Vendredi 15 Décembre 2017

Après son élection à la BAD, quelle doit être la priorité du président Akinwumi Adesina ?

Le 28 mai, le Nigérian Akinwumi Adesina a été élu à la tête de l'institution panafricaine. Les dossiers qui l'attendent : l'assainissement du climat de travail, la maîtrise des coûts de fonctionnement et un meilleur ciblage de l'aide.

Malgré son magnifique noeud papillon bleu, on n'a vu, le 28 mai vers 17 heures, sur la scène du Palais des congrès de l'hôtel Ivoire, à Abidjan, que le sourire rayonnant d'Akinwumi Adesina. Quelques minutes plus tôt, cet économiste de 55 ans était élu président de la Banque africaine de développement (BAD), recueillant 58,1 % des voix de l'ensemble des actionnaires et 60,5 % des suffrages africains, devant le Tchadien Bedoumra Kordjé et la Cap-Verdienne Cristina Duarte. De bout en bout, le ministre de l'Agriculture du gouvernement sortant de Goodluck Jonathan aura fait la course en tête.

Cliquez sur l'image. En s'imposant, il a apporté un éclatant démenti à ceux qui prédisaient l'échec de la première puissance économique africaine (jusque-là, à l'exception du Maroc, aucun grand pays du continent n'avait accédé à la présidence de la BAD) et celui d'un candidat non issu du monde de la finance. Depuis l'obtention de son doctorat d'agroéconomie à l'université de Purdue, aux États-Unis, il y a vingt-sept ans, le Nigérian a en effet toujours oeuvré dans le domaine agricole.

"Lors des auditions de la veille, il a été l'un des trois candidats les plus convaincants, explique un assistant de l'un des gouverneurs. Le lobbying intensif de Ngozi Okonjo-Iweala [ministre nigériane des Finances sortante, et ex-directrice générale de la Banque mondiale] a très probablement aussi beaucoup joué en sa faveur auprès des votants non africains." À peine élu, c'est d'ailleurs dans les bras de sa "grande soeur" qu'Akinwumi Adesina a posé, sous l'oeil des photographes.

Pression

À leurs côtés, l'Ivoirien Albert Mabri Toikeusse, ministre d'État du Plan et du Développement et, surtout, président du conseil des gouverneurs de la BAD, ne boudait pas son plaisir, satisfait d'avoir trouvé un nouveau leader à la principale banque de développement du continent, après dix ans de présidence Kaberuka. Alors que le nombre élevé de candidats faisait craindre des blocages, il n'aura fallu que six tours aux 80 gouverneurs pour élire le huitième président de l'institution panafricaine. Quatre tours de moins qu'en 2005, et huit de moins qu'en 1995.

"Pour le président sortant comme pour la Côte d'Ivoire, le pays hôte, la pression était très forte : il fallait à tout prix éviter les psychodrames qui avaient émaillé l'élection de Donald Kaberuka et celle d'Omar Kabbaj", explique une source à la BAD. Mission accomplie : après un début de scrutin très lent, les votes se sont succédé à un rythme soutenu. À 13 h 30, quatre tours avaient été bouclés, les deux premiers entérinant l'élimination sans surprise du Sierra-Léonais Samura Kamara et de l'Éthiopien Ato Sufian Ahmed, le troisième, celle du Malien Birima Boubacar Sidibé, et le quatrième, celle du Tunisien Jalloul Ayed.

À la reprise du vote, il a fallu moins de deux heures pour conclure. Face au mastodonte nigérian, premier actionnaire de la BAD avec 9,3 % des parts, Cristina Duarte et Bedoumra Kordjé n'ont pas failli. Le cas de la Cap-Verdienne a révélé de profondes divergences entre actionnaires africains et actionnaires internationaux. Massivement soutenue par ces derniers, avec plus de la moitié des votes dès le premier tour, la ministre des Finances du Cap-Vert, unique femme en lice, n'a à aucun moment réussi à convaincre les électeurs continentaux : lors des six tours, elle a obtenu tout au plus 6 % de leurs votes. "Le soutien que lui ont apporté plusieurs pays non africains, principalement parce qu'elle était une femme, a été mal perçu", suggère un membre de délégation africaine. Et, à la différence de l'élection de Donald Kaberuka, en 2005, dont le succès avait été assuré par des États non africains, l'obstination de ces derniers n'aura pas été payante.

Autre division révélée par cette élection : celle du monde francophone. Bedoumra Kordjé, ministre des Finances et du Budget du Tchad depuis 2013 et ancien vice-président de la BAD, avait été activement soutenu par le président Idriss Déby Itno, à qui le Mali notamment doit beaucoup dans sa lutte contre le terrorisme. Que Bamako ait présenté son propre candidat a été très mal vécu par N'Djamena. De la même manière, quelques heures après l'élection, des proches du candidat malheureux critiquaient l'attitude de Paris.

Hors micro

Sur la quinzaine de vice-présidents, un seul vient d'un pays francophone.
Fort de la révolution qu'il a suscitée dans l'agriculture nigériane en luttant contre la corruption qui gangrène la distribution d'engrais, Akinwumi Adesina sera-t-il l'homme qui réformera la BAD ? Car le bilan de Donald Kaberuka a été critiqué... hors micro, même s'il a été salué officiellement à de multiples reprises au cours des assemblées annuelles de l'institution, qui se sont tenues du 25 au 29 mai.

Des acquis très importants sont pourtant à mettre à l'actif du Rwandais, comme l'intéressé l'a lui-même rappelé dans son discours : "la gestion de la crise internationale ; le discours sur le développement de l'Afrique, porté jusqu'au G20 ; la notation AAA de la banque ; et, bien sûr, le triplement historique du capital en 2010".

Commentaires facebook