Jeudi 25 Mai 2017
(Tunisie Numérique 22/05/17)
Les protestataires de Kamour à Tataouine ont donné ce lundi matin 22 mai 20147, un nouvel assaut contre la station de pompage de pétrole d’El Fana, obligeant une force conjointe de la garde nationale et de l’armée qui sécurise le site à faire usage de gaz lacrymogène pour les repousser. On rappelle que des protestataires opposés aux propositions du gouvernement d’union nationale , ont fermé samedi la station de pompage de pétrole d’El Fana en dépit des tirs de somation de l’armée présente sur place. Selon l’armée, pour éviter un bain de sang , un technicien a été sollicité pour réduire le flux d’activité de la station temporairement. Mais le site a repris sa plein capacité de production dimanche ,...
(Le Point 22/05/17)
En une matinée, la situation dans le Sud tunisien a basculé de la contestation à la rébellion. Depuis plusieurs semaines, plusieurs années pourrait-on écrire, les habitants de cette région manifestent pacifiquement autour des sites pétroliers. Ils exigent « une part de pétrole ». Ce qui signifie : des emplois, des infrastructures, un projet de développement pour un gouvernorat marginalisé depuis des décennies. La garde nationale a ce matin tenté de canaliser les manifestants en lançant du gaz lacrymogène. L'hôpital de Tatatouine a été submergé de blessés et a lancé un appel à l'aide afin que les établissements les plus proches lui fournissent des ambulances et de l'oxygène. Preuve par l'absurde que la région est singulièrement démunie. Le personnel médical ne...
(Agence Ecofin 22/05/17)
La Télévision tunisienne a déjà dévoilé la programmation de ses 2 chaînes pour le mois de Ramadan. Des feuilletons, des sitcoms et des programmes Tv sont annoncés sur les antennes de Watania 1 et Watania 2. Cette offre de contenus est soutenue par un budget de 4,5 millions de dinars tunisiens, (environ 1,86 million $), a confié le Pdg de l’Entreprise de télévision tunisienne. Au cours de la conférence qu’il a donnée le 18 mai, Elyes Gharbi (photo) a décliné l’utilisation de ce budget. « Cette année, nous avons travaillé sur la programmation durant toute la journée et pas seulement sur la soirée.», a-t-il expliqué. Sur la chaîne nationale n°1, le journal de 20h est ramené à 19h pour permettre...
(Zone Bourse 22/05/17)
Fort édifiante aura finalement été, pour les hommes d’affaires présents et il n’y avait pas peu, la rencontre organisée jeudi dernier par la Biat. L’idée était de présenter son partenariat avec la BMCE (Banque marocaine du commerce extérieur) qui a fait son rebrand en BOA (Bank of Africa). La rencontre a débuté par les sages paroles de deux experts. Georges Desvaux de McKinsey et Amine Bouabid DG de la BOA brossent un tableau fort prometteur des potentiels, économiques et commerciaux de la Tunisie et du Maroc et des perspectives, tant en matière de croissance qu’en capacités manufacturières, tout aussi prometteuses que présentent ces deux économies qui découvrent, par ce partenariat bancaire, qu’elles ont besoin l’une de l’autre pour aller et...
(RFI 22/05/17)
Elle dénonce un « acharnement » du parti au pouvoir. En Tunisie, la présidente de la commission d'enquête parlementaire sur les filières jihadistes vient de perdre sa place. Le parti au pouvoir, Nidaa Tounes, a demandé le remplacement de Leila Chettaoui à la tête de la commission car elle n'est plus membre du groupe parlementaire. Pour la députée, cette éviction montre que le parti ne souhaite pas voir avancer les travaux de la commission créée en janvier. Comment près de 5 000 Tunisiens ont-ils pu partir combattre en Syrie, en Libye ou encore en Irak aux côtés de groupes terroristes ? C'est une question que se posent beaucoup de Tunisiens, et à laquelle s'était fixée de répondre la députée Leila...
(Agence Ecofin 22/05/17)
Les manifestants tunisiens ont réussi à bloquer les activités de deux stations de pompage de pétrole. La première, assiégée samedi, alimente un terminal côtier et la seconde, située à Faouar dans la province de Kebili est opérée par Perenco, précise l’agence de presse officielle TAP. Désormais, la mobilisation des manifestants sur ces installations empêche le déroulement de leurs activités. « Nous avons bloqué la station de pompage de Perenco, où nous organisons notre sit-in. Nous n'avons eu aucun problème avec l'armée. Nous exigeons des emplois et plus de transparence dans le secteur pétrolier.», a affirmé à Reuters, dimanche, Faker Ajmi, un manifestant. Pour rappel, les manifestants qui ont démarré les mouvements sociaux depuis plusieurs mois, réclament une meilleure redistribution de...
(BBC 22/05/17)
La fermeture du site pétrolier a été provoquée samedi par des manifestants dans le sud de la Tunisie. Il s'agit d'une station de pompage de pétrole et du gaz qui se trouve dans la zone d'El-Kamour à une centaine de kilomètres de Tataouine. La radio Tataouine, un média officiel, qui a rapporté l'information précise que cette fermeture est intervenue suite à ''un accord entre les militaires et les manifestants''. Plutôt dans la journée du samedi, les militaires chargés de la sécurité du site avaient procédé à des tirs de sommation pour disperser la manifestation. Ces incidents sont les premiers depuis que le président Béji Caïd Essebsi a confié début mai aux militaires la mission de protéger les sites de production...
(Tunis Afrique Presse 22/05/17)
Les travaux du 4e congrès du parti des Forces du 14 janvier se sont ouverts, dimanche, à Sfax. Le congrès de trois jours (21, 22 et 23 mai) planchera sur l’examen des motions politique, sécuritaire, économique et sociale outre le plan d’action du parti pour la période à venir. Quelque 18 candidats sont actuellement en lice pour les élections du prochain bureau exécutif du parti. Il est prévu que Whid Dhiab sera reconduit à la tête du parti puisqu’il est le seul candidat à ce poste. A l’ouverture des travaux, le président du parti a jugé ” indispensable ” de tenir un congrès national qui réunit les différents acteurs agissants pour redessiner le paysage politique du pays. Dhiab a appelé...
(AFP 21/05/17)
Des manifestants ont provoqué la fermeture samedi d'une installation pétrolière et gazière dans le sud de la Tunisie, sur fond de tensions sociales grandissantes, a indiqué une radio officielle. Selon Radio Tataouine, la fermeture de cette station de pompage de pétrole et de gaz située dans le secteur d'El-Kamour, à une centaine de km de Tataouine (sud), est intervenue "après un accord entre les manifestants et les forces de l'armée nationale". Plus tôt samedi, l'armée avait procédé à des tirs de sommation pour disperser les manifestants, pour la première fois depuis que le président Béji Caïd Essebsi a confié début mai aux militaires la mission de protéger les sites de production des mouvements sociaux. Contacté par l'AFP, le ministère de...
(AFP 20/05/17)
Le plus connu des membres du clan Trabelsi, qui avait mis l'économie tunisienne sous coupe réglée pendant la dictature de Ben Ali, a livré vendredi soir un témoignage inédit sur la corruption à l'époque, en présentant ses excuses au peuple tunisien. Le récit de Imed Trabelsi, neveu de l'épouse du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, a été enregistré dans la prison où il se trouve depuis la révolution de 2011. Il a été diffusé par la télévision nationale lors d'une audition organisée par l'Instance Vérité et Dignité (IVD), chargée de recenser les violations des droits de l'Homme de ces dernières décennies.
(AFP 20/05/17)
La présidente de la commission parlementaire tunisienne chargée d'enquêter sur les filières jihadistes a annoncé vendredi son limogeage après la découverte de dossiers, selon elle, "dérangeants". Leïla Chettaoui, la députée de Nidaa Tounes (majorité), était à la tête de la commission d'enquête parlementaire sur "les filières de recrutement" de Tunisiens au profit d'organisations jihadistes. Cette commission a été créée en janvier 2017, au moment où la Tunisie était en plein débat sur un éventuel retour de ces ressortissants dans leur pays. Mme Chettaoui expliquait en janvier que cette instance devait s'attacher à déterminer "l'implication" d'organisations, d'Etats ou d'associations caritatives dans l'embrigadement et l'envoi de citoyens tunisiens en Irak, Syrie et Libye. "J'ai appris aujourd'hui mon renvoi de la présidence de...
(AFP 20/05/17)
Sièges arrachés, projectiles lancés sur les joueurs, affrontements entre supporters et policiers: le football tunisien, bien que déjà habitué aux incidents, a connu une intensification des violences cette saison, reflet d'un malaise social persistant. Si la "finale" du championnat entre l'Espérance de Tunis (EST) et l'Etoile du Sahel (ESS) s'est terminée jeudi sans accroc majeur et sur le sacre du club tunisois, les incidents dans les stades ont fréquemment alimenté la rubrique des faits d'hiver. Et malgré la généralisation des huis clos partiels visant à restreindre les risques, "le degré de violence dans les stades a récemment augmenté"...
(Jeune Afrique 20/05/17)
L'Instance vérité et dignité (IVD) tient le 19 mai une nouvelle audience publique sur la corruption, alors que la polémique ne cesse d'enfler autour du projet de loi dit de "réconciliation économique". Chargée de traiter les préjudices commis sous les régimes de Bourguiba et de Ben Ali (entre le 1er juillet 1955 et le 31 décembre 2013) et de dédommager les victimes, l’IVD se penchera cette fois sur les affaires de corruption financière. Un sujet épineux dont la pratique est encore dénoncée aujourd’hui, à tous les niveaux de la société. « L’IVD est l’instance la plus corrompue de Tunisie », avait d’ailleurs affirmé Abir Moussi, présidente du parti destourien libre (PDL) le 5 mai sur les ondes de Shems FM...
(RFI 20/05/17)
Le neveu de l'ancien dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a témoigné vendredi 19 mai 2017 à la télévision. Un évènement encore impensable quelques années plus tôt. Mohammed Imed Trabelsi, membre de la famille de l'ex-première dame, a raconté en détails comment il a corrompu les douaniers et usé de son pouvoir pour ses intérêts privés. Un témoignage inédit et exceptionnel, puisqu'Imed Trabelsi est actuellement emprisonné. C'est aussi la première fois qu'un proche de l'ancien régime avoue publiquement ses crimes et demande pardon au peuple tunisien. Imed Trabelsi est l'un des rares membres du clan Ben Ali a avoir été arrêté, jugé et emprisonné après la révolution de 2011. C'est justement en prison que la commission chargée de faire la...
(Le Huffington Post 20/05/17)
L’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) a présenté le 17 mai courant les résultats d’une étude réalisée sur "Les problématiques de la création des entreprises en Tunisie et sur les perspectives d’amélioration du taux de réalisation des projets et la pérennisation des entreprises". L’échantillon retenu dans l’étude couvre 421 projets non réalisés et 249 entreprises fermées. Selon les résultats de cette étude le taux de la réalisation des projets a chuté de 52% pendant les années 2000-2010 à 46% après 2011. Comme à l’accoutumée l’éternelle contrainte financière et la lourdeur administrative ont été présentés comme les principaux freins à la création d’entreprises. Ainsi, 76% des jeunes promoteurs dont les projets ont échoué imputent leur échec au temps...
(Agence Ecofin 19/05/17)
Le ministère tunisien de l’énergie a lancé un appel d’offres pour la construction de plusieurs centrales d’énergies renouvelables d’une capacité globale de 210 MW. La mise en place de ces infrastructures aura un coût total estimé à 400 millions de dinars (plus de 165 millions $) et les différents énergéticiens intéressés ont jusqu’au 15 novembre prochain pour déposer leurs propositions. Les centrales à implanter, principalement solaires et éoliennes, auront des capacités de 10 MW et 30 MW, mais il est également prévu ...
(Agence Ecofin 19/05/17)
La Tunisie entrera bientôt dans le réseau de Paypal, la plateforme mondiale de payement en ligne. Les négociations sont très avancées entre le gouvernement et la firme américaine. L’information a été donnée par le ministre des Tic et de l’Economie numérique. Ce 15 mai 2017, Anouar Maarouf (photo) a expliqué que les pourparlers entamés avec son prédécesseur se poursuivent. « On n’a jamais été aussi proche de Paypal.», a t-il déclaré. En effet, un accord est en cours de négociation ; et Paypal proposera une feuille de route, à la fin du mois de juin. Puis, suivra l’implantation, en Tunisie, de la plateforme de paiement en ligne. « Les négociations avec Paypal nous ont permis de découvrir que la firme...
(L'Economiste Maghrébin 19/05/17)
La représentante de la Délégation de l’Union européenne en Tunisie, Armelle Lidou, a affirmé dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com que les réformes en Tunisie avancent bien dans tous les domaines. Dans le même contexte, elle a fait savoir que l’Union européenne et la Tunisie ont ouvert conjointement de nombreux chantiers dans tous les domaines. Dans le domaine économique, il s’agit de la réforme de la gestion budgétaire par objectifs, « ce qui est quelque chose d’extrêmement important », a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « Les choses progressent bien et on essaie de combiner à la fois des mesures d’ordre législatif et des mesures cyclique sous forme d’assistance technique proposant des experts qui viennent pour appuyer leurs homologues tunisiens et...
(Agence Ecofin 19/05/17)
Selon des sources relayées par Reuters, l’anglo-néerlandais Royal Dutch Shell envisage de vendre ses gisements de gaz en Tunisie, pour un montant total estimé à 500 millions $. La décision interviendrait dans le cadre du programme de cession, mise en œuvre par la compagnie pour réduire sa dette contractée après l’acquisition du britannique, BG Group. Les actifs en question comprennent deux gisements de gaz offshore, celui de Miskar (détenu à 100% par Shell), et celui d’Hasdrubal (détenu à 50%), ainsi qu’un champ de production onshore. Les gisements acquis, en 2016, lors de la reprise de BG Group, représentent 65% de la production de gaz de la Tunisie. Pour rappel, Shell a acquis BG Group, en février 2016, pour une somme...
(Le Figaro 19/05/17)
Pour échapper aux conséquences d'un chômage endémique, de nombreux jeunes se lancent dans l'entreprenariat. En Tunisie, 54 % des entreprises employant moins de 10 salariés sont gérées par des personnes de moins de 45 ans. C'est une remise de diplôme particulière. Ce mercredi, une quinzaine de personnes ont reçu, en présence du ministre tunisien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, un certificat pourtant non reconnu, celui de l'École ...

Pages