Vendredi 20 Avril 2018
(AFP 30/03/18)
Un vent d'égalité entre les sexes souffle-t-il sur la Tunisie? Après l'adoption d'une série de mesures, ce pays traditionnellement perçu comme pionnier dans le monde arabe en matière de droits des femmes a récemment décidé de s'attaquer au tabou de l'héritage. Ce foisonnement intervient plusieurs années après l'adoption d'une nouvelle Constitution, en 2014, l'un des principaux acquis de la révolution. Ce texte avait été loué à l'époque pour les garanties qu'il apporte à l'égalité hommes-femmes, avant que sa mise en application ne s'enlise. Depuis l'été dernier, la dynamique semble relancée.
(AFP 29/03/18)
L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a appelé la Tunisie à faciliter l'investissement privé afin de relancer la création d'emplois de qualité et réduire les inégalités, dans son premier rapport sur le pays publié jeudi. Après la révolution de 2011, le tourisme, touché par l'insécurité, et le secteur minier, secoué par des conflits sociaux, ont connu d'importants déboires qui ont accentué les difficultés économiques du pays. "La forte hausse de l'emploi et des salaires publics a soutenu la consommation privée, mais l'activité économique et les créations d'emplois dans le secteur privé sont restées...
(Jeune Afrique 29/03/18)
Véritable arme du gouvernement sous Ben Ali, la torture policière persiste en Tunisie. Une situation que les observateurs nationaux et internationaux expliquent par la persistance de l’impunité des forces de sécurité, qui pousse de plus en plus de victimes à garder le silence. « L’impunité » des forces de sécurité est au centre des attentions en Tunisie. Alors que des ONG demandent depuis une semaine au gouvernement de mettre fin à « l’impunité qui prévaut en matière de violations des...
(AFP 28/03/18)
L'Instance Vérité et Dignité (IVD), instaurée en 2014 pour rendre justice aux victimes de la dictature en Tunisie, a indiqué mercredi qu'elle continuerait sa mission, en dépit d'un désaveu du Parlement. "Nous allons continuer notre travail tant que nous n'avons pas reçu de document officiel qui nous ordonne de continuer ou pas" notre tâche, a déclaré la présidente de l'IVD, Sihem Bensedrine. "Nous estimons que la décision de prolongation (de son mandat, NDLR) revient par la loi à l'instance" elle-même...
(La Tribune 28/03/18)
Les débats longs et houleux se sont en réalité nourris des inimitiés politiques et des sensibilités personnelles. La catharsis nationale des douleurs pendant les années noires risque d’être stoppée nette par ce vote des parlementaires qui met un terme au mandat de quatre ans de l’Instance Vérité et Dignité (IVD). Au-delà, c’est tout le processus de justice transitionnelle qui prend un sérieux coup de frein. Symbole de l'ambiance électrique de ces débats de deux jours entamés samedi 24 mars, les députés d'Ennahda (islamo-conservateurs) et du Courant démocratique ont préféré claquer la porte de l'Hémicycle que de participer au vote.
(Le Monde 28/03/18)
Le conflit couvait depuis des mois. Il a éclaté au grand jour, lundi 26 mars, au cœur du palais du Bardo à Tunis sous la forme d’un vote négatif émis par la majorité de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) contre l’institution emblématique de la justice transitionnelle en Tunisie, l’Instance vérité et dignité (IVD). Lors d’une séance houleuse, notamment boycottée par les élus d’Ennahda (islamiste), les députés tunisiens ont refusé la prolongation d’une année supplémentaire du mandat de quatre ans...
(RFI 28/03/18)
En Tunisie, la justice transitionnelle se retrouve dans la tourmente. Le 26 mars, au terme d’un débat houleux, le Parlement a voté contre la prolongation du mandat de l’Instance Vérité et Dignité (IVD). Mise en place en 2014, cette organisation constitutionnelle est chargée de solder les comptes du passé autoritaire du pays, en établissant la vérité sur les violations commises entre 1955 et 2013. Mais le vote du Parlement menace l’avenir de la justice transitionnelle et même de la transition...
(Agence Ecofin 28/03/18)
En Tunisie, 17 agressions ont été perpétrées contre les journalistes, durant le mois de février. C’est ce qu’a déclaré le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), hier, dans un communiqué de presse. D’après le SNJT, c’est une agression seulement de moins, qu’en janvier 2018. L’unité d’observation des agressions commises contre les journalistes et la liberté de la presse en Tunisie, un organe du SNJT, précise que 7 des agressions ont été commises par la police et 6 autres par des...
(La Tribune 28/03/18)
Visa change de tête en Afrique du Nord. Suite au départ du Canadien Ihab Ayoub, c'est l’Italien Marcello Baricordi qui tient désormais les manettes de la firme américaine dans la sous-région. Fraîchement nommé directeur général Moyen-Orient et Afrique chez Visa, cet expert des paiements numériques devra jouer un rôle stratégique dans le développement de la marque dans la région. Depuis Dubaï -son lieu de résidence professionnelle-, Marcello Baricordi va désormais défendre les intérêts de Visa au nord de l'Afrique. Une...
(AFP 27/03/18)
L'Instance Vérité et Dignité (IVD), instaurée pour faire la lumière sur les violations des droits de l'Homme et la corruption ces dernières décennies, a été désavouée au Parlement, un coup dur supplémentaire pour un organisme né de la transition démocratique en Tunisie. Le parti Nidaa Tounès et ses alliés de la majorité ont voté tard lundi contre la prolongation du mandat de l'IVD, estimant que l'instance et sa présidente Sihem Ben Sedrine étaient "périmées". Cette sentence fait suite à deux...
(AFP 27/03/18)
Le Parlement tunisien a voté tard lundi soir contre une prolongation du mandat de l'Instance de justice transitionnelle, chargée de rendre justice aux victimes de la dictature et des violations des droits de l'Homme en Tunisie. Après deux séances particulièrement houleuses samedi et lundi, les députés ont rejeté la prolongation du mandat de l'Instance Vérité et Dignité (IVD) qui devait initialement se terminer le 31 mai, par 68 voix contre, deux abstentions et 0 voix pour, a indiqué l'Assemblée sur twitter.
(Agence Ecofin 27/03/18)
Le ministre tunisien des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid (photo), a annoncé au cours d’une conférence de presse que la carte numérique du domaine public foncier et mobilier est déjà fonctionnelle et accessible au grand public. « Les personnes et collectivités concernées par les services du Ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières peuvent désormais prendre connaissance du domaine foncier de l’Etat, à la faveur d’une carte numérique, et suivre les services d’expertise relatifs...
(Jeune Afrique 27/03/18)
Jean-Jacques Demri, Français d'origine tunisienne, a été arrêté la semaine dernière dans le cadre d'une enquête sur des présomptions de blanchiment d'argent. Au centre du dossier : une opération immobilière sur un hôtel qui appartenait au syndicat UGTT. Jean-Jacques Demri, cofondateur de la marque LC Waikiki, qui réside en Tunisie, a été arrêté le 23 mars. Le pôle judiciaire financier de Tunis soupçonne ce Français d’origine tunisienne de blanchiment d’argent. Il s’intéresse de près à l’achat et à la revente...
(La Tribune 26/03/18)
L'économie tunisienne est déjà sur la voie de la reprise, a affirmé le premier ministre tunisien Youssef Chahed devant les députés du pays ce vendredi. Le chef du gouvernement a annoncé des indicateurs économiques qui font penser à une relance de l'économie. Bonne nouvelle pour la Tunisie ! Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed assure que les indicateurs économiques du pays depuis le début de l'année 2018 permettent de croire à une relance de l'économie. Face aux députés du pays, à l'occasion d'une séance d'audition à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP, l'équivalent du Parlement tunisien)...
(Jeune Afrique 26/03/18)
Dans un second degré décapant, l'artiste algérien Salim Zerrouki met à nu des clichés tirés de la vie quotidienne de la société arabe. Code de la route, mariage, travail, sport... Tout y passe. « Enfant à qui on aurait donné les moyens », Salim Zerrouki doit beaucoup à son talent. Avec des couleurs sobres ainsi qu’un trait simple et précis qui mettent en valeur un texte aussi désopilant que cinglant, il croque dans « 100 % bled » les paradoxes...
(AFP 24/03/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) a validé vendredi le versement d'une tranche de prêt à la Tunisie pour un montant de 257,3 millions de dollars. Cela porte au total les déboursements du FMI à Tunis à 919 millions de dollars dans le cadre du programme d'aide sur quatre ans signé en 2016 en échange de réformes économiques. La Tunisie, en difficulté financière après plusieurs années de marasme économique, notamment dû à la chute du tourisme après une série d'attentats en...
(RFI 24/03/18)
Le Parlement doit s'exprimer ce samedi 24 mars sur la prolongation du mandat de l'Instance Vérité et Dignité. Créée en 2013, elle doit faire la lumière sur les violations des droits de l'homme commises sous le régime des présidents Habib Bourguiba et Zine El Abidine Ben Ali, ainsi que sous certains gouvernements en place après la révolution de 2011. Son mandat arrivant à terme, l'Instance a décidé fin février de le prolonger pour an. Mais le soutien du Parlement à cette prolongation est loin d'être assuré. C'est une bataille juridique qui va se jouer aujourd'hui dans...
(AFP 23/03/18)
Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a appelé, dans un discours au Parlement vendredi, à poursuivre les réformes dans le pays, soulignant qu'il était prêt à en payer le "prix politique". Youssef Chahed, neuvième chef de gouvernement depuis la révolution de 2011, est actuellement sous pression, plusieurs voix s'étant élevées pour réclamer un remaniement, en arguant des difficultés économiques de la Tunisie. "Nous mènerons les réformes, quel que soit le prix politique à payer", a déclaré le Premier ministre, à l'offensive, évoquant des privatisations, ainsi que des réformes des caisses sociales et de compensation.
(Jeune Afrique 23/03/18)
Un comité d'experts, désigné par le président Béji Caid Essebsi, planche sur le remplacement du scrutin de liste par un mode uninominal à deux tours. Objectif : éviter l'éparpillement politique et permettre l'élection d'une majorité homogène. À l’occasion de la célébration de la fête de la République, le 20 mars, le président Béji Caïd Essebsi a soutenu la nécessité d’une révision de la loi électorale. Il considère en effet que le mode de scrutin au plus fort reste favorise l’éparpillement...
(AFP 23/03/18)
L'organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé vendredi le Parlement tunisien à ne pas mettre fin au mandat de l'instance de justice transitionnelle chargée de rendre justice aux victimes de la dictature et des violations des droits de l'Homme en Tunisie. Le Parlement tunisien doit s'exprimer samedi sur la prolongation du mandat de quatre ans de l'Instance Vérité et Dignité (IVD), qui devait initialement se terminer le 31 mai. En février, cette instance a d'elle même prolongé son mandat jusqu'au...

Pages