Jeudi 29 Juin 2017

Zimbabwe: épinglée dans une affaire de diamant, l'épouse de Mugabe se défend

Zimbabwe: épinglée dans une affaire de diamant, l'épouse de Mugabe se défend
(AFP 11/01/17)
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe

La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, a nié avoir illégalement saisi des propriétés d'un homme d'affaires après un différend au sujet d'une bague à 1,35 million de dollars, selon des documents transmis à la justice et consultés mercredi par l'AFP.

Selon l'épouse du président Robert Mugabe, les trois propriétés de Jamal Ahmed, un homme d'affaire d'origine libanaise installé au Zimbabwe, sont simplement gardées par des officiers de police qui enquêtent sur ses crimes dans le pays.

"Les policiers ne sont pas mes agents, ce sont des officiers de l'Etat qui font appliquer la loi et enquêtent sur des comportements inappropriés. Voilà pourquoi ils protègent ces propriétés", écrit Grace Mugabe dans sa déclaration.

"Je nie donc toute accusation de saisie forcée de ces propriétés", poursuit-elle.

Selon Jamal Ahmed, Grace Mugabe lui a commandé en avril 2016 un diamant d'une valeur de 1,35 million de dollars que son époux voulait lui offrir pour leurs vingt ans de mariage.

Mais, après l'avoir payée, elle a finalement refusé la bague et exigé d'être intégralement remboursée avant de faire saisir trois propriétés immobilières de M. Ahmed.

Fin décembre, la justice zimbabwéenne a donné raison à M. Ahmed, ordonnant à Grace Mugabe de rendre lesdites propriétés.

Jamal Ahmed, actuellement hors du Zimbabwe, assure avoir proposé de rembourser la somme en plusieurs fois et affirme avoir été "menacé" par les services secrets zimbabwéens ainsi que par Grace Mugabe en personne.

La Première dame affirme dans sa déposition qu'elle n'a pas menacé le plaignant, accusant M. Ahmed d' être "malhonnête" et de vouloir ternir l'image de sa famille.

Grace Mugabe, personnalité controversée, est régulièrement épinglée pour son goût pour les vêtements de luxe, les voyages et son implication dans des affaires de corruption dans un pays où 90% de la population active n'a pas d'emploi formel.

Selon elle, la somme astronomique payée pour ce diamant a été "durement gagnée au fil des années" au prix des "nombreux sacrifices" faits par son mari.

Le Zimbabwe, gouverné d'une main de fer depuis 1980 par Robert Mugabe, traverse une grave crise en raison notamment du manque de liquidités qui asphyxie l'économie.

Si Grace Mugabe nie toute ambition présidentielle, elle est toutefois régulièrement citée parmi les possibles successeurs de son époux, qui fêtera le mois prochain ses 93 ans.

Robert Mugabe a officiellement été investi par son parti, la Zanu-PF, pour briguer un nouveau mandat en 2018.

Commentaires facebook