlaoui (centre-ouest), en direction du Groupe chimique à Gabès (sud), selon le...
(AFP 07/03/18)
La présidence tunisienne a annoncé mardi la prolongation jusqu'à mi-octobre de l'état d'urgence, en vigueur depuis une série d'attentats en 2015, disant vouloir assurer la sécurité durant les élections municipales, le mois de ramadan et la saison touristique. Le président Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger cette mesure d'exception "pendant sept mois à compter du 12 mars", selon un communiqué de la présidence publié à l'issue d'une réunion du conseil national de sécurité, un organe restreint sous la houlette de M. Essebsi. Il a indiqué avoir consulté le chef du gouvernement et le président du Parlement. Les premières élections municipales de l'après révolution - très attendues et plusieurs fois repoussées - sont prévues le 6 mai, tandis que le...
(Xinhua 07/03/18)
Le président tunisien Beji Caïd Essebsi a décidé de prolonger l'état d'urgence pour sept mois supplémentaires à compter du 12 mars, selon un communiqué rendu public mardi par la Présidence. Cette décision a été prise lors d'une réunion du Conseil suprême de la sécurité présidée par M. Essebsi, en présence du Premier ministre Youssef Chahed, du président de l'Assemblée des représentants du peuple (Parlement) Mohamed Ennaceur, ainsi que des officiers supérieurs des forces militaire et sécuritaire. Le Conseil suprême de la sécurité s'est penché sur les capacités des forces face à la menace extrémiste, ainsi que la préservation des frontières du pays, au sud-est avec la Libye et au nord-ouest avec l'Algérie. "Parallèlement au processus démocratique qui devra être renforcé...
(Jeune Afrique 07/03/18)
Trois semaines après son arrivée à la tête de l'institution tunisienne, Marouane Abbassi en a relevé lundi le taux directeur annuel. Une mesure qui doit permettre de lutter contre l'inflation et d'attirer les capitaux étrangers, mais qui risque de peser sur une dette nationale déjà conséquente. La Banque centrale tunisienne (BCT) a relevé, lundi 5 mars, son taux directeur annuel de 5 % à 5,75 %. L’objectif affiché est d’enrayer l’inflation qui a atteint 7,1 % en février, et, selon plusieurs observateurs, qui pourrait atteindre un record de 8 % à la fin de l’année. Il s’agit de « préserver le pouvoir d’achat des citoyens et de favoriser les conditions d’une croissance saine », selon la Banque centrale. En augmentant...
(Jeune Afrique 07/03/18)
Marie-Christine Vergiat, eurodéputée française (Front de gauche) s'est rendue en Tunisie fin février pour relayer le discours qu'elle a tenu devant le Parlement européen : la Tunisie n’a rien à faire sur la liste des pays susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme. Après avoir rencontré à Tunis, le 27 février, le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, la Française Marie-Christine Vergiat, députée européenne (Front de gauche), s’est rendue à la Fondation Rosa Luxembourg Stiftung-North Africa. Aux militants d’extrême gauche comme aux fonctionnaires tunisiens, elle a tenu les mêmes propos qu’au Parlement européen fin janvier : la Tunisie n’a pas à figurer sur la liste des pays susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux...

Pages