Vendredi 20 Avril 2018

Contestation sociale en Tunisie: la mobilisation s'essouffle

Contestation sociale en Tunisie: la mobilisation s'essouffle
(RFI 13/01/18)

Le premier appel à manifestation national de Fech Nestannew ressemble à un échec. Une centaine de personnes étaient présentes à Tunis vendredi après-midi. Et peu de rassemblements ont été signalés en région, si ce n'est à Sfax, la seconde ville du pays, où environ 200 personnes ont manifesté. Les protestations semblent donc marquer le pas.
Il est vrai que si les manifestations nocturnes avaient déjà montré une accalmie, on aurait pu s'attendre à plus de participation. Car à en croire les sondages la plupart des Tunisiens sont mécontents de la loi de Finances.

Alors selon Mohamed Dhia Hammami, un analyste politique, c'est d'abord l'organisation qui est défaillante : peu de personnes sont disponibles un vendredi à 13h. La communication a été insuffisante, et, point non négligeable, il a plus abondamment sur la capitale toute la journée.

Mohamed Dhia Hammami cite par ailleurs l'effet dissuasif de la forte présence policière, alors que près de 800 personnes ont été arrêtées. Il y a enfin la couverture des événements par les médias locaux, très focalisés sur les violences. Il rejoint en cela la Haica, l'instance indépendante de contrôle de l'audiovisuel en Tunisie, qui a appelé les médias à ne plus assimiler systématiquement les manifestants aux casseurs.

Du côté de la campagne Fech Nestannew, qui espérait ratisser large avec son appel à manifester, la participation en berne est une déception.

Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180112-tunisie-essoufflement-manifestation-l...

Commentaires facebook