Lundi 19 Février 2018

Financement du terrorisme : pourquoi la Tunisie a été « blacklistée » par le Parlement européen

Financement du terrorisme : pourquoi la Tunisie a été « blacklistée » par le Parlement européen
(Jeune Afrique 12/02/18)
Antonio Tajani, Président du Parlement européen et Beji Caid Essebsi, président de la Tunisie

L’affaire du classement de la Tunisie parmi les États non coopératifs en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme est plus obscure qu’il n’y paraît, selon la partie tunisienne. La Tunisie n'est pas un État voyou, se défendent-elles.

La décision votée le 7 février par le Parlement européen classant la Tunisie dans la liste des États les plus exposés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme est-elle le résultat d’un dysfonctionnement ou procède-t-elle d’une malveillance européenne ? C’est en ces termes que la question se pose en Tunisie, et qu’elle soulève des vagues d’autant plus importantes qu’elle intervient après un premier coup dur, essuyé en décembre lorsque le pays a été placée sur la liste noire des paradis fiscaux, avant d’en être retiré.

Selon nos sources, la décision du Parlement européen s’est basée sur les travaux du Groupe d’action financière (Gafi), organisme intergouvernemental qui veille à ce que les pays aient un dispositif bancaire à même de lutter contre les opérations de blanchiment, dont celles alimentant le terrorisme. En attendant de mettre en place son propre système, l’Union européenne (UE) ne peut que s’en remettre à l’avis du Gafi mais, visiblement, elle s’est basée sur des données anciennes qui ont, pourtant, été actualisées par l’organisme de vérification.

En 2015, le Gafi avait en effet opéré un audit des procédures bancaires et financières en Tunisie pour la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les milliers de jihadistes tunisiens présents dans les zones de conflit, leur embrigadement via des associations caritatives, des flux d’argent douteux et le conflit libyen avaient, depuis la chute du régime de Ben Ali, jeté des suspicions sur la Tunisie.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/529070/politique/financement-du-terrorisme-p...

Commentaires facebook