Mercredi 13 Décembre 2017

Concert : un vent de liberté nommé Emel Mathlouthi

Concert : un vent de liberté nommé Emel Mathlouthi
(Jeune Afrique 20/10/17)
Emel Mathlouthi

En tournée internationale dans la foulée de son deuxième album, Ensen, la chanteuse tunisienne Emel Mathlouthi a offert hier à son public parisien un concert cathartique.

Quelques notes de guembri électrique font vibrer la salle comble de la Gaîté Lyrique. Les murs tapissés d’écrans géants se teintent d’une couleur rouge sang. La voix d’Emel Mathlouthi, invisible, retentit. Tour à tour puissante et fragile, tout en modulations virtuoses, elle nous invite à la suivre, en équilibre au-dessus du gouffre. Le public, immobile, retient son souffle. La cérémonie peut commencer.

La chanteuse entre à pas mesurés dans l’obscurité, jusqu’à ce qu’un rai de lumière la révèle en diva gothique : pantalon noir, chemisier noir aux manches bouffantes et au décolleté plongeant jusqu’au nombril. Une princesse dark qui aurait troqué le conte de fées pour un thriller… loin, très loin des chanteuses orientales lascives d’un orient fantasmé qui alimentent la pop arabophone.
Concert mystique

Un deuxième titre, Fallen, reprenant les paroles de New Year’s Prayer de l’icône du folk-rock américain Jeff Buckley, nous fait basculer définitivement dans son univers sombre, introspectif et mystique. Sonorités d’orgue d’église, chœurs vibrants, percussions tribales, cordes et boucles hypnotiques empruntées aux stambalis (les « gnaouas tunisiens ») invitent à une transe œcuménique. Aucun dieu n’est convoqué dans la grand-messe d’Emel Mathlouthi, mais le spectateur ressent de chanson en chanson une transcendance, une élévation. Sans doute parce que ce menu bout de femme de 35 ans est lui-même traversé pendant tout le concert par quelque chose qui le dépasse.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/484473/culture/concert-un-vent-de-liberte-no...

Commentaires facebook