| Africatime
Vendredi 24 Février 2017
(AFP 23/02/17)
Seize personnes ont été tuées en trois jours dans des affrontements entre l'armée congolaise et la rébellion du "Mouvement du 23 mars" (M23) dans l'est de la République démocratique du Congo (M23), a appris l'AFP jeudi de source militaire. Dans les affrontements qui ont duré "trois jours", les FARDC (Forces armées de la RDC) ont "résisté" et "ont mis en déroute" les rebelles du M23", a déclaré à l'AFP le major Guillaume Djike, porte-parole des opérations Sukola 2 dans la province troublée du Nord-Kivu, ajoutant que "le bilan est de 16 morts". Cinq rebelles ont été capturés et 58 autres se sont rendus. "Aujourd'hui (jeudi) la situation est calme. Nous demandons à la population qui...
(AFP 23/02/17)
La justice angolaise a requis jeudi des peines de six à huit ans de prison contre 37 personnes accusées d'une mystérieuse tentative de coup d'Etat contre le président José Eduardo dos Santos qui aurait échoué aux portes de son palais il y a un an. Les médias d'Etat angolais ont révélé en novembre dernier, à la surprise générale, qu'un complot contre le chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1979, avait été déjoué le 30 janvier 2016. Le procès-fleuve des putschistes présumés, présentés par l'accusation comme des membres de l'ex-rébellion de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), a débuté quelques jours plus tard devant un tribunal de Luanda. En conclusion des débats, le procureur Edelvasse Matias a réclamé jeudi...
(RFI 23/02/17)
Des combats dans l'est de la RDC ont impliqué les forces armées congolaises et des éléments du M23 mercredi 22 février dans la région de Bisanga. Une altercation qui a impliqué un nombre encore inconnu de rebelles. Un certain nombre ont traversé la frontière pour trouver refuge en Ouganda. Quelque 44 membres du M23 se sont rendus aux UPDF, affirme Richard Karemire le porte-parole de l'armée ougandaise. Il n'est pas confirmé cependant qu'ils fassent partie du groupe ayant pris la fuite du camp de cantonnement ougandais en janvier dernier, précise-t-il. Parmi eux, quatre auraient porté des armes. En plus des combattants, un certain nombre de civils ont aussi traversé la frontière pour fuir les combats.
(AFP 23/02/17)
Hassan Ali Khaire, un ancien travailleur humanitaire et cadre d'une compagnie pétrolière, a été nommé jeudi Premier ministre de la Somalie par le nouveau président Mohamed Abdullahi Mohamed. Le nouveau président, plus connu sous son surnom Farmajo, a fait l'annonce via son compte Twitter. Après sa nomination, M. Khaire a promis de "travailler d'arrache-pied avec le président pour former un gouvernement qui représente le public". Les tensions au sommet de l’État somalien entre le président et son Premier ministre ont fréquemment paralysé l'activité gouvernementale ces dernières années. La relation entre les deux hommes sera donc cruciale pour l'avenir de ce pays très fragile.
(APA 23/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La MINUSCA a qualifié de ‘’lâches’’ les attaques perpétrées lundi et mardi contre ses forces déployées à Ndassima et à Ippy, deux localités du centre de la Centrafrique, faisant quatre blessés parmi les forces onusiennes et un mort et un blessé du côté des assaillants qui seraient des éléments de la coalition du FPRC une faction des ex sélékas. « Lundi, ils s’en sont directement pris aux forces internationales qui ont immédiatement riposté, avec un bilan d’un...
(Jeune Afrique 23/02/17)
Le calendrier judiciaire va s’accélérer au Congo au cours des dix prochains mois. D’ici à juin et juste après la réunion du Conseil supérieur de la magistrature s’ouvriront les sessions criminelles des cours d’appel de Brazzaville et de Pointe-Noire Première affaire jugée : celle impliquant Frédéric Bitsamou, alias pasteur Ntumi (le leader des rebelles Ninjas du Pool, toujours recherché), et ses coaccusés détenus à la prison centrale de Brazzaville. Suivront les procès intentés par l’État contre les candidats à l’élection présidentielle...
(AFP 23/02/17)
Le Parlement tunisien a approuvé mercredi soir une loi anticorruption, un texte très attendu qui protège notamment les lanceurs d'alerte. La corruption est perçue dans ce pays d'Afrique du Nord comme un des principaux freins à la relance de l'économie, six ans après le soulèvement contre la dictature de Zine el Abidine Ben Ali, largement marqué par des slogans anticorruption. Examinée depuis mardi, cette loi de 36 articles a été votée par 145 députés présents à l'Assemblée sur un total...
(AFP 23/02/17)
Le Parlement mauritanien a entamé mercredi soir à Nouakchott une session extraordinaire consacrée essentiellement à une révision de la Constitution en vigueur depuis 1991, qui prévoit notamment la suppression du Sénat. Outre la suppression du Sénat, deuxième chambre du Parlement actuel, et son remplacement par des Conseils régionaux, les amendements à la Loi fondamentale concernent le drapeau et l'hymne national, la suppression de la Haute Cour de Justice, du médiateur de la République et du Haut Conseil islamique. Ces modifications avaient été arrêtées lors d'un dialogue en septembre et octobre 2016, entre d'un côté la majorité réunie autour du président Mohamed Ould Abdel Aziz...
(Le Monde 23/02/17)
Un sommet sur la Libye à Alger ? Réunis à Tunis dimanche 19 et lundi 20 février, les ministres tunisien et egyptien des affaires étrangères et le ministre algérien des affaires maghrébines ont annoncé la prochaine tenue dans la capitale algérienne – à une date encore indéterminée – d’une telle rencontre à laquelle prendront part Abdelaziz Bouteflika, Béji Caïd Essebsi et le maréchal Sissi, présidents respectivement de l’Algérie, de la Tunisie et de l’Egypte. Si ce sommet avait effectivement lieu,...
(AFP 22/02/17)
Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed s'est attaché mercredi lors de son investiture à tempérer les attentes de ses concitoyens, prévenant que sa marge de manoeuvre "sera limitée" face à l'ampleur des défis qui l'attendent. Plus connu sous son surnom Farmajo, le président a été investi à l'aéroport de Mogadiscio, l'endroit le plus sécurisé de la capitale, où s'était déroulée son élection le 8 février, pour éviter une attaque des islamistes shebab qui ont menacé de lui mener une guerre...
(AFP 22/02/17)
Les autorités de Kinshasa ont fait volte-face mercredi en annonçant enquêter sur "les faits portés à la connaissance du public" après la diffusion d'une vidéo "atroce" mettant en cause des soldats congolais dans un massacre. "À la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo atroce qui défraye la chronique ces jours-ci", le gouvernement annonce dans un communiqué avoir "dépêché immédiatement (au Kasaï-Oriental et au Kasaï-central) une commission conduite par des hauts magistrats militaires en vue de vérifier les faits".
(AFP 22/02/17)
Le Mouvement du 23-Mars (M23) représente "une menace actuelle" en République démocratique du Congo, a affirmé mercredi l'ONU, après des rumeurs de retour dans le Nord-Kivu d'ex-combattants de cette rébellion défaite en 2013 par l'armée congolaise. "Nous avons en face de nous un groupe armé qui représente une menace actuelle" à la stabilité dans l'est de la RDC, a déclaré de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, le général Bernard Commins, chef adjoint des Casques bleus de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco). La Monusco suit "avec une attention extrême" cette situation, elle dispose "de multiples indices" et "des informations qui parviennent de manière soutenue" aux Casques bleus...
(AFP 22/02/17)
Le président du Malawi Peter Mutharika a annoncé mercredi le limogeage de son ministre de l'Agriculture, soupçonné d'avoir touché des pots de vin dans le cadre d'un contrat d'importation de maïs dans ce pays frappé par la sécheresse. Lors d'une perquisition menée mardi soir, les policiers ont découvert au domicile de George Chaponda l'équivalent de 212.000 euros en dollars américains et en monnaie locale, a rapporté la presse locale. Considéré comme un proche soutien du chef de l'Etat, M. Chaponda est accusé d'avoir touché des commissions en marge d'un contrat d'importation...
(AFP 22/02/17)
La justice sud-africaine a estimé mercredi que la décision du gouvernement de Pretoria de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI) sans consulter au préalable le Parlement était invalide et inconstitutionnelle. "La décision du gouvernement de signifier au secrétaire général de l'ONU son retrait de la CPI sans avoir obtenu l'aval du Parlement est inconstitutionnelle et invalide", a affirmé un juge de Pretoria, Phineas Mojapelo. Le président et le gouvernement "doivent retirer leur notification dès que possible"...
(RFI 22/02/17)
Elu le 8 février dernier, le président Mohamed Abdullahi Mohamed, alias Farmajo, sera investi ce mercredi 22 février à Mogadiscio. Farmajo sera le neuvième président somalien depuis l'indépendance. Durant la campagne électorale il avait promis de lutter contre la corruption et d'améliorer le quotidien des Somaliens, notamment les services de santé du pays. Mais la tâche qui l'attend est immense. L'attentat de dimanche perpétré à Mogadiscio et qui a tué trente-neuf personnes rappelle à tous que son principal objectif est...
(APA 22/02/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - Le budget total de l’ensemble des opérations électorales étalées sur trois ans s’élève à 1,3 milliard USD et non 1,8 milliard USD comme cela avait été rapporté dernièrement par les médias citant le ministre d’Etat au Budget, Pierre Kangudia, a précisé mardi à Kinshasa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nanga, au cours d’une conférence de presse. Il a fait savoir que l’exécution de ce budget a déjà commencé depuis l’année dernière...
(Jeune Afrique 22/02/17)
Le chef de l'opposition béninoise se plaint d’intimidations récurrentes à son égard qui viseraient, selon lui, à l'éloigner de la politique. Soutien de Thomas Boni Yayi à la présidentielle de mars 2016, Léonce Houngbadji, qui avait déposé plainte le 23 novembre auprès du procureur de la République pour menaces de mort et intimidations, a été auditionné ce 20 janvier à la brigade de Cotonou. Accompagné de Me Ibrahim Salami, le jeune (34 ans) chef de l’opposition, fondateur du Parti pour...
(APA 22/02/17)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Le Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), a exigé ce mardi à travers un communiqué de presse, la démission immédiate du gouvernement bissau-guinéen dirigé par le général Umaro El Mokhtar Sissoco Embaló demandant dans la foulée la nomination sans conditions d’Augusto Olivais estimant qu’un consensus avait été trouvé sur cette personne parmi les propositions présentées à Conakry. Dans sa déclaration, le PAIGC fait remarquer qu’il a développé une campagne diplomatique intense auprès des principaux organismes régionaux, continentaux et internationaux pour informer et avertir sur les manœuvres du président José Mario Vaz pour se soustraire...
(AFP 22/02/17)
L'absence prolongée du président nigérian Muhammadu Buhari, en "repos médical" à Londres depuis plus d'un mois, suscite des doutes sur sa santé et alimente les craintes d'une crise politique au sein du pays le plus peuplé d'Afrique. Agé de 74 ans, l'ancien général a quitté le Nigeria le 19 janvier, pour ce qui était à l'origine "ses congés annuels". Un séjour prolongé jusqu'à une date indéterminée, le président ayant "besoin d'une plus longue période de repos" suite à des tests...
(AFP 22/02/17)
L'ancien chef de l'Agence nationale du renseignement (NIA) en Gambie, très redoutée durant le régime de Yahya Jammeh, a été arrêté par la police, a annoncé mardi une source policière à l'AFP à Banjul. La NIA a été rebaptisée "Service de renseignements d'Etat" par le président Adama Barrow, qui a aussi limogé début février, peu après sa prise de fonctions, son chef Yankuba Badjie, et l'a remplacé par son ancien directeur financier, Musa Dibba. Selon la source policière jointe mardi à Banjul, Yankuba Badjie a été arrêté lundi et placé "en détention provisoire". Mardi, il était "interrogé sur des affaires survenues durant la période pendant...

Pages