Lundi 29 Mai 2017
(AFP 24/05/17)
"Ni terroristes ni casseurs": près du site pétrolier d'El-Kamour, dans le sud tunisien, des protestataires assis en plein soleil et munis de grands réservoirs d'eau se disent déterminés à défendre leurs "droits", mais insistent sur leur caractère pacifique après des violences. A plus de 130 km de Tataouine, en plein désert, ils sont environ 250 à poursuivre la contestation. Initié mi-mars pour réclamer notamment le "droit à l'emploi", leur sit-in s'est inscrit dans la durée malgré l'ouverture de négociations avec les autorités, avant de basculer dans la violence lundi.
(AFP 24/05/17)
Le nouveau gouverneur de Tataouine, Mohamed Ali Barhoumi, nommé fin avril par les autorités, a annoncé mercredi qu'il renonçait à son poste pour "raisons personnelles", en pleine période de troubles sociaux dans cette région du sud de la Tunisie. "J’ai présenté tout à l'heure ma démission à M. le chef du gouvernement (Youssef Chahed) en tant que gouverneur de Tataouine pour des raisons strictement personnelles", a écrit M. Barhoumi sur sa page Facebook. Cette information a été confirmée à l'AFP par une source officielle ayant requis l'anonymat. Le nom de son successeur n'est pas encore connu. Cette...
(Tunisie Numérique 24/05/17)
Le gouverneur de Tatouine région en proie à des troubles sociaux et sécuritaires , a présenté sa démission, a annoncé mercredi 24 mai 2017 un source de la présidence du gouvernement sans donner des précisions sur les motifs de cette démission. Nommé le 29 avril dernier soit moins d’un mois, Mohamed Barhoumi nouveau gouverneur de Tataouine a trouvé une situation complexe avec le refus des propositions du gouvernement par des protestataires qui réclament des emplois et des projets de développement pour la région,. Devant l’impasse, la situation a dégénéré après escalade de violence ponctuée par de heurts entre manifestants et forces de sécurité ayant entraîné la mort accidentelle d’un protestataire. La ville connait actuellement un vide sécuritaire après que les...
(AFP 24/05/17)
Quatre personnes, parmi lesquelles des personnalités du monde des affaires, ont été arrêtées en Tunisie pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et "corruption", a indiqué mercredi à l'AFP un haut responsable. Les hommes d'affaires Chafik Jarraya, Yassine Chennoufi et Nejib Ben Ismaïl ainsi que le responsable douanier Ridha Ayari ont été arrêtés mardi en vertu de l'état d'urgence", en vigueur dans le pays depuis novembre 2015, a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "Ils sont impliqués dans des affaires de corruption et soupçonnés de complot contre la sûreté de l'Etat par leur incitation et le financement...
(AFP 24/05/17)
Des milliers de personnes en colère ont assisté mardi près de Tataouine, dans le sud de la Tunisie, aux funérailles du manifestant tué la veille lors d'affrontements avec les forces de l'ordre à proximité d'un complexe pétrolier. De leur côté, les autorités ont mis en garde contre un dérapage de la situation dans cette région située à 500 km de Tunis, où un calme précaire a régné toute la journée au lendemain de heurts inédits depuis plus d'un an dans le pays. Selon une journaliste de l'AFP, des milliers de personnes se sont rendues à la mi-journée à Bir Lahmer, localité d'origine du jeune manifestant tué, à 30 km de Tataouine. "Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifierons...
(Jeune Afrique 24/05/17)
Rien ne calme les protestations qui enflamment le sud tunisien depuis début avril. Les engagements du gouvernement et la mise sous contrôle de la zone par l’armée restent pour l'instant sans effet. Quelque 1 000 recrutements en juin 2017 dans les sociétés pétrolières et 1 000 autres dans les sociétés environnementales, et 1 500 encore prévues à partir de janvier 2018… Toutes ces embauches ne suffisent pas à contenter la population. Car l’objectif des manifestations qui secouent depuis avril le sud-est tunisien n’est pas tant l’emploi que la juste répartition des revenus du pétrole, dans la mesure où le gouvernorat de Tataouine est l’un des plus déshérités du pays. Cette revendication avait été en première ligne lors des négociations avec...
(Jeune Afrique 24/05/17)
L’État est là : c'est le message que veut faire passer le chef du gouvernement, Youssef Chahed, après une première vague d’arrestation dans les milieux supposés mafieux. Objectif : reprendre la main dans un contexte agité. Youssef Chahed avait annoncé lors de son investiture à la primature qu’il ferait de la lutte contre la corruption et la contrebande une priorité. Neuf mois plus tard, lundi 22 mai, il est (enfin) passé à l’action en lançant un important coup de filet contre les barons de l’informel. En moins d’une demie journée quatre gros poissons présumés ont été arrêtés. Chafik Jarraya, Néjib Ben Ismail, Ridha Ayari et Yassine Chennoufi arrêtés À commencer par le sulfureux Chafik Jarraya, homme d’affaires qui doit son...
(Sputnik 24/05/17)
Depuis début avril, rien ne calme les manifestations qui enflamment le sud de la Tunisie, où la situation devient de plus en plus «dangereuse», alors que les garanties du gouvernement et la mise sous contrôle de la zone par l’armée restent sans effet. Sputnik s’en est entretenu avec des experts tunisiens. Des milliers de personnes en colère ont afflué mardi près de Tataouine, dans le sud tunisien en ébullition, pour assister aux funérailles du manifestant tué la veille lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, à proximité d'un complexe pétrolier, après un mois d'un sit-in pacifique motivé par des revendications sociales. Tunisie: les terroristes peuvent profiter des troubles dans le sud du pays Les observateurs constatent que, dans un pays...
(Le Point 24/05/17)
L'annonce de la mort d'un manifestant, renversé « accidentellement » par un véhicule de la garde nationale, a provoqué une flambée de violence sans précédent dans le sud de la Tunisie. En une poignée d'heures, ce sont les locaux de la garde nationale et de la police qui ont été incendiés ainsi que neuf véhicules de la garde nationale, une moto… On dénombre dix-neuf policiers blessés ainsi qu'une cinquantaine de manifestants (selon l'hôpital de la ville). Dans la soirée, la ville voisine de Kébili a connu des heures mouvementées : trois voitures de la garde nationale ont été incendiées. Foule aux funérailles d'Anouar Sakrafi Le jeune homme tué « accidentellement », selon les mots officiels, par un véhicule de la...
(Libération 24/05/17)
Malgré de timides avancées législatives, les pratiques affairistes typiques de l’ère Ben Ali demeurent courantes. «Libération» a rencontré trois lanceurs d’alerte qui ont tenté de dénoncer ces abus. En Tunisie, la corruption détruit l’économie, la confiance en l’Etat, et les hommes. A Tataouine, dans le sud du pays, un jeune a été tué lundi, «écrasé accidentellement» par une voiture de la Garde nationale. Il manifestait pour les blocages des sites pétroliers sous le slogan «Ar-rakh la» («on ne lâche rien») afin d’obtenir, entre autre, plus de transparence dans les contrats entre l’Etat et les multinationales. A Tunis, la société civile se regroupe régulièrement au cri de «Manich Msamah» («je ne pardonne pas») pour protester contre le projet de loi de...
(Leaders 24/05/17)
Dès que l’on parle de Tunisiens en Italie tout le monde pense aux clandestins qui sont aux alentours de 70 000 selon des sources officieuses ou aux 2000 jeunes qui croupissent dans les prisons Italiennes (Leaders N 71 Avril 2017) et qui sont malheureusement les plus exposés aux risques de radicalisation, de marginalisation et leurs conséquences dont l’exemple le plus récent est celui du terroriste Amri. Pourtant les Tunisiens en Italie sont loin d’être que ces clichés réducteurs. Le rapport annuel du ministère du travail et politiques sociales Italien du mois de décembre 2016( www.integrazionemigranti.gov.it/.../PaesiComunitari...COMUNITA_2016/RC_T... ) indique que les Tunisiens séjournant régulièrement en Italie à la date de décembre 2016 sont au nombre de 118.821 dont 62,6% d’hommes et 37,4%...
(Tunisie Numérique 24/05/17)
Le site d’information Mosaïque FM a annoncé l’arrestation de l’homme d’affaires et ex-candidat aux présidentielles de 2014, en Tunisie, Yassine Chennoufi. Il serait impliqué, selon la même source, dans des affaires de malversations et de corruption, de même que dans des affaires d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Il aurait été, selon Mosaique FM, arrêté par une brigade spéciale de la garde nationale et emmené à la caserne de l’Aouina.
(RFI 24/05/17)
C’est un calme relatif qui est revenu dans le sud de la Tunisie. Le manifestant tué lundi 22 mai a été enterré dans son village d'origine près de la ville de Tataouine. Il a été écrasé par une voiture des forces de l'ordre pendant un sit-in dans le désert tunisien, près d'un site pétrolier. Sa mort a provoqué lundi des affrontements entre forces de sécurité et manifestants à Tataouine, ainsi que des rassemblements de soutien dans plusieurs villes de Tunisie. Mardi soir le calme était revenu dans la ville de Tataouine et ses alentours. Reportage. Sur la nationale qui mène à Tataouine, on passe à proximité du village où a été enterré le manifestant dans la journée de mardi, en...
(Agence Ecofin 24/05/17)
En raison de la persistance des mouvements sociaux, Serinus Energy Inc. a, mardi, fait savoir qu’il a décidé de mettre temporairement fin à ses activités de production de pétrole sur le champ Sabria, situé dans le centre de la Tunisie. Dans un communiqué relayé par le site d’information en ligne African Manager, Serinus Energy a expliqué que le blocage, par les manifestants des routes offrant l’accès aux périmètres de production, rend désormais impossible l’écoulement de sa production, ce qui a saturé ses réservoirs de stockage. En l’état actuel de la crise, il est difficile de dire combien de temps prendra cette suspension d’activités, mais le groupe énergétique a dit être en communication ouverte avec les autres producteurs qui font face...
(Le Point 24/05/17)
En une matinée, la situation dans le Sud tunisien a basculé de la contestation à la rébellion. Depuis plusieurs semaines, plusieurs années pourrait-on écrire, les habitants de cette région manifestent pacifiquement autour des sites pétroliers. Ils exigent « une part de pétrole ». Ce qui signifie : des emplois, des infrastructures, un projet de développement pour un gouvernorat marginalisé depuis des décennies. La garde nationale a ce matin tenté de canaliser les manifestants en lançant du gaz lacrymogène. L'hôpital de Tatatouine a été submergé de blessés et a lancé un appel à l'aide afin que les établissements les plus proches lui fournissent des ambulances et de l'oxygène. Preuve par l'absurde que la région est singulièrement démunie. Le personnel médical ne...
(Autre média 24/05/17)
Les Tunisiens se rappellent certainement de l’ancien ambassadeur de France à Tunis, Boris Bouillon entre février 2011 et août 2012. Nommé par l’ancien président Nicolas Sarkozy dont il était un proche conseiller, pour « superviser » la transition en Tunisie, il « s’est fait remarquer par ses maladresses ». Il a été muté auprès de la délégation française à New York jusqu'au 22 novembre 2016, date de son rappel par le quai d'Orsay en vue d’une mesure de suspension. Il fait en 2017 l'objet d'un procès pour « blanchiment de fraude fiscale », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux » et « manquement à l’obligation déclarative de transfert de capitaux ». Son procès s’est...
(Tunisie Numérique 24/05/17)
La promesse du chef du gouvernement d’union nationale, Youssef Chahed de la création d’une instance indépendante chargée d’évaluer les ressources de manière transparente, sera concrétisée prochainement , a annoncé le secrétaire d’Etat aux Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid. Il a précisé sera composée des représentants des différentes parties dont des membres de l’UGTT mais également des experts et des juristes. Le secrétaire d’Etat aux Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a souligné au cours d’une conférence de presse mardi 23 mai 2017, la volonté du gouvernement d’union nationale à la transparence dans la gestion des ressources naturelles. Il a également affirmé que la création de cette instance est motivée par le doute que sèment certains...
(Autre média 24/05/17)
Il est conseillé aux voyageurs de reporter leurs déplacements vers le gouvernorat de Tataouine, en proie à de violentes tensions sociales depuis plusieurs mois. "Compte tenu de la situation sociale tendue et des affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants, il est conseillé de reporter vos déplacements vers le gouvernorat de Tataouine", indique le site des Conseils aux voyageurs, qui a actualisé ses informations pour la destination le 22 mai. Les autorités tunisiennes ont de leur côté mis en garde contre un dérapage dans cette région située dans le sud du pays, où un manifestant a été tué lundi lorsqu’un sit-in a dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre. L'état d'urgence prorogé dans tout le pays Depuis...
(Zone Bourse 24/05/17)
Des experts et spécialistes de la certification financière, ont fait le déplacement de Paris, de Londres et de Genève, lundi 22 mai aux fins de la certification d’AMEN BANK, au Standard MSI 20000. Le Directoire d’AMEN BANK, présidé par Ahmed El Karm et composé de Karim Ben Yedder, Directeur Général, et Mehrez Riahi et Néji Ghandri, membres du directoire, s’est vu remettre par SGS les comptes rendus techniques et les certificats de conformité au standard MSI 20000, en présence des directeurs de la banque et d’illustres invités issus de la place financière locale et régionale, souligne un communiqué de la Banque. Il aura fallu près de douze semaines de travaux d’évaluation, pour conclure àla conformité d’Amen Bank au Standard MSI...
(AFP 23/05/17)
Les autorités tunisiennes ont mis en garde contre un dérapage de la situation dans la région de Tataouine, dans le sud du pays, où un manifestant a été tué lundi lorsqu'un sit-in a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre. Selon un correspondant de l'AFP, aucun incident n'était à signaler mardi matin à Tataouine et à El-Kamour, site désertique à une centaine de kilomètres de là où campent depuis près d'un mois des habitants réclamant une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés pétrolières. La veille, un jeune manifestant...

Pages