Vendredi 23 Juin 2017
(Jeune Afrique 15/06/17)
Depuis 2011, les institutions internationales suivent le pays de près, jusque sur le terrain. Reportage à Sidi Bouzid, en compagnie de l’ambassadeur de l’Union européenne, Patrice Bergamini. À la fin de mars, sur le marché central de Sidi Bouzid, la présence de Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union européenne (UE) en visite en Tunisie, attirait une foule de badauds. Un étranger accompagné du gouverneur et des dignitaires de la région suscite forcément la curiosité dans cette ville du centre du pays où la révolution a démarré, en décembre 2010. Même si elle n’est désormais plus une étape obligée des officiels tunisiens en tournée à l’intérieur des terres. Le diplomate français – natif de Marseille, il a effectué son service national au...
(Jeune Afrique 15/06/17)
La politique, l’économie, la société… Rien ne va ? Pourtant, un réel changement est en cours. De nouvelles têtes émergent, qui avancent avec d’autres références et ont une vision moderne du pays. Une conjoncture socio-économique peu réjouissante, une instabilité politique récurrente et des divisions identitaires ont laminé la belle euphorie qui s’était emparée des Tunisiens à la chute de l’ancien régime, en 2011. À entendre les uns et les autres, dans le pays, rien ne va. Ce n’est ni tout à fait faux ni tout à fait vrai. Pourtant, derrière une Tunisie qui fait grise mine, il en est une autre qui émerge. Positive et déterminée, elle pose les jalons d’un réel changement, même si elle bute encore contre un système...
(RFI 15/06/17)
Un proche de l'ex-président tunisien Ben Ali, Moncef El Materi, recherché par la justice de son pays, a été interpellé le 10 juin à Marseille, dans le sud de la France, et placé sous contrôle judiciaire dans l'attente d'une éventuelle extradition vers la Tunisie. Les policiers ont procédé à son interpellation au port de Marseille à la descente d'un paquebot de croisière faisant escale dans la cité phocéenne. Moncef El Materi est sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Moncef El Materi est recherché en Tunisie pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un attentat » et « complicité dans le blanchiment d'argent par un groupe organisé en utilisant les facilités que lui procurent ses fonctions ». Ce...
(Jeune Afrique 15/06/17)
Les premières locales de l’après-révolution se tiendront le 17 décembre, sept ans tout juste après l’immolation de Mohamed Bouazizi. Même si ni les formations politiques ni les institutions chargées de l’encadrer ne sont tout à fait prêtes, le scrutin est très attendu. Enfin ! Après plus de deux ans de tergiversations, la tenue des élections municipales, les premières de l’ère démocratique, a été fixée. Le scrutin se déroulera le 17 décembre prochain, date qui coïncide avec le septième anniversaire de l’immolation de Mohamed Bouazizi, héros maudit d’une révolution qui a apporté son lot d’espoir… et de désenchantements. Depuis 2011, les 350 municipalités sont gérées par de simples délégations provisoires, nommées, qui se chargent d’expédier les affaires courantes, et la crise du...
(Jeune Afrique 15/06/17)
C'est le 17 décembre qu'auront lieu les prochaines élections locales en Tunisie. S'il reste encore sept mois avant le scrutin, des dysfonctionnements restent toutefois à corriger. Le scrutin du 17 décembre concernera les 350 municipalités du pays. La Constitution du 27 janvier 2014, dans ses articles 131 à 142 consacrés au pouvoir local, leur attribue des « compétences propres » et les dote de l’autonomie administrative et financière. L’étendue des pouvoirs des exécutifs locaux n’est cependant pas précisée : c’est à la loi de le faire. Problème : le code des collectivités locales n’a toujours pas été débattu – et a encore moins été adopté – par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Un retard inhérent aux dysfonctionnements du régime parlementaire tunisien,...
(Le Point 15/06/17)
L'effet loupe a joué à plein. L'information a séduit à l'international. Beaucoup moins en Tunisie. Lorsqu'un quatuor d'hommes a mangé durant le jeûne dans un jardin public de Bizerte, la police a sévi. Arrestation, tribunal. Peine requise à l'encontre des non-jeûneurs : un mois de prison. Dépêche d'agence, effet garanti dans l'espace médiatique. Dix jours plus tard, rebelote. Un homme est arrêté. Il a fumé en plein après-midi dans un espace public. Un mois de prison avec possibilité de faire appel dans un délai de dix jours. On ne badine pas avec la religion, semblerait-il. Le Tunistan serait-il en cours de construction ? Plus compliqué que ça. La Tunisie jouerait-elle à se faire peur avec le poids du religieux. Poids...
(Jeune Afrique 15/06/17)
À 49 ans, Moez Bouraoui est fondateur d'Atide, l'Association tunisienne pour l'intégrité et la démocratie des élections. En 2011, ce professeur d’urbanisme et d’aménagement du territoire a lâché une carrière entre Paris et Beyrouth pour revenir en Tunisie et se consacrer à la transition démocratique, par « devoir de “redevabilité” envers un pays qu’[il] aime », en fondant l’Atide. Partant du principe que le droit de vote est l’un des droits fondamentaux de l’homme, il s’attache – avec des compagnons, tous bénévoles – « à protéger les urnes » et à imposer l’Atide comme force de proposition et contre-pouvoir.
(Jeune Afrique 15/06/17)
La mode est lancée, cet été les Tunisiennes s'habilleront "tunisien". Une manière d'affirmer son identité et, pour les stylistes, de revisiter la tradition. En quelques mois, « Be Tounsi », le slogan qui invitait à porter un produit de l’artisanat tunisien, a généré un véritable phénomène de société. Rien ne laissait présager un tel engouement quand, en mars 2016, Faten Abdelkefi, une blogueuse passionnée d’artisanat, crée « Cet été je m’habille tunisien », une page Facebook sur laquelle elle diffuse ses coups de cœur et publie des photos d’elle portant une pièce du patrimoine tunisien en signe de soutien à de petits métiers qui périclitent. L’initiative personnelle lancée comme une boutade est rapidement devenue celle d’un collectif, désormais organisé en...
(BBC 15/06/17)
Après avoir consulté les différents chefs des institutions de la république le président Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger l'état d'urgence en vigueur dans ce pays depuis 2015. Un haut responsable tunisien a déclaré que l'état d'urgence qui demeure circonstancielle, a été prolongé essentiellement à cause de l'insécurité aux frontières du pays, du terrorisme mais aussi pour lutter contre la corruption. L'état d'urgence permet au ministre de l'Intérieur de prononcer une assignation à résidence contre toute personne dont l'activité est réputée dangereuse pour la sécurité et l'ordre public. Il octroie également des pouvoirs exceptionnels aux forces de défense et de sécurité, mais interdit aussi les grèves et réunions qui pourraient semer le désordre dans le pays. Cette situation exceptionnelle...
(Jeune Afrique 15/06/17)
À 50 ans, Badreddine Ouali est PDG du groupe Vermeg, président du Réseau Entreprendre Tunisie et promoteur du projet Smart Tunisia. Emblématique d’une nouvelle génération aux manettes du secteur privé, Badreddine Ouali vit « l’optimisme comme une décision ». Une attitude positive qui réussit aux initiatives de ce PDG, qui estime que « tout le monde doit contribuer, comme il peut et comme il veut », au développement du pays. Au sein de son Réseau Entreprendre Tunisie, ce patron encourage et accompagne la création d’entreprise. Avec Smart Tunisia, un programme destiné aux entreprises de l’offshoring, il a permis de créer 9 000 emplois directs. Il s’est également attelé à la promotion des compétences en matière d’économie numérique via la Fondation Tunisie...
(Jeune Afrique 15/06/17)
Seule sur scène dans ses dernières créations – "Solwen", en 2015, et "Hourya", en 2017 –, Leïla Toubel est une voix libre. Elle dénonce les dérives et confirme qu’elle ne peut « dissocier l’artiste de la citoyenne, qui a choisi d’être une indignée et de crier sa colère ». Ses prises de position sans concession et sa détermination à s’opposer publiquement aussi bien à l’obscurantisme qu’à certaines pratiques du pouvoir ont fait d’elle une égérie et un exemple de courage. Lire sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/444657/societe/comedienne-leila-toubel/
(AFP 14/06/17)
L'état d'urgence, en vigueur en Tunisie depuis un an et demi suite à une série d'attentats jihadistes sanglants, a été prolongé de quatre mois, a annoncé mercredi la présidence. "Après avoir consulté le chef du gouvernement et le président de l'Assemblée des représentants du peuple, le président de la République Béji Caïd Essebsi a décidé mercredi de prolonger l'état d'urgence de quatre mois à compter de jeudi 15 juin", a indiqué la présidence dans un communiqué sur Facebook. L'état d'urgence octroie des pouvoirs d'exception aux forces de l'ordre. Il permet l'interdiction des grèves et des réunions "de nature à provoquer (...) le désordre", ou encore l'adoption de mesures "pour assurer le contrôle de la presse". Cette mesure est en vigueur...
(AFP 14/06/17)
Les condamnations de Tunisiens à un mois de prison pour avoir mangé ou fumé en public pendant le ramadan sont "absurdes" et violent les libertés individuelles, a affirmé mardi Amnesty International. Aucune loi en Tunisie n'interdit de boire ou de manger en public pendant le mois de jeûne musulman, mais les tribunaux peuvent utiliser l'accusation d'outrage public à la pudeur ou d'atteinte à la morale publique pour punir ces actes. Le 1er juin, quatre hommes ont ainsi été condamnés à un mois de prison pour avoir mangé dans un jardin public de Bizerte (nord) et lundi, un homme a écopé de la même peine pour avoir fumé devant un tribunal, toujours à Bizerte. "Mettre quelqu'un en prison pour avoir fumé...
(AFP 14/06/17)
Un proche de l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, Moncef El Materi, recherché par la justice de son pays, a été interpellé dans le sud-est de la France, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Moncef El Materi -- père de Sakher, 35 ans, qualifié de "gendre préféré" de l'ex-président Ben Ali et de son épouse Leila Trabelsi -- a été placé sous contrôle judiciaire dans l'attente d'une éventuelle extradition, selon la même source. Il a été arrêté le 10 juin, lors d'un contrôle à la descente d'un paquebot de croisière faisant escale au port de Marseille, en vertu d'un mandat d'arrêt international émis le 28 septembre 2011, après la chute de Ben Ali, par un juge d'instruction de Tunis,...
(Marianne 14/06/17)
Après la condamnation, début juin, de quatre Tunisiens accusés d'outrage pour avoir mangé en public pendant le ramadan, un sit-in a été organisé ce dimanche 11 juin à Tunis. Parmi les manifestants, Abdel Karim Ben Abdallah, à la tête du collectif "Fater" qui se bat depuis 2013 pour les droits des non-jeûneurs. Entretien. "Non aux arrestations des non-jeûneurs". Pour la première fois en Tunisie, un groupe de plusieurs dizaines de personnes a manifesté ce dimanche 11 juin, à Tunis, pour dénoncer les pressions faites pendant le mois du ramadan sur celles et ceux qui ont décidé de ne pas jeûner comme le prescrit l'un des cinq piliers de l'islam. Un droit que leur garantit la nouvelle Constitution tunisienne, qui protège...
(Jeune Afrique 14/06/17)
A 48 ans, Mourad Ben Chaabane se hisse au poste de président de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis, la BVMT. Le 19 mai, le conseil d’administration de la BVMT s’est doté d’un nouveau président : Mourad Ben Chaabane, 48 ans. Dirigeant de MAC SA, l’un des principaux intermédiaires en Bourse (70 salariés, détenu à 80 % par le groupe koweïtien Al Kharadi via sa filiale Al-Amal Investment), ce diplômé de l’Institut supérieur de gestion de Tunis est un courtier ambitieux qui se compare volontiers à un « bulldozer de la finance ». Critique sur la gestion qu’il jugeait trop passive de son prédécesseur et concurrent malheureux, Khaled Zribi, Ben Chaabane souhaite « démutualiser l’institution » et faire entrer des...
(Business.News 14/06/17)
Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a effectué dans la matinée du mercredi 14 juin 2017, une visite surprise au port de Radés. Le but de cette visite est de connaître les problèmes liés aux retards de sortie des marchandises importées ou exportées, ainsi que la visite des entrepôts et de voir les raisons du retard dans la vente des biens saisis.
(Business.News 14/06/17)
Le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, a accueilli, mardi 13 juin 2017 dans les locaux du ministère des Affaires étrangères à Tunis, les ambassadeurs d’Egypte, d’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, le chargé d’affaires à l’ambassade de Bahreïn, ainsi que l’ambassadeur du Qatar en Tunisie. Le principal sujet de cette visite était la récente crise qui a touché les pays du Golfe. Le ministre des Affaires étrangères a tenu, lors de cette rencontre, à exprimer l’inquiétude et la préoccupation de la Tunisie vis-à-vis de la crise par laquelle passent les pays du Golfe et à rappeler l’importance du dialogue afin de dépasser cette crise et réunir la nation arabe. Le ministre a également exprimé la volonté de la Tunisie...
(Business.News 14/06/17)
Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laâdhari, a annoncé, aujourd’hui, mardi 13 juin 2017, une série de mesures urgentes en faveur du secteur du textile lors d'un séminaire intitulé "Le secteur du textile et de l’habillement : mesures de relance et plan d’émergence", organisé au Technopole Textile de Monastir. Zied Laâdhari a annoncé, dans une déclaration relayée par Shems Fm, l'ouverture d'une ligne de financement de 70 millions de dinars aux entreprises du textile, afin de permettre la relance du secteur. En effet, le secteur du textile a connu, ces dernières années, la perte de 50 mille postes d’emploi et la fermeture de 700 entreprises, ayant cumulé des dettes de 300 mille dinars auprès de la Caisse nationale...
(Business.News 14/06/17)
L’Association Shams Tunisie a reçu, aujourd’hui mardi 13 juin 2017, la grande médaille de la ville de Paris des mains d’Anne Hidalgo, maire de Paris, pour son action en faveur des droits des LGBT. A cette occasion, le président d’honneur fondateur de ladite association, Yadh Krendl, a prononcé une allocution dans laquelle il a énuméré les diverses péripéties du combat que Shams a mené depuis sa création en 2015 et les épreuves subies, notamment depuis le début de l’année en cours. Le responsable a tenu à mettre en relief le grand soutien reçu de la part de nombreuses personnalités françaises qu’il a tenu à remercier.

Pages