Mardi 24 Avril 2018

L'OCDE appelle la Tunisie à faciliter l'investissement privé

L'OCDE appelle la Tunisie à faciliter l'investissement privé
(AFP 29/03/18)

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a appelé la Tunisie à faciliter l'investissement privé afin de relancer la création d'emplois de qualité et réduire les inégalités, dans son premier rapport sur le pays publié jeudi.

Après la révolution de 2011, le tourisme, touché par l'insécurité, et le secteur minier, secoué par des conflits sociaux, ont connu d'importants déboires qui ont accentué les difficultés économiques du pays.

"La forte hausse de l'emploi et des salaires publics a soutenu la consommation privée, mais l'activité économique et les créations d'emplois dans le secteur privé sont restées faibles", souligne l'OCDE, appelant à des "réformes structurelles".

Si l'investissement public a été largement préservé, "le taux d'investissement a fléchi depuis le début des années 2000 et son niveau est faible", indique l'OCDE.

Elle pointe du doigt "des réglementations excessives sur le marché des produits, associées à des procédures administratives complexes qui peuvent générer de la corruption", "une fiscalité peu prévisible, des difficultés croissantes pour le passage des biens en douane" et "un système financier peu favorable aux jeunes entreprises".

"La levée de ces contraintes est essentielle pour relancer l'investissement des entreprises, et avec lui, la productivité, les créations d'emplois et le pouvoir d'achat de tous les Tunisiens", estime l'organisation.

Ce rapport intervient deux mois après une série de troubles sociaux dans plusieurs villes du pays, alimentés par des hausses d'impôts et de prix, alors que le chômage persiste autour des 15% en dépit d'une reprise de la croissance. La situation reste tendue notamment dans le bassin minier, zone marginalisée du centre du pays.

"Le niveau de vie moyen des Tunisiens a progressé depuis plusieurs décennies tandis que la pauvreté a largement diminué", a souligné l'OCDE, tout en déplorant que "de larges disparités régionales existent en termes de niveau de vie et d'emploi".

Afin de contenir une dette publique écrasante, l'OCDE appelle à "mieux lutter contre l'évasion et la fraude fiscales", et à réviser les incitations fiscales, "peu efficaces" pour stimuler l'économie.

Plutôt que les subventions de produits de première nécessité qui bénéficient davantage aux plus riches, elle préconise des aides financières aux ménages défavorisés.

L'OCDE conseille également à la Tunisie de continuer à ne remplacer qu'une partie des fonctionnaires, et à augmenter l'âge de la retraite.

Commentaires facebook