Samedi 18 Novembre 2017
(Agence Ecofin 26/10/17)
A l’image de son voisin algérien, la Tunisie met un point d’honneur à assainir la gestion de son foncier. Dans ce cadre, l’Etat a réussi à récupérer 20 113 hectares de terres domaniales occupées illégalement depuis 2011. « Ces terres domaniales ont été squattées depuis les événements du 14 janvier 2011. Le gouvernorat de Béja vient en tête (3 115 hectares récupérés) tandis que le gouvernorat de Tataouine n’a enregistré aucun acte de spoliation de terrains domaniaux. L’opération de restitution a été menée suite à l’exécution des décisions de déchéance de droit, les décisions d’évacuation ainsi que les décisions juridictionnelles. Les terrains récupérés ont été pris en charge par les services de l’office des terres domaniales, en vue de leur...
(Agence Ecofin 26/10/17)
Selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), si la question du changement climatique n'est pas abordée, il y aura des conséquences désastreuses. « Comme je l'ai déjà dit, si nous ne faisons rien en ce qui concerne le changement climatique maintenant, dans 50 ans, nous serons, grillés et rôtis.», a déclaré Christine Lagarde (photo), lors d'un débat mardi à la Future Investment Initiative de Riyad, en Arabie saoudite. « Des décisions sont nécessaires à ce stade, ce qui implique que probablement dans 50 ans, le pétrole sera une matière première de second rang.», a ajouté Mme Lagarde. Selon la dirigeante, le changement climatique et l'inégalité croissante sont les deux questions clés imminentes. « Si nous n'abordons pas ces...
(AFP 25/10/17)
Une petite ville tunisienne a observé mercredi une grève générale pour réclamer une "enquête sérieuse" sur un naufrage entre une embarcation de migrants et un navire de l'armée, dans lequel elle a perdu au moins huit de ses habitants. Commerces, écoles et administrations étaient fermés dans la localité de Bir Ali Ben Khalifa, près de la grande ville de Sfax (centre-est), selon un correspondant de l'AFP sur place. Des centaines de personnes ont également défilé en demandant "une enquête transparente" ainsi que "travail et développement" dans leur région, selon elles "marginalisée".
(Jeune Afrique 25/10/17)
Entre ton menaçant et propositions alternatives, le syndicat patronal tunisien exprime son mécontentement face au projet de loi de finances du gouvernement. L’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) est fâchée et le fait savoir. En cause : le projet de loi de finances (PLF) 2018. La présidente du syndicat patronal tunisien, Wided Bouchamaoui, mène l’offensive, décidée lors d’une réunion du conseil administratif tenu le 19 octobre et lancée peu après. Ouided Bouchamaoui menace Le communiqué officiel, rendu public le 24, détaille : « Les présents [à la réunion, NDLR] ont également exprimé leur mécontentement quant aux dispositions de ce projet de loi...
(Jeune Afrique 25/10/17)
La Banque centrale de Tunisie a émis une proposition visant à réduire le coût des importations, dont le montant dépasserait les 10 millions de dinars. Elle a donc établi une liste de produits jugés superflus et dispensables, dont les préservatifs. Pour freiner le déficit commercial de 11,5 milliards de dinars (3,95 milliard d’euros) sur les neuf premiers mois de l’année – la Banque centrale de Tunisie a décidé de mettre des freins à l’importation de quelque 500 produits non essentiels. La BCT a donc établi une liste de produits jugés superflus et dispensables, qu’elle a soumis aux banques tunisiennes. Elle n’interdit rien mais demande aux sociétés importatrices de provisionner dès la commande le montant des factures qui sera bloqué en...
(AFP 24/10/17)
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a promulgué mardi une loi d'amnistie de fonctionnaires impliqués dans la corruption sous la dictature, dont l'adoption au bout de deux ans de controverses avait provoqué un tollé dans l'opposition et la société civile. M. Essebsi "a signé mardi la loi de réconciliation dans le domaine administratif", a annoncé la présidence dans un communiqué. Présenté par le président mi-2015, ce projet de loi prévoyait dans sa mouture initiale l'amnistie de certaines personnes --hommes d'affaires, anciens du régime Ben Ali et autres-- poursuivies pour corruption, en échange du remboursement à l'Etat...
(Jeune Afrique 24/10/17)
Membre fondateur de Nidaa Tounes, la députée a annoncé qu’elle en briguait la présidence. Quitte à faire de l’ombre à Hafedh Caïd Essebsi, qui a imposé sa mainmise sur le mouvement. Une jeune et élégante brune donne du fil à retordre aux dirigeants de Nidaa Tounes, qui, depuis son succès aux législatives de 2014, traverse une crise de leadership. Wafa Makhlouf, 41 ans, qui compte non seulement parmi les douze membres fondateurs de la formation créée en 2012 par Béji Caïd Essebsi (BCE), actuel président de la République, mais aussi parmi les figures féminines phares du parti qui ont contribué à son succès, a annoncé le 22 septembre qu’elle en briguait la présidence. « Nous n’avons pas préparé l’après-BCE, qui...
(Le Monde 23/10/17)
Les réseaux de passeurs se sont établis sur l’archipel plus que partout ailleurs dans le pays. Une mer étale, huileuse, mouchetée de barques laquées de bleu. De la jetée d’El-Attaya, bordée de filets de pêche enroulés en grosses pelotes, on n’aperçoit évidemment pas Lampedusa, l’île italienne située à 160 km au nord-est. On la devine seulement. Ceux des habitants d’El-Attaya qui n’y sont jamais allés ne la connaissent déjà que trop. Elle est dans la tête de chacun. Car c’est de ce village de pêcheurs de l’archipel de Kerkennah que s’embarquent les clandestins vers le rêve européen. C’est d’ici qu’était partie, le 8 octobre, la petite flotte éparse de barques, chacune chargée d’une dizaine de passagers, qui avaient convergé vers...
(Xinhua 23/10/17)
Le projet du budget de l'Etat tunisien pour l'exercice 2018 prévoit 14% aux ministères de l'Intérieur et de la Défense, soit une enveloppe totale de 5.112 millions de dinars (un dinar vaut 0,4 dollar). Avalisé le 12 octobre dernier en conseil des ministres et en attente de son examen et approbation parlementaire, le budget de l'Etat pour 2018 est estimé à 35.851 millions de dinars, soit une hausse de 4,3% par rapport à 2017. Concernant le budget du ministère de l'Intérieur, il enregistre une hausse de 12,5% par rapport au budget de 2017, pour se situer à 2.879 millions de dinars. Selon certains analystes, ce budget s'explique par l'acquisition ces trois dernières années d'équipements et matériels dédiés à la lutte...
(Xinhua 23/10/17)
Les investissements déclarés dans l'industrie ont progressé de 9,6% sur l'ensemble des neuf premiers mois de cette année par rapport à la même période de l'année dernière pour atteindre 2.603,2 millions de dinars (un dinar vaut 0,4 dollar), a-t-on appris samedi auprès de l'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII). Selon l'APII, jusqu'à fin septembre dernier, le nombre des projets déclarés a cru de 2,2% par rapport à la même période en 2016, pour atteindre 2.737 projets devant générer pas moins de 43.000 postes d'emplois. En matière de valeur d'investissement, les industries alimentaires ont enregistré une croissance de 1,5% pour se situer à 915,7 millions de dinars jusqu'à fin septembre dernier. Par ailleurs, des investissements de 579 millions...
(Agence Ecofin 23/10/17)
L’Union Internationale de Banques (UIB), filiale en Tunisie du groupe bancaire français Société Générale, a amélioré sa rentabilité, au cours des neuf premiers mois de l’année 2017, s’achevant le 30 septembre 2017, malgré une hausse de 12,5% en moyenne, de ses charges opérationnelles et de personnel. Son coefficient d’exploitation (l’indicateur qui mesure le poids des charges sur l’ensemble des revenus dans le secteur bancaire) a été de 48,8% au 30 septembre 2017, contre un niveau de 49,1% sur la même période en 2016. En d’autre terme, le poids des dépenses relatives s’est réduit. Cette performance a été soutenue par un Produit Net Bancaire qui a progressé de 13,1% pour atteindre 205,9 Millions de Dinars tunisiens au contre 182 Millions de...
(Xinhua 23/10/17)
Les investissements étrangers en Tunisie ont cru durant les neuf premiers mois de l'année en cours à raison de 13,6% par rapport à la même période de 2016, pour atteindre 1.648,4 millions de dinars (un dinar vaut 0,4 dollar), a-t-on appris dimanche auprès de l'Agence de promotion de l'investissement étranger (FIPA) de Tunisie. D'après la FIPA, parmi ces investissements quelque 1.590 millions de dinars sont des investissements directs étrangers (IDE) qui enregistrent une amélioration de 13,2% par rapport à 2016. Les restants constituent des investissements de portefeuille, également en hausse soit de 27,7%. La répartition sectorielle des investissements étrangers en Tunisie montre que le secteur de l'énergie était le moins séduisant avec une baisse de 9,3% avec 707,8 millions de...
(Agence Ecofin 21/10/17)
En Tunisie, le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche a initié deux projets de lutte contre le charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus), d’une valeur de 4,3 millions $ (10,64 millions de dinars), rapporte maghrebemergent. Cet insecte coléoptère qui s’attaque au cœur des palmiers et détecté dans le pays en 2011, se manifeste par un affaissement des palmes, ainsi que par la présence de trous sur celles-ci. Si jusqu’ici, le parasite a ciblé les palmiers ornementaux du Grand Tunis, il préoccupe cependant les autorités en raison de ses potentielles implications pour la filière datte qui représente une entrée annuelle moyenne de devises de plus de 200 millions $. D’après maghrebemergent, dans le cadre de la stratégie de lutte...
(Agence Ecofin 21/10/17)
La filiale en Tunisie du groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank, a déclaré un produit d’exploitation bancaire en hausse de 16,64% pour les 9 mois s’achevant le 30 septembre 2017. Cette performance a été tirée par les gains sur les investissements et les placements qui ont progressé respectivement de 19,5% et 22,7% sur la période. Les revenus des intérêts et assimilés, ont eux aussi augmenté de 17,9%, tandis que les revenus des commissions et des frais ont progressé plus modestement (9,8%). Toutefois, bien que la banque Attijari de Tunisie soit parvenue à mieux maîtriser ses charges, celles-ci ont quand même augmenté de 16,9% sur la base d’une comparaison annuelle. Dans ces conditions, le revenu généré par la banque après réduction de...
(Jeune Afrique 20/10/17)
En tournée internationale dans la foulée de son deuxième album, Ensen, la chanteuse tunisienne Emel Mathlouthi a offert hier à son public parisien un concert cathartique. Quelques notes de guembri électrique font vibrer la salle comble de la Gaîté Lyrique. Les murs tapissés d’écrans géants se teintent d’une couleur rouge sang. La voix d’Emel Mathlouthi, invisible, retentit. Tour à tour puissante et fragile, tout en modulations virtuoses, elle nous invite à la suivre, en équilibre au-dessus du gouffre. Le public, immobile, retient son souffle. La cérémonie peut commencer. La chanteuse entre à pas mesurés dans l’obscurité, jusqu’à ce qu’un rai de lumière la révèle en diva gothique : pantalon noir, chemisier noir aux manches bouffantes et au décolleté plongeant jusqu’au...
(Jeune Afrique 19/10/17)
La Tunisie veut réduire son déficit budgétaire en augmentant les impôts et en freinant l'augmentation des salaires l'année prochaine, rapporte Bloomberg. Ces mesures s’inscrivent dans le programme mis en oeuvre par le gouvernement, avec l’appui du FMI, pour redresser les finances publiques, relancer la croissance et la création d’emplois. Le gouvernement vise un déficit budgétaire de 4,9% de son PIB en 2018, d’après l’agence de presse étatique TAP. Cette année, le FMI estime que ce déficit atteindra 6%. Cette réduction du déficit passera par l’augmentation des impôts, et notamment par une hausse d’un point de la TVA, qui sera par ailleurs étendue à un ensemble plus large de biens et de services, précise Bloomberg, citant un document publié sur le...
(AFP 19/10/17)
Un trentenaire français et une quadragénaire tunisienne ont été condamnés en appel mercredi à Tunis pour "atteinte à la pudeur", après une altercation avec des policiers qui les avaient arrêtés alors qu'ils étaient enlacés dans une voiture. Les deux prévenus, qui assurent ne s'être même pas embrassés, ont écopé de peines inférieures de quelques semaines à peine à celles prononcées en première instance le 4 octobre, en dépit d'une importante mobilisation et médiatisation de cette affaire du "bisou". Lui a été condamné à quatre mois de prison ferme pour "atteinte à la pudeur" et "outrage à fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions", et elle à deux mois pour le seul premier chef d'inculpation. "C'est une décision indépendante", a déclaré à...
(Jeune Afrique 19/10/17)
Quatre mois de prison ferme pour lui, deux mois pour elle. Le 18 octobre, le tribunal de Tunis a légèrement réduit en appel les peines de l'homme et de la femme impliqués dans l’affaire dite « du baiser », sans les faire bénéficier d’un sursis. Le 6 octobre dernier, Nessim Ouadi, un Franco-Algérien, et son amie tunisienne ont été surpris par la police alors qu’ils échangeaient en pleine nuit un baiser dans une voiture garée sous un arbre en retrait de la route touristique de Gammarth, au nord-est de Tunis. Conduits au poste, ils ont été interrogés et auraient été relâchés si Nessim, scandalisé par le ton musclé des policiers, n’avait pas menacé de référer de l’incident à son ambassade...
(Jeune Afrique 19/10/17)
Le groupe français, détenteur des marques Peugeot et Citroën, vient de présenter un nouveau pick-up en Tunisie. Et prévoit de lancer un nouveau modèle par an en Afrique. Jean-Christophe Quémard Directeur de la zone Afrique et Moyen-Orient de PSA répond à nos questions. Les 15 et 16 septembre, le patron de la zone Afrique et Moyen-Orient de PSA était dans la station balnéaire tunisienne de Hammamet, accompagné par Jean-Philippe Imparato, directeur général de la marque Peugeot, pour les essais devant la presse du nouveau pick-up de la marque au lion. L’occasion pour le dirigeant de revenir sur les plans du groupe français sur le continent : y renouveler sa marque et y assembler des voitures. Jeune Afrique : Pourquoi lancer le nouveau...
(Le Point 18/10/17)
Satisfecit pour le Maroc, inquiétudes pour l'Algérie, demandes réitérées de réformes pour la Tunisie : trois pays, trois réalités selon l'institution de Bretton Woods.. Le 14 octobre, durant trente-trois minutes, Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale, a tenu son point de presse. L'occasion de balayer la situation économique en Afrique du Nord. Et de distribuer en langage Bretton Woods – courtois mais précis dans ses messages subliminaux – les enjeux des trois pays-clés que sont le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. On assiste à l'inversion des puissances. Les exportateurs de pétrole sont désormais affaiblis, alors que les importateurs sont dans une situation plus aisée pour réformer leurs économies.

Pages