Mercredi 25 Avril 2018

Nigeria : la Banque mondiale annonce une croissance de 2,5% en 2018

Nigeria : la Banque mondiale annonce une croissance de 2,5% en 2018
(APA 11/01/18)

APA-Lagos (Nigeria) - La croissance économique du Nigeria devrait atteindre au moins 2,5 pour cent cette année contre 1 pour cent seulement l’année dernière, selon la Banque mondiale qui fait remarquer que le pays profite déjà de l’amélioration des prix des produits de base, des investissements et du commerce.

Le rapport de la Banque mondiale sur les perspectives économiques mondiales de janvier 2018, publié mardi à Washington, laisse apparaitre que le produit intérieur brut (PIB) du Nigeria devrait augmenter de 2,8% en 2019 et 2020.

Dans ses prévisions, la Banque mondiale a noté que la croissance économique mondiale atteindrait 3,1% en 2018.

Le rapport publié par un journal local, The Independent, citant la Banque mondiale, indique que la croissance en Afrique subsaharienne devrait continuer sa progression de l’ordre de 3,2% en 2018 et 3,5% en 2019, grâce au raffermissement des prix des matières premières et au renforcement progressif de la demande intérieure.

Les auteurs de l’étude ont toutefois ajouté que la croissance resterait inférieure aux moyennes d’avant la crise reflétant en partie la lutte des grandes économies pour stimuler l’investissement privé.

« L’Afrique du Sud devrait atteindre 1,1% de croissance en 2018, contre 0,8% en 2017 et la reprise devrait se consolider car l’amélioration de la confiance des entreprises soutient une modeste augmentation de l’investissement ».

Cependant l’incertitude politique devrait probablement persister et pourrait ralentir les réformes structurelles nécessaires.

« La révision à la hausse des prévisions du Nigeria est basée sur l’anticipation que la production de pétrole continuera à se redresser et que les réformes soutiendront la croissance du secteur non-pétrolier », note le rapport.

Selon ledit document, la croissance en Angola devrait passer à 1,6% en 2018 grâce à une transition politique réussie qui améliore la possibilité de réformes de l’environnement des affaires, tandis que la Côte d’Ivoire devrait passer à 7,2% en 2018, le Sénégal à 6,9% ; L’Ethiopie à 8,2%, la Tanzanie à 6,8% et le Kenya à 5,5%, alors que l’inflation s’atténue.

La Banque mondiale a déclaré que les perspectives régionales pour l’Afrique subsaharienne étaient soumises à des risques externes et internes. Elle a montré que toute activité imprévue aux Etats-Unis et dans la zone euro pourrait avoir un impact négatif sur la région.

Elle a aussi ajouté qu’un ralentissement brutal en Chine pourrait générer des retombées négatives pour la région, en raison de la baisse des prix des produits de base.

« Sur le front interne, des emprunts extérieurs excessifs sans une gestion budgétaire prospective pourraient aggraver la dynamique de la dette et nuire à la croissance dans de nombreux pays.

Commentaires facebook