Vendredi 21 Juillet 2017

La Chine réfléchit-elle vraiment à deux fois avant d’investir des milliards au Zimbabwe ?

La Chine réfléchit-elle vraiment à deux fois avant d’investir des milliards au Zimbabwe ?
(Le Monde 13/02/17)

Selon un chercheur chinois rencontré par notre chroniqueur, Pékin devrait prendre davantage conscience des risques politiques lorsqu’elle investit en Afrique.
C’est le dernier grand chantier en date remporté par la Chine en Afrique : la construction du nouveau Parlement à Harare. Des travaux à 100 millions de dollars payés à 90 % par Pékin. Ce projet fait partie des douze « méga-contrats » décrochés récemment par la Chine au Zimbabwe et le signe que, malgré les risques politiques, Pékin mise toujours sur le régime Mugabe.

C’est la question que se pose Wang Xinsong, professeur à la Beijing Normal University. Ce jeune chercheur s’inquiète de voir le tour que prennent les investissements chinois à l’étranger. Il s’apprête donc à lancer une plate-forme pour évaluer les risques des investissements chinois en Afrique.
Pourquoi une telle stratégie ?

« Le Zimbabwe et l’Ethiopie sont certainement les deux pays les plus risqués, explique-t-il. Ce sont essentiellement des risques politiques que la Chine a encore du mal à appréhender. Il est par exemple étonnant de voir Sinosur [l’équivalent chinois de la Coface] déconseiller aux entreprises chinoises d’investir au Zimbabwe alors qu’officiellement beaucoup de nos grandes entreprises d’Etat sont incitées à le faire. »
Pékin prévoit d’investir plus d’un milliard de dollars dans des chantiers d’infrastructures en Afrique et dans le reste du monde. Des projets qui visent des pays parmi les plus pauvres et les plus instables de la planète. Des projets financés à 90 % par des banques chinoises d’Etat et par des institutions comme la China Exim Bank, la banque chinoise d’import-export. « Mais ces investissements sont dominés par la volonté chinoise d’asseoir son influence internationale, plus que par des réels besoins », estiment les analystes de l’agence de notation Fitch.

Commentaires facebook