| Africatime
Samedi 25 Mars 2017
(Business.News 21/03/17)
En marge de la réunion du bureau exécutif élargi de l’UGTT, le secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi a déclaré que le travail collectif permettra de dépasser toutes les difficultés. Il a ajouté que les défis qui attendent l’organisation sont importants particulièrement au niveau social et économique. Le SG de l’UGTT a souligné le fait que la centrale syndicale se tient aux côtés des pauvres et des laissées pour compte. Il a également déclaré que les droits de l’Homme ne peuvent se concrétiser que par la matérialisation des droits économiques et sociaux des travailleurs.
(Kapitalis 21/03/17)
Sept jeunes originaires de Ras Jebel (Bizerte), partis illégalement à bord d’une embarcation, n’ont plus donné signe de vie depuis 5 jours. Une source a indiqué à Kapitalis que les familles des disparus, âgés de 20 à 25 ans, ont bloqué les routes, lundi 20 mars 2017, appelant les autorités à effectuer les recherches nécessaires pour les retrouver. Les agents de la garde nationale ont discuté avec les familles et réussi à rouvrir les routes, tout en s’engageant à entamer les recherches nécessaires avec la garde nationale maritime. Notons que 16 personnes ont été interpellées, dimanche, à Bizerte, à bord d’une embarcation en route vers l’Italie. Parmi ces candidats à l’émigration clandestine, il y avait un extrémiste religieux, qui a...
(AFP 20/03/17)
Un drapeau tunisien géant a été inauguré lundi à Tunis lors d'une cérémonie officielle, précédée par une polémique sur l'importation de Turquie du tissu ayant servi à sa fabrication. C'est à l'occasion de la fête de l'indépendance que le chef du gouvernement Youssef Chahed a dévoilé la nouvelle "Place du drapeau", située sur les hauteurs du parc du Belvédère, poumon vert de la capitale tunisienne. A ses côtés, Khaoula Rachidi, une jeune femme devenue célèbre en 2012 pour avoir tenu tête à un militant salafiste. Ce dernier avait abaissé le drapeau tunisien rouge et blanc dans une université pour le remplacer par un étendard noir et blanc frappé de la profession de foi musulmane, souvent utilisé par des islamistes radicaux...
(Business.News 20/03/17)
Le secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire, Lassâad Yaâcoubi, a réagi, sur sa page Facebook, au communiqué publié par le bureau exécutif de l’UGTT refusant la grève des enseignants. M. Yaâcoubi écrit que le communiqué représente « un dangereux précédent à l’heure où les enseignants sont victime d’une attaque de violence matérielle et morale ». Ensuite, il appelle au calme en demandant à l’ensemble des enseignants de se maitriser et de ne pas réagir à ce...
(Kapitalis 20/03/17)
L’université tunisienne souffre de nombreuses carences à l’origine de la baisse générale du niveau de l’enseignement et a besoin d’une réforme à la fois structurelle et profonde. Le Centre de l’islam et la démocratie a organisé, samedi 18 mars 2017, à Tunis, un colloque sur «la réforme de l’enseignement supérieur en Tunisie», qui a été l’occasion pour diagnostiquer la situation de ce secteur, de s’arrêter sur ses lacunes et ses faiblesses et d’identifier les remèdes à y apporter. Les professeurs universitaires et les experts présents ont mis l’accent sur la crise profonde dont souffre l’enseignement supérieur, résultat des politiques aléatoires qui ont conduit à la dégringolade du niveau général des études par rapport aux autres pays. Les participants ont, en...
(Le Monde 20/03/17)
Torture de suspects qui seront relaxés, querelles intestines au sein de la police : deux ans après l’attentat terroriste, les avocats des victimes françaises critiquent l’enquête. A sa manière, l’affaire est un miroir des tensions propres à la transition tunisienne. Deux ans après l’attaque terroriste à Tunis contre le musée du Bardo, l’enquête n’en finit pas de soulever des interrogations, voire un malaise. Le 18 mars 2015, deux jeunes djihadistes tunisiens armés de kalachnikovs avaient fait irruption dans ce haut lieu de la mémoire du pays, très fréquenté des touristes, et y semèrent la mort – 21 visiteurs étrangers et un policier – avant d’être eux-mêmes abattus par les forces de sécurité. Procès dans les prochains mois Revendiqué par l’organisation...
(Jeune Afrique 20/03/17)
Le 18 mars 2015, la vie de Ala Eddine Hamdi bascule. Aux premières loges de l’attaque du musée du Bardo à Tunis par deux terroristes, il sauve des vies. Deux ans après, il revient avec Jeune Afrique sur cette journée sanglante. Ala Eddine Hamdi a suivi les traces de son père, retraité de l’Institut national du patrimoine. À 24 ans, ce polyglotte est gardien de salle au musée du Bardo. Il travaillait le jour de l’attaque, il y a deux ans de cela. S’il est toujours employé au musée, il garde encore des séquelles psychologiques du 18 mars 2015. Jeune Afrique : Deux ans après, que représente pour vous le 18 mars ? Ala Eddine Hamdi : J’ai tout en...
(Agence Ecofin 20/03/17)
En Tunisie, un accord de partenariat a été signé entre la Qatar National Bank-Tunisia (QNB-Tunisia) et l’agence de communication IBComProd. La banque a ainsi trouvé un partenaire pour gérer sa relation avec les médias tunisiens. L’enjeu est de poursuivre et de renforcer cette relation. A travers l’accord avec l’agence IBComProd, la Qatar National Bank veut décrocher une convention avec les médias nationaux. Ceux-ci assureront la promotion des activités de la banque, notamment dans le social et les valeurs humaines. Il s’agira surtout des manifestations des œuvres sociales et humanitaires. Les médias pourront produire des reportages vidéo et d’autres types de contenus, conçus spécialement pour la banque. La QNB entend aussi marquer son ancrage en Tunisie, elle qui est présente dans...
(Business.News 20/03/17)
La Tunisie fête, en ce lundi 20 mars 2017, le 61ème anniversaire de son indépendance. Une date clé de son histoire moderne pour célébrer, l’espace d’une journée, toute une action mêlant l’élite et le commun des citoyens ayant abouti au recouvrement de la liberté et de la souveraineté de notre pays. Mais au-delà d’une célébration et des volets festifs, il s’agit d’un moment privilégié pour immortaliser les souvenirs d’une œuvre alliant l’action sur le terrain et l’approche diplomatique qui a changé le cours de l’histoire de la Tunisie. Une œuvre menée de main de maître par un groupe de patriotes et de compétences prêts à tous les sacrifices. Et en dépit des divergences, parfois violentes, la ligne prônée par le...
(Agence Ecofin 20/03/17)
La Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) vient d'émettre un emprunt obligataire subordonné d'un montant de 80 millions de dinars (35 millions de dollars) destiné à renforcer ses fonds propres. Cet emprunt est divisé en 800 000 obligations subordonnées d’une valeur nominale de 100 dinars chacune. Les souscriptions à cet emprunt, qui ont débuté le 15 mars, seront clôturées le 14 avril 2017 au plus tard. Baptisé «Emprunt Subordonné BIAT 2017-1», l’opération permettra à la BIAT de renforcer ses fonds propres et d’améliorer ainsi son ratio de solvabilité, conformément aux nouvelles règles prudentielles édictées par la Banque Centrale de Tunisie en juillet 2016.
(Europe 1 20/03/17)
Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour. Nous sommes le 20 mars 2017, mais en quel 20 mars partons-nous ? Le 20 mars 1956, le jour où la France a reconnu l’indépendance de la Tunisie ! Le pays était sous protectorat français depuis 1881 et la voie vers l’indépendance était ouverte depuis quelques années. Pierre Mendès-France avait déjà concédé l’autonomie interne de la Tunisie, en prononçant le "discours de Carthage" deux ans plus tôt. Ce 20 mars 1956, c’est officiel. Les Tunisiens l’avaient toujours réclamée, cette indépendance ! Oui. Depuis le début, les Tunisiens ont résisté à l’extension de la présence française. Mais depuis le début des années...
(Tunisie Numérique 20/03/17)
Un groupe armé libyen, retient en otage 5 Tunisiens, dimanche 19 mars 2017. Les cinq Tunisiens avaient été séquestrés suite à l’arrestation d’un Libyen et la confiscation de ses biens par les autorités tunisiennes au passage frontalier de Ras Jedir dans le gouvernorat de Médenine. Dans une déclaration accordée à ShemsFM par téléphone, l’un des Tunisiens retenus en otage en Libye affirme qu’on leur a laissé un téléphone afin qu’ils puissent alerter les autorités tunisiennes pour qu’ils demandent la libération du Libyen conte la leur. Il a précisé qu’ils sont retenus contre leur gré depuis 9h du samedi et qu’ils ne connaissent pas exactement où ils se trouvent. Il a ajouté qu’entre 50 et 60 autres Tunisiens sont retenus dans...
(Tunis Afrique Presse 20/03/17)
Deux ans après l’attaque terroriste du 18 mars 2015 au Musée National du Bardo ayant fait 22 victimes (21 touristes de neuf nationalités et un policier tunisien), un moment de recueillement a été observé samedi en fin d’après midi au Musée du Bardo. Un hommage à la mémoire des victimes qui a été organisé à l’initiative de l’association “SOS Terrorisme” avec le soutien du collectif citoyen “Soumoud”. Ont été présents à ce moment de recueillement solennel, les représentants officiels de la Belgique et de la Pologne en Tunisie, deux des neufs pays qui ont eu des victimes parmi leurs ressortissants lors de cet attentat. En présence d’un grand nombre d’activistes et de juristes armés de bougies et de fleurs, le...
(Jeune Afrique 20/03/17)
Le mardi 20 mars 1956, « la France reconnaît solennellement l'indépendance de la Tunisie... ». Retour sur le déroulé de cette journée historique. Une pluie fine et un petit vent doux donnent à Paris un air automnal. Vers 17 h 30 ce jour-là, un cortège de voitures traverse la Seine à vive allure et se dirige vers le Quai d’Orsay. Quelques instants après, une dizaine de personnes franchissent le perron du ministère français des Affaires étrangères. Parmi elles, Tahar Ben Ammar, président du Conseil tunisien, Mongi Slim, ministre de l’Intérieur, tous deux arrivés de Tunis en début d’après-midi, ainsi que Bahi Ladgham, vice-président du Conseil, et Mohamed Masmoudi, ministre de l’Économie nationale, qui avaient négocié depuis le 27 février et...
(Business.News 20/03/17)
Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a effectué une visite inopinée à certains sites archéologiques de Carthage dans la matinée du 18 mars 2017. Cette visite s’est faite à l’occasion de la deuxième commémoration de l’attentat terroriste du Bardo. Le chef de l’Etat a salué plusieurs touristes présents sur place et a échangé quelques mots aves eux. M.A
(La Voix du Nord 20/03/17)
Ce dimanche 19 mars, le monument aux morts du boulevard du Général-Leclerc accueillait la cérémonie en l’honneur des victimes des combats en Algérie, en Tunisie et au Maroc. Arlette Quesnoy, représentante de la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants d’Afrique du Nord) de Roubaix a pris la parole pour rappeler l’importance du devoir de mémoire et les liens qui unissent ces trois pays à la France. Après un moment de recueillement, des gerbes ont été déposées aux pieds du monument.
(Kapitalis 18/03/17)
Dans une lettre ouverte au chef du gouvernement Youssef Chahed, Reporters sans frontière (RSF) exprime son inquiétude pour le recul de la liberté des médias en Tunisie. Malgré la suspension, le 27 février 2017, du décret n° 4 sur les modalités d’accès à l’information publique qui interdit aux fonctionnaires de l’Etat de faire des déclarations aux médias ou de fournir des informations sans autorisation préalable de leurs supérieurs hiérarchiques, certains ministères continuent à accorder des interviews ou à fournir des informations aux médias ou des réponses ...
(Jeune Afrique 18/03/17)
Un marché local étroit, une Union du Maghreb arabe (UMA) moribonde, une crise économique en Europe et des difficultés pour s’amarrer aux marchés de l’Afrique subsaharienne ont conduit la Tunisie à élargir son horizon Aussi vient-elle de boucler sa préadhésion au Common Market for Eastern and Southern Africa (Comesa), le marché commun de l’Afrique orientale et australe, dont elle deviendra le vingtième membre en octobre 2017. Elle aura ainsi accès à un marché de 475 millions d’habitants. Une perspective attrayante pour un pays qui cherche à relancer son économie et à rééquilibrer le déficit de sa balance commerciale extérieure. La Tunisie pourra ainsi devenir un hub de développement et de promotion des entreprises africaines vers les pays méditerranéens et l’Europe...
(Kapitalis 18/03/17)
La crise entre le syndicat des enseignants du secondaire et le ministre de l’Education Neji Jalloul semble s’acheminer vers une solution. Par Abderrazek Krimi Des tractations au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) entre le secrétaire général du syndicat des enseignants et le bureau exécutif de l’organisation syndicale sont engagées afin de trouver une issue à cette crise. La décision prise par la «rencontre des régions» du syndicat – une instance parallèle à la commission administrative, seule habilitée à prendre une décision de grève – d’observer une grève illimitée dans tous les lycées et collèges de la république à partir du 27 mars 2017, semble se heurter à un refus catégorique du bureau exécutif de l’UGTT, dont l’approbation...
(Kapitalis 18/03/17)
Mohamed Fadhel Abdelkefi a encore une fois souligné l’existence d’un grand écart entre les dépenses de l’Etat et ses revenus, qui freinent le développement régional. Lors d’une séance d’audition devant la commission des finances et de la planification de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), tenue vendredi 17 mars 2017, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération extérieure a évoqué la difficile conjoncture économique actuelle, indiquant que les dépenses de l’Etat s’élèveront, cette année 2017, à 32,5 milliards de dinars, tandis que les revenus attendus ne dépasseront pas 24 milliards. Cet écart, conjugué aux engagements financiers de la Tunisie auprès des bailleurs de fonds internationaux (remboursement des dettes antérieures), a créé un grave déséquilibre des finances publiques...

Pages