Mercredi 23 Août 2017
(Jeune Afrique 16/08/17)
Le 23 mai, le Premier ministre lançait une vaste opération « mains propres », marquée par une vague d’arrestations spectaculaires. Deux mois plus tard, si les têtes de réseaux du marché parallèle sont tombées, les gros bonnets de la corruption semblent avoir été épargnés. Pour le moment… Lors de son investiture à la primature, le 27 août 2016, Youssef Chahed, comme ses prédécesseurs, a déclaré la guerre à la corruption. Le 23 mai dernier, il est passé à l’offensive et a voulu frapper fort, avec une première vague d’arrestations. Passé l’effet de surprise et l’euphorie des Tunisiens, qui attendaient de telles mesures depuis longtemps, ce qui paraissait être une campagne d’envergure se solde, au bout de deux mois, par une...
(Libération 16/08/17)
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lancé dimanche le débat sur le sujet délicat de l'égalité entre femmes et hommes en matière d'héritage, jugeant que son pays se dirigeait inexorablement vers l'égalité «dans tous les domaines». La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, même si ces dernières continuent d'hériter généralement uniquement de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le prévoit le Coran. Une commission est d'ailleurs chargée d'étudier «la question des libertés individuelles» et de «l'égalité dans tous les domaines», qui doit lui remettre un rapport à une date qui n'a pas été spécifiée. Lire sur: http://www.liberation.fr/direct/element/tunisie-le-president-lance-le-de...
(Tunisie Numérique 16/08/17)
En dépit des difficultés économiques que traverse le pays, les indicateurs de la croissance sont au vert avec l’amélioration du taux de croissance qui a atteint pour le deuxième trimestre de 2017, 1,8% par rapport à la même période en 2016. Ce taux de croissance avait atteint pendant le premier semestre 1,9% alors qu’il était de 1% durant la même période l’année dernière, selon les derniers chiffres annoncé par directeur général de l’institut national des statistiques (INS) Hédi Saïdi. Cette croissance a été enregistrée grâce au secteur agricole et le secteur des services, le secteur des finances et du tourisme, a révélé lors le directeur de l’INS lors d’une conférence de presse tenue mardi 15 août 2017 au palais du...
(Tunis Afrique Presse 16/08/17)
La Tunisie a enregistré, au cours du premier semestre 2017, un taux de croissance de 1,9%, contre 1% au cours de la même période en 2016, a annoncé, mardi, à Tunis, le PDG de l'Institut National de la Statistique (INS), Hédi Saidi, dans le cadre d’une conférence de presse, tenue au Palais du gouvernement à la Kasbah. Saidi a ajouté que le taux de croissance, au cours du deuxième trimestre 2017, a atteint 1,8% faisant savoir que la croissance enregistrée est due essentiellement à la progression du secteur agricole de 3,8%, des services marchands de 4,2% et des services non marchands de 0,2%. D'après le ministre des Finances par intérim, Fadhel Abdelkefi, les indicateurs économiques révèlent la possibilité d'atteindre en...
(Business.News 16/08/17)
« Le voyage des parlementaires tunisiens partis en Syrie et au Liban à la rencontre des présidents des deux pays : Bachar El-Assad et Michel Aoun, touche à sa fin » peut-on lire ce mardi 15 août 2017, dans un communiqué signé par les neuf parlementaires partis à la rencontre des responsables cités. Durant les rencontres, les parlementaires tunisiens ont pu accéder aux dernières informations concertant la guerre contre les groupes « sionistes-takfiristes », souligne-t-on. Dans leur message, les parlementaires expliquent que le combat de la Syrie est aujourd’hui concentré sur trois fronts : diplomatique, militaro-sécuritaire et économique. Ils ont exhorté les autorités tunisiennes à reprendre les rapports diplomatiques avec l’autorité syrienne afin d’assurer l’échange d’informations et garantir la sécurité...
(Xinhua 16/08/17)
Au cours du premier semestre de 2017, la Tunisie a enregistré une croissance de 1,9%, contre 1% lors de la même période l'année dernière, a annoncé mardi lors d'un point de presse le directeur général de l'Institut national de la statistique (INS) de Tunisie, Hadi Saïdi. Selon M. Saïdi, le taux de croissance du deuxième trimestre a atteint 1,8%, essentiellement porté par la croissance du secteur agricole (3,8%) et des services commercialisés (4,2%). Jusqu'en juillet dernier, le taux d'inflation s'est établi à 5,6%, a indiqué le directeur de l'INS. Au deuxième trimestre, la Tunisie compte 621.100 chômeurs sur une population active de 4.084.200 personnes, ce qui représente un taux de chômage de 15,2%. La population active compte 2.910.600 hommes (71,3%)...
(Business.News 16/08/17)
Une conférence de presse a été tenue dans l’après-midi de ce mardi 15 août 2017, par le ministre de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale, Fadhel Abdelkefi accompagné de Hédi Saïdi, DG de l’INS et de Khalil Abidi, Président Directeur Général de l'Agence de promotion de l'investissement extérieur (FIPA). Cette conférence a été dédiée aux chiffres du premier semestre de l’année 2017. Ainsi, il a été annoncé que le taux de croissance enregistré en Tunisie au cours des six premiers mois de cette année, se situait à 1,9% par rapport à 1% au cours des six premiers mois de 2016, ce qui indique que le taux enregistré au cours du second trimestre de 2017 s’élève à 1,8%. Pour...
(Mediapart 16/08/17)
Elles ont entre 9 et 17 ans et sont vendues pour travailler au domicile de familles aisées. Longtemps, l'omerta a régné sur ces pratiques esclavagistes. Récit et témoignages en vidéo et en quatre minutes, avec Haythem El Mekki des Haut-Parleurs. Cet été, Mediapart s'associe avec Les Haut-Parleurs pour vous donner des nouvelles du monde en une série de dix courtes vidéos. Les Haut-Parleurs est une chaîne qui rassemble de jeunes reporters francophones filmant dans leur pays les sujets qui préoccupent leur génération (lire sous la vidéo). Partons aujourd'hui en Tunisie, où dans certains villages du Nord-Ouest on peut « acheter » des gamines pour les faire travailler chez soi. Certaines se soumettent, d’autres fuient, quelques-unes en viennent à se suicider...
(Jeune Afrique 16/08/17)
En Tunisie, sous le régime de Ben Ali et après la révolution, les douanes restent la plaque tournante de la corruption. «Certains douaniers favorisaient nos cargaisons au détriment de celles de nos concurrents contre des pots-de-vin allant jusqu’à 30 000 dinars [10 500 euros] », témoignait en mai Imed Trabelsi, neveu de Leïla Ben Ali, lors d’une audition publique de l’Instance Vérité et Dignité (IVD). Le régime a changé, mais les mauvaises pratiques perdurent. Les ports et, dans une moindre mesure, les aéroports sont le point de passage de 80 % des marchandises de contrebande. Certains agents de la douane tunisienne sont passés maîtres dans l’art d’orchestrer ce système parallèle : fausses déclarations sur la nature et la valeur des produits, conteneurs non...
(Europe 1 16/08/17)
La sûreté nationale "a découvert un complot terroriste qui visait les unités policières et militaires positionnées dans le Sud tunisien, dans le but de contrôler la région". La Tunisie a annoncé mardi avoir déjoué un "complot terroriste" visant à permettre à des éléments du groupe extrémiste Etat islamique (EI) de s'emparer d'une portion de territoire dans le sud du pays. L'unité chargée d'enquêter sur les crimes terroristes au sein de l'administration générale de la sûreté nationale "a découvert un complot terroriste qui visait les unités policières et militaires positionnées dans le Sud tunisien, dans le but de contrôler la région comme lors de la tentative ratée à Ben Guerdane en mars 2016", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un...
(Xinhua 16/08/17)
La presse marocaine a fait valoir mardi que le Maroc et la Tunisie sont en tête des bénéficiaires des financements de la Banque africaine de développement (BAD) liés au transport au cours des cinquante dernières années. Entre 1967 et 2017, les deux pays ont reçu respectivement 2,7 milliards et 2 milliards de dollars, selon un décompte rendu public récemment par l'institution financière panafricaine, à l'occasion du cinquantenaire du premier projet financé par le groupe. Ils sont suivis, ajoute le document, des pays d'Afrique orientale que sont le Kenya, la Tanzanie et l'Ethiopie, lesquels ont reçu, chacun, durant la même période, des financements dépassent 1 milliard de dollars. Le rapport observe qu'en 50 ans d'existence, la BAD a financé plus de...
(Agence Ecofin 16/08/17)
- La chaine Al Wataniya de la télévision nationale tunisienne, ayant obtenu en septembre 2016 les droits de diffusion du championnat national, n’a pas diffusé la première journée de la compétition qui a débuté ce 15 août. Cette situation est causée par la crise entre la Fédération Tunisienne de Football (FTF) et l’Etablissement de la Télévision Nationale (ETN). En fait, la FTF réclame à la télévision nationale, 950 mille dinars sanctionnant 19 violations du contrat lui accordant les droits de diffusion du championnat. D’après ce contrat, la télévision nationale n’avait le droit de diffuser les séquences de sa rubrique Moviola recensant les erreurs d’arbitrage, que si Al Wataniya a transmis les matchs concernés en utilisant un car-régie. Selon la FTF,...
(AFP 14/08/17)
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lancé dimanche le débat sur le sujet délicat de l'égalité entre femmes et hommes en matière d'héritage, jugeant que son pays se dirigeait inexorablement vers l'égalité "dans tous les domaines". Le chef de l'Etat s'exprimait à l'occasion de la "Fête de la femme" en Tunisie, qui célèbre tous les 13 août la promulgation en 1956 du Code du statut personnel (CSP), un texte qui a accordé plusieurs droits aux femmes et aboli la polygamie et la répudiation. La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, même si ces dernières continuent d'hériter généralement uniquement de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le...
(Business.News 14/08/17)
Le président de Afek Tounes, Yassine Brahim, était l’invité de la matinale de Cap FM ce lundi 14 août 2017 pour évoquer les résultats issus du conseil national du parti qui s’est tenu du samedi au dimanche 13 août 2017. « La relation du chef du gouvernement, Youssef Chahed, avec les partis politiques et l’UGTT est compliquée. La situation financière est aussi très difficile et on a l’impression que le gouvernement reçoit une claque soit de la part du FMI, soit de la part de l’UGTT ! », a déclaré Yassine Brahim. Il a également évoqué les indicateurs économiques positifs tout en mettant en avant qu’en 2018, la situation économique restera difficile. A propos des déclarations de Rached Ghannouchi relatives...
(Business.News 14/08/17)
Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a annoncé ce dimanche 13 août 2017 à l’occasion de la célébration de la fête de la femme que la circulaire numéro 73 interdisant aux femmes tunisiennes d’épouser un non musulman devra être « révisée ». Il a exhorté le chef du gouvernement, Youssef Chahed ainsi que le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi, à se pencher sur le contenu de cette circulaire, considérée comme « archaïque » en précisant que «la Constitution tunisienne permet d’opérer une révision de ce texte ». « Nos filles partent à l’étranger pour faire leurs études, il arrive qu’elles épousent des étrangers non musulmans et aujourd’hui, cette circulaire est devenue caduque» a-t-il déclaré. Prônant la consécration effective...
(Xinhua 14/08/17)
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a réclamé, dimanche à l'occasion de la célébration de la fête de la Femme, la révision d'une loi relative à la possibilité pour une Tunisienne de se marier avec un non-musulman. Lors d'une cérémonie officielle au palais de Carthage, M. Essebsi a invité le chef du gouvernement et le ministre de la Justice à réviser une circulaire qui date du 5 novembre 1973 interdisant à une femme tunisienne de se marier avec un étranger non-musulman. "Je demande également au ministre de la Justice de mettre sous examen la circulaire numéro 73 du fait que nous avons plusieurs femmes tunisiennes mariées à des étrangers (...) la Constitution tunisienne autorise ce type de modification", a souligné...
(Business.News 14/08/17)
Une délégation du nouveau parti « La Tunisie d’abord » a annoncé, dans une déclaration aux médias ce samedi 12 août 2017, une initiative pour « un contrat national de sauvetage ». Présidée par Ridha Belhaj, la délégation qui a rencontré aujourd’hui le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a précisé que l’annonce officielle de cette initiative comportant un document pour une réforme sociale et économique, aura lieu la semaine prochaine.
(Business.News 14/08/17)
Les agents de la compagnie pétrolière Perenco, installée dans le désert de Kébili, ont décidé ce dimanche 13 août 2017 d’observer un sit-in de contestation et de fermer, de nouveau, la vanne de distribution de pétrole. Dans une déclaration accordée à Shems FM, le porte-parole de la manifestation, Salem Ben Arfa, a déclaré que « l’accord qui avait été mis en place la nuit du 17 juin 2017 n’a pas été respecté ». Il a également ajouté qu’ « aujourd’hui, cela fait deux mois que les manifestants attendent l’exécution des projets, objets de l’accord, mais que rien n’a été fait. Nous avons donc décidé de fermer la vanne de nouveau ». Rappelons que le 22 mai 2017, les sit-inneurs de...
(Jeune Afrique 14/08/17)
Le 13 août, journée de la femme en Tunisie, le chef de l'État, Béji Caïd Essebsi, a annoncé la création d'une commission chargée d'élaborer un nouveau code des libertés individuelles et de l'égalité, ainsi que l'abrogation de la circulaire 73. Établir l’égalité successorale et permettre le mariage entre une Tunisienne et un non musulman : voilà les deux objectifs que souhaite atteindre rapidement Béji Caïd Essebsi (BCE). C’est en tous cas le sens des initiatives qu’il a lancées le 13 août, à l’occasion de la journée nationale de la femme. L’égalité entre hommes et femmes est certes inscrite dans la Constitution tunisienne, tout comme la liberté de conscience. Mais deux obstacles encore majeurs empêchent de considérer comme totalement égaux les...
(RFI 12/08/17)
Ironie du sort pour les militants anti-immigration en Méditerranée : leur bateau, le C-Star, a envoyé un signal de détresse vendredi matin 11 août. Le navire, affrété par des militants d'extrême droite, est ouvertement hostile aux opérations de sauvetage de migrants menées par des ONG en Méditerranée. Dimanche, des pêcheurs tunisiens s’étaient mobilisés pour éviter que le bateau vienne se ravitailler dans leur pays. Une panne est encore venue entacher la communication. Le bateau n'était plus visible sur les radars maritimes depuis plusieurs jours. Mais ce vendredi matin, le...

Pages