Mercredi 13 Décembre 2017

Présidentielle au Kenya : après le retrait d’Odinga, Kenyatta poursuit son offensive juridique

Présidentielle au Kenya : après le retrait d’Odinga, Kenyatta poursuit son offensive juridique
(Le Monde 12/10/17)
Le président kenyan Uhuru Kenyatta

Le Parlement vient d’approuver des modifications de la loi électorale controversées dans un contexte politique très confus à quinze jours du scrutin. Si tout, dans la politique kényane, est incertain ces derniers jours, l’approbation, mercredi 11 octobre, par l’Assemblée nationale d’amendements visant à modifier la loi électorale ne souffrait, elle, d’aucun suspense. Non seulement les députés du Jubilee, parti du président sortant Uhuru Kenyatta, y sont majoritaires, mais les élus de la coalition d’opposition NASA ont de leur coté boycotté ce processus depuis son lancement.

Début octobre, une quinzaine de diplomates internationaux s’en était également alarmée, estimant par la voix de l’ambassadeur américain Robert Godec que ce changement de la loi électorale en pleine période d’élections s’opposait aux « meilleures pratiques internationales en la matière ». Ces dispositions, qui, selon le chef de file de la majorité à la chambre Aden Duale, visent à « assurer que la volonté des électeurs kényans soit protégée face aux intentions maléfiques de quelques-uns », concernent le décompte des voix et le fonctionnement de la Commission électorale (IEBC), chargée d’organiser les élections et accablée par la Cour suprême, dans son verdict du 1er septembre annulant la première élection. Mais elles comprennent aussi des clarifications, fort opportunes pour certaines, sur l’organisation du scrutin prévu le 26 octobre.

Ainsi, l’une d’elles stipule que si un candidat se retire d’une présidentielle organisée à la suite de l’invalidation d’un précédent vote, l’autre candidat est automatiquement déclaré vainqueur. Mardi, l’opposant Raila Odinga n’avait même pas attendu le résultat du vote du Parlement pour annoncer qu’il retirait sa participation, à peine quinze jours avant que les électeurs ne se rendent aux urnes. Une déclaration qui a plongé le pays dans une grande confusion.

Après un passage au Sénat, également dominé par le parti Jubilee, la ratification par Uhuru Kenyatta de ce texte devrait intervenir rapidement. « Je n’hésiterai pas, même pas une minute, à signer les nouveaux amendements lorsqu’ils me seront présentés », s’est engagé Uhuru Kenyatta sur son compte Twitter.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/12/presidentielle-au-kenya...

Commentaires facebook