Dimanche 28 Mai 2017

Libye: tirs lors d'une manifestation contre les milices à Tripoli (témoins)

Libye: tirs lors d'une manifestation contre les milices à Tripoli (témoins)
(AFP 18/03/17)
Des manifestants appelant les milices à quitter leurs quartier général du Sud de Tripoli. (Photo d'archives)

Des centaines de Libyens ont manifesté vendredi contre la présence des milices dans la capitale libyenne, mais leur rassemblement a été dispersé après des coups de feu tirés par des inconnus, selon des témoins.

On ignore qui est à l'origine de ces tirs et si cela a occasionné des blessés.

Ces tirs se sont produits alors que quelques centaines de manifestants étaient rassemblés sur la place des Martyrs dans le centre de Tripoli, brandissant des pancartes avec des slogans hostiles à la présence de milices dans la ville et appelant au rétablissement de l'autorité de la police et de l'armée régulières.

"Le peuple est descendu sur la place des Martyrs pour appeler au (retour) de l'armée et de la police. (...) Nous voulons une Libye stable. Nous voulons notre dignité et celle de notre patrie", a déclaré à l'AFP Salim Aoun, un habitant de Tripoli.

Les habitants de la capitale "sont fatigués de ces milices" qui contrôlent la ville depuis plus de cinq ans. "Elles nous prennent en otages, détruisent nos maisons et nous insultent", s'est révolté Wissam Arab, un autre manifestant.

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU, a obtenu le ralliement de certaines de ces milices depuis son entrée en fonction en mars 2016, mais plusieurs secteurs de Tripoli sont toujours hors de son contrôle.

Des groupes armés avaient signé mercredi un accord de cessez-le-feu à Tripoli sous l'égide du GNA, après quatre jours de combats ayant paralysé la capitale, mais la trêve a été désavouée par certains de ces groupes.

"Nous ne cesserons pas notre mobilisation tant que les milices criminelles n'ont pas quitté la capitale Tripoli", pouvait-on lire sur une autre pancarte sur la place des Martyrs.

Depuis la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les groupes armés se livrent à une lutte d'influence sans merci dans la capitale en l'absence d'une armée ou d'une police régulières.

Commentaires facebook