Lundi 23 Octobre 2017

Tunisie : Youssef Chahed et les contrebandiers

Tunisie : Youssef Chahed et les contrebandiers
(Jeune Afrique 16/08/17)

Le 23 mai, le Premier ministre lançait une vaste opération « mains propres », marquée par une vague d’arrestations spectaculaires. Deux mois plus tard, si les têtes de réseaux du marché parallèle sont tombées, les gros bonnets de la corruption semblent avoir été épargnés. Pour le moment…

Lors de son investiture à la primature, le 27 août 2016, Youssef Chahed, comme ses prédécesseurs, a déclaré la guerre à la corruption. Le 23 mai dernier, il est passé à l’offensive et a voulu frapper fort, avec une première vague d’arrestations. Passé l’effet de surprise et l’euphorie des Tunisiens, qui attendaient de telles mesures depuis longtemps, ce qui paraissait être une campagne d’envergure se solde, au bout de deux mois, par une vingtaine d’interpellations. Trop peu, selon certains.

Doublée du démantèlement des étals anarchiques qui écoulaient les produits de contrebande dans les grandes villes depuis 2011, l’opération a pourtant fait vaciller les réseaux du marché parallèle. Mais désormais un sentiment de malaise prime : la grande expédition contre la corruption semble avoir perdu son cap et s’être concentrée uniquement sur les patrons de l’économie « grise ».

« Nous nous attendions que des grosses têtes tombent, comme celles qui trempent dans l’attribution des marchés publics. Pour finir, les motifs des mises en examen vont de l’atteinte à la sûreté de l’État à l’extorsion de fonds en passant par le commerce illicite et les délits douaniers, mais cela brouille notre perception de la corruption », explique un chef d’entreprise qui a soutenu l’initiative de Chahed, estimant que les cibles visées ne sont pas celles auxquelles les Tunisiens s’attendaient.

Lire sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/463686/politique/tunisie-youssef-chahed-...

Commentaires facebook