Jeudi 26 Avril 2018

Tunisie : pourquoi Béji Caid Essebsi veut faire amender la loi électorale

Tunisie : pourquoi Béji Caid Essebsi veut faire amender la loi électorale
(Jeune Afrique 23/03/18)
Le président tunisien Béji Caid Essebsi

Un comité d'experts, désigné par le président Béji Caid Essebsi, planche sur le remplacement du scrutin de liste par un mode uninominal à deux tours. Objectif : éviter l'éparpillement politique et permettre l'élection d'une majorité homogène.

À l’occasion de la célébration de la fête de la République, le 20 mars, le président Béji Caïd Essebsi a soutenu la nécessité d’une révision de la loi électorale. Il considère en effet que le mode de scrutin au plus fort reste favorise l’éparpillement des voix et ne permet pas de dégager une réelle majorité à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Conséquence : la Tunisie est ingouvernable, réduite à l’immobilité.

« Le mode électoral actuel a produit une gouvernance basée sur le consensus et les alliances de pure forme et conjoncturelles n’ayant pas permis au pays de progresser, de répondre aux attentes des Tunisiens et aux impératifs de gouvernance. Sans compter que le rendement des gouvernements successifs n’a pas été stable », résume Mohsen Marzouk, fondateur du parti Machrou Tounes.
Vers un scrutin uninominal

À vingt mois des élections législatives et présidentielle de 2019, Béji Caïd Essebsi ne s’est pas hasardé à provoquer un débat pour amender la Constitution au vu des freins que crée l’actuel régime parlementaire. Il a préféré confier à un comité d’experts le soin de produire un nouveau texte de loi électorale pour remplacer le scrutin à la proportionnelle par un scrutin uninominal, majoritaire à deux tours.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/544961/politique/tunisie-pourquoi-beji-caid-...

Commentaires facebook