Mercredi 17 Janvier 2018

Qui sont les militants de « Fech Nestanew », qui mobilise contre la vie chère en Tunisie ?

Qui sont les militants de « Fech Nestanew », qui mobilise contre la vie chère en Tunisie ?
(Jeune Afrique 12/01/18)
Manifestation contre la hausse des prix, à Tunis, mardi 9 janvier 2018.

La vague protestataire qui secoue la Tunisie a vu l'émergence d'un nouveau mouvement citoyen : « Fech Nestanew ? » qui appelle la mobilisation populaire face à la hausse des prix. Zoom sur ce nouveau phénomène.

La hausse des prix subite, impliquée par l’entrée en vigueur de la loi de finances, le 1er janvier, a déclenché presqu’immédiatement une vague de protestation, qui s’étend désormais à tout le pays. À quelques jours de la date anniversaire de la révolution de 2011, qui a débouché sur la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, les manifestations sont quotidiennes.

• Affrontements quotidiens

On compte pas moins de 500 interpellations, dont 300 au cours des 24 dernières heures

D’abord organisés en journée, les rassemblement se tiennent maintenant principalement la nuit, dans un climat de tension croissant à mesure que les jours passent. Des scènes de pillage ont été observées et les affrontements entre les forces de police et les protestataires sont devenues systématiques.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs villes ont été le théâtre de nouveaux heurts. A Siliana, les manifestants ont tenté de prendre le tribunal de la ville d’assaut, et les forces de l’ordre ont été la cible de cocktails Molotov. A Kasserine, les jeunes protestataires ont tenté d’établir des barrages routiers en mettant le feu à des pneus, avant d’être dispersés. A Tebourba, où un homme est mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes, lundi, plusieurs dizaines de manifestants ont fait face aux forces de sécurité. A Thala, c’est un poste de police qui a été incendié.

En deux jours, on compte pas moins de 500 interpellations, dont 300 au cours des 24 dernières heures, selon un décompte délivré à l’AFP par le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khalifa Chibani, qui précise que 21 policiers ont été blessés.

Aux origines de ces protestations, une campagne citoyenne : « فاش نستناو ؟ », soit « Fech Nestanew ? » – « Qu’attendons-nous ? », en français. Sa première apparition dans le paysage protestataire tunisien date du 3 janvier.

À l’instar d’autres campagnes tels que « Manich Msamah », créée dans le but de s’opposer au très polémique projet de loi de réconciliation nationale, ou encore la campagne « Mansinekomch » (« On ne vous a pas oublié », en français) en soutien aux martyrs et aux blessés de la révolution, cette campagne a été initiée par un groupe de jeunes qui ont choisi la rue pour interpeller le gouvernement.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/508961/politique/qui-sont-les-militants-de-f...

Commentaires facebook