Mardi 19 Septembre 2017

RDC: le chef de la secte Bundu dia Kongo et des adeptes toujours encerclés

RDC: le chef de la secte Bundu dia Kongo et des adeptes toujours encerclés
(RFI 17/02/17)
La Croix-Rouge congolaise et internationale a fini par avoir accès à la résidence de Muanda Nsemi à Joli Park pour évacuer les blessés en début d'après-midi, mardi 14 février. © RFI / Sonia Rolley

Jeudi après-midi, la police congolaise encerclait toujours pour le troisième jour la résidence du chef spirituel d'une secte politico-religieuse. Depuis lundi, les autorités congolaises disent vouloir perquisitionner différents lieux liés à la secte Bundu dia Kongo et vouloir interroger son chef Ne Muanda Nsemi. En cause, selon les autorités, une série d'attaques meurtrières perpétrées par ce mouvement au Kongo-Central en janvier dernier. Originaire de cette région de l’ouest de la RDC et député de Kinshasa, Ne Muanda Nsemi a également appelé récemment sur internet à l'insurrection contre le pouvoir du président Joseph Kabila, à qui il dénie la nationalité congolaise.

Jeudi après-midi, des policiers en équipement anti-émeutes et kalachnikovs à la main bouclaient toujours les voies d'accès à la résidence de Ne Muanda Nsemi, le chef spirituel de Bundu dia Kongo. A l'intérieur du domicile, une centaine d'adeptes de cette secte politico-religieuse.

Pour le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, le problème qui oppose Bundu dia Kongo aux autorités est purement judiciaire. Aucune raison donc pour ces personnes - des vieux, des femmes et même des enfants - de rester cloîtrer dans cette maison. « Vous ne pouvez pas retenir des otages et chercher à négocier. Donc il faut laisser la perquisition s’opérer. Personne n’a décidé de l’arrêter jusqu’à présent à ma connaissance, mais il faut que la justice puisse opérer pour connaître la vérité sur ce qui s’est passé à Kimpese et à Songololo », affirme-t-il.

Commentaires facebook