Mardi 23 Janvier 2018
(La Tribune 22/01/18)
Le budget 2018 de l'Etat congolais a été adopté jeudi dernier par les parlementaires du pays, avec un déficit de trésorerie de l'ordre de 778,9 milliards Francs CFA à combler. Il s'élève à un peu plus de 1.602,7 milliards de francs CFA avec une légère augmentation par rapport aux prévisions de l'année dernière. Le pays devra certainement s'endetter combler une partie de ce déficit. Voté ce jeudi 17 janvier 2018 à Brazzaville au siège de l'Assemblée nationale par les parlementaires avec amendements, en première lecture, le budget 2018 du Congo prends en compte le contexte économique et financier particulier et difficile que traverse le pays. Le budget voté affiche un déficit de trésorerie de l'ordre...
(La Tribune 22/01/18)
Les produits bissau-guinéens bénéficient désormais d'une exemption de taxes auprès de l'Inde, a annoncé l'ambassadeur indien pour la Guinée Bissau, Rajjev Kumar, ce vendredi 19 janvier 2018. Cette mesure est accompagnée d'une autre, facilitant l'obtention du visa pour se rendre en Inde pour les hommes d'affaires bissau-guinéens. Les hommes d'affaires bissau-guinéens ne paieront plus de taxes pour exporter leurs produits vers l'Inde, le grand géant asiatique ayant décidé d'une exemption de taxe à l'exportation. L'information a été donnée par l'ambassadeur indien pour la Guinée Bissau (résidant au Sénégal), Rajjev Kumar, vendredi dernier alors qu'il sortait d'une audience avec le président de la République...
(Jeune Afrique 22/01/18)
Un peu moins d’une semaine après l’adoption d’un nouveau régime de change pour le dirham marocain, la situation sur le marché est « très rassurante », estiment les autorités monétaires du pays. Cela fait quatre jours que la réforme du régime de change du dirham marocain est entrée en vigueur. La valeur du dirham contre les devises évolue désormais dans un intervalle de fluctuation de ±2,5 %, contre ±0,3 % auparavant, par rapport à un cours fixé préalablement par Bank Al-Maghrib. Si un grand nombre de Marocains et d’opérateurs économiques exprimaient leurs craintes vis-à-vis de cette réforme, notamment quant à ses conséquences sur le pouvoir d’achat, il semblerait que tout se passe bien sur le marché.
(Jeune Afrique 22/01/18)
Secrétaire général du parti « Restaurer l’espoir » de Candide Azannaï, Guy Dossou Mitokpè, 39 ans, est député à l’Assemblée nationale. Après un moment de collaboration avec le pouvoir, son parti a rejoint les rangs de l’opposition. Pour lui, le pouvoir de Patrice Talon a renoué avec « de vieux démons ». Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre l’opposition au président Patrice Talon, alors que votre parti était membre de la coalition qui l’a porté au pouvoir ?...
(Jeune Afrique 22/01/18)
Grogne sociale, négociations avec l’exécutif, solutions préconisées face à la crise… Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi réaffirme la volonté de la centrale de se poser en force de proposition. L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) ne défend pas seulement les droits des travailleurs et les acquis sociaux, elle est aussi un acteur majeur de la scène politique nationale. Depuis la chute du régime de Ben Ali, elle est montée en puissance, au point qu’un ancien ambassadeur européen avait...
(Jeune Afrique 19/01/18)
Le président burundais veut voir tous les concubins mariés. De son côté, se voit-il en couple avec la République jusqu’à ce que la mort les sépare ?... Héraut autoproclamé de la vertu, le « born again christian » Pierre Nkurunziza a placé son troisième mandat sous le signe de la réhabilitation de la morale bafouée. Les critiques en légitimité de sa dernière élection ne sauraient détourner le président burundais de sa mission christique, persuadé qu’il est, depuis 2005, d’avoir «...
(Jeune Afrique 19/01/18)
Dans un rapport intitulé « Endiguer la dérive autoritaire en Tunisie », International Crisis Group pointe une « nostalgie du régime de Ben Ali » et un « manque de volonté politique » dans l'application de la Constitution de 2014. La Tunisie vient de connaître le plus large mouvement de contestation à la politique du gouvernement depuis la révolution du 14 janvier 2011. Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes du pays pour dénoncer la cherté de la vie, débouchant...
(RFI 19/01/18)
Le maire de Dakar, en prison depuis mars 2017, soupçonné de détournements de deniers publics, estime que ses droits n'ont pas été respectés, que l'enquête n'a pas été menée dans les règles de droits. Les avocats de l'Etat et ceux de Khalifa Sall sont donc convoqués le 30 janvier prochain à Abuja. En plaidant la cause de leur client fin décembre, les avocats de Khalifa Sall ont obtenu une procédure d'urgence. La Cour de justice de la Cédéao a été...
(RFI 19/01/18)
Les élections législatives et présidentielles au Zimbabwe – les premières sans l’ex-président Robert Mugabe – se tiendront dans quatre à cinq mois, a annoncé le nouveau président Emmerson Mnangagwa, sans donner de date précise. Le chef de l’Etat a promis qu’elles seraient libres et transparentes alors que, jusqu’à présent, les différents scrutins ont été entachés de violences et de fraude. « Nous veillerons à ce que le Zimbabwe organise des élections libres, crédibles, et justes », a promis le président...
(La Tribune 18/01/18)
Depuis bientôt un mois, le régime d’Omar Béchir fait face à une multiplication des manifestations contre la hausse des prix. Les longues files devant les boulangeries soudanaises, alimentées par une inflation du prix de la farine, se sont transformées en « émeutes du pain », violemment réprimées. Dans un pays atteint du marasme économique, le régime vacille et manque de peu de se faire rouler dans la farine d’une révolution. « Non à la faim! ». « Non aux prix...
(La Tribune 18/01/18)
Le nouveau maître d’Harare veut aller vite. Dans une déclaration relayée par la presse proche du pouvoir, le président zimbabwéen fixe un délai de « quatre à cinq mois » pour l’organisation des élections générales. Très attendu, le scrutin devrait permettre de tourner la page Mugabe et légitimer définitivement Emmerson Mnangagwa. Les Zimbabwéens sont à nouveau appelés aux urnes entre avril et mai pour des élections municipales, législatives et surtout présidentielle. Le scénario se précise d'une organisation des élections générales...
(RFI 18/01/18)
Alors que la Tunisie fêtait le 7e anniversaire de sa révolution, dimanche 14 décembre, la liesse qui avait suivi à l'époque suivi la chute du dictateur Zine el-Abidine Ben Ali est un lointain souvenir. Aujourd’hui, le bilan est morose. Beaucoup d’espoirs sont déçus. Le chômage est plus haut que jamais et l’économie en crise. Des mesures d’austérité adoptées le 1er janvier dernier ont provoqué un véritable soubresaut de colère populaire il y a une dizaine de jours. « Travail, liberté, dignité ». Ce slogan de la révolution de 2011 a de nouveau résonné dans les rues de Tunis dimanche 14 janvier.
(Jeune Afrique 18/01/18)
Le chef de l’État passe de plus en plus de temps reclus dans son palais de Mvomeka’a, son village natal dans le sud du pays. Ce havre de paix, dont sont tenus à l’écart les habitants des environs, est devenu l’un des centres du pouvoir et l’objet de tous les fantasmes. C’est une large route au cœur de la forêt équatoriale camerounaise. Marquage au sol soigné, tracé parfait, nids-de-poule inexistants : elle a fière allure. Première grande réalisation du président Paul...
(RFI 18/01/18)
Après les critiques de l'Eglise catholique, par la voix du cardinal Monsengwo au début du mois de janvier, c'est au tour de l'Eglise protestante d'interpeller les autorités congolaises sur leur gestion du pays. Cela s'est passé ce mardi 16 janvier à la cathédrale du Centenaire à Kinshasa, devant de nombreuses personnalités du pouvoir, à l'occasion de la messe organisée par le PPRD, le parti présidentiel, pour commémorer le 17e anniversaire de la mort de Laurent-Désiré Kabila, le père de l'actuel chef de l'Etat. Le ton était moins offensif que celui du cardinal Monsengwo, mais le constat que dresse le pasteur...
(France 24 18/01/18)
Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, s’exprime pour la première fois sur la récente tentative présumée de coup d’État contre lui. Il revient également sur la condamnation par la justice française de son fils, Teodorin Obiang, dans l’affaire dite des "biens mal acquis". Fin décembre, le gouvernement de la Guinée équatoriale a révélé avoir déjoué un "coup d'État" sur la partie continentale du pays, après qu'une trentaine d'hommes armés ont été interpellés au Cameroun. Selon Teodoro Obiang Nguema, qui dirige le pays depuis 1979, ces "terroristes" ont été recrutés au Tchad...
(Jeune Afrique 18/01/18)
Le projet de privatisation du secteur économique public a valu à son initiateur une sévère mise en garde présidentielle. Il ne contient cependant pas de mesures spectaculaires. Le sujet est épineux si ce n’est explosif. Il aura fallu l’intervention d’Abdelaziz Bouteflika, à la parole rare, pour apaiser le débat sur la privatisation des entreprises publiques. Le chef de l’État, par l’intermédiaire du secrétaire général de la présidence de la République, Habba El Okbi, a adressé la semaine dernière un courrier...
(Jeune Afrique 18/01/18)
Selon un document consulté lundi par Reuters, la Tunisie, ainsi que sept autres pays, pourraient être retirés de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne. Une décision qui pourrait être adoptée dès le 23 janvier prochain, à Bruxelles. La Tunisie pourrait bel et bien être retirée de la liste noire des paradis fiscaux de l’Union européenne (UE). En effet, l’UE souhaite retirer huit pays de cette liste, qui compte actuellement 17 « juridictions », selon un document consulté...
(La Tribune 18/01/18)
L'Algérienne Sonatrach et la libyenne National Oil company ont signé un accord-cadre visant à renforcer leur coopération dans la gestion des gisements frontaliers d'hydrocarbures. L'accord devrait permettre d'établir un plan d'exploitation optimum pour les gisements, éviter les malentendus et écarter tout casus belli. L'exploitation des gisements d'hydrocarbure à la frontière entre l'Algérie et la Libye ne sera bientôt plus un problème. Les compagnies pétrolières et gazières algérienne, la Sonatrach et libyenne le National Oil Company (NOC) ont signé ce lundi...
(Jeune Afrique 18/01/18)
Près de 600 « frères » et « sœurs » venus du monde entier étaient attendus les 2 et 3 février à Dakar dans le cadre des Rencontres humanistes et fraternelles africaines et malgaches (Rehfram). Mais la grand-messe annuelle de la franc-maçonnerie africaine francophone a finalement été annulée face à la levée de boucliers d'organisations religieuses. « J’ai été contraint d’annuler leur réservation en raison des menaces de troubles à l’ordre public », déplore Pierre Mbow, directeur du King Fahd...
(La Tribune 17/01/18)
Le Conseil d’administration du FMI vient d’approuver un décaissement de 25, 8 millions de dollars en faveur du Rwanda dans le cadre des deux programmes d’assistance technique et financière dont bénéficie le pays. Après une croissance certes robuste mais en deçà de son potentiel les deux dernières années, le FMI s’attend à un rebond du dynamisme de l’économie rwandaise pour les deux prochaines années avec un taux prévu de 7 à 7,5%. L'année s'annonce sous de bons auspices pour l'économie...

Pages